Brands Hatch, UK

MASTERS HISTORIC FESTIVAL
27 – 28 Mai 2023

Six grilles de Masters pour le soleil de Brands

Le circuit de Brands GP lors d’un week-end de printemps ensoleillé – que peut-on souhaiter de plus ? Tel était le sentiment général après un glorieux week-end de course au Masters Historic Festival. Les six grilles des Masters ayant fait leur apparition, la foule nombreuse a pu découvrir l’ensemble des courses historiques des Masters, de la Formule 1 aux voitures de tourisme Pre-66, et si l’on en croit le nombre de spectateurs restés jusqu’à la fin de la réunion, ils en ont profité au maximum !

RAPPORTS DE COURSE

Masters Endurance Legends - Course 1
Brooks réalise un triplé lors de la première course des Masters Endurance Legends à Brands

Steve Brooks a continué à gagner en Masters Endurance Legends en remportant la première course MEL du Masters Historic Festival à Brands Hatch. Déjà vainqueur des deux courses à Hockenheim, le pilote de la Peugeot 90X a réalisé le triplé en repoussant les assauts de son compatriote Stuart Wiltshire.

« C’était une belle course, très amusante », a déclaré Brooks. « Une journée ensoleillée à Brands, que voulez-vous de plus ? En fait, j’ai perdu la cinquième vitesse vers la fin, alors c’est devenu un peu excitant – je priais pour le drapeau !

« C’est la troisième fois que je monte dans la voiture, je n’ai pas encore son rythme », a admis Wiltshire. « Quel que soit le carburant qu’ils ont dans la voiture, je le veux aussi ! »

David Brise était sur le dos de Richard Meins dans la troisième Peugeot en début de course avant que la boîte de vitesses de sa Lola-Judd B12/60 ne s’enraye. À mi-parcours, Meins lui-même a été impliqué dans un incident avec la Ligier JSP3 de Jason Green dans le virage de Paddock Hill, ce qui a entraîné la sortie des deux voitures.

La Ligier JSP3 de Marcus Jewell/Ben Clucas s’est ainsi hissée à la troisième place du classement général, tandis que le duo a également remporté la victoire dans la catégorie P3 face aux JSP3 similaires de Craig Davies/Ron Maydon et Stephan Joebstl/Andy Willis, Maydon ayant doublé Willis à quelques tours de la fin. James Hagan et Chris Atkinson ont terminé sixièmes dans la ORECA FLM09, tandis que la Ferrari 458 GT3 de Colin Sowter a remporté les honneurs en GT, tout en réussissant à devancer Mike Furness dans la Courage LC75, qui a terminé deuxième dans la classe P2 de la ORECA de Hagan/Atkinson.

« Nous avons perdu un peu de terrain avec la voiture de sécurité, mais le fait d’avoir une voiture P3 dans le trio de tête du classement général est tout simplement formidable », a déclaré Jewell.

« Marcus a fait un excellent travail », a déclaré Clucas. « Je viens de le ramener à la maison ! »

« C’est très amusant ! Je pensais que je me sentirais très seul, mais j’ai réussi à me mêler aux prototypes, ce qui était très excitant », a déclaré M. Sowter.

Par un dimanche de Pentecôte radieux dans le Kent, les Masters Endurance Legends se sont alignés pour la première des deux courses de la journée. Après le départ lancé deux par deux, les Peugeot décollent à pleine puissance, Brooks menant Wiltshire, Meins et David Brise à l’arrière de la dernière LMP1 turbo diesel. Dès le premier tour, Brooks creuse un écart de 1,1 seconde sur Wiltshire, tandis que Brise continue de mettre la pression sur Meins. Marcus Jewell a mené le train de la Ligier P3 devant Stephan Joebstl, Craig Davies et Jason Green, James Hagan étant l’intrus dans la ORECA FLM09. A l’arrière, Mike Furness sur la Courage LC75 a dépassé la Ferrari 458 GT3 de Colin Sowter.

En tête, Wiltshire a le couteau entre les dents, cherchant à ne pas laisser Brooks s’échapper, et il se rapproche en effet d’une seconde au 2e tour. Ses pneus étant maintenant bien chauds, Meins a été le plus rapide à Brands pour le deuxième tour de la course. Mais au troisième tour, Brooks met le feu aux poudres en signant le meilleur tour et en portant son avance sur Wiltshire à 1,5 seconde. Meins et Brise se disputent la troisième place quatre secondes plus tard, tandis que Marcus Jewell, cinquième, est bien en tête du deuxième groupe de voitures, tandis que Hagan dépasse Joebstl pour se détacher des autres JSP3. Immédiatement après, Davies a également défié l’Autrichien et, après avoir été côte à côte pendant un certain temps, il a pris la place. Plus loin, Furness a gagné une place sur Jason Green.

Malheureusement, au 5e tour, Brise perd de la vitesse au volant d’une Lola fumante, et il gare sagement sa voiture à un endroit sûr dans la ligne droite de Cooper, la boîte de vitesses de la machine à moteur Judd ayant grippé. Les trois Peugeot se retrouvent donc seules en tête, séparées désormais par des écarts de quelque quatre secondes. Dans le trafic, Brooks a porté ce retard à cinq secondes, tandis que Meins a perdu deux autres points au profit de Wiltshire. Jewell a maintenant 48 secondes de retard sur le leader.

Un autre tour rapide de la course a permis à Brooks d’avoir 7,4 secondes d’avance au 9e tour, tandis qu’à l’extrémité du top 10, la Ferrari GT de Sowter a réussi à dépasser la Ligier JSP3 de Green. Hagan et Davies continuent de se disputer la cinquième place, Davies s’engageant sur l’herbe à Clearways, mais Hagan glissant large dans le virage de Paddock Hill, la Ligier dépasse toujours l’ORECA.

Lorsque la fenêtre des stands s’ouvre au 11ème tour, Joebstl est le premier à rentrer pour échanger sa place avec Andy Willis. En fait, le leader de la course était le suivant, choisissant de s’arrêter tôt, après avoir construit une avance de 12 secondes au cours de son premier relais. Son arrêt semble toutefois trop court. Jewell passe ensuite le relais à Ben Clucas, mais pas avant que la pénalité de 20 secondes infligée à Clucas au titre de pilote d’élite n’ait été appliquée. Juste après, Davies a remplacé Ron Maydon et Hagan Chris Atkinson. Mais au moment où Wiltshire, Sowter et Furness sont entrés en piste, deux voitures sont sorties dans les graviers à Paddock Hill Bend, Green dans la Ligier JSP3 et Meins dans la troisième Peugeot 90X, l’incident nécessitant l’intervention de la voiture de sécurité.

Avec des débris sur le circuit, il a fallu un certain temps avant de pouvoir mettre fin à la période de prudence, mais lorsque le drapeau vert a été agité au début du 18ème tour, Brooks menait toujours Wiltshire, avec Clucas maintenant en troisième position, un tour plus tard, devant Atkinson, Willis, Maydon, Sowter et Furness. Il restait neuf minutes de course, et au premier tour, Brooks a trouvé un espace de 1,6 seconde à mettre entre lui et Wiltshire, tandis que plus loin derrière, Willis et Maydon ont dépassé l’ORECA d’Atkinson pour être respectivement quatrième et cinquième. Derrière eux, la voiture GT de Sowter continue de mener la Courage qu’il a réussi à dépasser juste avant les arrêts.

Au 21e tour, Brooks passe sous la barre des 1.20 pour enregistrer un autre tour rapide de la course, son avance sur Wiltshire s’élevant désormais à 3.9 secondes. Les trois premières Ligiers JSP3 de Clucas, Willis et Maydon continuent de circuler. Clucas a dix secondes d’avance sur Willis, mais Maydon n’a que deux points de retard sur Willis et le rattrape.

Dans les dernières minutes, Brooks a perdu quelques secondes dans le trafic en fin de course, mais il a gardé six secondes d’avance. La fois suivante, le même phénomène s’est produit et l’écart s’est réduit à 4,4 secondes. Derrière eux, Willis est parti à la défense de sa quatrième place, Maydon le dépassant de peu. Brooks contrôle la situation, mais Wiltshire est à son tour freiné par le même trafic, ce qui lui permet de gagner avec une marge de 7,8 secondes. Avec un tour de retard, Clucas a pris la troisième place au classement général et la victoire dans la catégorie P3 devant Maydon et Willis. Atkinson a terminé sixième dans l’ORECA FLM09, tandis que Sowter a remporté la classe GT en restant devant Mike Furness dans la Courage LC75.

Masters Endurance Legends - Course 2
Wiltshire remporte la deuxième course des Masters Endurance Legends à Brands

Stuart Wiltshire a permis aux pilotes de Peugeot 90X de remporter la deuxième course du Masters Endurance Legends à Brands Hatch. Sans être concurrencé par le vainqueur de la course 1, Steve Brooks, dont la 90X a succombé à des problèmes de boîte de vitesses, Wiltshire a remporté une victoire nette devant Marcus Jewell et Ben Clucas sur la Ligier JSP3, vainqueur de la classe P3.

« Rien à dire, c’était assez solitaire », a déclaré Wiltshire. « Nous avons remporté une victoire, mais nous n’avons pas encore réglé la voiture.

Jewell et Clucas sont sortis vainqueurs d’une lutte à trois pour la gloire ultime de la Ligier, l’emportant sur Craig Davies et Ron Maydon, tandis que la voiture de Stephan Joebstl/Andy Willis est tombée en panne après avoir connu des problèmes de freins à mi-course.

