Donington Park, UK

MASTERS RACE WEEKEND
2 – 3 Avril 2021

RAPPORTS DE COURSE

Masters Endurance Legends – Course 1
Dex résiste à tous les défis et remporte la première course des Masters Endurance Legends à Donington Park.

Jack Dex a résisté aux attaques de la Lola B12/60 de Steve Tandy et de son coéquipier Max Lynn dans une BR Engineering BR01 similaire pour finalement remporter une victoire convaincante dans la première course Masters Endurance Legends à Donington Park.

Parti en pole position, Dex a d’abord tenu Tandy à distance jusqu’à ce que la Lola parte en tête-à-queue à Redgate, puis a absorbé la pression de Max Lynn à la mi-course pour augmenter son avance à 21 secondes au moment du drapeau à damier. En fait, vers la fin, c’est Lynn qui a été contraint de faire tout ce qui était en son pouvoir pour défendre son père Shaun au volant d’un autre prototype BR01 P2.

Après le 1-2-3 des BR01, Mike Newton, au volant de sa MG-Lola EX257, a pris la quatrième place devant Richard Cook, au volant de la Riley & Scott Mk3C, et Richard Meins, au volant de la dernière BR01. En GT, Olly Bryant était dans une classe à part au volant de la Ford Mustang GT-S1.

Dans les premiers tours, Tandy est l’homme de la situation, rétrogradant Max Lynn à la deuxième place dans sa poursuite de Jack Dex en tête. Auteur du meilleur tour en course au 4e tour, puis du 5e tour, Tandy a rapidement harcelé la BR01 devant lui, tandis que les deux voitures russes similaires de son fils Max et de son père Shaun Lynn devenaient de plus en plus petites.

Mike Newton, cinquième, est dans le no man’s land, avec sept secondes de retard sur le leader, mais 11 secondes d’avance sur Richard Cook dans la Riley & Scott Mk3C, qui à son tour devance Richard Meins dans la dernière des quatre BR01. Cependant, à partir du 7ème tour, Tandy doit tout recommencer car il part en tête-à-queue à l’entrée de Redgate, rétrogradant à la cinquième place derrière Newton.

Dans la classe GT, Olly Bryant était loin devant tout le monde, devançant d’abord Mike Furness dans la Courage LC75 avant que la voiture GT suivante n’apparaisse – la Porsche 997 Grand-Am de Tom Jackson qui avait elle-même une dizaine de secondes d’avance sur Marcus Jewell dans la 996 RSR. Colin Sowter, au volant de la Ferrari 458 GT3, est le suivant.

Avec trois BR01 dans le trio de tête, Max Lynn se rapproche de Dex et laisse son père à cinq secondes. Au 11e tour, Tandy est remonté en quatrième position, mais l’écart avec Shaun Lynn est toujours de neuf secondes, Lynn réalisant des temps au tour presque identiques. Pendant ce temps, Max Girardo était de retour à l’arrière, le problème de moteur de la Dallara SP1 survenu lors des qualifications s’étant à nouveau manifesté lors de la course.

La fenêtre des stands maintenant ouverte, Dex a absorbé la pression de Max Lynn pour augmenter son avance à trois secondes, Lynn Sr étant maintenant à 15 secondes de plus. Tandy grignotait l’avance du troisième BR01 qui n’était plus que de six secondes, tout en augmentant son avance sur Newton, Bryant et Furness.

Au 21ème tour, tous les leaders sont soudainement passés au stand pour leur arrêt obligatoire – avec Tandy qui rentre une seconde fois ! Son tête-à-queue a provoqué une mauvaise vibration dans sa Lola B12/60 – une raison suffisante pour décider sagement de l’abandon de la voiture.

Après les arrêts, Dex a rapidement augmenté son avance à 14 secondes sur Lynn Jr et 20 secondes sur Lynn Sr, avec Newton maintenant dans une quatrième place sûre. Cook conservait quelque 13 secondes d’avance sur Meins en sixième position, tandis que Bryant continuait à dominer en GT. Derrière Furness, en huitième position, Jewell a devancé John Cockerton dans la Porsche Grand-Am de Tom Jackson. Les deux pilotes sont poursuivis par Sowter, la Mosler MT900R de Michael McInerney/Aaron Scott et la Porsche 911 GT3 RS d’Andrew Lawley, qui a vu Simon Watts dans la Lola B2K/40 le dépasser à la fin.

Au fur et à mesure que le temps passe, Dex semble en mesure de remporter la victoire, mais Shaun Lynn met de plus en plus de pression sur son fils Max. Au 35e et dernier tour, Max s’accroche et prend la deuxième place devant son père. Newton, Cook, Meins, Bryant, Furness et Jewell sont les suivants, tandis que dans les derniers tours, Aaron Scott devance Sowter et Cockerton pour la dixième place au classement général et la deuxième place des voitures GT.

Masters Endurance Legends – Course 2
Tandy repousse les BR01 pour remporter la deuxième édition du Masters Endurance Legends à Donington

Steve Tandy a remporté une victoire à l’arraché en repoussant tout ce que les BR01 de Jack Dex, Max Lynn et Shaun Lynn pouvaient lui lancer. Prenant la tête après les arrêts obligatoires à mi-parcours, la Lola B12/60 de Tandy a supporté une immense pression pendant plus de 15 minutes, le trio de tête étant séparé par moins d’une seconde tour après tour.

Ollie Hancock a été l’une des premières vedettes au volant de la Riley & Scott MkIIIC de Richard Cook (Grand-Am et ALMS), mais la voiture a été pénalisée par une pénalité pour départ anticipé et une pénalité pour arrêt au stand en tant que « pilote d’élite ». La MG-Lola EX257 de Mike Newton a également été très en vue dans la première moitié de la course, se mêlant aux BR01 beaucoup plus récentes et à l’ex-Lola du Dyson Racing de Tandy.

