Donington Park, UK

MASTERS RACE WEEKEND
7 – 8 Avril 2023

Un week-end de Pâques extraordinaire avec de superbes courses à Donington !

Le Masters 2023 Tour a débuté par un brillant week-end de course à Pâques, qui s’est déroulé sous un ciel bleu et clair à Donington Park. Grâce aux cinq grilles Masters présentes, y compris le tout nouveau trophée Masters GT, ainsi qu’à l’action fantastique des grilles de l’HGPCA, le public a eu droit à des qualifications et des courses incroyables tout au long du vendredi saint et du samedi de Pâques. Stuart Wiltshire et Sam Tordoff ont remporté le plus grand nombre de victoires, tandis que Marcus Jewell et Ben Clucas se sont illustrés en remportant une classe après l’autre.

RAPPORTS DE COURSE

Masters Endurance Legends - Course 1
Wiltshire remporte la première course des Masters Endurance Legends à Donington

Stuart Wiltshire a dominé la première course Masters Endurance Legends à Donington Park en s’imposant avec une marge de 50 secondes sur la Morgan LMP2 de Dean Forward et Jamie Thwaites. Vers, le pilote de la Peugeot 90X a de nouveau réussi à franchir la barre de la minute, comme il l’avait déjà fait en qualification.

« C’est la meilleure voiture que j’ai jamais conduite », a déclaré Wiltshire à propos de la Peugeot 90X. « Et passer sous la barre de la minute – je devais le faire pour les supporters. Il s’agissait de battre le chrono aujourd’hui ».

Pendant les premiers tours, Forward se bat avec la MG-Lola EX257 de Mike Newton pour s’emparer de la deuxième place au 4e tour. Newton n’a pas survécu à la phase d’arrêt au stand, rentrant au stand avec une fuite de carburant. Thwaites a donc pris une confortable deuxième place. Michael Birch s’est hissé dans le trio de tête grâce à une course solide au volant de la Ligier JSP2-17, partant de la septième place sur la grille de départ.

« Jusqu’à cette course, j’avais littéralement passé 20 minutes dans cette voiture », a déclaré Thwaites, « j’apprenais donc encore au fur et à mesure. Mais Dean s’envole dans tout ce qu’il conduit !

Il en a été de même pour Birch. « C’est la première fois que je monte dans cette voiture, je n’ai fait que des essais auparavant, donc je suis assez content de monter sur le podium !

Pendant ce temps, Wayne Marrs s’est illustré au volant de sa Mercedes AMG GT3 pour décrocher une sensationnelle quatrième place au classement général, tout en remportant confortablement la classe GT devant Christopher Compton Goddard dont la Ferrari 430 GT3 a terminé à la septième place. Les deux voitures GT de tête ont pris en sandwich les deux voitures P3 de tête, la Ligier JSP3 de Marcus Jewell/Ben Clucas devançant de peu la Ligier JSP3 de Stephan Joebstl/Andy Willis, malgré une pénalité pour s’être arrêtée trop tôt aux arrêts aux stands.

« Oui, quatrième au classement général, ce n’est pas si mal », a déclaré Marrs avec jubilation. « Et c’était amusant de se battre avec les prototypes. À un moment donné, nous étions trois de large dans la ligne droite !

« C’était bien », a déclaré Compton Goddard, « bien mieux que ce que nous avions fait jeudi lors des essais. J’ai perdu de l’adhérence sur les deux pneus arrière, mais nous avons réussi à aller jusqu’au bout. »

Par un samedi matin de Pâques ensoleillé et lumineux, la fraîcheur était encore bien présente dans l’air lorsque la grille des Masters Endurance Legends s’est alignée pour sa première course de la saison 2023. Cependant, Robin Ward a pris le départ depuis les stands. Richard Bradley, pilote expérimenté du WEC et de l’ELMS, est devenu copilote à la dernière minute, ce qui signifie non seulement un départ dans la voie des stands pour les deux courses, mais aussi une pénalité de temps pour le pilote d’élite lors des arrêts aux stands, ce qui n’a fait qu’ajouter au défi.

En raison du froid matinal, le peloton s’élance pour un tour supplémentaire derrière la voiture de sécurité, mais dès qu’il y est autorisé, Wiltshire s’élance en tête devant la MG-Lola EX257 de Mike Newton, Dean Forward dans la Morgan LMP2 partagée avec Jamie Thwaites, et Marcus Jewell dans la première des Ligier JSP3. Michael Birch, au volant de la Ligier JSP2-17, a gagné une place et Wayne Marrs, dans la voiture GT de tête, l’a suivi au détriment de Stephan Joebstl, dans la seconde JSP3 partagée avec la Ligier JSP2-17 et la Ligier JSP2-17.

Andy Willis. Plus loin, Ward avait déjà dépassé les rivaux de Marrs en GT, Christopher Compton Goddard et Jason Wright.

En tête, Wiltshire prend quatre secondes d’avance au 4e tour, Forward parvenant à devancer la MG-Lola après trois tours d’une défense acharnée de Newton. Dix secondes plus tard, Jewell tient Birch à distance, tandis que Marrs devance Craig Davies dans la JSP3 partagée avec Ron Maydon, Howard Spooner dans la Jade-Nissan, et Ward, qui a maintenant dépassé Joebstl et Mike Furness dans la Courage-Judd LC75.