« C’était bien, deux victoires de classe », a déclaré Clucas, « et Marcus s’est bien battu dans sa course ».

Mike Furness a pris la quatrième place au volant de la Courage LC75, tandis que Colin Sowter a remporté deux victoires en GT au volant de sa Ferrari 458 GT3. La ORECA FLM09 de James Hagan/Chris Atkinson a chuté très tôt, l’ancienne Formule Le Mans s’arrêtant sur le circuit de Westfield au 6e tour.

« J’ai fait un tête-à-queue au début », a déclaré Sowter, qui n’a donc pas pu se battre avec les prototypes. « Après cela, je n’ai fait que rattraper le temps perdu… »

Après une première course difficile et dommageable plus tôt dans la journée, un peloton plus restreint de prototypes et de GT s’est aligné pour la deuxième course des Masters Endurance Legends du Masters Historic Festival. Le vainqueur de la course 1, Steve Brooks, a été exclu en raison d’une boîte de vitesses cassée, tandis que la Peugeot 90X de Richard Meins et la Ligier JSP3 de Jason Green/Neil Glover n’ont pas pu être réparées à temps après leur départ dans la matinée. Il en va de même pour la Lola B12/60 d’Alan Purbrick/David Brise.

Stuart Wiltshire est donc le seul pilote à porter les couleurs de Peugeot, en tête d’un trio de Ligier JSP3, Marcus Jewell devant Craig Davies et Stephan Joebstl. Derrière, James Hagan (ORECA FLM09) se bat avec Mike Furness (Courage-Judd LC75), suivi de la Ferrari 458 GT3 de Colin Sowter.

En tête, Wiltshire s’évertue à abaisser ses temps de plus en plus, tandis que Jewell, Davies et Joebstl sont toujours nez à nez, avec 19 secondes de retard à cinq tours de l’arrivée. Mike Furness est maintenant cinquième, car l’ORECA de Hagan s’est arrêtée sur le circuit de Westfield, juste à l’arrière. Un tour plus tard, Davies plonge à l’intérieur de Jewell pour s’emparer de la deuxième place au classement général, et peu après, Joebstl se hisse à la troisième place.

15 minutes après le début de la course, Wiltshire devance Davies de 41 secondes. Davies a pu souffler un peu grâce à l’excursion de Joebstl dans l’herbe, tandis que Jewell est rentré à la première occasion après l’ouverture de la fenêtre des stands, cédant sa place à Ben Clucas. Le suivant est Joebstl, mais Andy Willis ne prend pas le relais, car la voiture est repoussée dans son garage, des problèmes de freins ayant été à l’origine de la sortie de route précédente. Davies passe ensuite le relais à Ron Maydon, le leader entrant à son tour pour son arrêt. Aux 14e et 15e tours, Furness et Sowter sont les derniers à s’arrêter.

Tous les arrêts aux stands effectués, Wiltshire est en tête d’un tour complet, et à deux doigts d’en faire deux, tandis que Clucas mène Maydon de 12 secondes et de plus en plus. Furness est quatrième, et cette fois, Sowter ne parvient pas à faire bonne impression sur le dernier des prototypes, mais reste en bonne position en cinquième position.

Circulant à un rythme contrôlé, Wiltshire a rallié les tours restants pour en compléter 28 et voir le drapeau à damier pour sa troisième victoire de la saison. Clucas a pris la deuxième place pour lui et Marcus Jewell, qui a terminé avec un tour de retard, ainsi que la Ligier de Craig Davies/Ron Maydon en troisième position. Furness et Sowter ont tous deux deux tours de retard, en quatrième et cinquième position.

Masters Gentlemens Drivers
Spiers/Greensall l’emportent dans une course Masters Gentlemen Drivers très disputée à Brands

La TVR Griffith de John Spiers/Nigel Greensall a survécu à une course tendue, interrompue – et déterminée – par trois longues périodes de voiture de sécurité, pour remporter sa deuxième victoire Masters Gentlemen Drivers de la saison. Spiers a mené une lutte sensationnelle avec John Davison, un autre pilote de Griffith, dans leur premier relais, mais le défi de Davison a été émoussé par une sortie de route et un arrêt imprévu qui en a résulté, bien qu’il se soit battu pour terminer à la cinquième place.

« C’est probablement l’expérience la plus agréable que j’aie jamais eue », a déclaré un John Spiers radieux. « J’ai eu un bon combat avec John, car je lui fais confiance – nous courons l’un contre l’autre depuis des années. A l’arrière du circuit, nous étions souvent presque côte à côte. Que demander de plus par une journée d’été sur le circuit de Brands Hatch ?

Giles Dawson a obtenu une sensationnelle deuxième place au classement général, tout en remportant la classe CLP, sa Lotus Elan terminant à seulement deux secondes de la TVR victorieuse. Mike Whitaker a fait monter deux TVR sur le podium général, tandis que la Lotus Elan 26R Shapecraft de Robin Ellis/Nick Padmore a décroché la quatrième et la deuxième place dans la classe CLP. John et Sam Tordoff ont obtenu une sixième place au classement général et une troisième place dans la catégorie CLP après avoir été contrariés par la première période de voiture de sécurité.

« Et j’ai pris la tête du classement général », a déclaré une Dawson ravie d’avoir terminé à une courte distance de la deuxième place. « Je pense que sans la deuxième voiture de sécurité, nous aurions gagné au classement général… Mais c’était quand même une belle course ».

« Il était collé à mon pare-chocs après la troisième voiture de sécurité », a déclaré Whitaker à propos de Padmore qui le harcelait pour la troisième place. « Je venais de creuser un petit écart, puis j’ai quitté la route et j’ai dû tout recommencer !

« Je n’ai rien pu faire », a déclaré Padmore. « Ces TVR ont tellement d’énergie… Mais quand même, c’est le bonheur !

« Oui, nous nous sommes fait surprendre par la voiture de sécurité », a admis Sam Tordoff avec le recul. Le père John était tout aussi philosophe à ce sujet : « Un tour plus tard, et cela aurait été parfait. Mais c’est ce qui arrive ».

En C2, Billy Bellinger et Keith ont été en tête pendant la quasi-totalité de la course, mais leur Morgan SLR a été devancée à la fin par James Wilmoth dans l’Austin Healey 3000 de Crispin Harris. En C1, le TVR Grantura de Malcolm Paul/Rick Bourne a mené de bout en bout.

Toute l’action des Masters Gentlemen Drivers s’est déroulée en une seule journée, la course de 90 minutes succédant à la séance de qualification de 40 minutes du matin. Pour clôturer le samedi du Masters Historic Festival, les deux premières TVR se sont échappées, mais Giles Dawson a pris un départ fulgurant pour être troisième après trois virages et mener la classe CLP dans sa Lotus Elan, tandis que John Tordoff a rétrogradé dans l’Elan qui était partie de la deuxième rangée.

Davison et Spiers continuent de se disputer la tête, Dawson est troisième, tandis que Jason Mishaw s’est frayé un chemin jusqu’à la quatrième place sur la Jaguar E-type de Martin Melling. Whitaker et Harry Barton sont deux autres pilotes Griffith en cinquième et sixième position, avec Nick Sleep en septième position dans la ‘Hairy Canary’, la première des Cobra, mais bientôt la voiture de sécurité est sortie, avec Minshaw rentrant aux stands avec une Jag fumante – ce qui s’est avéré être un problème de boîte de vitesses. La voiture de sécurité n’a pas été déclenchée pour cette raison : la Shelby Mustang GT350 de Larry Tucker et l’Austin Healey 3000 de Paul Ingram se sont retrouvées coincées dans un bac à gravier à cause de l’huile présente sur le circuit de Surtees.

Les voitures ont mis un certain temps à être récupérées et la traînée d’huile sur la piste a mis un certain temps à être couverte, de sorte que la course n’a repris qu’au 10e tour, alors qu’il restait 68 minutes au compteur. Lorsque le peloton est à nouveau libéré, les freins refroidis, Davison, Spiers et Dawson repartent de l’avant, Whitaker prenant la quatrième place après la disparition prématurée de Minshaw. Sleep et Barton étaient les suivants, devant Robin Ward dans la Ginetta G4R, David Smithies dans la Shelby Cobra Daytona Coupé et Robin Ellis dans l’Elan 26R Shapecraft, tandis que Shaun Lynn était entré dans le top 10 dans une autre Elan. Plus tard dans le tour, Ward reprend la sixième place à Barton et commence à presser la Cobra de Sleep qui perd la place dans le tour suivant.

En C2, Billy Bellinger est en tête avec la Morgan SLR, Martin Stretton est à la poursuite de l’Austin Healey 3000 de Jim Chapman et Calum Lockie est troisième avec la Morgan Plus 4 Super Sport de Simon Orebi Gann. Malcolm Paul a pris la tête de la C1 dans la TVR Grantura partagée avec Rick Bourne, Neil Fisher prenant la deuxième place de la classe dans la MGB.

Davison et Spiers courent désormais presque côte à côte, Dawson ayant une vue imprenable sur la lutte en tête. Whitaker est distancé de six secondes par les leaders, après avoir été repoussé à la relance par une voiture en retard, et Ward est maintenant sur ses talons. Plus loin, Mark Farmer est entré dans le top 10 au détriment de l’Elan similaire de Shaun Lynn.

