Donington Park, UK

MASTERS RACE WEEKEND
15 – 16 Avril 2022

Des courses sensationnelles et un temps magnifique au Masters Race Weekend, Donington Park !

Du froid de Barcelone au soleil de Donington – personne ne s’attendait à ce que le calendrier du Masters European Tour 2022 soit établi, mais il a tout de même eu lieu, le Masters Race Weekend à Donington Park offrant de nombreuses courses passionnantes grâce à un temps de Pâques radieux. Les victoires sont revenues à Steve Hartley, Martin Stretton, Andy Willis, Craig Davies, Julian Thomas et Calum Lockie.

RAPPORTS DE COURSE

Masters Racing Legends pour les F1 66/85 - Course 1
Hartley vole la victoire à Stretton dans la première course des Masters Racing Legends à Donington

Il a fallu 22 tours de combat à Steve Hartley pour réduire l’écart avec le leader de longue date Martin Stretton, mais au début du 23e tour – l’avant-dernier tour de la première course des Masters Racing Legends à Donington Park – la McLaren MP4/1 a dépassé la Tyrrell 012 dans la ligne droite de départ et d’arrivée pour voler la victoire à Stretton.

« Je pense que Martin était plus rapide que moi aujourd’hui », a déclaré un Hartley magnanime. « A plusieurs reprises, j’ai cru que j’étais en train de le rattraper, et certains véhicules de queue ont joué en ma faveur, mais à la fin, il était en train de faire des embardées. Je pense qu’il manquait de carburant ».

« Non, c’était un problème de prise de carburant », a expliqué Stretton. « Nous pensions avoir résolu le problème, mais c’était bien le temps que ça a duré.

Greg Thornton a pris la troisième place sur la Lotus 91, après s’être battu pour remonter après avoir été distancé au départ. Son dernier scalp fut le surprenant polesitter Ken Tyrrell sur la Tyrrell 011, qui termina quatrième, à deux secondes de Thornton et à 14 secondes du vainqueur Hartley. Steve Brooks a terminé cinquième au volant de la Lotus, remportant une lutte de longue haleine avec Mark Hazell, qui, derrière Stretton, a pris la deuxième place dans la catégorie post-82.

« Au départ, je me suis retrouvé coincé derrière plusieurs personnes, et j’ai dû me battre pour les dépasser », a déclaré Thornton. « Mais ce Ken Tyrrell peut pédaler, il était en pleine possession de ses moyens ! Il était plus rapide dans les lignes droites et n’arrêtait pas de casser la remorque, mais nous avons fini par y arriver. »

Dans la Lec CRP1, Ron Maydon a lutté toute la course avec Marc Devis pour la victoire de la classe pré-78, le Belge prenant de l’avance au 18ème tour avant que sa Surtees TS16 ne s’arrête soudainement au tour suivant, donnant à Maydon la victoire de la classe.

Après avoir quitté la froideur de Barcelone pour le soleil de Donington, la F1 s’est élancée dans des conditions printanières idéales, Ken Tyrrell prenant la tête de la course à Redgate. Cependant, Martin Stretton, assis dans la première rangée, a rapidement devancé Tyrrell pour la première place, tandis que David Shaw, dans l’Arrows A4, fait tout ce qu’il peut pour retenir Steve Hartley à la quatrième place. Kubota, Hazell, Thornton, Brooks et Briggs étaient les suivants, avec Ron Maydon en tête de la classe pré-78 dans le Lec CRP1.

Au tour suivant, l’avance de Stretton est passée à 2,4 secondes, car Hartley a trouvé un moyen de dépasser Shaw et harcèle maintenant Tyrrell à l’approche du 3e tour. Shaw doit maintenant faire face à la Lotus 91 de Kubota, tandis que la 91 de Thornton a devancé Hazell dans la Williams FW08. Maydon tient toujours à distance le Surtees TS16 de Marc Devis pour prendre la tête de la catégorie pré-78.

Au quatrième tour, Stretton menait Hartley de 4,2 secondes, laissant Tyrrell se battre pour la troisième place avec Shaw, mais au tour suivant, Hartley réalisait le tour le plus rapide de la course pour se rapprocher du leader, tandis que Shaw était relégué à la cinquième place par un Kubota en pleine attaque. Stretton répond au tour suivant en battant le meilleur temps de Hartley, portant son avance à 4,4 secondes. Plus loin, la McLaren M29 de Briggs a perdu deux places et se retrouve derrière la Lotus 81 de Brooks et la Lec CRP1 de Maydon, tandis que la course est pratiquement terminée pour Shaw, dont l’Arrows A4 est entrée dans les stands pour en ressortir en dernière position, avec quatre tours de retard. Un tour plus tard, Briggs suit Shaw, sa Cosworth étant en surchauffe.

Huit tours après le début de la course, l’avance de Stretton sur Hartley n’est plus que de 3,8 secondes, Ken Tyrrell ayant perdu huit secondes sur les deux pilotes, tandis que l’attaque de Kubota commence à s’essouffler, Thornton, pilote de la Lotus 91, le dépassant pour prendre la quatrième place. 23 secondes plus tard, Hazell et Brooks continuent de se disputer la sixième place.

Hartley enchaînant les meilleurs tours, l’écart avec Stretton n’est plus que de 3,4 secondes, tandis que Thornton se rapproche de Tyrrell en troisième position, à 13 secondes du leader. Derrière eux, la Lotus de Kubota a sérieusement perdu le rythme, permettant à Brooks et Hazell de se hisser en cinquième et sixième position, et ils sont bientôt suivis par Maydon et Devis qui se disputent toujours la tête de la catégorie pré-78, les deux étant séparés par moins d’une seconde. Pendant ce temps, la Shadow DN9 de Mark Harrison s’est arrêtée à l’arrière, et Kubota n’a pas pu terminer le tour.