Dix minutes après le début de la course, l’avance de Wiltshire s’élève à sept secondes, alors que Forward maintient la Peugeot 90X à l’abri, ayant lui-même distancé Newton d’environ 13 secondes. Birch poursuivait Jewell, tandis que Marrs maintenait Davies à distance. Plus loin dans le peloton, Compton Goddard, au volant de la Ferrari 430 GT3, a réussi à distancer la Ferrari 430 GT2 de Jason Wright de 21 secondes.

Pendant un moment, Wiltshire contrôle les affaires en tête, mais au 11e tour, il réalise un nouveau tour plus rapide de la course pour augmenter l’écart avec Forward à dix secondes. Newton est désormais distancé de 22 secondes, tandis que Birch est remonté à la quatrième place, après avoir trouvé le moyen de dépasser Jewell. Avec 50 secondes de retard sur le leader, Davies met la pression sur la Mercedes AMG GT3 de Wayne Marrs. Tous ces écarts ont été rapidement réduits à néant, car la voiture de sécurité est sortie, la Jade-Nissan d’Howard Spooner ayant heurté le gravier à Coppice, juste à la limite de l’ouverture de la fenêtre de ravitaillement. Cela signifie que presque tout le monde est passé aux stands pour l’arrêt obligatoire, seule la Ligier de Ward/Bradley restant à l’extérieur pour un tour supplémentaire. Pendant ce temps, la Ferrari 430 GT2 de Jason Wright est sortie de la course après avoir été endommagée lors d’un contact.

Au 15e tour, cependant, Newton est de nouveau dans le coup, tout comme Furness. Mais tandis que Furness repartait, la MG-Lola de Newton restait immobile, l’équipe enquêtant sur une éventuelle fuite de carburant. Il ne sortira plus jamais. L’ordre est donc désormais le suivant : Wiltshire en tête devant Thwaites, Marrs, étonnamment troisième au classement général, et Birch, dernier homme du tour de tête. Clucas et Willis étaient les suivants, menant Compton Goddard, avec Bradley luttant contre Maydon et Furness. La voiture de Jewell/Clucas fait l’objet d’une enquête, cependant, et reçoit bientôt une pénalité pour s’être arrêtée aux arrêts.

A dix minutes de la fin, Wiltshire a pris 17 secondes d’avance sur Thwaites, Birch étant désormais troisième, après s’être occupé de Marrs. Clucas ayant purgé sa pénalité, Willis est désormais cinquième au classement général et en tête de la catégorie P3, tandis que Compton Goddard, septième, est poursuivi par Bradley qui a dépassé Maydon et Furness.

Dans le 27e tour, le leader, qui s’amuse désormais pleinement, signe un nouveau meilleur tour en course, toujours loin de franchir la barre de la minute comme il l’avait fait aux essais, mais dans le 28e tour, il parvient à descendre en dessous, enregistrant un 59.956. Thwaites est ainsi distancé de 31 secondes, mais dispose d’une bonne marge de 18 secondes sur Birch lui-même.

Au drapeau à damier, Wiltshire l’emporte avec 50 secondes d’avance sur Thwaites, Birch se classant troisième. Marrs est quatrième au classement général et le premier des GT, la Ferrari 430 GT3 de Chris Goddard étant septième. Derrière la Mercedes, Ben Clucas a fait un travail incroyable pour devancer Willis et prendre la cinquième place, annulant ainsi le revers de la pénalité du stop-and-go.

 

Masters Endurance Legends - Course 2
Wiltshire double la marche des légendes de l’endurance des Masters dans le parc

Stuart Wiltshire a également fait sienne la deuxième course des Masters Endurance Legends du Masters Race Weekend à Donington Park, puisque le pilote de la Peugeot 90X a silencieusement mais efficacement filé vers la victoire par un tour complet. Ce faisant, il a battu de 16 mille le tour de Donington qu’il avait effectué le matin en moins d’une minute, pour enregistrer un tour de 59,940.

« C’était plus difficile, celui-là », a déclaré Wiltshire en sortant de la voiture. « Le circuit était plus délicat, il y avait de l’huile sur le circuit. Et je conduisais sans arceau de sécurité, car il s’est cassé à six tours de la fin lors de la première course. Mais vous savez, ces 16 mille, j’essaie de les réaliser !

Dean Forward et Jamie Thwaites se sont assurés d’une solide deuxième place dans la Morgan LMP2, Forward s’efforçant de garder la Peugeot à l’œil pendant son premier relais. Dans la Ligier JSP2-17, Michael Birch s’est d’abord classé troisième, mais il n’a rien pu faire pour empêcher Ben Clucas de passer en trombe dans la Ligier JSP3 de Marcus Jewell.

« J’ai été plus rapide cette fois », a déclaré Thwaites à propos de l’apprentissage de la voiture, « mais mon cou me fait mal ! Je pense que s’habituer aux G va être le plus difficile avec cette voiture… Dean a pris une bonne avance, et il a été génial dans le deuxième secteur. »

« C’était bien », a déclaré Clucas. « Marcus a fait un bon travail pour être quatrième après son premier relais, et j’ai ensuite pris la Ligier P2 à l’arrière du circuit. Nous avons eu un bon rythme toute la journée, et nous n’avons pas raté les arrêts aux stands cette fois-ci… »

Les JSP3 de Robin Ward/Richard Bradley et Stephan Joebstl ont complété les rangs de la classe P3, tandis que l’exemplaire de Craig Davies/Ron Maydon n’a pas atteint l’arrivée.