Pendant ce temps, la lutte pour la tête de la classe C2 entre Bellinger et Stretton fait rage, mais Simon Orebi Gann rentre aux stands avec des dégâts sur sa Morgan, laissant la troisième place à Crispin Harris sur une autre Healey. Malcolm Paul continue de diriger impérieusement la classe C1.

Au 14e tour, Whitaker succombe à la pression de Ward et abandonne la quatrième place alors que Sleep et Barton ne sont pas encore loin. Pendant ce temps, à la limite du top 10, Farmer perd du terrain sur la Cobra de Peter Thompson et Robin Ellis sur l’Elan Shapecraft et huit autres voitures après un tête-à-queue en haut de la colline. Harry Barton, quant à lui, immobilise sa TVR Griffith sur le mur des stands, le coin avant droit s’étant effondré.

35 minutes après le début de la course, la fenêtre des stands s’ouvre pour permettre aux premières voitures d’entrer pour leurs arrêts obligatoires. John Tordoff montre l’exemple en passant le relais à son fils Sam, dûment suivi par John Spiers qui voit Nigel Greensall tenter de récupérer sa pénalité d’arrêt au stand pour pilote d’élite. Mais la TVR de Barton étant toujours bloquée dans un endroit dangereux, il a été décidé d’envoyer la voiture de sécurité, ce qui a donné lieu à une avalanche d’arrêts aux stands…

Cela a joué en faveur de Spiers et Greensall puisque la pénalité de ce dernier était maintenant pratiquement annulée, Greensall n’étant séparé de Davison et Dawson que par les voitures qui se trouvaient entre eux dans la file d’attente de la voiture de sécurité, mais John et Sam Tordoff ont été plus malchanceux, car leur pénalité de pilote d’élite leur a coûté un tour, Sam se retrouvant coincé derrière la voiture de sécurité. En revanche, Max Lynn, maintenant dans l’Elan démarré par Shaun Lynn, a le plus profité de la situation, puisqu’il se retrouve en quatrième position devant Whitaker, Alex Montgomery (dans le ‘Hairy Canary’ démarré par Sleep), avec Nick Padmore qui semble très dangereux en septième position, ainsi que deuxième dans la classe CLP dans le Shapecraft démarré par Robin Ellis. La Cobra de Charles Allison, Ron Maydon dans la Ginetta de Ward et Keith Ahlers dans la SLR de Bellinger complètent le top 10, Ahlers étant toujours en tête de la classe C2.

Après le redémarrage, Davison continue de mener devant Dawson, mais Greensall est déjà en train de voler, tournant cinq secondes plus vite que Dawson. Whitaker, quant à lui, n’a fait qu’une bouchée de Max Lynn pour faire de trois TVR les trois premiers, Padmore gagnant également une place, mais Davison s’est ensuite retrouvé dans les graviers, cédant la tête à Dawson et voyant Greensall ralentir. Et comme si ce n’était pas tout, la voiture de sécurité est sortie une nouvelle fois, l’Elan de Mark Farmer ayant fait une grosse sortie de route dans un virage de Paddock Hill encore très glissant.

Après sa sortie de route, Davison semblait traîner un objet derrière sa Griffith, tandis que Sam Tordoff n’en croyait pas ses yeux après avoir reçu le signal de la voiture de sécurité. A moins d’une demi-heure de la fin, la voiture de sécurité continue de contrôler le rythme tour après tour lorsque Davison rentre aux stands pour faire retirer cet objet (un conduit de refroidissement, comme il s’est avéré), permettant à Greensall de prendre la deuxième place, alors que les commissaires travaillent à dégager l’huile dans le virage de Paddock Hill. Davison a rejoint la 15e place, en queue de peloton.

Il ne restait que 13 minutes lorsque le drapeau vert a finalement été agité, et dès la ligne de départ, Greensall était déjà côte à côte avec Dawson, qui a habilement forcé Greensall à choisir la ligne cimentée dans le virage de Paddock Hill ou à se replier derrière. Mais cela n’a pas duré longtemps, puisque trois corners plus tard, Greensall était quand même passé au travers. Derrière eux, Padmore était juste derrière Whitaker dans la lutte pour la troisième place. Lynn (M.) était cinquième devant Montgomery, Allison et Clarkson (dans la Daytona Cobra démarrée par Smithies) tandis qu’un Sam Tordoff en pleine forme était déjà neuvième devant Philipp Buhofer dans une autre Elan démarrée par Stephan Joebstl. Davison gagne également des places, et vient de dépasser la Morgan SLR de Keith Ahlers, leader de la classe C2, pour la 11e place au classement général. Ahlers, quant à lui, a été poussé en tête de la classe par James Wilmoth dans la Healey partagée avec Crispin Harris.

En tête, Greensall s’éloigne de Dawson qui tient bon quatre secondes avant le combat entre Whitaker et Padmore. Davison, quant à lui, est remonté à la huitième place, ce qui fait que Tordoff reste bloqué à la neuvième place pour l’instant, avec huit minutes restantes au compteur. Avec Greensall qui enchaîne les tours les plus rapides de la course, son avance atteint bientôt 4,7 secondes, mais Padmore cesse de progresser sur Whitaker, mais une petite erreur de Whitaker permet à Padmore de le rattraper, tandis qu’il perd le terrain qu’il avait gagné sur Dawson. Derrière Lynn et Montgomery, Davison se hisse à la septième place et Tordoff le suit en huitième position. Pendant ce temps, en 13e et 14e positions, Wilmoth a réussi à dépasser Ahlers pour prendre la tête de la classe C2, tandis que Rick Bourne continue de mener en C1 dans la Grantura démarrée par Malcolm Paul.

Alors qu’ils se dirigeaient vers le drapeau à damier, Greensall a ralenti son rythme pour préserver la Griffith sur la voie d’une nouvelle victoire, Dawson prenant une spectaculaire deuxième place au classement général dans la Lotus Elan victorieuse de la classe. Whitaker est troisième, Padmore ne parvenant pas à suivre le second Griffith, Davison s’imposant pour prendre la cinquième place devant Sam Tordoff qui devance de peu Max Lynn pour la sixième place au classement général et la troisième place dans la catégorie CLP. Le top 10 est complété par les Cobras de Sleep/Montgomery, Thompson/Allison et Smithies/Clarkson. En C2, Crispin Harris et James Wilmoth (Austin Healey 3000) ont remporté la victoire devant la Morgan SLR de Keith Ahlers/Billy Bellinger.

Masters GT Trophy - Course 1
Wilkins triomphe dans la première course du Masters GT Trophy à Brands Hatch

Craig Wilkins a mené une Lamborghini Huracán Super Trofeo Evo 1-2-3 en renversant, lors des arrêts obligatoires, la situation de son rival Jason McInulty qui avait mené pendant le premier relais de la course de 30 minutes. Aaron Scott s’est battu pour prendre la troisième place dans la Huracán de Neil Glover.

« Nous verrons combien de temps cela durera », a déclaré Wilkins à propos de son retour à la victoire après avoir remporté la première course à Donington. « L’équipe a réussi un coup de maître en m’engageant tôt. Et gagner ici signifie beaucoup pour moi, car c’est un choix difficile entre le circuit de Brands Hatch GP et Spa pour mon circuit préféré. »

« C’est la première fois que je monte dans la voiture », a déclaré McInulty. « J’ai réussi à garder la tête dans mon premier relais, nous avons fait des temps assez similaires, même si j’ai souffert d’un peu de sous-virage à l’entrée et de survirage à la sortie. Nous pensions être dans les temps aux arrêts, mais nous avons tout de même perdu 12 secondes, alors il faudra voir ce qui s’est passé.

« C’était bien, tout allait bien », a déclaré Scott. « Je me suis contenté de pousser, mais je n’ai pas eu assez de temps pour revenir vers les gens. C’est un bon exercice pour Neil, c’est l’essentiel, le pousser à aller de l’avant et à s’améliorer.

Derrière les Lambos, Sam Tordoff, vainqueur de la classe Cup, et Ray Harris, vainqueur de la classe GT4, se sont livrés une lutte acharnée pour la quatrième place au classement général, la Porsche 997.2 Cup l’emportant sur la Ginetta G55 avec 4,7 secondes d’avance.

Craig Davies a ramené son Huracán Super Trofeo en sixième position devant la Porsche 991.2 Cup de Marcus Jewell/Dallas Carroll, George Haynes et Adam Sharpe dans la BMW M3 GT4 et David Harrison dans une 991.1 Cup.

Bénéficiant d’un beau temps printanier, le peloton du Masters GT Trophy s’est aligné pour sa première course du week-end. Neil Glover s’est élancé en pole position, mais deux autres Lamborghini Huracán Super Trofeo Evo ont rapidement trouvé le moyen de le dépasser grâce à deux manœuvres courageuses dans le 1er tour, la Porsche 997.2 Cup de Sam Tordoff dépassant également Glover à Druids dans le 2e tour. Craig Davies a terminé cinquième dans le Super Trofeo non-Evo, la Porsche 991.2 Cup de Marcus Jewell devançant Ray Harris dans la Ginetta G55 aux sixième et septième places, suivi par Adam Sharpe dans la BMW M3 GT4 et David Harrison dans la 991.1 GT3 Cup.

En tête, Wilkins se bat contre Jason McInulty, réduisant l’écart à sept dixièmes, tandis que Tordoff, au volant d’une Porsche relativement silencieuse, accuse un retard de huit secondes. Au troisième tour, Davies a dépassé Glover pour la quatrième place, et Glover est maintenant en train de repousser Jewell, avec Harris qui n’est pas loin non plus.