Après 13 tours, et alors qu’il reste dix minutes à l’horloge, Stretton continue de garder 3,5 secondes d’avance sur Hartley. Ken Tyrrell tenait toujours Thornton à distance, tandis que Brooks et Hazell étaient également à égalité par une corde d’une seconde, mais quelque 27 secondes plus loin. Maydon et Devis forment la quatrième paire de voitures en lutte pour la position, la Lec étant toujours en tête de la classe pré-78, avec seulement trois dixièmes d’avance sur la Surtees, huitième au classement général. Mais au 18e tour, le Belge passe enfin à l’action et prend le commandement de la catégorie.

Un tour plus tard, cependant, Hartley ayant réduit son retard de moins de deux secondes, Stretton commençait lentement à avoir des problèmes, se faufilant désespérément à travers la piste pour prendre de l’essence tout en perdant encore plus de son avantage au tour suivant, tandis que derrière eux, Thornton avait finalement pris Tyrrell pour se hisser à la troisième place. Pendant ce temps, Devis n’a tenu qu’un tour en tête de la catégorie pré-78, le Belge guidant sa Surtees vers les stands à la fin du 19e tour.

Au 23e tour, alors qu’il ne reste que 20 secondes au compteur, Hartley s’engouffre dans la ligne droite et s’empare d’une avance très disputée. Et c’est ainsi qu’après 24 tours, Hartley a remporté la victoire, Stretton ayant abandonné pour suivre la McLaren 4,4 secondes plus tard, Thornton étant troisième, avec 14 secondes de retard sur Hartley et deux ticks d’avance sur Tyrrell. Brooks et Hazell ont terminé cinquième et sixième, tandis que Maydon, septième, a remporté la victoire dans la catégorie pré-78.

Masters Racing Legends pour les F1 66/85 - Course 2
Stretton gagne depuis la voie des stands dans la deuxième course des Masters Racing Legends à Donington

Un départ dans les stands n’a pas empêché Martin Stretton de remporter une deuxième course passionnante des Masters Racing Legends pour les voitures de Formule 1 de 66 à 85 à Donington, sa Tyrrell 012 atteignant la tête à trois minutes de l’arrivée. Greg Thornton, qui avait pris la place du leader Ken Tyrrell, a terminé deuxième au volant de sa Lotus 91.

« Je n’avais pas l’intention de gagner, car je ne faisais que tester la voiture, donc la victoire est un bonus », a déclaré Stretton, avant de se remémorer la victoire perdue la veille. « Cela a compensé la journée d’hier ».

« J’avais une radio inopérante », raconte Thornton, « je roulais tranquillement quand j’ai regardé dans mon rétroviseur et il était là ! J’ai essayé de rester avec lui, mais vous savez, il sait conduire… »

Dans deux batailles tout aussi passionnantes, la Lotus 81 de Steve Brooks a tenu tête à la Lotus 91 de Katsu Kubota pour prendre la troisième place, tandis que Marc Devis, au volant de la Surtees TS16, a mené la classe pré-78 au moment où cela comptait, c’est-à-dire en franchissant la ligne d’arrivée. Luttant contre le Lec CRP1 de Ron Maydon tout au long de la course, Devis est resté côte à côte avec le Lec un tour après l’autre et dans les derniers mètres, il en a fait juste assez pour voler la cinquième place et la victoire de la catégorie pré-78 à Maydon.

« Il s’en est fallu de peu cinq fois », a déclaré un Brooks exalté à propos de son combat à couteaux tirés avec Kubota.

« C’était amusant, mais c’était un travail difficile », a déclaré Maydon, toujours souriant.

Le vainqueur de la veille, Steve Hartley, est sorti dès le premier tour lorsque son embrayage est tombé en panne. La Tyrrell 011 de Ken Tyrrell connaît le même sort, puisqu’il abandonne la tête de la course au 7e tour.

La Tyrrell 012 de Martin Stretton s’élançant depuis la voie des stands, Ken Tyrrell, le leader de la course, s’élançait en premier dans Redgate, suivi par Thornton, Hartley et Brooks, mais la voiture de Hartley était bientôt immobilisée à cause d’un embrayage qui avait fumé. En tête, la Tyrrell 011 de Tyrrell a réalisé le meilleur tour pour devancer légèrement la Lotus 91 de Thornton. La 81 de Brooks suit avec quatre secondes d’avance sur la 91 de Katsu Kubota, Ron Maydon dans la classe pré-78 Lec CRP1, et un Stretton en pleine résurrection, déjà remonté à la sixième place, devançant Devis dans la Surtees TS16 et Dave Abbott dans l’Arrows A4.

Au quatrième tour, cependant, la voiture de sécurité est sortie lorsque l’Arrows A4 de David Shaw s’est arrêtée au fond du circuit, tandis que Warren Briggs dans la McLaren M29 est entré dans la course pour abandonner également, mais après deux tours, le peloton est à nouveau libre. Cette fois, Thornton prend rapidement la tête, tandis que Tyrrell est contraint de rentrer aux stands, son embrayage ayant disparu. Brooks, Kubota et Stretton étaient les suivants, suivis de Maydon, Devis et Abbott.

Après la mi-parcours, Thornton s’est détaché de Brooks, qui est poursuivi par Kubota et Stretton, ce dernier tentant de frapper le Japonais. Dix secondes derrière eux, Maydon et Devis se battent à fond pour la tête de la classe pré-78.