Un soleil radieux et de jolis nuages blancs se profilent à l’horizon lorsque le drapeau vert est donné pour la deuxième édition des Masters Endurance Legends. Dans cette course réservée aux prototypes, la puissante Peugeot 90X de Wiltshire a rapidement pris une avance convaincante de deux secondes sur Dean Forward dans la Morgan LMP2. Birch, au volant de la Ligier JSP2-17, a pris la tête d’un train de quatre Ligier P3 mené par Marcus Jewell et comprenant également Craig Davies, Stephan Joebstl et Robin Ward.

Quatre tours plus tard, Forward a réussi à maintenir Wiltshire à un écart de 2,8 secondes, tandis que Birch est maintenant à 13 secondes de la Morgan, Jewell dans la Ligier JSP3 gardant la voiture P2 honnête. Dans le train P3, Ward et Joebstl ont échangé leurs places, le premier s’élançant maintenant après Davies.

À une demi-heure de l’arrivée, Wiltshire a augmenté son avance de près de sept secondes, tandis que Birch et Jewell continuent de se disputer la troisième place. Davies est dix secondes plus loin, Ward le suit avec une marge similaire, lui-même ayant creusé un écart de 12 secondes sur Joebstl.

Il reste encore quelques minutes avant que la fenêtre des stands ne s’ouvre, et quand elle s’ouvre, Wiltshire accélère pour améliorer son tour le plus rapide de la course en 1.00.2 alors que Joebstl est le premier à entrer et à passer le relais à Andy Willis, Ward suivant bientôt pour une manœuvre similaire de changement de siège avec Richard Bradley. Marcus Jewell est le suivant à entrer dans les stands, remplacé par Ben Clucas.

En tête, Wiltshire mène désormais de 12 secondes, tandis que Forward a bien fait de battre le temps de la Peugeot dans le troisième secteur. Mais le rythme de la voiture française est tel que Birch est déjà dépassé. Au 20e tour, Davies remplace Ron Maydon, puis au 21e tour, les trois leaders rentrent simultanément, trois minutes avant la fermeture de la fenêtre des stands, Forward cédant sa place à Jamie Thwaites.

Après les arrêts, l’avance de Wiltshire est passée à plus d’une demi-minute, tandis que Clucas, après son changement de pilote, a produit un rythme effréné pour devancer Birch à la troisième place. Willis a distancé la Ligier P2 de 35 secondes, et Bradley de 27 secondes supplémentaires, ayant dû compenser sa pénalité de temps de pilote d’élite aux arrêts. Maydon, quant à lui, a échoué sa JSP3 dans les graviers, mais cela n’a pas suffi à déclencher la voiture de sécurité.

Comme le matin, Wiltshire s’est mis en tête d’atteindre son objectif de battre la marque d’une minute, et il y est parvenu au 25e tour avec un temps de 59,940, soit 16 milliers de moins que l’objectif qu’il s’était fixé. Rapidement, l’écart avec Thwaites est passé à 50 secondes, Clucas étant désormais solidement installé à la troisième place, avec huit secondes d’avance sur Birch.

En fin de course, la Peugeot 90X a néanmoins réussi à doubler l’ensemble du peloton, Thwaites devançant Clucas d’un tour complet en troisième position. Cette fois, Birch a manqué le podium pour prendre la quatrième place, Bradley dépassant Willis pour la cinquième place au classement général.

Masters Gentlemens Drivers
Spiers/Greensall ouvrent le compte des Masters Gentlemen Drivers avec une victoire éclatante à Donington

John Spiers et Nigel Greensall ont converti leur pole position en une victoire à l’arraché lors de la course Masters Gentlemen Drivers de 90 minutes qui s’est déroulée vendredi à Donington Park. Spiers a mené tout son relais depuis la tête tout en maintenant la Jaguar E-type de John Pearson à distance, mais Greensall a été contraint de compenser sa pénalité de temps de pilote d’élite appliquée lors des arrêts aux stands à la mi-course, ce qui a permis à leur TVR Griffith de rejoindre la sixième place.

« C’était bien au-delà de mes espérances », a déclaré Spiers à propos du fait qu’il a conservé la tête pendant tout son relais. « Mais la voiture a continué à venir à moi. C’était une belle bataille avec John Pearson, et c’est fantastique de gagner. Le comportement de conduite était également très bon. Si seulement toutes les courses étaient comme ça !

Peu après ces arrêts, John Davison, au volant d’une autre TVR Griffith, a ravi la tête à la Type E de John et Gary Pearson, qui a ensuite écopé d’une pénalité de dix secondes pour une infraction commise lors de leur arrêt obligatoire. Dans une finale finement équilibrée, Davison a demandé à son collègue Griffith de travailler dur pour la victoire, en devançant Greensall de 1,8 seconde sur la ligne d’arrivée.

« Quelle belle course, je crois que nos pneus arrière gauches ont disparu au bout de 20 minutes ! Davison s’est enthousiasmé. « John et moi sommes amis, mais j’étais déterminé à ne pas laisser Nigel s’en tirer trop facilement… »

Les Pearson ont limité les dégâts de leur pénalité de temps pour prendre la troisième place au classement général, avec une seconde d’avance sur le vainqueur de la classe CLP, Giles Dawson.