Deux tours plus tard, Wilkins améliore le tour le plus rapide de McInulty pour réduire son retard à six dixièmes, alors que Tordoff et Davies se retrouvent dans le no man’s land, mais après une bataille féroce, Harris arrache la sixième place à Jewell.

Alors qu’il reste 20 minutes à courir et que la fenêtre des stands s’ouvre, la situation reste trop serrée en tête, McInulty et Wilkins réalisant des temps au tour quasiment identiques. Personne ne semble vouloir rentrer rapidement, mais au 7ème tour, Jewell passe la main à Dallas Carroll. Au tour suivant, Wilkins a sorti sa carte joker pour son arrêt précoce, mais McInulty a répondu au tour suivant. Il est suivi par Glover qui passe le relais à Aaron Scott, mais ce dernier doit attendre 15 secondes de plus en raison de son statut de pilote d’élite.

En s’arrêtant sept secondes de plus que nécessaire, McInulty a rendu la tête virtuelle à Wilkins, alors que le leader temporaire Tordoff est également entré dans les stands, tout comme Harris, tandis qu’Adam Sharpe a changé de place avec George Haynes dans la M3 GT4. Davies est le seul à ne pas s’être encore arrêté, mais il le fait au début du 11e tour, ce qui permet à Wilkins de reprendre la tête de la course.

Grâce à l’arrêt prolongé de McInulty et à sa propre vitesse, Wilkins mène désormais de 12 secondes, les retardataires Harris et Davies ayant apparemment fait le bon choix en se plaçant en troisième et quatrième position. Tordoff est passé en cinquième position devant Scott, mais ce dernier est en pleine forme, et au 12ème tour, Tordoff et Scott dépassent tous deux Davies pour la quatrième et la cinquième place respectivement, Scott se lançant à la poursuite de la Porsche pour une autre place.

Avec un autre tour rapide de la course, Wilkins prend une avance de 13,5 secondes au 13e tour, alors qu’environ une minute plus tard, Harris mène toujours Tordoff et Scott avec sept secondes d’avance, mais Scott se retrouve bientôt en quatrième position et tourne deux secondes plus vite que la Ginetta qu’il poursuit. Au 15e tour, Scott a réussi à s’emparer de la troisième place et à faire un 1-2-3 avec la Huracán.

Une fois de plus, Wilkins abaisse sa propre marque et améliore le tour le plus rapide au 17ème tour, mais Scott le bat ensuite de huit dixièmes. Cependant, Scott a un retard de plus d’une minute sur le leader, et McInulty de quelque 50 ticks, de sorte que les places sur le podium sont restées bloquées jusqu’au drapeau à damier. Tordoff et Harris se disputent la quatrième place, mais Tordoff s’en empare à deux tours de la fin, avant de creuser un écart de 4,7 secondes vers la fin de la course. Ils ont été suivis par Davies, Jewell/Carroll, Haynes/Sharpe et Harrison.

Masters GT Trophy - Course 2
Wilkins double la mise en remportant sa deuxième victoire au Masters GT Trophy à Brands

Craig Wilkins a terminé son week-end de domination dans le Masters GT Trophy en remportant également la deuxième course de la jeune série lors du Masters Historic Festival. En tête d’une Lamborghini Huracán Super Trofeo Evo 1-2-3, Wilkins a remporté la victoire avec 39 secondes d’avance sur Jason McInulty, qui est revenu de l’arrière pour prendre la deuxième place.

« Je m’attendais à une lutte avec Jason », a déclaré Wilkins, « mais c’était un très bon week-end, j’en suis très satisfait ».

Sam Tordoff a bien tenté de faire monter sa Porsche 997.2 Cup sur le podium, mais il n’a rien pu faire face à la Lamborghini de Neil Glover/Aaron Scott qui lui revenait en pleine figure. Cinquième au classement général, Ray Harris a également doublé les honneurs en GT4, la BMW M3 GT4 de George Haynes/Adam Sharpe prenant la deuxième place de la classe et la neuvième au classement général.

Septième et huitième, Nathan Luckey et Dallas Carroll se sont disputé la deuxième place de la classe Cup derrière Tordoff, la 991.1 de Luckey l’emportant sur la 991.2 de Carroll vers la fin de la course.

La dernière course Masters du week-end, le Masters GT Trophy, a débuté avec le vainqueur de la course 1, Craig Wilkins, en tête devant la Lamborghini Huracán Super Trofeo Evo de Neil Glover, qui a immédiatement creusé l’écart. Tordoff, sur la Porsche 997.2 Cup, se rapproche de Glover tout en étant poursuivi par Ray Harris sur la Ginetta G55, tandis qu’à l’arrière, Jason McInulty, sur la troisième Super Trofeo Evo, se hisse à la cinquième place au 2e tour. Sixième, Dallas Carroll conduit en solo la 991.2 Cup de Marcus Jewell, Nathan Luckey la 991.1 Cup, Ron Maydon le Super Trofeo et George Haynes la BMW M3 GT4.

Au quatrième tour, Wilkins a pris une avance de 17 secondes sur Tordoff, tandis que McInulty a déjà dépassé Glover pour prendre la troisième place. Harris talonne les Lambos avec quatre secondes de retard sur Glover, tandis que Carroll se défend contre Luckey et Maydon.

Un tour plus tard, McInulty freine très tard dans le virage de Paddock Hill, et en gravissant la colline côte à côte, Tordoff revient sur la Lamborghini dans Druids. La fois suivante, cependant, McInulty est passé à travers. Pendant ce temps, la lutte pour la sixième place s’est avérée passionnante, Maydon devançant Luckey pour se lancer à la poursuite de Carroll.

La fenêtre des stands étant désormais ouverte, McInulty est le premier à cligner des yeux, suivi par Luckey, tandis que les autres décident de rester pour l’instant. Au huitième tour, le leader de la course, Wilkins, se rapproche de George Haynes et cède la BMW à Adam Sharpe. Les prochains à s’arrêter sont Neil Glover, qui laisse Aaron Scott s’occuper de la Lamborghini, et Ron Maydon, que Craig Davies attend pour prendre sa place. Au 9e tour, c’est au tour de Tordoff, seuls Harris et Carroll poursuivant leur route, mais ils sont rentrés dans le 10e et le 11e tour, respectivement. Tordoff étant contraint de rester plus longtemps au stand en raison de sa pénalité de pilote d’élite, Aaron Scott a pu piéger la Porsche avant qu’elle ne rejoigne la piste.

est toujours en tête de la course, avec 30 secondes d’avance sur McInulty au 12ème tour. Harris, sur la Ginetta G55, est troisième, mais pas pour longtemps, car Scott se rapproche rapidement, avec Tordoff à sept secondes de plus. Davies devance Tordoff de 15 secondes, tandis que Luckey se hisse à la septième place, après avoir rétrogradé Carroll à la huitième.

Toujours dans le sillon, Wilkins continue d’augmenter son avance, alors que Scott obtient le tour le plus rapide de la course en 1,28, réduisant son retard sur McInulty à 20 secondes. Dix secondes derrière le trio de tête de la Lambo, Harris voit Tordoff se rapprocher rapidement, et au 16e tour, la Porsche le dépasse dans la ligne droite de départ et d’arrivée.

Au drapeau à damier, Wilkins a complété ses deux excellentes courses par une autre victoire dominante, menant Jason McInulty et Aaron Scott à la maison avec 39 et 45 secondes respectivement. Tordoff a terminé quatrième et a remporté la classe Cup, tandis que Harris a remporté les honneurs en GT4 au volant de la Ginetta G55. La Lambo Davies/Maydon a pris la sixième place devant les Porsche Luckey et Carroll et la BMW Haynes/Sharpe.

Masters Pre66 Touring Cars
Tordoff remporte la victoire en Touring Car Masters Pre-66 au Masters Historic Festival

Sam Tordoff a surmonté sa pénalité pour arrêt au stand du pilote d’élite pour remporter la course Masters Pre-66 Touring Car à Brands Hatch, sa Ford Falcon revenant de l’arrière pour vaincre la Ford Mustang de Mike Whitaker avec 3,6 secondes d’avance. Avec 19 secondes de retard, John Spiers et Nigel Greensall se sont hissés à la troisième place dans leur Mustang.

« Une belle course, j’ai vraiment apprécié », a déclaré Tordoff. « Je savais que Mike allait me garder honnête, avec la pénalité. Il était proche de moi à Donington et encore plus ici. Il s’agissait de créer un écart sans trop abîmer les pneus. En fin de compte, il s’agissait juste de gérer et de ne pas faire de bêtises.

« Je me suis donné une pénalité en mettant la voiture dans le gravier une fois », a déclaré Whitaker. « Je me suis dit que je pourrais peut-être essayer de rester avec lui, mais j’ai finalement décidé de conserver ma deuxième place.

« Il y avait beaucoup de pilotes du BTCC, anciens et actuels, et je n’ai pas eu le temps de monter dans la voiture, mais j’ai adoré », a déclaré Spiers.

« C’était fantastique, les normes de conduite sur la piste étaient fantastiques et tout le monde était très respectueux », a déclaré Greensall.