Comme vendredi, Olly Bryant était le leader de la classe GT, suivi par la Porsche Grand-Am de Tom Jackson et John Cockerton, mais la classe a basculé lorsque Bryant a abandonné sa Ford Mustang GT-S1 Trans-Am, tandis que la Porsche de Jackson est partie en ligne droite à Redgate, après avoir subi une défaillance des freins. La Ferrari 458 GT3 de Colin Sowter et la Porsche 996 GT3 RSR de Marcus Jewell se sont ensuite disputées la victoire de classe, avec Sowter en tête.

Lorsque le peloton a été libéré, Hancock n’a pas perdu de temps pour dépasser Dex et prendre la deuxième place à Redgate, puis il a surpris tout le monde en dépassant également Max Lynn à Holly Wood pour prendre la première place ! Il s’est rapidement avéré que ce n’était pas juste pour s’amuser, car les Riley & Scott à toit ouvert, beaucoup plus âgés, ont creusé un écart de quatre secondes sur la jeune Lynn. Les actions de Hancock n’ont cependant pas été équitables, puisqu’il a été considéré comme ayant fait un démarrage en trombe.

Derrière eux, Dex avait Tandy à ses trousses, mais une manœuvre ratée de Tandy au 4e tour a permis à Newton de les doubler et de s’emparer de la troisième place devant Tandy et Dex. Lynn Sr est sixième, alors qu’Olly Bryant mène à nouveau la classe GT au volant de sa Trans-Am Mustang GT-S1, devançant à nouveau Mike Furness sur la P2 Courage LC75. La Porsche Grand-Am de Tom Jackson était la suivante, suivie de la Ferrari 458 GT3 de Colin Sowter et de la Porsche 996 GT3 RSR de Marcus Jewell.

Beaucoup de choses se sont passées au 10ème tour, Hancock venant purger sa pénalité stop-and-go juste au moment où Tom Jackson subissait une violente sortie de route à Redgate, faisant sortir la voiture de sécurité. La défaillance des freins a été la cause évidente de la disparition de la Porsche. Au même moment, Olly Bryant a été vu en train de rentrer aux stands en boitant, victime d’une panne de moteur.

Max Lynn est donc la première voiture derrière la voiture de sécurité, suivie par Newton qui se bat toujours contre la nouvelle P1 de Tandy et la P2 plus récente de Dex. Shaun Lynn se hisse à la cinquième place, tandis que Hancock revient dans le peloton en sixième position, devant Richard Meins dans la dernière BR01. Sowter mène désormais la classe GT devant Jewell.

Alors que la période des voitures de sécurité se prolonge, la fenêtre des stands s’ouvre, mais personne, à l’exception de Tandy et du leader Max Lynn, n’en profite encore. Au lieu de cela, Hancock s’envole et, en deux tours, reprend la tête à Newton. Depuis la troisième place, Dex est également passé au stand, laissant Hancock et Newton revenir à la prochaine occasion. S Lynn, Meins et Furness sont les seuls à pouvoir encore s’arrêter, et ils le font juste avant la fin de la fenêtre de ravitaillement.

Après les arrêts, la situation se présente avec Tandy à peine en tête devant M Lynn et Dex, ce dernier ayant réalisé le tour le plus rapide de la course. Newton a distancé le duo de tête de huit secondes, tandis que Richard Cook, dans la Riley & Scott démarrée par Hancock, a perdu près d’une minute dans les stands, en raison de la pénalité de temps infligée au « pilote d’élite » pour avoir eu Hancock à bord de la voiture.

Le combat s’engage alors pour les 12 dernières minutes. Tandy est toujours en tête, mais Dex a maintenant le souffle dans l’aileron arrière de la Lola, les deux BR01 ayant échangé leurs places. La bataille se résumait à un pilote chevronné dans une vieille voiture P1 contre deux jeunes talents dans des machines P2 plus récentes. Dans leur lutte en GT à l’arrière, Jewell avait devancé Sowter pour mener de 1,2 seconde.

À cinq minutes de l’arrivée, Shaun Lynn était impatient de se joindre à la fête, car il a réalisé le tour le plus rapide de la course pour se rapprocher de la BR01 de son fils avec moins de trois secondes d’avance. C’est alors que Tandy s’est fait remarquer en dépassant Meins dans la quatrième BR01, qui a alors malencontreusement freiné ses coéquipiers dans la dernière chicane. Le répit de Tandy est cependant de courte durée, Dex réduisant son retard de neuf dixièmes à quatre dixièmes en l’espace de quelques virages.

Le moteur Judd de Tandy semblait le sauver dans la ligne droite, mais les BR01 plus agiles continuaient à se rapprocher dans les courbes de Craner, puis une petite erreur de Dex dans Macleans dans le dernier tour a été décisive – la victoire est revenue à Tandy. Derrière Dex et son fils, Shaun Lynn a réalisé un autre tour rapide de la course, Newton prenant la cinquième place devant Meins. Les Hancock/Cook Riley & Scott terminent septièmes, tandis que Sowter renverse Jewell pour remporter les honneurs de la catégorie GT.

Masters Racing Legends pour les F1 66/85 – Course 1
Cantillon bat Hartley pour remporter la première course des Masters Historic Formula One à Donington Park

Après avoir perdu en qualifications, Mike Cantillon a renversé la vapeur face à son rival Steve Hartley lors de la première course Masters Historic Formula One à Donington Park. Après quatre tours de course, l’Irlandais a fait passer sa Williams FW07C devant la McLaren MP4/1 de Hartley, qui avait signé la pole position, pour disparaître au loin.