Au 11ème tour, Stretton est en troisième position et au tour suivant, Brooks doit également lâcher la Tyrrell. Stretton est maintenant derrière Thornton avec 6,5 secondes d’avance. Au treizième tour, à huit minutes de la fin, l’écart n’est plus que de 4,5 secondes. Tour 14, et c’est 3.1… Pendant ce temps, Brooks semble en sécurité en troisième position, avec huit secondes de retard sur Stretton, mais quatre secondes d’avance sur Kubota. A une demi-minute du leader, Maydon tient toujours tête à Devis, Abbott étant à 15 secondes.

La victoire était encore tout à fait possible, d’autant plus que Stretton s’est rapproché à une seconde de Thornton. Derrière eux, Kubota s’est à nouveau rapproché de Brooks, de sorte que la bataille pour la troisième place n’est pas terminée, tandis que Maydon et Devis sont côte à côte dans les cinquième et sixième positions à l’entame du 18e tour.

C’est dans ce tour que Stretton est parvenu à prendre la tête, alors qu’il restait moins de trois minutes à courir. Se dégageant lentement, la Tyrrell 012 franchit la ligne en première position, conservant trois dixièmes d’avance à l’arrivée. Dans le domaine de la photo finish, Steve Brooks a remporté de justesse la troisième place devant Kubota, tandis que Maydon et Devis ont été séparés d’un cheveu, le Belge l’emportant sur la ligne ! Dans une course d’usure, Dave Abbott était le dernier des coureurs en septième position, avec un tour de retard sur Stretton.

Masters Gentlemens Drivers
Thomas/Lockie remportent la victoire à Donington en Masters Gentlemen Drivers

Julian Thomas et Calum Lockie ont terminé le Masters Race Weekend à Donington Park en beauté en remportant une victoire dominante au volant de leur Shelby Cobra Daytona Coupé. En tête pratiquement du début à la fin, le duo s’est imposé avec 51 secondes d’avance sur la TVR Griffith de Nigel Greensall/John Spiers, Mike Whitaker s’adjugeant la troisième place au volant d’une autre Griffith.

« Julian a fait tout le travail, vraiment », a déclaré Lockie. « Il a conduit de manière impeccable tout au long du week-end. J’étais juste en train de rouler, sans risque, pour remporter notre première victoire du week-end ».

« C’est la première fois que je monte sur la première marche ce week-end, donc je suis content », a déclaré Spiers. « Merci à mon copilote pour son fantastique premier relais !

« C’était chaud et long », s’est amusé Whitaker. « J’étais plus rapide que John à la fin, mais Nigel avait fait une bonne percée au début. Je suis heureux de ce podium, surtout face à tous ces amateurs/pro !

La Jaguar Type E de John Pearson/Alex Brundle et la Daytona Cobra d’Andrew Jordan/Roy Alderslade ont pris respectivement la quatrième et la cinquième place, Jordan ayant défié Thomas dans un premier temps avant que ce dernier ne commence à se dégourdir les jambes. Dans une autre Daytona Cobra, les Irlandais Michael Cullen et Paddy Shovlin ont terminé à la sixième place, juste devant une bataille palpitante pour les honneurs de la classe CLP, remportée par Robin Ward et Ron Maydon dans la Ginetta G4R.

Nick et Eddie Powell ont pris la deuxième place de la catégorie avant que leur Lotus Elan ne commence à avoir des problèmes de freins, ce qui a permis au duo père-fils John et Sam Tordoff, dans une Elan similaire, de s’emparer de la place à la fin de la course. Andy Willis a pris la tête de la classe CLP avant les arrêts, mais son coéquipier Stephan Joebstl n’a pas pu s’y maintenir, leur Elan chutant à la quatrième place de la classe.

« J’aimerais dire que j’ai joué avec Tordoff pendant un moment et que j’ai ensuite mis le marteau », a plaisanté Maydon, « mais Robin m’a donné une belle avance et je devais juste la ramener à la maison ».

« J’ai vraiment apprécié », a déclaré Sam Tordoff. « C’est la première course de mon père avec Masters, et notre première course ensemble dans l’Elan. Nous allons maintenant essayer de rendre mon père de plus en plus rapide – c’est le but !

« Nous avons bien réussi à rattraper la deuxième place », a déclaré Eddie Powell, « mais nous avons ensuite eu un grave problème de freins qui nous a fait perdre beaucoup de temps. Je pense que j’aurais pu rester en tête si cela ne s’était pas produit ».

David Smithies et Chris Clarkson ont dominé la classe C2 dans leur Austin Healey 3000, tandis qu’Andrew Walton a remporté les honneurs de la classe C1 dans sa Porsche 911.

A l’issue d’un meeting de Pâques ensoleillé, la grille de 22 voitures des Gent Drivers s’est élancée pour la course de clôture de 90 minutes, Andrew Jordan effectuant le premier relais au volant de la Daytona Coupé de Roy Alderslade – mais c’est la voiture similaire de Julian Thomas qui a franchi la ligne d’arrivée en première position après le premier tour. La E-type de John Pearson est troisième devant la TVR Griffith de Mike Whitaker, Michael Cullen dans la Shelby Cobra Daytona Coupé partagée avec Paddy Shovlin, et Nigel Greensall dans la Griffith de John Spiers. Peu après, Greensall rétrograde Cullen, suivi par Nathan Dod dans une autre TVR.