La lutte pour la classe Cortina a été remportée par John Cook, suivi de près par David Dickenson, Michael Cullen, Ambrogio Perfetti et Paddy Shovlin, tandis que Jeff Smith a dominé la classe Mini pour terminer 12e au classement général. Phil Bullen-Brown a mené la Mini de Ian Curley/Aaron Smith pour la deuxième place pendant presque toute la course, mais Aaron Smith a devancé son rival dans le dernier tour.

« Je savais que je devais bien m’en sortir, mais les gars qui ont fait le plus de courses dans cette catégorie ont bien travaillé », a déclaré Cook. « Ces gars-là étaient très proches à la fin. Mais je suis vraiment content, il faisait vraiment chaud là-dedans, mais la voiture a tenu le coup. »

« Lorsque je suis sorti des stands, j’ai vu le numéro 57 dans mes rétroviseurs, ce qui m’a donné un coup de fouet », a déclaré Dickenson. « Mais il m’a dépassé dans les embouteillages après tout… »

« Nous avons eu une belle bataille, trois, quatre, cinq voitures à certains moments – c’était très serré. C’était un jour heureux », a déclaré Cullen.

Juste après la pause déjeuner, les 40 voitures de tourisme Masters Pre-66 ont pris place sur la grille de départ, avec la Ford Falcon de Sam Tordoff en pole, rejointe par la Mustang de John Spiers/Nigel Greensall, avec Spiers au départ. Sur la deuxième ligne, Josh Cook a couru en solo avec la Cortina de Mike Gardiner, ce qui a entraîné une pénalité supplémentaire pour le pilote d’élite. En quatrième position, Steve Soper démarre la Mustang d’Alan Mann Racing.

Après un premier tour mouvementé, Tordoff mène devant Cook, Soper, la Mustang de Michael Whitaker Jr, Spiers, Michael Cullen dans la seconde Cortina, devant deux autres Cortina pédalées par David Dickenson et Ambrogio Perfetti, Alex Thistlethwayte et Dave Coyne avec deux autres Mustang complétant le top 10 pour l’instant. Dans la catégorie Mini, Jeff Smith avait cinq voitures entre lui et Tom Bell qui se battait avec Phil Bullen-Brown et Ian Curley.

Whitaker Jr était l’homme en mouvement, dépassant Soper pour la troisième place, tandis que Perfetti prenait la septième place à Dickenson. Quelques instants plus tard, Soper s’éteint, laissant passer Spiers, Cullen et Perfetti, Craig Davies ralentissant à son tour dans sa Mustang. Grâce à quelques tours d’ouverture en trombe, Tom Sharp s’est hissé à la septième place au volant de sa Mustang, poursuivant puis dépassant Perfetti pour la sixième place, la Mustang de Dan Williamson entrant également dans le top 10, mais dès qu’il y est parvenu, on le voit rentrer aux stands, cédant la place à la Cortina de Paddy Shovlin.

En tête, Tordoff menait avec quatre secondes d’avance sur Cook et Whitaker Jr, Spiers 11 secondes plus loin, en tête d’un train de rivaux composé de Tom Sharp, Cullen, Dickenson, Thistlethwayte, Perfetti et Shovlin, apparemment inarrêtables. Parmi les Minis, Tom Bell et Mark Burnett ont été victimes d’une surchauffe du moteur de leur Mini. Cela signifie que Ian Curley a pris en charge la poursuite de Jeff Smith en 14ème position au classement général, toujours avec trois voitures plus grandes qui servent de coussin.

Whitaker Jr ayant commis une erreur au 5ème tour, Cook est maintenant en bonne position, avec six secondes d’avance sur la Mustang, mais avec un retard de huit ticks sur Tordoff. La fois suivante, cependant, c’était 11 secondes, car Tordoff a réalisé le tour le plus rapide de la course. Dans la moitié inférieure du top 10, Thistlethwayte a pris la septième place à Dickenson. Peu après, ils ont tous deux gagné une place, alors que Sharp a été vu en train de rentrer dans les stands. Après avoir tous deux dépassé Cullen, Thistlethwayte et Dickenson se sont retrouvés en cinquième et sixième position, tandis que plus loin dans le classement, Matt Neal, qui était parti de l’arrière, a vu sa progression stoppée par un abandon aux stands en raison d’une surchauffe des freins.

15 minutes plus tard, l’avance de Tordoff s’est accumulée pour atteindre 17 secondes, alors que Cook a vu Whitaker Jr rattraper le terrain perdu, la Mustang n’ayant plus que quatre secondes de retard sur la Cortina la plus rapide. Spiers se maintient en quatrième position, tandis que Thistlethwayte, Dickenson et Perfetti suivent tous quatre secondes plus loin. Michael Cullen et Paddy Shovlin, anciens coéquipiers de l’équipe de covoiturage, ont pris la huitième et la neuvième place, leur ordre changeant au dixième tour, alors que Martin Melling est maintenant dixième dans le deuxième Falcon de la course. En 11e position, la Cortina de Roy Alderslade est poursuivie par le leader de la catégorie Mini, Jeff Smith, qui a lui-même Marcus Jewell et Neil Brown dans une paire de Cortina à ses trousses. Derrière la Cortina de Pete Chambers, Curley, Bullen-Brown et Jonathon Page se disputent la deuxième place dans la catégorie Mini.

La fenêtre des stands étant désormais ouverte, Sam Tordoff est l’un des premiers à entrer, tout comme Jewell qui passera le relais à Ben Clucas. Spiers est le suivant, sa Mustang étant maintenant prise en charge par Nigel Greensall, alors que Whitaker Jr s’arrête à la prochaine occasion au 13ème tour. Tordoff ayant purgé sa pénalité de pilote d’élite, Whitaker Jr l’a devancé aux arrêts, la Mustang menant désormais la Falcon de sept secondes. Au 14e tour, Cook arrive en compagnie du leader de la catégorie Mini, Jeff Smith. La star du BTCC a dû purger une pénalité de temps similaire à celle de Tordoff, et il a donc rejoint la course derrière Whitaker Jr et Tordoff.

Les six voitures de tête, Dickenson, Shovlin (pénalisé pour avoir dépassé les limites de la piste), Cullen, Thistlethwayte, Melling et Bullen-Brown, passent toutes au stand, seul Perfetti restant en piste un tour de plus. Une fois l’Italien norvégien écarté, Whitaker Jr a pris la tête de la course, avec quatre secondes d’avance sur Tordoff, mais au tour suivant, l’écart n’était déjà plus que de 1,6 seconde. Pendant ce temps, au 18e tour, Cook dépasse Dickenson et Perfetti, alors que les Cortina sont poursuivies par les Mustang de Cullen et Shovlin, Nigel Greensall approchant rapidement en huitième position, après avoir déjà fait face à Thistlethwayte et Alderslade. Smith, leader de la catégorie Mini, est désormais 11e au classement général, avec 13 secondes d’avance sur Bullen-Brown, tandis qu’Aaron Smith, dans la Mini pilotée par Curley, est à trois secondes.

Au 19ème tour, Whitaker Jr trouve Tordoff juste derrière lui, mais pour le moment il s’accroche. La fois suivante, cependant, le Falcon est parvenu à reprendre l’avantage. Cook est désormais distancé de 25 secondes, avec Dickenson, Cullen et Perfetti toujours à proximité, mais Greensall, en septième position, semble prêt à les éliminer tous un par un. Deux tours plus tard, c’est chose faite, Greensall se montrant désormais dans les rétroviseurs de Cook. Au 23e tour, la Mustang passe en troisième position.

Dans le dernier quart de la course, l’avance de Tordoff sur Whitaker Jr est passée à 5,4 secondes, Greensall étant distancé de 25 secondes. Cook est maintenant à la tête d’un train royal de Cortinas, avec Dickenson, Perfetti, Shovlin et Cullen qui se livrent à une belle bataille. Thistlethwayte suivait ce groupe avec huit secondes d’avance, Alderslade étant à quatre secondes de plus. Toujours 11e au classement général, Jeff Smith continue de dominer la catégorie Mini, alors que ses plus proches rivaux, Bullen-Brown et Aaron Smith, se disputent les 14e et 15e places au classement général.

A dix minutes de la fin de la course, Whitaker Jr, qui avait perdu dix secondes, a rattrapé une partie de son retard lorsque Tordoff a fait un mauvais tour à Brands au 27ème tour, et que le multiple vainqueur du BTCC s’est mis en mode « sauvegarde ». Greensall est légèrement plus rapide qu’eux, mais il doit combler un écart infranchissable de 19 secondes. Cook, Dickenson, Shovlin, Cullen et Perfetti ont continué à jouer les ding-dong avec leur Cortina, de la quatrième à la huitième place.

Alors que le chronomètre s’achemine vers zéro, Tordoff continue de céder du temps à Whitaker Jr, tandis que Greensall ne parvient plus à progresser. Derrière eux, Perfetti est remonté en septième position en dépassant Shovlin qui sera de toute façon pénalisé. Parmi les Minis, Smith (J.) n’est plus que 12e au classement général, Ben Clucas l’ayant devancé, mais il garde le contrôle, laissant Bullen-Brown et Smith (A.) ramasser les miettes des Mini.

Tordoff avait tout sous contrôle, cependant, et le Falcon a remporté la victoire avec 3,6 secondes sur Michael Whitaker Jr. Greensall est troisième, à 19 secondes, tandis que le trio de tête de la Cortina se compose de Cook, Dickenson et Cullen, suivis de Perfetti et Shovlin. Thistlethwayte et Alderslade forment le reste du top 10, Clucas étant le suivant devant Jeff Smith, vainqueur de la catégorie Mini. En fin de course, Bullen-Brown n’a pas réussi à maintenir Aaron Smith derrière lui pour la deuxième place de la catégorie.