« Nous n’avons pas coupé le moteur », a expliqué Pearson à propos de leur pénalité de temps, « mais nous aurions été troisièmes de toute façon. Ce qui est amusant à la fin, c’est que j’étais poursuivi par Sam Tordoff, mais je ne savais pas qu’il avait un tour de retard. J’ai vu +4 au tableau et j’ai pensé que c’était lui. Cela m’a donc incité à pousser !

Aux mains de Ward, la Ginetta G4R Robin Ward/Ron Maydon était le premier leader de la catégorie, mais Maydon a été contraint de s’arrêter vers la fin, après que Dawson ait déjà repris la tête de la catégorie. Les Elan de John & Sam Tordoff et le duo helvético-autrichien Stephan Joebstl/Philipp Buhofer se sont donc retrouvés deuxième et troisième de la classe.

« Je regrette de ne pas l’avoir jeté à Coppice, car cela m’aurait permis d’être troisième au classement général. Mais se battre avec les grands, endurcir les TVR, c’était vraiment génial », a déclaré un Dawson jubilant.

« J’ai vraiment apprécié », a déclaré Sam Tordoff. « C’était un bon début d’année. Je n’avais pas piloté cette voiture depuis Spa l’année dernière, mais je l’ai prise en main très rapidement.

Brian Caudwell et Kieran Clarke ont complètement dominé la classe C2 dans leur Austin Healey 3000, Caudwell ayant résisté à un défi précoce du revenant Keith Ahlers dans la Morgan SLR partagée avec Billy Bellinger. Cette dernière disparaît rapidement de l’action, mais seulement après que Richard Hywel Evans et David Smithies/Chris Clarkson, au volant de deux autres Big Healeys, aient réussi à se hisser aux deuxième et troisième places de la catégorie. La Turner 1650 de Luke Wos et Andy Yool a également régné en C1, tandis que James Hanson et Paul Pochciol ont remporté la classe B2 dans leur Jaguar E-type pré-63.

Par un glorieux vendredi saint, sous un soleil aussi jaune que les œufs de Pâques et les jonquilles du paddock, John Spiers s’est aligné en pole position, suivi par trois autres TVR Griffiths. Peu après le départ, cependant, il y avait un chat parmi les pigeons, car John Pearson a réussi à faire passer sa E-type devant la TVR de Mike Whitaker pour la quatrième place, et la fois suivante, il était en troisième position, ayant également fait face à la Griffith de John Davison. Sixième au classement général, Giles Dawson a d’abord mené la classe CLP dans son Elan 26R, mais il a rapidement été dépassé par Andrew Haddon dans l’ex-Mark Martin Shelby Cobra Daytona Coupé et Mark Donnor dans une autre Type E, tandis que Robin Ward a pris la tête de la classe CLP dans la Ginetta G4R qui portait désormais le numéro 1 en l’honneur de son titre de 2022.

Plus loin, Brian Caudwell (Austin Healey) et Keith Ahlers (Morgan SLR) se sont livrés à la traditionnelle bataille Healey contre Morgan en C2, tandis que Luke Wos a pris la tête de la classe C1 au volant de la Turner 1650, profitant du fait que Mark Bates, le favori de la classe, n’a pas pris le départ après que la 911 de Bates ait cassé une bielle à la fin de la séance de qualification. Parmi les concurrents de la classe B, l’Elite S2 de Robert Ingram a perdu un rival après que la E-type plus ancienne de Niall McFadden a été contrainte de se rendre au stand après un seul tour, mais l’autre E-type de James Hanson et Paul Pochciol est toujours en course.

7 tours plus tard, Spiers est toujours en tête, mais Pearson (J.) continue sa progression vers la tête, ayant également usurpé la TVR d’Oliver Reuben. Davison est quatrième devant Haddon, Whitaker et Ward. Donnor, Dawson et Jason Minshaw sur la Type E de Martin Melling complètent le top 10. Derrière eux, la lutte était engagée pour la troisième place en CLP, John Tordoff poursuivant l’Elan similaire de Simon Jackson. Billy Nairn, au volant d’une autre Elan, est passé par les stands, mais il a abandonné à cause de problèmes de freins.

Après avoir réalisé le meilleur tour de la course, Pearson avait pratiquement comblé l’écart avec Spiers, qui avait encore trois dixièmes d’avance à l’entame du 10e tour. Plus loin derrière, Haddon a perdu des places au profit de Whitaker, Ward, Donnor et Dawson, tout en étant à deux secondes du rythme qu’il avait montré auparavant, mais il semble avoir repris la voiture au 12ème tour.

En C2, Caudwell a progressivement abandonné Ahlers pour mener de sept secondes, tandis que David Smithies, dans la deuxième Big Healey, est maintenant à quatre secondes de la Morgan. Wos, quant à lui, mène toujours confortablement la classe C1 devant la Porsche 911 de Dean DeSantis.

Dans le top 5, Davison et Ward ont tous deux réalisé leur tour le plus rapide jusqu’à présent, permettant à Ward de rétrograder Whitaker à la sixième place, le pilote TVR venant en revanche de boucler l’un de ses pires tours. On comprend vite pourquoi, car Whitaker rentre aux stands et abandonne la bataille en tête. La TVR n’est revenue dans le jeu qu’après avoir été rétrogradée à la 15e place du classement général. Bientôt, Griffith de Whitaker perd à nouveau de la vitesse, après avoir visité le bac à gravier, et au 18e tour, il doit se rendre pour la deuxième fois au contrôle des freins. En CLP, Ward a conservé la tête de sa catégorie, avec quatre secondes d’avance sur Dawson, tandis que Simon Jackson, dixième au classement général, occupe toujours la troisième place de sa catégorie.