Andy Willis, dans la Lotus Elan de tête, était huitième devant son rival Robin Ward dans la Ginetta G4R de Ron Maydon, tandis que Mark Shaw, 12e au classement général, occupait la troisième place dans la classe CLP. Les Elans de Nick Powell et John Tordoff étaient les suivants. David Smithies était le premier leader de la classe C2, à la tête de l’Austin Healey 3000 similaire de Mark Pangborn.

Après trois tours, Thomas a pris deux secondes d’avance sur Jordan, tandis que Whitaker a usurpé la troisième place à Pearson, tandis que Greensall les poursuit tous les deux. Deux tours plus tard, Cullen se bat pour reprendre la sixième place à Dod, qui perd également une place au profit de Willis dans l’Elan de Stephan Joebstl. La raison n’a pas tardé à apparaître, puisque Dod est entré au stand avec un pneu avant gauche endommagé et une crevaison, juste au moment où le sixième tour était entamé, Thomas ayant désormais cinq secondes d’avance sur Jordan. Whitaker avait pris trois secondes d’avance sur la bataille entre Pearson et Greensall, ce dernier s’emparant de la quatrième place dans ce même tour.

Dans la seconde moitié du top 10, Ward s’est hissé à la septième place en dépassant Peter Thompson dans l’AC Cobra, tandis que Shaw est entré dans le top 10 après avoir dépassé une autre Cobra, celle de David Methley.

Poursuivant son rythme effréné au 10e tour, Thomas devance Jordan de neuf secondes, mais Greensall et Pearson ont tous deux gagné des places aux dépens de Whitaker, pour se classer troisième et quatrième. Malheureusement, Shaw est rentré aux stands avec une Elan sans freins, privant son coéquipier vedette Dario Franchitti de la chance de conduire la Lotus dans la course.

Le 13e tour est bouclé, Thomas améliore encore son meilleur tour de la course, la Daytona Cobra bleu et argent mène désormais… Nigel Greensall dans la TVR ! Jordan est soudain deux à trois secondes plus lent que Thomas, mais il semble pour l’instant à l’abri de Pearson et Whitaker, qui réalisent tous deux des temps similaires. Plus loin, Andy Wilis avait gagné une nouvelle place au classement général en dépassant la Cobra Daytona Coupé de Cullen et était sixième au classement général tout en menant la classe CLP avec Ward en huitième position et Powell en dixième position. Pendant ce temps, la Cobra de Methley s’arrête en fond de circuit, son moteur fumant fortement.

À l’approche de la demi-heure, Thomas maintient son avance sur Greensall qui égale les temps de la Daytona Cobra, mais ne les améliore pas, puisqu’il accuse un retard de 14 secondes sur Thomas. Jordan s’est éloigné, maintenant 13 secondes derrière Greensall mais menant Pearson avec une marge similaire, Whitaker suivant le type E trois secondes plus loin sur la route. Willis, Ward, Cullen, Thompson et Powell suivaient, ce dernier étant poursuivi par la Type E de Niall McFadden. En C2, Smithies continue de devancer Pangborn, tandis que les concurrents des catégories C1 et B1, Andrew Walton (Porsche 911) et Robert Ingram (Lotus Elite), se disputent la 18e place au classement général.

Les dix minutes qui suivent ne changent pas grand-chose, alors que la fenêtre des stands se rapproche de plus en plus. Greensall a grignoté l’avance de Thomas, qui est passée de 14 à 10 secondes, tandis que Whitaker a devancé Pearson pour prendre la quatrième place. Jordan, troisième, accuse un retard de 40 secondes sur le leader. Plusieurs des équipages partagés avec des pilotes « élite » et « élite plus » devraient effectuer des arrêts au stand plus longs, de sorte que l’ordre serait certainement très différent dans les dix minutes d’ouverture des stands pour tous les arrêts obligatoires. Pendant ce temps, le McFadden E-type s’est arrêté dans les virages de Craner.

Au 32e tour, Pearson ouvre la série d’arrêts en cédant sa place à Alex Brundle, suivi de Cullen qui cède sa place à Shovlin et de Nick Powell qui échange sa place avec Eddie Powell. Jordan remplace ensuite Roy Alderslade, tandis que le père John Tordoff confie sa Lotus Elan à son fils Sam, qui, à l’orée du top 10, cherche certainement à gagner des places. Après la mi-course, Ward a cédé la Ginetta à Maydon, et peu de temps après, Whitaker s’est arrêté. Puis, au 35ème tour, le leader rentre aux stands pour être relevé par Calum Lockie, immédiatement suivi par Greensall qui passe le relais à John Spiers, et Andy Willis qui cède les rênes à Stephan Joebstl.

A la fin de la fenêtre des stands, Lockie devance Spiers de 13 secondes, Whitaker est troisième avec 54 secondes de retard sur le leader. Alderslade, qui compte déjà un tour de retard, est suivi par Brundle et Maydon, qui prend la tête de la catégorie devant Joebstl. Shovlin était huitième devant Eddie Powell, tandis que Charles Allison complétait le top 10. En C2, Chris Clarkson dans la Healey démarrée par David Smithies devance son rival de classe Pangborn de deux secondes, avec la Marcos 1800 GT de Ian Pearson/Callum Grant intercalée, pilotée par Pearson.

Au 38e tour, le rythme de Brundle était tel qu’Alderslade était rétrogradé à la cinquième place, tandis que Lockie augmentait son avance sur Spiers à 22 secondes, Whitaker étant toujours à quelque 30 secondes de la deuxième place, tandis que Brundle devait combler un écart similaire à la troisième place – le début d’une autre phase plus statique de la course, à l’approche de la marque d’une heure. Cela dit, Sam Tordoff a réussi à entrer dans le top 10 en dépassant la Cobra d’Allison, mais son plus proche rival dans la classe CLP, Eddie Powell, avait toujours 45 secondes d’avance et réalisait des temps similaires.