Masters Racing Legends pour les voitures de F1 66/85 - Race 1
Hazell remporte la première course des Masters Racing Legends à Brands

Mark Hazell a résisté à la pression pendant toute la course pour remporter la première course Masters Racing Legends pour les voitures de Formule 1 de 1966 à 1985 lors du Masters Historic Festival. La Williams FW07B de Hazell a été poursuivie tout au long de la course par la Lotus 77 de Nick Padmore, vainqueur de la catégorie avant 78, et par la Tyrrell 011B de Jamie Constable, vainqueur de la catégorie après 82, mais elle a tenu bon jusqu’à ce que le drapeau rouge soit déployé pour Steve Hartley qui a chuté avec sa McLaren MP4/1 après un départ en trombe depuis le fond de la grille jusqu’à la cinquième place.

« Putain de merde, c’était une sacrée pression ! » a déclaré un Hazell ravi.

« Je veux une voiture à effet de sol », a déclaré M. Padmore. « La voiture était bonne en ligne droite, mais les virages étaient difficiles. Mark a très bien piloté, mais je n’ai pas réussi à l’atteindre.

« La voiture était un peu sous-vireuse », a déclaré l’agent. « Nick était bon sur la ligne droite, mais dans les virages, il était trop serré pour le dépasser. J’ai tenté ma chance plusieurs fois, mais je n’y suis pas parvenu.

Ken Tyrrell (Tyrrell 011) s’est rapproché de la tête de la course à la fin, l’Américain s’étant occupé de son coéquipier kiwi Warren Briggs (McLaren M29) un peu plus tôt. Sixième au classement général, Mark Higson (McLaren MP4/1B) a remporté une longue bataille avec la Tyrrell 011 de James Hagan et la Shadow DN9 de Mark Harrison.

Dixième au classement général, Ian Simmonds a pris la deuxième place dans la classe post-82 au volant de sa Tyrrell 012, tandis qu’Ewen Sergison (Shadow DN9A) a remporté la bataille pour la deuxième place dans la classe pré-78 face à Peter Williams au volant de la Lec CRP1.

« Nous nous sommes bien battus », a déclaré Sergison. « Chaque fois que je regardais dans mes rétroviseurs, il était là. Et à chaque fois que je faisais une erreur, je le voyais faire la même chose, donc nous avions les mêmes problèmes !

« J’aurais pu », a déclaré Williams à propos de la tentative de dépassement de Sergison, « mais cela aurait pu se terminer par des larmes… »

Sous un soleil radieux, les Formule 1 1966-85 des Masters Racing Legends se sont alignées pour la première des deux courses phares de 20 minutes des Whitsunday. Avec Mark Hazell en pole dans l’ex-Alan Jones Williams FW07B et Nick Padmore à ses côtés dans l’ex-Gunnar Nilsson Lotus 77, le peloton s’est élancé dans le virage de Paddock Hill, avec deux voitures en difficulté lors des qualifications juste derrière – la McLaren MP4/1 de Steve Hartley et Simon Fish dans l’Arrows A4 de Hartley.

Hazell prend la tête devant Padmore, Jamie Constable dans la Tyrrell 011B, Warren Briggs dans la McLaren M29, Ken Tyrrell dans la Tyrrell 011 et Mark Harrison dans la Shadow DN9. Rapidement, Padmore se retrouve à l’arrière de la Williams, mais Hazell tient bon, et Constable se rapproche de la Lotus. A l’arrière, Hartley est en 14ème position, Fish en 15ème. Malheureusement, Bruckner s’est retrouvé dans l’A6 des Arrows, la course de l’Autrichien semblant terminée après un seul tour.

Les trois premiers se sont détachés de la lutte entre les coéquipiers Briggs et Tyrrell, Harrison continuant à tenir Mark Higson sur la McLaren MP4/1B et James Hagan sur la Tyrrell 011 bleue, suivis par la Tyrrell 012 de Ian Simmonds et Neil Glover sur l’Arrows A5 qui voit maintenant Hartley se rapprocher rapidement.

Avec le tour le plus rapide de la course, Hazell a pris une avance de 1,1 seconde sur Padmore au troisième tour, Constable étant à moins d’une seconde en troisième position. Six secondes plus tard, Tyrrell a finalement réussi à dépasser Briggs pour prendre la quatrième place, alors que Hartley est maintenant huitième, après avoir dépassé Simmonds et Hagan. Dans la classe pré-78, Ewen Sergison (Shadow DN9A) se battait bec et ongles avec Peter Williams (Lec CRP1), la deuxième place de la classe étant en jeu. Max Werner, quant à lui, s’est retiré de cette bataille, sa 308 Hesketh ayant perdu de la pression d’essence.

A la moitié de la course, le trio de tête est toujours attaché à un fil, avec seulement une demi-seconde d’écart, car Tyrrell derrière eux s’est détaché de Briggs, maintenant poursuivi par Hartley. Avec 22 secondes de retard, Harrison, Higson et Hagan se disputent la septième place, avec Simmonds à leurs trousses en tant que deuxième voiture dans la voiture à fond plat post-82, avec Constable bien en tête dans la classe.

Au 8e tour, Mark Hazell n’a toujours pas le temps de souffler, mais Constable harcèle désormais Padmore aussi durement que la Lotus poursuit le leader. Alors que les trois premiers s’observent, Tyrrell s’approche sournoisement de la bataille en tête, avec seulement trois secondes d’avance. Hartley, tout en tournant plus vite que n’importe qui en piste, a pris une autre place, maintenant au détriment de son collègue pilote McLaren Warren Briggs. Dans le combat Higson, Harrison, Hagan, le premier avait pris de l’avance sur ses rivaux et occupait désormais une solide septième place.

À cinq minutes de la fin, le groupe de tête est passé à quatre, Hazell continuant à absorber la pression, mais pour Hartley, la lutte est terminée, car il part en tête-à-queue et perd sa cinquième place, ce qui entraîne une chute qui déclenche le drapeau rouge. La course ne reprenant pas, Hazell est déclaré vainqueur devant Padmore, Constable, Tyrrell, Briggs, Higson et Hagan, Hartley étant toujours classé huitième. Mark Harrison a terminé neuvième, devant Ian Simmonds qui a pris la deuxième place dans la classe post-82, tandis que Sergison a tenu tête à Williams pour la deuxième place dans la classe pré-78.

Masters Racing Legends pour les F1 66/85 - Course 2
Padmore profite de la disparition de Hartley pour remporter la deuxième course des Masters Racing Legends à Brands.

Pour la deuxième fois cette saison, Nick Padmore a remporté la victoire au classement général pour une voiture d’avant 78, le pilote de la Lotus 77 profitant de la disparition de Steve Hartley à six minutes de la fin.

Depuis la pole position inversée, Hartley a mené la deuxième course des Masters Racing Legends pour les voitures de Formule 1 de 1966 à 1985, avant que tout ne s’arrête au même endroit où il avait été contraint à l’abandon dans la course 1.

« Dans le premier tour, j’ai dépassé deux voitures, et après la voiture de sécurité, j’étais complètement allumé », a déclaré Padmore. « Tout s’est bien passé ce week-end, de la Mini à la Lotus… »

Padmore a ensuite remporté la victoire devant Ken Tyrrell sur la Tyrrell 011 et Mark Hazell sur la Williams FW07B, vainqueur de la première course. Warren Briggs a réussi à prendre la quatrième place au volant de sa McLaren M29, tandis que Mark Higson a obtenu son meilleur résultat dans la série en se classant cinquième au volant de sa McLaren MP4/1B.

« Nick a été un peu difficile à rattraper, mais quelle expérience, avec ces grands compétiteurs sur un grand circuit », a déclaré Tyrrell.

« Ils se sont très bien débrouillés », a déclaré Hazell à propos de ses collègues sur le podium. « Jamie est parti avec des pneus froids et je me suis ensuite accroché.

« J’ai été très heureux de m’accrocher à Mark – super piste, super endroit, super temps », a déclaré Briggs.

En sixième position, la Tyrrell 012 de Ian Simmonds a remporté les honneurs de la classe post-82, la Tyrrell 011B de Jamie Constable ayant chuté dans le premier tour, tandis que Max Werner a pris d’assaut le peloton pour s’emparer de la deuxième place dans la classe pré-78 au volant de la Hesketh 308, Peter Williams se classant à nouveau troisième dans la classe au volant de la Lec CRP1.

« C’était incroyable ici à Brands Hatch, un circuit si emblématique. C’était une super course, je suis super content d’être ici, sur le podium pour la première fois », a déclaré Werner.

Deuxième temps fort du Masters Historic Festival dimanche, les Masters Racing Legends ont aligné leurs Formules 1 1966-85 pour la deuxième fois, et c’est Steve Hartley dont la McLaren MP4/1 réparée s’est retrouvée en pole position sur la grille inversée pour les cinq premières, devant la Tyrrell 011 de Ken Tyrrell, la Tyrrell 011B de Jamie Constable, Nick Padmore dans la Lotus 77, Warren Briggs dans la McLaren M29 et le vainqueur de la course 1 Mark Hazell dans la Williams FW07B.