A l’approche du tiers de la distance, Spiers tient bon en tête, maintenant sa mince marge de trois dixièmes sur Pearson tour après tour, mais cinq secondes derrière le duo de tête, Davison s’est rapproché de la troisième place, rétrogradant Reuben à la quatrième place, avec Ward maintenant impatient de se joindre à cette bataille, venant d’enregistrer le tour le plus rapide de la course ! Et comme si cela ne suffisait pas, le champion en titre s’est empressé de battre ce temps dans le tour suivant, devenant ainsi le seul pilote de la course à se situer dans les 1,19s. Et c’est ainsi que la Ginetta s’est retrouvée en quatrième position au 21e tour. Whitaker, quant à lui, est revenu dans la course pour la deuxième fois, mais il est maintenant dernier, avec quatre tours de retard. Deux tours plus tard, la TVR est vraiment éliminée, ses freins ayant assez pleuré.

En CLP, Simon Jackson a été contraint d’abandonner sa troisième place dans la catégorie, après être entré au stand au 24e tour pour des problèmes de surchauffe. L’Elan de Stephan Joebstl prend ainsi la place, mais l’Autrichien est poursuivi par l’exemplaire de John Tordoff, qui compte désormais cinq secondes de retard. La classe C2 est désormais menée par trois Big Healeys, Richard Hywel Evans ayant dépassé Smithies, tandis que les deux autres ont réussi à dépasser Ahlers pour les deuxième et troisième places de la classe. La lutte acharnée entre Smithies et Ahlers a été observée par Wos, à deux secondes du duo et toujours en tête de la classe C1 dans le Turner.

À l’approche de la fenêtre des stands, Spiers a réussi à augmenter son avance d’une seconde complète, mais au prix d’un drapeau d’avertissement noir et blanc pour avoir dépassé les limites de la piste. Le pilote TVR n’a plus le droit à l’erreur. Derrière Spiers et Pearson, Ward a poursuivi son impressionnante course en s’emparant de la troisième place au classement général aux dépens de Davison, tout en améliorant son propre tour le plus rapide de la course. Derrière eux, Reuben est dans le no man’s land, Donnor étant poussé par Dawson. Haddon est huitième, avec plus d’une demi-minute de retard sur le leader, mais avec un confortable matelas sur Minshaw. Peter Thompson, au volant d’un autre Griffith, est entré dans le top 10 juste au moment où la fenêtre des stands s’est vraiment ouverte.

Spiers passe rapidement le relais à Nigel Greensall, Davison optant lui aussi pour un arrêt prématuré mais restant dans la voiture. Dans la lutte pour la troisième place de la classe CLP, Joebstl et John Tordoff ont passé simultanément le relais à Philipp Buhofer et Sam Tordoff, tandis que le leader de la classe C2, Brian Caudwell, a échangé sa place avec Kieran Clarke. Au tour suivant, Reuben est remplacé par Harry Barton, tandis que Minshaw cède sa place à Melling. Dawson s’arrête au 33ème tour, alors que la mi-course est passée, tandis que John Pearson choisit de passer le relais à son frère Gary au 34ème tour. Cela permet à Ward de se hisser momentanément en première position, mais il est rattrapé au tour suivant, cédant sa place à Ron Maydon, tandis que Haddon échange avec James Hagan.

Après tous les arrêts aux stands, Gary Pearson devance Maydon de trois secondes, tandis que Davison et Donner sont respectivement à dix et treize secondes. Dawson est cinquième devant Greensall qui, comme d’habitude, a dû revenir de l’arrière en raison de sa pénalité de pilote d’élite qui l’a empêché de rester plus longtemps à l’arrêt. Barton est désormais septième, avec un écart important sur Charles Allison dans la Griffith qui a succédé à Thompson. Hagan et Buhofer ont complété les dix premiers, mais le pilote suisse a vu Sam Tordoff, vainqueur de la course BTCC, lui souffler dans le cou.

Clarke a maintenu l’Austin Healey 3000 de Caudwell en tête de la classe C2, devançant désormais Hywel Evans de six secondes. Chris Clarkson, dans la troisième Big Healey, luttait maintenant contre Michael Russell pour la troisième place dans la classe, avec la Triumph TR4 d’Allan & Daniel Ross-Jones qui était maintenant en cinquième position, puisque la Morgan SLR d’Ahlers/Bellinger avait quitté la scène, comme d’ailleurs la Type E de Martin Melling. Désormais 21e au classement général, Andy Yool, au volant de la Turner lancée par Wos, mène la classe C1 avec deux tours complets d’avance sur la Porsche 911 de DeSantis, désormais pilotée par David Hinton. Dans la classe B, George Pochciol a attrapé l’ancienne Type E par le cou pour terminer à une étonnante 13ème place au classement général.