Au 49e tour, alors que Lockie a porté son avance à 32 secondes, Eddie Powell dépasse Stephan Joebstl pour prendre la huitième place au classement général et la deuxième place dans la classe CLP, l’Autrichien devant désormais surveiller dans ses rétroviseurs l’arrivée rapide de Sam Tordoff. Maydon reste cependant en tête de la catégorie, septième au classement général, avec 42 secondes d’avance sur les Powell. Pendant ce temps, Mark Pangborn a été contraint d’abandonner la lutte dans la catégorie C2 lorsqu’il a fait rentrer son Austin Healey 3000 au stand au 45ème tour.

A dix minutes de l’arrivée, au 58ème tour, Lockie est bien loin, Spiers a maintenant un retard de 50 secondes, Whitaker continuant à le rattraper. Brundle et Alderslade sont solidement ancrés en quatrième et cinquième positions, avec un tour de retard, devant Shovlin en sixième position. Maydon est toujours en tête de la classe CLP, augmentant son avance sur Powell, mais le jeune Tordoff derrière lui est en train de voler, son énorme avance de 42 secondes étant maintenant réduite à seulement quatre secondes. Deux tours plus tard, et à cinq minutes de la fin de la course, le sort de Powell est scellé car Tordoff se hisse à la deuxième place de la catégorie.

Alors que la course touche à sa fin, Lockie passe en mode croisière et conduit la Shelby Cobra Daytona Coupé jusqu’à la ligne d’arrivée avec 51 secondes d’avance sur Greensall, Whitaker suivant 14 secondes plus loin. Derrière Brundle, Alderslade et Shovlin, Maydon a remporté la victoire dans la catégorie CLP devant les Tordoff et les Powell, la Cobra Allison/Thompson complétant le top 10. En 14e position au classement général, David Smithies et Chris Clarkson ont remporté les honneurs de la classe C2, tandis que la Porsche 911 d’Andrew Walton a gagné la classe C1 en 16e position au classement général.

Masters Pre66 Touring Cars
Davies remporte la victoire dans les Masters Pre-66 Touring Car à Donington.

Craig Davies a eu le dernier mot puisque le pilote de la Ford Mustang a devancé les deux Ford Falcon les plus rapides du peloton, l’exemplaire de Julian Thomas/Calum Lockie et la machine de Sam Tordoff, qui ont un temps dominé la course bien avant le reste du peloton. Cependant, une voiture de sécurité tardive a permis à Davies de revenir dans la course, après quoi il n’a pas laissé passer l’occasion, puisqu’il a dépassé Lockie au 31e tour sur 41 pour gagner avec 1,3 seconde d’avance. Peu après les arrêts, Tordoff a été contraint à l’abandon à cause d’un collecteur cassé.

« Je n’ai jamais pensé que la voiture était assez bonne pour gagner aujourd’hui », a déclaré Davies, surpris par sa propre victoire. « J’ai eu de la chance avec la voiture de sécurité, car la voiture n’était vraiment bonne que juste après le départ. Après cela, c’était partout sauf en ligne droite. Mais c’était une course très agréable. J’ai adoré les premiers tours où je me suis battu avec tous les autres pilotes.

« Nous avons vraiment eu du mal avec le survirage », a déclaré Lockie à propos de son incapacité à se battre après la voiture de sécurité. « Je me suis dit qu’il fallait prendre la deuxième place, c’est mieux que de tomber. Je me suis dit, prenons P2, c’est mieux que de tomber… Mais Julian a fait un premier relais fantastique ».

Dans une lutte acharnée à laquelle participaient quelque six Lotus Cortina, l’exemplaire John Spiers/Nigel Greensall l’a emporté à la fin, le duo étant l’un des seuls à ne pas avoir été frappé par des pénalités de limitation de la piste – dont certaines étaient multiples. Les Cortina de Paddy Shovlin/Michael Cullen ont terminé quatrième et deuxième de leur catégorie, profitant des pénalités de temps subies par Peter & Guy Smith et Justin Law. Neuvième au classement général, la Mustang de Jonathan Evans/Tom Bradshaw a suivi six Cortina pour prendre la troisième place dans la catégorie des plus de 2 litres.

« Le vainqueur de la classe Cortina, Greensall, a déclaré qu’il n’avait pas à se soucier des limites de la piste et qu’il n’avait pas à se soucier de sa pénalité. « C’était une course fantastique avec toutes les Cortina, vraiment. Nous avons peut-être pris quelques égratignures ici et là, mais cela en valait la peine ! »

Par un bel après-midi de printemps, le peloton de 22 voitures s’est élancé vers Redgate, avec le poleman Soper en tête, mais de la quatrième place Julian Thomas dans la Falcon a pris d’assaut la deuxième place pour mener la Mustang de Davies, la Falcon de Tordoff et la Cortina de Shovlin, mais au deuxième tour, Tordoff était en troisième position, avec Tom Bradshaw gagnant beaucoup de places dans la Mustang de Jonathan Evans pour être en cinquième position. A l’arrière, malheureusement, la BMW 1800 tiSA de Harry Barton s’est arrêtée avant le départ.