Cependant, trois virages plus tard, Padmore a plongé à l’intérieur de Constable, qui a subi la pression de Hazell et a ensuite fait un tête-à-queue dans l’herbe dans le virage de Sheene. Hartley mène toujours devant Tyrrell, mais Padmore harcèle également l’Américain, et au deuxième tour, il se hisse en deuxième position pour poursuivre Hartley en tête. Pendant ce temps, Ewen Sergison était également hors course.

Hartley et Padmore continuent de se battre jusqu’au troisième tour, tout en creusant un écart de trois secondes avec Tyrrell, qui trouve Hazell à ses trousses. Briggs et Higson sont les suivants, après quoi un espace de sept secondes s’ouvre à Mark Harrison dans la Shadow DN9, qui est poursuivi par Ian Simmonds dans la Tyrrell 012. Simon Fish (Arrows A4), James Hagan (Tyrrell 011) et Max Werner (Hesketh 308) se sont battus pour la neuvième place, Fish s’imposant.

Quatre tours plus tard, Hartley avait pris une avance de 1,2 seconde, alors que Padmore commençait à lâcher Tyrrell qui, à son tour, avait laissé Hazell derrière lui avec deux secondes d’avance. Constable ayant rejoint l’équipe, Simmonds a pris la tête de la classe post-82 en neuvième position, l’Arrows A6 d’Arthur Bruckner étant deuxième en quinzième position au classement général. Derrière Padmore, Max Werner est deuxième dans la classe pré-78, devançant Peter Williams sur la Lec CRP1 et Paul Grant sur la March 761.

Hartley met alors véritablement le feu aux poudres, laissant Padmore le poursuivre avec 2,7 secondes d’avance. Tyrrell continue de s’éloigner de Hazell, qui voit maintenant Briggs se rapprocher de lui, avec Higson à six secondes de plus. Harrison et Fish se disputent la septième place, à 27 secondes, tandis que Simmonds devance toujours Hagan de peu.

Un nouveau tour le plus rapide de la course suit au 6e tour, Hartley creusant encore l’écart entre lui et Padmore, qui passe à 4,8 secondes. Plus loin, Fish a pris le dessus sur Harrison pour prendre la septième place, mais soudain, Hartley est parti ! Il s’est arrêté à l’endroit même où il a trouvé son nadir dans la course 1, et la McLaren étant garée dans une position dangereuse, le contrôle de la course a été contraint de faire intervenir la voiture de sécurité.

Padmore est le nouveau leader, suivi par Tyrrell, Hazell, Briggs, Higson, Fish, Harrison, Simmonds, Hagan et Werner. Alors que le peloton est à nouveau groupé, Hartley démarre par ses propres moyens, mais il rentre aux stands après un week-end à oublier. Il s’agissait donc d’un sprint de trois minutes jusqu’à la ligne. Dès le drapeau vert, Padmore s’élance pour creuser un écart sûr, menant Tyrrell de 1,5 seconde après leur premier tour de chauffe, Hazell revenant à quatre secondes, Briggs cherchant à prendre la place. Derrière eux, Fish perd de la puissance et voit Harrison, Simmonds et les autres passer à toute allure, alors qu’il ne reste plus qu’un tour à parcourir…

Padmore a donc remporté la victoire devant Tyrrell, Hazell, Briggs et Higson, Harrison et Simmonds héritant des sixième et septième places. Simmonds a remporté les honneurs de la classe post-82, tandis que Werner et Williams, huitième et neuvième au classement général, ont pris les places restantes sur le podium pré-78.

Masters Sports Car Legends - Course 1
Sleep/Montgomery remportent la première course des Masters Sports Car Legends à Brands

Dans une course d’usure acharnée, Nick Sleep et Alex Montgomery ont remporté une victoire surprise dans le premier des deux combats Masters Sports Car Legends au Masters Historic Festival de Brands Hatch. Leur Lola T70 Mk3 a hérité de la tête lorsque la T70 Mk3B de Chris Beighton semblait en passe de remporter la victoire, avant de flancher à trois minutes de l’arrivée.

« Nous venons d’apprendre qu’il avait un pneu arrière crevé », a déclaré Montgomery. « Pas de chance pour Chris, mais c’est bon d’être ici ! »

Jason Wright s’est hissé à la deuxième place avec une autre T70 Mk3B, à 7,5 secondes des vainqueurs, tandis que Robert Shaw a sauvé la troisième place avec sa Chevron B19 malgré la pression intense exercée par la Lola T212 de Stephan Joebstl/Andy Willis, qui a ensuite expiré dans le dernier tour. Nick Pink a pris la quatrième place au volant de la Lola T210 après une lutte de longue haleine avec la T212 de Paul Allen, qui n’a pas non plus réussi à atteindre la fin de la course. Pendant ce temps, la Lola T296 de James Claridge/Gonçalo Gomes, qui avait signé la pole position, a dû abandonner prématurément.

« Mon dispositif HANS était très inconfortable pendant la course, en particulier dans la deuxième partie de la course », a déclaré Wright. « J’aurais aimé être plus proche d’Alex vers la fin. Mais ils ont eu un gros accident aux essais, alors je suis content de les voir ici. »

« Il semblait y avoir une lutte avec Andy à la fin », a déclaré Shaw, « mais il y a eu un problème de moteur, et la pression est retombée… »

Dans la classe Bonnier, Georg Kjallgren a donné à la marque Daren une victoire sur la Chevron B8 partagée par Peter Thompson et Charles Allison, tandis que la classe Hulme n’a pas connu de vainqueur : à mi-parcours, la McLaren M1B de John Spiers/Nigel Greensall et la Cooper Monaco King Cobra de Keith Ahlers/Billy Bellinger ont toutes deux succombé à des problèmes mécaniques.

Les voitures Masters Sports Car Legends se sont alignées pour le départ en fin d’après-midi de leur première course du week-end, la série ayant pour la première fois deux courses de 40 minutes au lieu d’une course de 60 minutes. Par un temps printanier radieux, le soleil faisant miroiter les voitures, James Claridge a pris la tête de la course, mais Beighton était déjà dans le coup dès le premier tour et s’est rapidement retrouvé en tête. Avant la fin du tour, Nick Sleep dans la T70 Mk3 a également trouvé un moyen de dépasser Claridge avant que John Spiers ne prenne la T296 dans le 2e tour.

Beighton dans la T70 Mk3B mène donc Sleep dans la voiture précédente, avec 2,2 secondes d’avance, Spiers et Claridge se lançant à sa poursuite et Jason Wright dans l’autre T70 Mk3B. Stephan Joebstl était sixième dans la Lola T212, devant la Chevron B19 de Robert Shaw, la Lola T210 de Nick Pink et Paul Allen dans une autre T212. Georg Kjallgren a mené la classe Bonnier dans la Daren Mk2, devant Peter Thompson et Paul Ingram dans les Chevron B8. Séparant les Daren et les Chevron, Keith Ahlers a terminé 11e au classement général dans la Cooper Monaco King Cobra, deuxième derrière la McLaren M1B de John Spiers dans la classe Hulme.

Quatre tours après le début de la course, Beighton a augmenté son avance sur Sleep à 3,9 secondes et Spiers lui met la pression, tandis que Claridge et Wright se disputent la quatrième place, l’Américain lui cédant la position lorsque la Lola T296 de Claridge est vue en train de s’arrêter dans le tour suivant. Grâce au travail rapide des commissaires, le problème a été résolu sans nécessiter de voiture de sécurité. Pendant ce temps, au 7e tour, Paul Ingram ramène sa Chevron B8 aux stands et dans le paddock, victime de problèmes de freins.

Alors que le temps s’écoule jusqu’à la fenêtre des stands, Beighton devance Sleep de cinq secondes, tandis que Spiers continue de harceler Sleep pour la deuxième place. Wright a trois secondes d’avance sur la bataille Sleep/Spiers, mais il gagne en vitesse à chaque tour, tandis que Shaw suit Wright de 19 secondes. Joebstl avait 7 secondes d’avance sur Shaw, mais en avait 8 sur Pink et Allen. Une demi-minute plus tard, Kjallgren, Ahlers et Thompson étaient nez à nez.

Au 10ème tour, Spiers est le premier à passer la main à Nigel Greensall, bientôt rejoint par Joebstl, Andy Willis prenant la place de l’Autrichien. Sa pénalité de pilote d’élite ayant été appliquée aux arrêts, Greensall a rejoint la dixième place au classement général, Willis étant à 30 secondes. Suivent Kjallgren, Allen et Thompson, ce dernier cédant sa place à Charles Allison, mais la grande nouvelle est le retour de Greensall aux stands après un seul tour de Brands Hatch. Avec deux tours de retard, il rejoint la course en dernière position. Mais cela en valait la peine, car dans les stands, mais semblant y rester, se trouvait également la Cooper Monaco King Cobra d’Ahlers/Bellinger, dont le moteur s’était mystérieusement arrêté, ce qui signifiait que Greensall avait repris la tête de la classe.

Tandis que Beighton, Shaw et Pink continuent de circuler, Nick Sleep entre à son tour en jeu, échangeant sa place avec Alex Montgomery. Au 13e tour, Beighton réalise le tour le plus rapide de la course avant de rentrer pour son arrêt obligatoire, suivi par Shaw et Pink. A la sortie des stands, Beighton conserve ses dix secondes d’avance sur Montgomery, mais Wright est désormais troisième, profitant de la mésaventure de Greensall, la McLaren ayant été arrêtée une troisième fois. Shaw est quatrième, mais il est maintenant poursuivi par Willis, tandis que Paul Allen et Nick Pink se livrent à nouveau un duel sur les mêmes portions de tarmac. Il en va de même pour le combat de la classe Bonnier entre Kjallgren et Allison, qui n’ont plus que deux secondes d’écart.