Après une heure de course, Pearson est toujours en tête mais son prochain poursuivant est Davison, le TVR ayant rétrogradé Maydon à la troisième place. Donnor reste quatrième, mais pas pour longtemps, car Greensall a battu le meilleur tour de Ward en course pour prendre la cinquième place à Dawson et réduire l’écart avec la Jaguar rouge. Au 43e tour, il est dépassé et remonte en quatrième position, devançant Maydon de 11 secondes et le leader Pearson de 18. Cela allait être serré.

Pearson n’est cependant pas le seul à subir la pression de Greensall, puisque Davison se lance également à la poursuite de la Type E. Pour couronner le tout, la Jaguar écope d’une pénalité de dix secondes pour avoir enfreint les règles de l’arrêt aux stands. Davison – en pleine charge et maintenant dans les 1.19 avec Greensall – prend rapidement la tête, alors que Greensall a réduit l’écart avec Maydon en passant dans les 1.18 ! Plus loin, Tordoff (S.) est maintenant dans le top 10, après avoir traité avec Buhofer, mais l’écart avec les rivaux de la classe, Maydon et Dawson, s’avère peut-être trop important.

Au 49e tour, l’aspect endurance de la course de 90 minutes entre en jeu lorsque Mark Donnor est contraint d’abandonner sa cinquième place pour rentrer aux stands avec une Jaguar qui perd des fluides. Quelques instants plus tard, Greensall dépasse Maydon pour la troisième place et se place désormais derrière Pearson qui se trouve six secondes plus loin sur la route.

A 15 minutes de la fin du match, tout est encore possible, et la lutte pour l’obtention de l’avantage commence à atteindre son apothéose. Au 54e tour, Greensall dépasse enfin Pearson pour s’emparer de la deuxième place et peut maintenant voir la tête de ses propres yeux, car Davison devance son rival Griffith de 1,5 seconde. Derrière eux, Dawson s’est également lancé à l’assaut de Maydon pour lui ravir la quatrième place au classement général et la tête de la catégorie CLP. En fait, la Ginetta perdait lentement du terrain et, au 56e tour, Barton passait à son tour. Maydon n’avait plus rien à perdre dans ce tour, car il s’est arrêté à Starkey’s Bridge au moment où Greensall a pris les devants à moins de dix minutes de l’arrivée.

La disparition de Maydon a permis à Sam Tordoff de prendre la deuxième place dans la classe et la sixième au classement général, devant Allison, Hagan et Buhofer, son rival dans la classe, qui occupe la neuvième place, tandis que Clarke, leader de la classe C2, est entré dans le top 10, après avoir distancé Hywel Evans d’un tour et Clarkson de deux tours. Pochciol reste leader de la classe B en 15e position au classement général, tandis que Yool mène sereinement la C1 en 20e position au classement général.

Alors que les dernières secondes s’égrènent, Greensall remporte la victoire pour lui et le propriétaire de la voiture, John Spiers, en devançant Davison sur la ligne d’arrivée d’à peine 1,8 seconde, ce dernier ayant gardé le leader honnête dans les derniers tours. Gary Pearson a sauvé la troisième place en conservant une avance de 11 secondes sur Dawson, qui a remporté la classe CLP en quatrième position. Barton a pris la cinquième place devant Tordoff, qui a pris la deuxième place en CLP, avec Buhofer en troisième, alors que le pilote suisse a suivi Allison à la huitième place du classement général.

Hagan a terminé neuvième, tandis que Clarke a réalisé une course dominante pour terminer dixième au classement général et remporter la victoire dans la catégorie C2. Hywel Evans et Clarkson ont pris les deuxième et troisième places dans la catégorie. En 18e position au classement général, Yool remporte la victoire en classe C1, tandis que Pochciol s’adjuge la victoire en classe B2, bien que la Type E n’ait pas réussi à atteindre la fin de la course.

 

Masters GT Trophy - Course 1
Wilkins remporte sa première victoire dans le Masters GT Trophy à Donington

Craig Wilkins s’est avéré être la force dominante de la toute première course du Masters GT Trophy. Le pilote de la Lamborghini Huracán Super Trofeo Evo a mené toute la course, à l’exception des premiers virages, pour s’imposer avec un tour d’avance sur Sam Tordoff dans la Porsche 997.2 Cup, le vainqueur de la course BTCC ayant pris d’assaut la deuxième place au bout de deux tours.

« J’ai eu beaucoup de chance avec l’abandon d’Aaron [Scott] « , a déclaré Wilkins. « Pour être honnête, la voiture est nouvelle pour moi, je n’ai pas eu l’occasion de la conduire beaucoup. C’est une nouvelle série et j’ai hâte d’y participer plus souvent. Je suis un gentleman driver, donc je me suis senti à l’aise dans la voiture, je l’ai apprivoisée petit à petit. Avec d’autres voitures dans le pipeline, qui sait si je me retrouverai un jour ici !

« J’ai eu un petit problème à la fin et j’ai dû gérer les derniers tours, mais à part ça, j’ai vraiment apprécié », a déclaré Tordoff. « Cela fait longtemps que je n’ai pas couru dans une voiture de la Coupe !

La menace de la seconde Lambo partagée par Neil Glover et Aaron Scott ne s’est pas concrétisée lorsque Scott s’est immobilisé alors qu’il poursuivait Tordoff. La 997 Cup de Matthew Holme se retrouve ainsi en troisième position, mais Dallas Carroll, dans la Porsche 991.2 Cup pilotée par Marcus Jewell, a pris le dessus sur sa rivale en fin de course. Cependant, Holme n’a pas laissé échapper sa troisième place et a gardé 1,2 seconde d’avance sur la ligne d’arrivée.