Cantillon s’est imposé avec 17,8 secondes, tandis que Lukas Halusa, au volant de la McLaren M23, a mené une course solide pour dépasser la Lotus 91, beaucoup plus récente, de Steve Brooks, et s’adjuger la troisième place, avec une victoire dominante dans la catégorie pré-78. Son moteur ayant violemment expiré à un virage de la ligne d’arrivée, Brooks n’a pas réussi à franchir le drapeau à damier, mais a été classé quatrième devant le vainqueur de la catégorie post-83, Mark Hazell, qui est revenu pour terminer cinquième au volant de sa Williams FW08.

Pendant ce temps, Warren Briggs est une autre victime, sa McLaren M29 abandonnant la quatrième place au 14e tour. Ron Maydon (Lec CRP1) et Chris Perkins (Surtees TS16), qui ont tous deux réussi à maintenir Hazell derrière eux pendant la majeure partie de la course, ont pris la deuxième et la troisième place dans la classe pré-78.

Peu après le départ, le trio de tête composé de Hartley, Cantillon et Brooks s’est détaché du peloton mené par Halusa, le leader de la catégorie pré-78, alors que Briggs et Maydon avaient réussi à dépasser Hazell pour se hisser aux quatrième et cinquième places. Derrière Hazell, Chris Perkins sur la Surtees TS16 est huitième, tandis que l’Arrows A5 de Neil Glover a rétrogradé la Shadow DN9 de Mark Harrison à la dixième place. Pendant ce temps, Ian Symmonds, le rival de Hazell dans la catégorie post-83, n’a pas quitté la grille au volant de sa Tyrrell 012.

Dans le quatrième tour, Cantillon se rapproche de Hartley et réalise le meilleur tour de la course. Plus rapide encore au 5e tour, l’Irlandais a mis 1,5 seconde entre lui et la McLaren en fibre de carbone, et a répété l’opération au 6e tour, avec pour résultat un écart de 2,7 secondes. Brooks est maintenant à cinq secondes, et Halusa s’accroche à 7 secondes du leader. À l’arrière, Harrison a été contraint de retirer son Shadow.

Au 10e tour, l’avance de Cantillon sur Hartley est passée à 5,4 secondes et l’Irlandais se rapproche de plus en plus de la victoire. Derrière les deux leaders, la ténacité de Halusa a payé, l’Autrichien dépassant la Lotus de Brooks pour s’emparer de la troisième place au classement général, tandis que Briggs et Maydon résistent encore à la Williams FW08 plus récente de Hazell.

Après avoir ralenti son rythme, Cantillon a conservé ses cinq secondes d’avance sur Hartley, Halusa continuant à tenir Brooks à distance. Au 14e tour, Briggs abandonne la quatrième place au moment où Hazell devance Maydon, la Williams FW08 gagnant ainsi deux places en un seul tour.

Alors qu’il se dirige vers le drapeau à damier, Cantillon démontre une fois de plus sa puissance en améliorant encore son meilleur temps, abaissant le tour le plus rapide de la course à un étonnant 1.01.569. Gagnant 1 à 1,5 seconde par tour sur Hartley, l’avance de la Williams sur la McLaren atteint 17,8 secondes à l’arrivée.

Avec 40 secondes de retard sur le vainqueur, Halusa a terminé à une belle troisième place au classement général dans la McLaren M23 pré-78, devant Brooks dont la Lotus 91 s’est arrêtée dans le dernier tour, son Cosworth DFV expirant dans un énorme nuage de fumée, mais il était toujours classé quatrième devant Hazell, tous deux à un tour de retard. Maydon et Perkins ont complété le podium pré-78 en terminant sixième et septième du classement général.

Masters Racing Legends pour les F1 66/85 – Course 2
Cantillon fait un doublé dans le Masters Historic Formula One de Donington

Mike Cantillon a attendu son heure pour pousser Mike Hartley, leader de longue date de la course, à commettre une erreur à deux tours de la fin. Le vainqueur de la veille a récidivé lors de la deuxième course Masters Historic Formula One à Donington Park. Au volant de sa Williams FW07C, Cantillon a harcelé tour après tour la McLaren MP4/1 de Hartley, auteur de la pole position, et alors que Hartley semblait avoir réussi son coup, il est sorti de la chicane Roberts, permettant à son rival de remporter sa deuxième victoire en F1 ce week-end.

Derrière eux, la bataille pour la troisième place a été tout aussi divertissante, puisque Warren Briggs a été troisième pendant la majeure partie de la course, mais la McLaren M29 du Kiwi a été usurpée jusqu’à la fin par la Williams FW08 de Mark Hazell. Hazell était cinquième au début de la course, mais quelques tours plus tôt, il avait réussi à dépasser la McLaren M23 de Lukas Halusa pour la quatrième place, après une lutte de longue haleine. Hazell a remporté la classe post-83 tandis que Halusa a remporté la classe pré-78.

Dès que le départ a été donné, Warren Briggs a mis le pied à l’étrier, le Kiwi essayant de séparer Cantillon de la deuxième place à l’entrée de Redgate. L’Irlandais s’accroche cependant et s’élance à la poursuite de Hartley. Briggs a ensuite continué à repousser Halusa et Hazell.

Au cinquième tour, Cantillon réalise le tour le plus rapide de la course pour s’emparer de la boîte de vitesses de la McLaren, les deux hommes ayant laissé Briggs derrière eux à quelque cinq secondes. Hartley, cependant, n’en a cure et le « Jam Baron » réalise lui-même le tour le plus rapide pour ramener l’écart à sept dixièmes. Plus loin, Mark Harrison a malheureusement été contraint d’abandonner l’ex-De Angelis Shadow DN9, ses bonnes qualifications n’ayant pas abouti.