Les quatre premiers s’installent dans un rythme, 1,1 seconde les séparant tous, Bradshaw est dans le no man’s land entre Davies devant et la Mustang d’Alex Taylor derrière lui, qui à son tour mène Shovlin, la Cortina de Justin Law, la Falcon de Dan Williamson et la Cortina de Dan Dickenson. En 17e position, Marcus Holland mène la classe Mini, tandis qu’en 19e position, Robin Ellis est désormais le seul coureur de la BMW.

Au quatrième tour, Thomas utilise le grognement superflu de la Falcon pour prendre la tête, alors que la voiture de Soper semble faiblir. Tordoff et Davies passent devant au tour suivant, et Bradshaw rattrape rapidement Soper. Dix minutes se sont écoulées et Thomas n’est pas seul à l’avant. En fait, Tordoff et Davies gagnaient des dixièmes, tandis que Bradshaw était passé en quatrième position, Soper rentrant aux stands, rejoint dans le même tour par une autre Mustang, celle d’Alex Taylor. Tous deux ont été gênés par des problèmes de boîte de vitesses.

Au huitième tour, Thomas devance l’autre Falcon d’une demi-seconde seulement, Davies étant à 1,7 seconde. La course solitaire de Bradshaw se poursuit en quatrième position, avec sept secondes de retard, mais avec neuf secondes d’avance sur Shovlin, l’Irlandais ayant à son tour quatre secondes d’avance sur Law, Williamson, Dickenson et la Cortina de Peter Smith. La Cortina de John Spiers complète le top 10.

Quinze minutes après le début de la course, et après 10 tours, Tordoff a réduit l’écart et a commencé à prendre la tête à Thomas, Davies restant à deux secondes. Le retard de Bradshaw sur le leader est passé à neuf secondes, tandis que sa propre avance sur Shovlin est passée à 11 secondes. Plus loin derrière, Peter Smith gagne des places, la Cortina remontant en huitième position pour devenir la troisième des Cortina. Pendant ce temps, Holland et Ellis continuent à diriger leurs classes.

A l’approche de la fenêtre des stands, Tordoff et Thomas restent attachés à un fil, la paire de Falcon ayant distancé Davies de dix secondes, et Bradshaw de huit secondes. Le reste du top 10 n’a pas changé non plus, Shovlin, Law, Williamson, Smith, Dickenson et Spiers étant séparés par des écarts de une à quatre secondes. En 16e position au classement général, Carl Nairn avait chassé Marcus Holland pour s’emparer de la tête de la catégorie Mini. Pendant ce temps, Ellis était hors course, laissant la course sans aucun concurrent BMW.

25 minutes après le début de la course, la fenêtre des stands est ouverte et les Falcons se sont définitivement détachés de Davies, qui accuse désormais un retard de 22 secondes, la Mustang perdant deux secondes à chaque tour, tout comme la ‘stang de Bradshaw, similaire à la sienne. John Spiers et Dan Dickenson sont les premiers à se présenter pour leur arrêt obligatoire, leurs Cortinas étant bientôt suivies au tour suivant par Davies et Michael Whitaker Jr (cédant leur Mustang à leur père Mike).

Au 20e tour, Bradshaw s’arrête pour laisser la place à Evans, tandis que Peter Smith change de place avec l’ancien vainqueur du Mans, Guy Smith. Shovlin rentre au tour suivant pour échanger avec Michael Cullen, tandis que Tordoff, Law et Williamson s’arrêtent au 23e tour, Tordoff redonnant la tête à Thomas, qui met en place des secteurs violets pour que son coéquipier Calum Lockie reprenne la tête. Thomas s’arrête à sa dernière occasion au 24e tour, mais la situation n’est pas si simple, car Tordoff s’est laissé distancer par Davies après un long arrêt, et rentre rapidement aux stands. Le collecteur s’était détaché du moteur…

Au 25e tour, Lockie devance Davies de 15 secondes, tandis que Michael Cullen se hisse à la troisième place, mais loin derrière – 45 secondes pour être précis. Law est quatrième, Evans cinquième, les deux étant séparés par deux secondes. Williamson et Dickenson se disputent la sixième place, à plus d’une minute, tandis que la huitième place de Mark Martin est de courte durée, son arrêt court ayant été sanctionné par un stop-and-go. Nigel Greensall gagne ainsi une place, l’homme qui a succédé à Spiers étant désormais l’homme le plus rapide du circuit. Guy Smith est neuvième, et Martin est maintenant dixième.

Bientôt, cependant, tous les écarts vont s’évaporer, car la voiture de sécurité est sortie pour une brève période de temps afin de dégager les débris de la piste. Après que le peloton ait été libéré, Davies a senti l’odeur du sang et s’est lancé à la poursuite de Lockie, les deux hommes laissant la paire de Cortina de Cullen et Law loin dans leur sillage. Evans est cinquième, poursuivi par Dickenson qui a dépassé Williamson. Greensall, Guy Smith et Mark Hales ont complété le top 10, tandis que Dominic Holland a repris la tête de la catégorie Mini à Billy Nairn.

Au 31e tour, Davies est passé, réalisant des temps qui ne peuvent être approchés que par Guy Smith, neuvième, qui se trouve à l’arrière d’un long convoi de voitures mené par Cullen. Dickenson a rapidement pris la cinquième place, après avoir détrôné Evans, tandis que Smith a échangé sa place avec Greensall dans leur bataille de pros.

Il reste dix minutes à jouer et Dickenson est l’homme en mouvement, Law étant lui aussi victime de sa charge. Prochain objectif : Cullen en tête de la classe Cortina. En tête, Davies s’éloigne de Lockie, et plus loin, Dan Williamson abandonne sa Falcon pour permettre à Mark Martin de revenir dans le top 10. Mais soudain, au 35e tour, Dickenson disparaît, tombé à la fin de la file d’attente formée par la Cortina de Mark Hales. Cullen est donc à nouveau poursuivi par Law, qui, en tant que premier poursuivant, est rapidement remplacé par Guy Smith, Greensall le suivant dans le tour suivant.