« C’est une voiture géniale », a déclaré M. Holme, « c’est un tel plaisir de la conduire ».

« Vous savez, Aaron n’est pas seulement mon entraîneur de conduite, mais aussi le propriétaire de l’équipe », a déclaré Wilkins. « J’avais envie de me battre avec lui, mais qui sait ce qu’aurait été la conversation après dans notre garage !

Ray Harris s’est d’abord battu avec Alex Brundle dans une bataille intra-Ginetta, mais a finalement terminé à une cinquième place solitaire dans la G55 de tête. En sixième position, Martin Addison s’est imposé face à Chris Griffin, retardé, pour remporter la bataille des Aston Martin Vantage GT4, avec la BMW M3 GT4 de George Haynes/Adam Sharpe et la Ginetta d’Alex Brundle/Ron Maydon.

Il est 11h40, le samedi de Pâques, lorsque la première course de la saison inaugurale du Masters GT Trophy est lancée. Les deux Lambos sont en tête devant les Porsche et les Ginetta. Craig Wilkins a passé Neil Glover par l’arrière pour prendre la tête au premier tour, avec Sam Tordoff et Marcus Jewell dans les Porsche en chasse. Matthew Holme a placé trois Porsche dans les cinq premières, laissant Ray Harris s’opposer à Alex Brundle dans la Ginetta partagée avec Ron Maydon. Pendant ce temps, Chris Griffin, au volant de la première des Aston Martin Vantage, a dépassé George Haynes au volant de la BMW M3 GT4.

Trois tours plus tard, cependant, Tordoff, Jewell et Holme ont réussi à dépasser Glover, tandis que plus loin derrière, la Vantage de Martin Addison a également rattrapé et rétrogradé la BMW. En tête, Wilkins réalise le tour le plus rapide de la course et mène avec cinq secondes d’avance, tandis que Tordoff creuse un écart similaire sur Jewell, Holme et Glover – ces trois-là étant séparés par deux secondes chacun. Brundle a encore harcelé Harris pour la sixième place dans leur bataille intra-G55, tandis que Griffin et Addison se sont également battus pour l’honneur de l’Aston Martin qui l’a emporté.

Alors que Wilkins continue d’enchaîner les tours de course les plus rapides, l’avance de Tordoff sur Jewell s’accroît de la même manière, les écarts entre les trois premiers atteignant désormais huit secondes chacun au 7e tour. Plus loin, Glover est tombé dans les griffes des deux Ginetta alors qu’il tentait lui-même de s’accrocher à la Porsche de Holme. Griffin et Addison, quant à eux, ont laissé la BMW de Haynes à trois secondes.

A la fin du 10ème tour, à quelques minutes de la fenêtre des stands, Wilkins devance Tordoff de 10 secondes, ce dernier ayant désormais 12 secondes d’avance sur Jewell. Avec 40 secondes de retard sur le leader, la lutte pour la quatrième place est toujours d’actualité, car Holme, Glover, Harris et Brundle continuent de courir en ordre serré. Chris Griffin, quant à lui, ralentit et rentre rapidement aux stands, juste au moment où la fenêtre des stands s’ouvre. Harris a été le premier à s’arrêter, suivi par Jewell, qui a passé le relais à Dallas Carroll. Les autres sont restés à l’écart pour le moment, car Wilkins a de nouveau battu son meilleur tour de la course pour porter son avance à 17 secondes.

Addison et Haynes sont ensuite entrés en jeu, ce dernier cédant sa place à Adam Sharpe. Holme est également entré en jeu, tout comme Glover, qui a cédé sa place à Aaron Scott. Tordoff passe au stand au 18ème tour tandis que Wilkins descend dans les 1.06s. Le leader et Brundle s’en remettent tous deux à leur dernière opportunité avant de s’arrêter, Brundle cédant sa place à Ron Maydon.

Après la fermeture de la fenêtre des stands, Wilkins est toujours le leader, avec 57 secondes d’avance sur Tordoff, qui à son tour est poursuivi par Scott – mais pas pour longtemps, car la deuxième Huracán s’arrête pour se retirer. Holme se retrouve donc troisième et doit faire face à la menace de Carroll, qui a quatre secondes de retard et se rapproche. Harris (Ginetta) est cinquième, tandis qu’Addison (Aston Martin) devance Maydon pour la sixième place. Griffin, huitième, avait également jeté son dévolu sur la deuxième Ginetta.

Alors qu’il reste dix minutes à courir, Wilkins abaisse à nouveau sa marque de meilleur tour en réalisant un 1.06.8 au 25e tour avant de le transformer en 1.06.6 au 26e tour. En fait, son rythme était si étonnant que la Lambo a doublé la Porsche en deuxième position dans le tour suivant. Alors que les minutes s’égrènent, Holme s’accroche toujours à la troisième place, mais Carroll est désormais à moins de deux secondes. Pendant ce temps, Griffin et Sharpe parviennent à dépasser Maydon dans leur poursuite de Harris et Addison, cinquième et sixième.