En troisième, quatrième et cinquième positions, Briggs, Halusa et Hazell sont désormais séparés par moins d’une seconde, le trio ayant distancé la Lec CRP1 de Ron Maydon de dix secondes, Ian Simmonds dans la Tyrrell 012 de douze. Pendant un moment, Hazell est remonté en quatrième position à la sortie de la chicane Roberts, mais Halusa a repris la place au moment où les deux hommes ont freiné dans Redgate.

Dix tours plus tard, la lutte tendue en tête se poursuit sans relâche, avec seulement six dixièmes entre Hartley en tête et Cantillon en deuxième, mais cinq tours plus tard, l’avantage de la McLaren est passé à neuf dixièmes – à peine assez pour permettre à Hartley de souffler, mais il est en train d’absorber la pression. A l’arrière, Chris Perkins a dû abandonner son Surtees TS16. Avec 27 secondes de retard sur le duo de tête, Briggs doit se préoccuper de Hazell, la Williams ayant finalement réussi à dépasser la McLaren M23 de Lukas Halusa, leader de la classe avant 78.

A moins de quatre minutes de l’arrivée, Cantillon s’est à nouveau rapproché et a cherché à dépasser le leader dans Redgate, mais la Williams s’est écartée et Hartley est revenu à l’intérieur. Une minute plus tard, Hazell a fait un mouvement similaire sur Briggs et l’a fait coller pour prendre la troisième place. Derrière eux, Maydon est rentré aux stands pour un probable problème de freins.

Hartley a dû garder son sang-froid pendant deux tours supplémentaires, mais il a finalement craqué, en jugeant mal son freinage dans la chicane Roberts – et Cantillon était passé, alors qu’un Hartley dépité laissait la Williams hors de vue pour six secondes. Hazell est troisième, et Halusa, dans le dernier tour, devance Briggs. Ian Simmonds a pris la sixième place devant l’Arrows A5 de Neil Glover.

Masters Gentlemens Drivers
Les Pearsons remportent la victoire au Masters Gentlemen Drivers à Donington Park

Gary & John Pearson ont remporté une passionnante bataille à cinq pour la victoire dans l’enduro Masters Gentlemen Drivers de 90 minutes qui a clôturé la première journée du Masters Historic Race Weekend à Donington Park. Initialement quatrième derrière Mike Whitaker, la Cobra de James Cottingham/Joe Twyman et la seconde E-type de Pearsons Engineering partagée par Alex Brundle et Gary Pearson, leur E-type aux mains de John Pearson a défendu avec succès une marge de plus en plus réduite sur la TVR Griffith de Whitaker.

En tête avec James Cottingham au volant, la Cobra Cottingham/Twyman a hérité de la troisième place après l’abandon de la Type E Mark Donnor/Andrew Smith à quelques minutes de la fin. Pendant ce temps, la Jag Brundle/Pearson avait déjà disparu lors de l’étape de la fenêtre des stands, Brundle se battant avec Cottingham dans la première partie de la course. Le duo père-fils Mike & Matt Wrigley s’est avéré le meilleur des autres dans leur type E, en menant à la maison les paires Cobra de Harvey Stanley/Richard Cook et Richard Hywel Evans/Olly Bryant.

Mike Wilds a d’abord pris la tête de la catégorie CLP avant qu’un contact n’élimine la Ginetta G4R partagée avec Ron Maydon. Cela a permis à Nick et Eddie Powell de remporter la victoire dans la catégorie, leur Lotus restant loin devant les Elans similaires de Mark Martin et Steve Jones/Chris Atkinson.

Les Austin Healey 3000 des Welch étaient dans une classe à part en C2, la voiture de Mark Holme/Jeremy Welch devançant la voiture sœur de Jeremy Welch/Doug Muirhead. Une autre Healey partagée par Mark Pangborn et Harvey Woods a pris la troisième place de la classe.

En C1, Mark Bates a pris une avance considérable sur Sebastian Perez, tous deux sur des Porsche 911 partagées avec James Bates et George Gamble respectivement, mais lorsque les deux voitures ont été contraintes à l’abandon, les 911 de Guy Ziser/Wil Arif et Roger Whiteside ont pris le contrôle de la classe.

La course démarre sur les chapeaux de roue, Whitaker menant un Cottingham en plein essor, Brundle en troisième position, Gary Pearson en quatrième et la Cobra de Harvey Stanley en cinquième position, devançant Mark Donnor dans la Type E. Le suivant était Mike Wilds dans la Ginetta leader de la classe CLP, devant la E-type de Mike Wrigley, Nick Powell dans l’Elan et Richard Hywel Evans dans une autre Cobra. Cependant, la course proprement dite a été rapidement neutralisée lorsque John Spiers a été retrouvé dans le bac à graviers, après avoir fait un tête-à-queue avec l’huile de son moteur TVR Griffith qui était en train de s’éteindre.

La course ne reprend qu’au 10e tour, lorsque Nathan Dod ajoute aux malheurs des TVR, sa Griffith perdant une roue sous la voiture de sécurité et se retrouvant coincée à l’entrée de la pitlane – et alors que les panneaux SC continuent d’être tenus à l’écart, la Marcos 1800 GT de la classe CLP de David Methley rentre au stand avec un problème de direction.

Quelques tours après le redémarrage, Cottingham met Whitaker – dans une TVR qui fonctionne encore bien – sous une pression énorme, avec Brundle qui surveille de près, cherchant à bondir à son tour. Au 13e tour, la Cobra prend la tête alors que les deux hommes passent la ligne de départ et d’arrivée.