Au 37e tour, le vieux tour de passe-passe est effectué, et Law se retrouve maintenant en troisième position, suivi par Smith (qui a maintenant une pénalité de 5 secondes pour avoir dépassé les limites de la piste une fois de trop), Cullen et Greensall, les quatre Cortina s’affrontant à coups de marteau et de tongs. Evans et Hales les suivent, mais Dickenson est en train de remonter et dépasse bientôt Hales pour la huitième place. Au 38e tour, Smith prend la troisième place, mais avec la pénalité de temps qui pèse sur lui, Law, Greensall et Cullen peuvent encore le devancer après le drapeau à damier, qui ne tombera qu’après deux tours supplémentaires. Cela dit, ce n’est pas le cas de Justin Law, qui s’est vu infliger une pénalité de 30 secondes pour avoir dépassé les limites de la piste.

A l’avant, cependant, Davies était en sécurité, menant Lockie à la maison avec 1,3 seconde d’avance. La Cortina de Spiers/Greensall a gardé son nez propre pour s’emparer de la troisième place et de la victoire dans la catégorie Cortina, devant Shovlin/Cullen, Peter & Guy Smith, Dickenson, Ross-Jones/Hales et Martin. Cette phalange de Cortina était suivie par la Mustang Bradshaw/Evans qui a pris la troisième place dans la catégorie des gros V8, Law complétant le top 10. En 12e position au classement général, Marcus et Dominic Holland ont remporté une lutte acharnée avec Carl et Billy Nairn pour remporter les honneurs de la classe Mini.

Masters Sports Car Legends
Willis s’empare des Masters Sports Car Legends à Donington alors que Bradshaw trébuche

La Lola T212 d’Andy Willis s’est imposée dans la course d’une heure des Masters Sports Car Legends à Donington Park lorsque le leader Tom Bradshaw n’a pas réussi à faire redémarrer sa Chevron B19 en pole position lors de son arrêt obligatoire au stand. Après avoir pris une avance de plus d’une demi-minute, Bradshaw se retrouve avec deux tours de retard lorsqu’il rejoint enfin la piste.

« J’accepte », a déclaré Willis à propos de l’héritage de la tête après la malchance de Bradshaw. « J’ai eu un peu de mal avec les freins, mais c’était bien. Vers la fin, j’ai essayé de gérer l’écart. »

Dans un premier temps, Willis a dû tenir à distance Marc Devis dans la Chevron B19, mais lorsque la voiture du Belge est tombée en panne, la B19 de Jamie Thwaites/Dean Forward a pris le relais pour ses débuts en Masters. Forward est revenu à sept secondes, mais Willis a gardé le contrôle. Dans une autre B19, Mark Hazell et Martin O’Connell ont pris la troisième place, loin devant les vainqueurs de la classe Bonnier, Stephen Nuttall et Darren Burke, dans leur Chevron B8.

« C’était une bonne course », a déclaré M. Forward. « C’était la première fois que nous faisions le Masters ensemble, avec Jamie comme propriétaire de la voiture, et c’était génial !

« Cela ne fait que deux ans que je participe à des courses », a déclaré M. Thwaites, « je suis donc très heureux de ce résultat ».

« J’étais cinquième au lieu de troisième à Macleans », a déclaré Hazell à propos de sa pénalité de temps. « Je dois encore apprendre à la conduire correctement. Parce que je ne la conduisais pas correctement, je dépasse les limites de la piste ! ».

Bien que Greensall ait écopé d’une pénalité pour un départ manqué, lui et John Spiers ont tout de même pris la cinquième place au classement général dans leur McLaren M1B gagnante de la classe Hulme, devançant deux autres Chevron B8 partagées par Philip Nelson/Andy Newall et Julian Thomas/Calum Lockie. Ce dernier exemple a été retardé par un problème d’allumage, mais il a tout de même réussi à prendre la troisième place de la catégorie.

Par une glorieuse matinée de printemps aussi ensoleillée que celle de la veille, le peloton des Masters Sports Car Legends se met en route. Bradshaw creuse immédiatement l’écart avec Nigel Greensall qui s’élance au volant de la McLaren M1B de John Spiers. Jamie Thwaites reste troisième dans la deuxième Chevron B19, suivi par Andy Willis qui conduit en solo la Lola T212 de Stephan Joebstl, Stephen Nuttall dans la première des B8, poursuivi par l’exemplaire similaire de Julian Thomas qui, au cours des trois premiers tours, a continué à échanger des positions avec Marc Devis dans sa B19. Mark Hazell dans une autre B19, David Forsbrey dans la troisième B8 et la Chevron B16 de John Sheldon étaient les suivants. A l’arrière, la Lola T70 Spyder de Steve Seaman a été abandonnée prématurément.

Après cinq tours, Bradshaw mène de 11 secondes, mais Greensall est sanctionné d’un stop-and-go pour avoir sauté le départ. Thwaites et Willis se sont disputés la troisième place, à 13 secondes, Nuttall les suivant trois secondes plus loin. Plus loin, la B8 de Charles Allison est entrée dans le top 10 aux dépens de Sheldon. Derrière la B16, la B8 de Philip Nelson, Robert Shaw dans une autre B8 et la Corvette du Canadien Peter Hallford se disputaient la 12e place.