A dix minutes de l’arrivée, Beighton a lentement mais sûrement creusé un écart de 13,9 secondes avec Montgomery, tandis que Wright est désormais à 25 secondes du leader. En quatrième position, Shaw perdait rapidement du terrain face à un Andy Willis en feu dans la Lola T212. Pendant ce temps, les combats Allen/Pink et Kjallgren/Allison ont continué à divertir.

Mais le drame survient alors que Beighton rentre au stand avec une crevaison, tandis que Greensall revient pour la quatrième fois et abandonne avec un écrou de roue avant gauche desserré. Montgomery est donc le nouveau leader, avec neuf secondes d’avance sur Wright, tandis que Willis continue de se rapprocher de Shaw, qui n’est plus qu’à une seconde. Entre-temps, Allen s’est également arrêté en piste, libérant Pink de sa lutte pour la cinquième place, tandis que Kjallgren a réussi à faire reculer Allison de dix secondes.

Alors que les dernières secondes s’égrènent, Montgomery ramène la Lola T70 Mk3 à la maison pour une victoire surprise devant Wright, mais au lieu de s’emparer de la troisième place, Willis s’arrête péniblement en piste, ce qui permet à Shaw de conserver sa place sur le podium. Pink a terminé quatrième devant Kjallgren, vainqueur de la catégorie Bonnier, et son rival Allison, alors que seulement six voitures ont atteint le drapeau à damier…

Masters Sports Car Legends – Course 2
Beighton prend les commandes de la deuxième course des Masters Sports Car Legends à Brands

Depuis le fond de la grille de départ, Chris Beighton a mené une course impressionnante pour prendre la tête après trois tours et remporter la victoire dans la deuxième course des Masters Sports Car Legends. Après le désastre de samedi, lorsque la Lola T70 Mk3B est tombée en panne à quelques minutes de la fin alors qu’elle était en position de gagner, Beighton n’a pas fait de prisonniers cette fois-ci et a gagné avec 23 secondes d’avance.

« Absolument ! Beighton a déclaré qu’il s’agissait de rattraper la déception de la veille. « C’était un déchirement pour moi et pour l’équipe. Ils étaient découragés, tout comme moi. Alors, vers la fin, j’ai fait tout ce qu’il faut pour être sûr de finir. Mais j’ai pris du plaisir et j’ai particulièrement apprécié la course-poursuite au début !

Alex Montgomery a été le plus proche poursuivant de Beighton dans la première moitié de la course, mais un arrêt aux stands raté alors qu’il passait la main à Nick Sleep a fait chuter la Lola T70 Mk3 à la cinquième place. Jason Wright s’est lancé à la poursuite de l’autre T70 Mk3B, mais il a été poursuivi jusqu’à la ligne par Nigel Greensall dans la McLaren M1B lancée depuis l’arrière par John Spiers. À quelques secondes de la fin de la course, Greensall s’est emparé de la deuxième place au classement général au volant de la machine victorieuse de la classe Hulme.

« C’était fou », a déclaré Greensall, très enthousiaste. « La McLaren est comme un vieil ami, mais c’est comme chevaucher un lion sauvage ! John a fait un relais impressionnant dès le départ pour se hisser en P5, je pense qu’il a fait son relais le plus rapide à ce jour. C’est un vrai plaisir de rejoindre Chris et Jason sur le podium.

« Je me suis endormi ! » Wright a déclaré qu’il avait été devancé par Greensall. « Je ne voyais personne et je ne pouvais pas lire tout le tableau des stands, et quand je l’ai vu, c’était trop tard. Mais c’est génial d’être ici, j’aime le circuit et j’aime être de retour dans la Lola.

Sleep est remonté à la quatrième place, harcelé par Gonçalo Gomes dans la Lola T296 partagée avec James Claridge. Robert Shaw était également dans le coup, jusqu’à ce que la Chevron B19 parte en tête-à-queue alors qu’elle se défendait contre Greensall, Shaw terminant à la sixième place. Nick Pink est septième, avec un tour de retard sur sa Lola T210, tandis que la Daren Mk2 de Georg Kjallgren double les victoires dans la catégorie Bonnier, le Suédois battant une fois de plus la Chevron B8 de Charles Allison.

Pour leur deuxième course du week-end, les Masters Sports Car Legends ont disputé leur course juste avant l’heure du déjeuner. Alex Montgomery, vainqueur de la course 1, est parti en tête, poursuivi par la T70 Mk3B de Jason Wright, la Chevron B19 de Robert Shaw et la Lola T210 de Nick Pink. Georg Kjallgren est resté en tête de la classe Bonnier avec sa Daren Mk2, devant Charles Allison qui conduisait en solo la Chevron B8. Chris Beighton, qui a perdu la victoire en fin de course, s’est rapidement hissé à la quatrième place, tandis que John Spiers, au volant de sa McLaren M1B rafistolée, s’est rapidement hissé à la sixième place. James Claridge, au volant de la Lola T296, s’est retrouvé dans une situation similaire, en remontant dans l’ordre une voiture qui avait abandonné lors de la première course. Malheureusement, la Cooper Monaco King Cobra de Keith Ahlers/Billy Bellinger n’a pas été retenue.

Deux tours plus tard, Beighton avait déjà dépassé son collègue Jason Wright, pilote de la T70 Mk3B, pour prendre la deuxième place, avec Montgomery à environ trois secondes devant. Derrière la Chevron de Shaw, Spiers est remonté à la cinquième place au détriment de Pink, Claridge remontant à la septième place, devant la lutte dans la classe Bonnier entre Kjallgren et Allison.

Beighton réduit rapidement son retard sur Montgomery et la Lola orange prend la tête au 4e tour. Wright a perdu cinq secondes dans la lutte pour la première place, et Shaw quatre secondes de plus. Spiers se rapproche toujours à sept dixièmes du tour, tandis que Claridge se bat toujours pour trouver un moyen de dépasser la Lola plus ancienne de Pink. Pendant ce temps, Allison a dépassé Kjallgren pour prendre la tête de la classe Bonnier.

Après avoir donné le coup d’envoi, Beighton a porté son avance sur Montgomery à un peu moins de dix secondes à l’approche de la fenêtre des stands. Wright devance toujours Montgomery de quatre secondes, tandis que les écarts avec Shaw et Spiers se maintiennent, chacun étant d’environ trois secondes. Neuf ticks plus loin, Claridge a finalement réussi à dépasser Pink, alors que Kjallgren est revenu sur Allison pour la huitième place au classement général.

La fenêtre des stands étant ouverte, Beighton mène de 14,6 secondes, aucune voiture ne choisissant de s’arrêter pour l’instant. Un tour plus tard, cependant, Claridge a passé la main à Gonçalo Gomes. La Lola T296 est suivie par Daren de Kjallgren, mais les quatre premiers restent à l’extérieur. John Spiers était en train d’attacher Nigel Greensall dans la McLaren, cependant, car l’avantage du leader était passé à 18,9 secondes, avec Beighton améliorant une fois de plus son tour le plus rapide de la course. Wright est le suivant, et au tour suivant – le treizième de cette course – le leader rentre aux stands, suivi par Alex Montgomery qui quitte la deuxième place pour passer le relais à Nick Sleep, puis Robert Shaw, Nick Pink et Charles Allison qui suivent soudainement. Tout se passe bien pour Beighton, mais Sleep fait caler la T70 Mk3 avant de pouvoir rejoindre la piste.

Ainsi, à 12 minutes de la fin, Beighton a bouclé 15 tours et devance Wright de 33 secondes, Shaw n’étant qu’à 1,6 seconde de la troisième place. Greensall a hissé sa McLaren M1B en quatrième position devant Sleep, mais derrière eux, Gomes est également en train de voler. Pink n’est plus qu’un lointain septième, tandis que Kjallgren et Allison sont toujours engagés dans la lutte pour la classe Bonnier.

Désormais bien en main, Beighton a légèrement ralenti son rythme, alors qu’il menait de main de maître la lutte à trois pour la deuxième place, Wright conservant une mince marge sur Shaw et Greensall, tandis que Gomes avait rattrapé Sleep pour la cinquième place. Au 18e tour, Greensall est sur l’arrière de la Chevron de Shaw qui part en tête-à-queue dans sa défense et libère Greensall dans sa course pour la deuxième place au classement général. En fait, Sleep et Gomes ont également profité du fait que Shaw a été relégué à la sixième place. Septième, Pink mène désormais une course solitaire, tandis que Kjallgren a réussi à mettre une dizaine de secondes entre lui et Allison.

Alors que Beighton se dirigeait vers la victoire, l’intérêt des dernières minutes était que Greensall tentait de doubler Wright sur la ligne, tandis que Sleep et Gomes se disputaient âprement la quatrième place. À 15 secondes de la fin de la course officielle, Greensall a dépassé Wright pour s’emparer de la deuxième place au classement général sur la machine pré-66, tandis que Sleep s’est accroché pour garder Gomes à distance pour la quatrième place. Shaw et Pink ont pris la sixième et la septième place, tandis que Kjallgren a remporté sa deuxième victoire de classe du week-end en huitième position, le Suédois terminant avec 11 secondes d’avance sur Charles Allison.