En CLP, Wilds continue de mener sa catégorie en septième position au classement général, mais sa Ginetta subit des dommages qui semblent s’aggraver à chaque tour. Powell est deuxième de sa catégorie, loin devant l’Elan de Mark Martin, troisième. Au départ de la Healey qu’il partageait avec Doug Muirhead, Jeremy Welch menait C2 devant Mark Holme dans la voiture que Welch allait prendre en charge pendant les arrêts. Loin derrière, Mark Pangborn – un autre vétéran de Healey – était troisième de sa catégorie. En 18e position au classement général, Mark Bates, comme à son habitude, a pris la tête de la classe C1, sa Porsche 911 devançant déjà de loin celle de Sebastian Perez.

En tête, le trio de tête s’affronte à coups de marteau, Cobra, Griffith et Type E se séparent pour une petite seconde, alors qu’au 17e tour, Brundle réussit à s’emparer de la deuxième place. Gary Pearson, au volant de la deuxième Jag de Pearsons, se joint maintenant à la fête, après avoir laissé Stanley et Donnor derrière lui. Entre-temps, la Healey de Harry & Joseph Willmott, avec Harry au volant, a également été abandonnée. Comme dans le cas de la Dod TVR, c’est une roue défectueuse qui est en cause.

Au 21e tour, Wilds abandonne finalement sa Ginetta endommagée et reçoit le drapeau noir et orange « meatball », ce qui permet à Wrigley de remonter à la septième place tandis que Powell prend le contrôle de la tête de la classe CLP. Dans les stands, un réservoir d’essence défectueux est à l’origine de la chute de Wilds. Derrière Powell, les Cobra de David Smithies et Richard Hywel Evans complètent le top 10 à ce stade, alors qu’il reste encore une cinquantaine de minutes de course sur 90.

A l’ouverture de la fenêtre des stands, les écarts entre le quatuor de tête se sont légèrement creusés, Cottingham menant désormais Brundle de trois secondes, Whitaker étant à 1,5 seconde de plus. Pearson, quatrième, avait perdu le contact avec Whitaker, ayant perdu cinq secondes sur la TVR, et était le premier des leaders à s’arrêter pour un changement de pilote. Peu après, Mark Donnor passait le relais à Andrew Smith, et au 29e tour, presque tout le monde se précipitait dans les stands, seul Cottingham restant en piste pour deux tours supplémentaires.

Une nouvelle image était sur le point d’émerger car juste pendant la fermeture de la fenêtre des stands, la voiture de sécurité a été envoyée car le moteur de la Porsche 911 de Perez/Gamble a lâché, répandant de l’huile sur toute la piste. John Pearson, dans la Type E de Gary Pearson, devance Joe Twyman dans la Cobra de Cottingham, tandis que Smith est en troisième position devant Whitaker. Richard Cook, dans la Cobra démarrée par Harvey Stanley, est cinquième, tandis que Matt Wrigley est sixième, après avoir repris la E-type de son père Mike. Alors pourquoi la Jag Brundle/Pearson a-t-elle soudainement disparu ? Ce véhicule n’a pas survécu à la fenêtre du stand, sa pompe de radiateur ayant disparu. Pendant ce temps, la Cobra Daytona Coupé de Smithies/Clarkson a été contrainte à l’abandon à cause d’un contact.

Lorsque le drapeau vert est donné au 37e tour, les deux leaders des classes CLP et C2 se sont frayés un chemin dans le top 10, Eddie Powell à une belle septième place, et Jeremy Welch à la neuvième dans la Healey démarrée par Mark Holme. Ils étaient pris en sandwich par le Cobra de Richard Hywel Evans, désormais piloté par Olly Bryant. La TVR Griffith de Jamie Boot est également entrée dans le top 10, Boot devançant l’autre Healey de Denis Welch Motorsport, Doug Muirhead, maintenant dans la 3000 démarrée par Jeremy Welch. Mark Martin, deuxième de la classe CLP, est 12e, tandis que la troisième classe est désormais occupée par l’Elan de Rory & Patrick Jack.

En revanche, il y a eu un regain d’intérêt pour les livres en C1, puisque James Bates, dans la 911 lancée par son frère Mark, est parti. La 911 Perez/Gamble ayant également abandonné, c’est désormais la 911 Guy Ziser/Wil Arif qui mène la classe, Arif ayant pris le relais de Ziser et devançant Roger Whiteside d’une demi-minute.

Au 43e tour, alors qu’il reste 20 minutes à courir, Whitaker a réduit l’écart avec Twyman pour le dépasser et prendre la deuxième place. Avec environ une seconde d’avance sur John Pearson en première position, la TVR aura assez de temps pour rattraper les 16 secondes qui la séparent encore de la tête. Derrière lui, Andrew Smith va encore plus vite. En effet, un tour plus tard, Twyman perd encore une place alors que Smith place sa E-type en troisième position et se lance à la poursuite de Whitaker qui, à son tour, poursuit J Pearson. Quelques tours plus tôt, Matt Wrigley, au volant de la Type E, avait rétrogradé la Cobra de Cook à la sixième place.

Dans les dix dernières minutes, on assiste donc à une finale époustouflante entre deux E-types et une TVR. A sept minutes de l’arrivée, Whitaker a réduit l’avance de Pearson à dix secondes, tandis que sa marge de deux secondes sur Smith varie en fonction du trafic. Twyman, Wrigley et Cook semblent bien partis pour être quatrième, cinquième et sixième, tandis qu’Eddie Powell domine toujours la classe CLP, même s’il a dû succomber à Bryant dans la Cobra qui est désormais la voiture la plus rapide en piste. Boot est neuvième, tandis que Charles Allison a placé sa Cobra Thompson/Allison en dixième position.