Au 6e tour, Greensall écope d’une pénalité, ce qui permet à Thwaites et Willis de se hisser aux deuxième et troisième places, tandis que Devis – qui venait de dépasser Nuttall – gagne trois places d’un coup, alors que Thomas s’est également arrêté pour un problème d’allumage sur sa B8. Finalement, Greensall a pris la huitième place, entouré de Forsbrey et d’Allison. Thomas rejoint la 14e place, avec un tour de retard sur Bradshaw.

Quinze minutes plus tard, l’avance de Bradshaw est passée à 22 secondes, mais Willis est désormais son principal rival, après avoir menacé de dépasser Thwaites pendant plusieurs tours. Derrière eux, Devis gagne du terrain, Nuttall est cinquième, à cinq secondes, et Hazell sixième. En rattrapant son erreur, Greensall remonte à la septième place, après avoir dépassé Forsbrey. Sheldon et Allison ont continué à se battre, le premier ayant repris sa place pour être neuvième au classement général.

Au 14ème tour, Devis a réduit l’écart avec Thwaites tandis que Greensall a repris la sixième place à Hazell. Pendant deux tours supplémentaires, Devis ne parvient pas à dépasser son rival B19, mais grâce à une pénalité de 5 secondes infligée à Thwaites pour avoir dépassé les limites de la piste, le Belge se retrouve virtuellement à la troisième place. Plus loin, Allison et Sheldon ont à nouveau échangé leurs places.

A l’approche de la fenêtre des stands, l’avance de Bradshaw sur Willis s’élève désormais à une demi-minute, tandis que Thwaites et Devis continuent de se battre pour la troisième place, à neuf secondes de la Lola T212. Nuttall s’est contenté de la cinquième place dans la B8, leader de la catégorie, et Greensall, sixième, ne lui a fait qu’une impression mineure. Hazell (également frappé par une pénalité de 5 secondes pour les limites de la piste), Forsbrey, Allison et Sheldon ont continué à occuper leurs positions à l’intérieur du top 10, tandis que Thomas s’est hissé à la 13e place au détriment de la grosse Corvette d’Hallford.

Au 21e tour, Hallford et Hazell sont les premiers à s’arrêter, laissant respectivement la place à Josh Cook et Martin O’Connell, Andy Newall prenant le relais de Nelson dans la B8 qui se classe 11e au classement général. Au tour suivant, Thwaites s’arrête pour remettre la B19 aux couleurs de Gunston à Dean Forward. Lors de tours consécutifs, Nuttall a échangé avec Darren Burke et Allison a cédé sa place à Peter Thompson, tandis que Willis, Devis et Forsbrey se sont également arrêtés. Le leader attend le 27e tour pour rentrer, rejoint par Greensall qui change de place avec John Spiers.

Cependant, quelque chose ne va pas avec le chef de file en fuite. Alors que Spiers rejoint la piste, Bradshaw est toujours debout dans les stands, la course ayant complètement changé de physionomie, sa B19 refusant tout simplement de redémarrer. Willis devance Devis de 8 secondes et Forward de 12 secondes. Spiers est quatrième, mais Burke et O’Connell se rapprochent rapidement de lui, tandis que Forsbrey est septième, devant Bradshaw, qui a refait son apparition mais compte désormais deux tours de retard. Newall et Sheldon ont complété les dix premiers coureurs.

Le premier tour complet de Bradshaw dans la colère a été le tour le plus rapide de la course, et il a pris la septième place à Forsbrey, mais les leaders étaient loin devant. La marge de Willis par rapport à Devis a légèrement diminué à cause des contretemps, mais il a encore six secondes d’avance à 15 minutes de la fin de la course. Forward s’est maintenu en troisième position tandis que Spiers a été dépassé sur la route par un O’Connell en vol qui avait déjà usurpé la cinquième place à Burke. Burke reste cependant largement en tête de la classe Bonnier, poursuivi par Newall, huitième, qui vient de devancer Forsbrey, tandis que Lockie (désormais dans la B8 démarrée par Thomas) les poursuit tous les deux, Forsbrey étant victime du rythme de Lockie au 38e tour.

A dix minutes de la fin, Willis est aux commandes, son avance sur Devis est remontée à huit secondes, mais Forward a pris de la vitesse et, malgré sa pénalité, commence à menacer le Belge pour la deuxième place. Avec près d’un tour de retard, O’Connell a maintenant fait assez pour annuler la pénalité de temps infligée à son coéquipier Hazell et il est quatrième devant Spiers, Burke et Bradshaw, ce dernier ayant encore deux tours de retard. Newall est huitième, avec dix secondes d’avance sur Lockie, mais ce dernier le rattrape à raison de deux secondes par tour.

Aux 40e et 41e tours, David Forsbrey et Marc Devis sont victimes d’une catastrophe et rentrent tous deux aux stands. Le Belge a été récompensé de ses efforts par un problème de pression d’essence et est sorti, mais Forsbrey a rejoint la course bien en dessous, après avoir souffert d’un embrayage qui a glissé.

Alors que les dernières minutes s’égrènent, Willis conserve une avance de 7 secondes jusqu’au drapeau à damier. O’Connell a pris une lointaine troisième place devant la Chevron B8 de Nuttall et Burke, vainqueur de la classe Bonnier, cette dernière dépassant la McLaren M1B de Spiers, vainqueur de la classe Hulme, dans les derniers instants de la course. Bradshaw est un sixième déçu, devant les B8 de Nelson/Newall, Thomas/Lockie et Robert Shaw. La B16 de Sheldon complète le top 10.