Le mors entre les dents, Whitaker réduit l’avantage de Pearson à six secondes à trois minutes de la fin, mais ses efforts porteront-ils leurs fruits ? Whitaker avait de toute façon moins de soucis à se faire, car Smith ramenait la Type E dans les stands, son joint de culasse ayant explosé. Mais au fur et à mesure que le temps passe, John Pearson contrôle la situation et maintient son avance de six secondes jusqu’au drapeau à damier. Derrière Whitaker, Twyman a franchi la ligne d’arrivée en troisième position, à 35 secondes, suivi de Wrigley, Cook et Bryant.

En septième position au classement général, les Powell ont remporté une victoire dominante dans la classe CLP, en ramenant Mark Martin à la maison, tandis que Chris Atkinson dans l’Elan partagée avec Steve Jones a arraché la troisième place dans la classe aux Jacks. La classe C2 a vu un 1-2-3 Healey, Mark Holme/Jeremy Welch gagnant devant la voiture de Jeremy Welch/Doug Muirhead, avec Mark Pangborn/Harvey Woods en troisième position. La Porsche 911 de Guy Ziser/Wil Arif a remporté la C1 devant la voiture similaire de Roger Whiteside.

Masters Pre66 Touring Cars
Jewell/Clucas battent les Mustangs pour remporter les Masters Pre-66 Touring Cars à Donington

Marcus Jewell et Ben Clucas ont tenu tête à cinq Ford Mustang, et leur Ford Lotus Cortina a battu tous les V8 américains pour remporter la course Masters Pre-66 Touring Car d’une durée d’une heure à Donington Park.

La première moitié de la course est dominée par Steve Soper dans la Mustang partagée avec Henry Mann, avec Alex Taylor et Craig Davies qui se disputent dans son sillage. Jewell avait gardé le contact tout en luttant contre l’autre Cortina de Richard Dutton – et la course a basculé lorsque, juste après la fermeture de la fenêtre des stands, la voiture de sécurité est sortie pour récupérer la Cortina en panne de Mark Martin.

Maintenant dans la voiture, Clucas est à distance de frappe de Taylor, car des arrêts un peu plus lents ont fait reculer Mann et Davies avec la Mustang partagée par Dave Coyne et Jon Miles. En l’espace de deux tours, Clucas a trouvé le moyen de dépasser Taylor, qui a ensuite été contraint à l’abandon en raison d’un problème d’essence. La deuxième place revient ainsi à Davies, qui avait entre-temps creusé l’écart avec les voitures de Soper/Mann et de Coyne/Miles. Dutton a terminé cinquième dans la deuxième Cortina.

Endaf Owens est devenu le vainqueur incontesté de la catégorie Mini, l’exemple de Phil Bullen-Brown étant le seul autre coureur Mini restant après une heure de course. William Dyrdal a pris la tête au début de la course tout en luttant avec Dan Wheeler, le favori de la catégorie, avant que ce dernier n’abandonne. Owens dépasse ensuite Dyrdal pour prendre la tête de la catégorie et ne rencontre plus d’opposition après la sortie de Dyrdal dans les graviers.

Avec des pneus froids, Soper a tenu bon dans le départ lancé, mais depuis la troisième ligne, Craig Davies s’est frayé un chemin vers la deuxième place avant même de tourner dans Redgate. Dutton a également devancé son collègue de la première ligne Marcus Jewell, suivi par la Mustang jaune d’Alex Taylor, tandis que le pilote GT britannique Mark Farmer, au volant de la Studebaker, a rétrogradé à la sixième place. Parmi les Minis, William Dyrdal est parti rapidement, laissant le poleman Dan Wheeler se battre contre Endaf Owens.

Bientôt, ce sont trois Mustang qui mènent, Taylor rattrapant et dépassant Dutton, laissant le patron de Fortec Motorsport s’occuper de Jewell, le rival de la Cortina. Plus loin, Dave Coyne (Mustang) et Patrick Shovlin (Cortina) ont également dépassé la grosse Studebaker, tandis que Justin Law s’est hissé à la neuvième place pour sa première course au volant d’une Lotus Cortina.

Au 6e tour, Soper a creusé un écart de 4 secondes avec Davies, tandis que Taylor se rapproche à 7 dixièmes de la seconde Mustang rouge et or, tandis que Coyne a séparé les Cortina de Dutton et Jewell pour se hisser à la 5e place. Jason Minshaw, au volant de la Ford Falcon de Martin Melling, s’est quant à lui hissé à la huitième place, devant la Studebaker non triée, qui a maintenant la Cortina de Law dans le collimateur. Dans la querelle des Mini, Dyrdal se maintient, avec trois grosses voitures entre lui et ses poursuivants. Shovlin, quant à lui, est sorti de la course, victime d’une crevaison présumée.

Au huitième tour, Taylor ravit la deuxième place à Davies, tandis que Tom Sharp, au volant de la seule BMW 1800 tiSA, est contraint d’abandonner sa position à la limite du top 10. Plus loin sur la route, Coyne a fait de Mustang un 1-2-3-4 en rétrogradant Dutton à la cinquième place, permettant ainsi à la lutte intra-Cortina avec Jewell pour la première place de la catégorie de reprendre. Minshaw et Law sont les suivants, tandis que la plus grosse voiture se bat pour la plus petite, alors que Dyrdal harcèle Farmer pour la neuvième place, avec Mark Burton dans la Mustang à l’affût. Plus loin, Ashley Davies, dans la Mini partagée avec Leon Window, a dû abandonner sa Mini à cause de freins défaillants. Quelques tours plus tard, Wheeler est contraint de dire adieu à la lutte pour la tête de la Mini.

Après 16 tours, l’écart entre Soper et le duo Taylor et Davies est de huit secondes, alors que Dutton se bat pour repasser devant Coyne, avant d’être à nouveau usurpé par le V8 américain. Alors que Taylor semble sur le point de succomber à Davies, une sortie de route coûte cinq longueurs à ce dernier, mais Taylor sort alors de la route et offre finalement la place à Davies. Au tour suivant, la fenêtre des stands était sur le point de s’ouvrir, Soper menant Davies, Taylor, Coyne, Dutton, Jewell, Minshaw et Law, lorsque la Studebaker est sortie pour laisser la neuvième place à Burton. Derrière Burton, Alex Thistlethwayte (Ford Mustang) et Shaun Balfe (Lotus Cortina) sont également passés devant les Minis de tête, Owens devançant désormais Dyrdal.

Alors que les voitures entrent les unes après les autres dans les stands pour leur arrêt obligatoire, Taylor a suffisamment récupéré pour reprendre la deuxième place à Davies, avant qu’au 21e tour, la Mustang jaune ne devienne la première des voitures de tête à s’arrêter. A la demi-heure, la course de Dyrdal était terminée, sa Mini s’étant enlisée dans les graviers à Coppice – mais heureusement, il n’a pas été nécessaire de neutraliser la course pour récupérer sa voiture. Soper, Davies et Coyne ont saisi la dernière opportunité avant la fermeture de la fenêtre des stands, Soper cédant sa place à Henry Mann tandis que Coyne laissait la place à Jon Miles.

Lorsque tout a été fait, Taylor s’est retrouvé en tête de la course devant Ben Clucas qui, après un arrêt précoce, a fait des tours rapides, avec Mann maintenant en troisième position après un arrêt plus long pour la voiture d’Alan Mann Racing. Miles a échangé sa place avec Davies, Dutton est sixième (mais il lui reste encore 15 secondes de pénalités à récupérer), suivi par Thistlethwayte, Tom Ashton dans la Cortina démarrée par Balfe, Burton et la Mini d’Endaf Owens, en tête de la course. Phil Bullen-Brown était le prochain Mini, mais en 16ème position au classement général.

Au 26e tour, cependant, la voiture de sécurité est sortie pour regrouper le peloton, car la Lotus Cortina de Mark Martin s’est enfoncée dans les graviers à la sortie de la chicane Roberts. Il restait un quart d’heure de course lorsque le terrain a été libéré. Taylor et Clucas sont partis rapidement, mais Martin Melling retient les trois Mustangs de Mann, Miles et Davies. Alors que Mann s’enlisait, Miles et Davies le dépassaient dans Redgate, Davies se jetant ensuite sur Miles pour prendre la troisième place. La course de Mann a ensuite été aggravée par une pénalité pour excès de vitesse dans la pitlane…

A l’avant, Clucas était sur Taylor dans les virages avant de se frayer un chemin dans Coppice. En l’espace de deux tours, la Cortina a creusé un écart de 2 secondes avec Taylor, alors que Davies se concentre sur la Mustang jaune – mais c’est alors que tout s’arrête pour Taylor, qui gare sa voiture en raison d’un problème d’essence, laissant Davies à la poursuite de Clucas.

A moins de cinq minutes de l’arrivée, Clucas devance Davies de cinq secondes, tandis que Mann, qui n’a pas encore été pénalisé, dépasse Miles pour prendre la troisième place. Dutton est cinquième, un autre avec des pénalités à ajouter, devant Thistlethwayte, la Studebaker récupérée maintenant conduite par Adrian Willmott, puis Mark Burton, Roy Alderslade dans la Jordan Cortina et Tom Ashton dans une autre Cortina. Owens est toujours en tête de la catégorie Mini, alors que trois autres voitures le séparent de Bullen-Brown, son plus proche poursuivant dans la catégorie. Fait remarquable, toutes les autres Minis avaient entre-temps abandonné la course !

Clucas franchit donc la ligne d’arrivée en tête, devant Davies, la Mustang Coyne/Miles, la Mustang Soper/Mann, Dutton, Thistlethwayte, la Studebaker de Farmer/Willmott et Burton, les Cortina Balfe/Ashton et Alderslade complétant le top 10. Owens, 11e au classement général, a remporté la classe Mini.

Masters Sports Car Legends
Bradshaw domine la course Masters Historic Sports Car à Donington Park

Tom Bradshaw (Chevron B19) a résisté à Alex Brundle dans les premières étapes de la course Masters Historic Sports Car à Donington Park et a remporté une victoire dominante lorsque, au 7e tour, la Lola T70 Mk3B de Brundle est rentrée au stand avec une tringlerie de vitesse cassée.

Jonathan Mitchell (Chevron B19) et Chris Beighton (Lola T70 Mk3B) se sont disputés tout au long de la course les dernières marches du podium, et alors que Beighton a réussi à prendre l’avantage dans la dernière partie de la course, Mitchell a refusé de terminer troisième en reprenant la deuxième place à deux tours de l’arrivée.

Robert Beebee et Steve Brooks ont récupéré un départ dans la pitlane pour s’emparer de la quatrième place devant Gary Culver dans une T70 Mk3B similaire. Cela s’est fait au détriment d’Henry Fletcher qui, après un nouveau départ dans la pitlane, semblait avoir sauvé sa quatrième place, mais a chuté à la sixième place dans les dernières secondes de la course.

Dès le départ, Brundle s’élance de la pole position et creuse un écart d’une seconde dans le premier tour, mais Bradshaw ne le lâche pas d’une semelle. Deux tours consécutifs les plus rapides de la course lui ont permis de revenir à cinq dixièmes du leader, alors que Beighton et Giordanelli, troisième et quatrième, étaient distancés au rythme de trois secondes par tour. Pendant ce temps, les B19 de Mitchell et Padmore se sont hissées aux cinquième et sixième places, au détriment de l’Alfa Romeo 33TT3 de Halusa et de la T70 Mk3B de Gary Culver, et ces deux-là ont rapidement dépassé Giordanelli.

Dans la très compétitive classe Bonnier, Mark Owen a surmonté la mauvaise passe que lui et son père Andrew ont subie en qualifications, et avec un arbre de transmission neuf en place dans leur B8, Owen a pris la tête de la classe en deux tours. Dans la classe Hulme, la bataille était terminée avant même d’avoir pu commencer, Mike Whitaker ayant été contraint d’abandonner sa Lola T70 Mk2 Spyder dès le premier tour.

Au 7e tour, la course change de physionomie lorsque Brundle rentre aux stands en boitant, la tringlerie de la boîte de vitesses étant cassée. Bradshaw se retrouve donc seul en tête, menant désormais Beighton de quelque 19 secondes, tout en continuant à enchaîner les tours les plus rapides de la course. Au 10e tour, Padmore abandonne la quatrième place, Halusa et Rory Jack, dans la T70 Mk3 non-B, remontent dans le classement, devant Giordanelli et Culver. La T70 Mk3B de Robert Beebee et la Chevron d’Henry Fletcher remontent respectivement à la huitième et à la neuvième place, tous deux ayant été contraints de repartir de la voie des stands.

Dans la catégorie Bonnier, Owen Jr mène Roderick Jack, Phillip Nelson et Peter Thompson, alors que Chris Lillingstone-Price est toujours en train de se battre après un nouveau départ dans la pitlane. Puis, à 42 minutes de la fin, un contact avec la Chevron Siffert de Ted Tuppen provoque la première neutralisation de la course, mais le drapeau vert est de nouveau agité peu avant l’ouverture de la fenêtre des stands.

Bradshaw mène maintenant Beighton de 8 secondes, qui est à son tour suivi par Mitchell et Culver, ce dernier étant remonté à la quatrième place après un nouveau départ endiablé. Rory Jack est cinquième devant Beebee, Halusa, Fletcher et Giordanelli, tandis que les Lola décapotables de David Tomlin et Chris Fox se disputent la dixième place au classement général.

Au 21e tour, Culver et Giordanelli sont les premiers à passer au stand, ce dernier cédant sa place à la star du BTCC, Jake Hill. La seule McLaren M1B de la classe Hulme de John Spiers et Tiff Needell – Needell monte maintenant dans la voiture – est 12ème au classement général tandis que Mark Bates dans la Porsche 911 RSR de la classe Pescarolo est 16ème. Au tour suivant, Beighton s’est emparé de la deuxième place, créant momentanément une Chevron B19 1-2 avec Bradshaw menant Mitchell, mais leurs tours étaient encore à venir.

Bradshaw et Mitchell suivent sur les circuits suivants, et Fletcher est le dernier à s’arrêter. Bradshaw reprend sa place en tête du classement, devançant désormais Mitchell de 21 secondes, car le second Chevron B19 a dépassé Beighton aux arrêts et devance le T70 Mk3B d’un peu moins de deux ticks. La Chevron B26 de Giordanelli, désormais aux mains du rapide Jack Hill, est revenue à la quatrième place tandis que Fletcher a dépassé Steve Brooks qui a pris la place de Robert Beebee dans leur Mk3B. Culver est septième devant l’Alfa Romeo de Halusa, Patrick Jack sur la T70 Mk3 étant neuvième. La Lola T210 de Tomlin complète le top 10.

Tout change dans la classe Bonnier, puisque Lillingstone-Price devance désormais David Methley, qui se trouve dans la voiture lancée par Nelson. Cependant, avec un écart de seulement deux secondes entre les deux hommes, et avec Charles Allison dans l’Allison/Thompson B8 et Roderick Jack dans un combat similaire à huit secondes derrière, rien ne semble encore près de se décider.

En tête, cependant, avec 15 minutes au compteur, la série de tours rapides de Bradshaw après l’arrêt des stands avait tous les symptômes d’une attaque préventive, la Chevron B19 menant maintenant Mitchell de 32 secondes et Beighton de 36. Hill a encore perdu huit secondes mais se rapproche de Beighton, Fletcher étant cinquième. Pendant ce temps, Culver, sixième, se bat avec Brooks, le pilote du Spitfire, qui souhaite échanger l’ordre de passage des deux T70 Mk3B.

Dans la classe Bonnier, la lutte entre Lillingstone-Price et Methley est désormais bien engagée, deux dixièmes seulement séparant les B8, alors que tous deux ont laissé Allison et Jack à la traîne de 17 secondes. Incapable de maintenir le rythme, Andrew Owen a rétrogradé à la cinquième place, devant la B8 de Roger Whiteside.

Tout n’est pas terminé à l’avant – même si c’est à l’avant tout court, Bradshaw ayant maintenant une avance confortable de 44 secondes. Au 39e tour, cependant, Beighton avait grignoté la mince marge de Mitchell et était bientôt remonté à la deuxième place, alors que 22 secondes plus tard, Fletcher avait hérité de la quatrième place de Hill, qui avait dû abandonner la Chevron B26 à Goddards. Brooks devance désormais Culver.

Alors que Bradshaw franchit la ligne d’arrivée en vainqueur, Mitchell n’a pas abandonné et remonte en deuxième position à deux tours de l’arrivée. Cela signifie que Beighton doit se contenter de la troisième place après tout, alors qu’il ramène Brooks et Culver à la maison, tandis que Fletcher passe en sixième position dans le dernier tour. Halusa, Patrick Jack, Tomlin et John Emberson dans la Chevron B26 complètent le top 10.

En 12e position au classement général, David Methley a réussi à voler la victoire de la classe Bonnier à Lillingstone-Price, tandis que Thompson a tenu tête à RoderickJack pour la troisième place de la classe. Mark Bates sur la Porsche 911 RSR et John Spiers/Tiff Needell sur la McLaren M1B ont remporté les classes Pescarolo et Hulme.