A l’arrivée, Wilkins termine sa course dominante avec un tour d’avance sur Tordoff, alors que la défense de Holme s’avère impénétrable, la Coupe 997 maintenant la Coupe 991.2 de Jewell/Carroll à 1,2 seconde. Harris était un cinquième solitaire, une minute complète devant les Aston d’Addison et de Griffin et Sharpe dans la BMW, avec la G55 de Brundle/Maydon à 19 secondes de plus.

Masters GT Trophy - Course 2
Tordoff dit merci pour sa deuxième participation au Masters GT Trophy à Donington Park

Sam Tordoff a fait mieux dans la deuxième course du Masters GT Trophy du Masters Race Weekend à Donington, en profitant de la disparition du leader de longue date Craig Wilkins, dont la Lamborghini Huracán Super Trofeo semblait promise à une deuxième victoire dominante avant que la voiture italienne ne rentre deux fois aux stands avant d’abandonner la tête à trois minutes de la fin du chrono.

Le résultat est un 1-2-3 Porsche, la 997.2 de Tordoff étant suivie par la 991.2 Cup de Marcus Jewell/Dallas Carroll, Matthew Holme ajoutant sa 997 Cup au podium de Zuffenhausen, soit trois Porsche dans les trois premières places.

Ray Harris a une nouvelle fois pris la tête de la Ginetta G55 pour prendre la quatrième place au classement général et remporter la classe GT4 devant l’Aston Martin Vantage N24 GT4 de Chris Griffin et la BMW M3 GT4 d’Adam Sharpe/George Haynes.

Pour la deuxième course du Masters GT Trophy du week-end, Craig Wilkins est parti de la pole position en tant que vainqueur de la course 1, mais la Lamborghini a été immédiatement poursuivie par la Porsche 997.2 Cup de Sam Tordoff. Derrière le duo de tête, Marcus Jewell (991.2 Cup) a pris la 997 Cup de Matthew Holme pour la troisième place, et Ray Harris a suivi dans le tour suivant dans la première Ginetta G55. A l’arrière, Adam Sharpe a fait preuve d’une grande rapidité en se hissant à la sixième place en trois tours à bord de la BMW M3 GT4 de George Haynes, tandis qu’Alex Brundle, dernier sur la grille, a gagné une place en dépassant l’Aston Martin Vantage GT4 de Martin Addison au volant de l’autre G55. Malheureusement, l’autre Huracán Super Trofeo Evo de Neil Glover/Aaron Scott ne s’est pas présentée au départ.

Grâce à une série de tours rapides, Wilkins a creusé un écart de cinq secondes après cinq tours, et Tordoff a augmenté sa marge sur Jewell à sept secondes. Plus loin derrière, Brundle a également dépassé Chris Griffin dans l’autre Aston pour se classer septième, tout en poursuivant Sharpe dans la BMW qui était à trois dixièmes devant lui.

Wilkins améliorant sa maîtrise de la Lambo à chaque tour, d’autres tours rapides attendaient dans les coulisses – et ils sont arrivés dans les tours 9 et 10, alors que la Huracán s’enfonçait à nouveau dans les 1.06s. Le résultat est que Tordoff est maintenant distancé de 12 secondes, avec trois minutes de plus avant l’ouverture de la fenêtre des stands. Jewell était à 27 secondes de la troisième place, tandis que Harris et Holme avaient chacun un retard de 12 secondes sur leurs rivaux. Sharpe, quant à lui, s’avérait être un adversaire de taille pour Brundle, la BMW conservant sa sixième place alors que la Ginetta continuait à mettre la pression.

Lorsque la fenêtre des stands s’ouvre, Jewell est le premier à entrer et à remettre la Porsche à Dallas Carroll. Le pilote suivant à clignoter est Chris Griffin dans l’Aston N24 GT4, suivi par Tordoff et Addison, le rival de Griffin dans l’Aston. Brundle confie alors la Ginetta à Ron Maydon, suivi par Harris, Holme et Sharpe, ce dernier échangeant sa place avec Haynes. Le leader a attendu les deux dernières minutes avant de faire son arrêt.

A 15 minutes de la fin de la course, Wilkins mène largement, mais Tordoff, pénalisé par son arrêt au stand, est toujours sous la menace de Carroll, à seulement sept secondes. Holme les talonne de 35 secondes, et derrière lui, les voitures sont espacées de sept secondes chacune – de Harris à Griffin, à Haynes, à Addison, à Maydon.

Avec cinq minutes de plus au compteur, les débats ont pris une tournure inattendue avec la deuxième visite de Wilkins aux stands, mais son avance était telle qu’il est revenu avec 21 secondes d’avance sur Tordoff, qui avait lui-même augmenté son avance sur Carroll à 15 secondes. Mais sept minutes plus tard, le véritable désastre survient lorsque Wilkins est vu en train de rentrer aux stands pour la troisième fois. L’équipe a indiqué qu’elle avait un problème de moteur et qu’elle voulait être prudente.

C’est ainsi que Tordoff a dit merci en remportant la deuxième course du Masters GT Trophy avec 19 secondes d’avance sur Carroll et un tour complet sur Holme. Les Porsches ont été suivies par Harris, Griffin, Haynes, Addison et Maydon.

Masters Pre66 Touring Cars
Tordoff termine une belle journée en remportant le Masters Pre-66 Touring Car à Donington

Sam Tordoff a fermé les rideaux sur un merveilleux week-end de courses Masters à Donington Park en menant toute la course Masters Pre-66 Touring Car depuis la tête, ne laissant que la Ford Mustang de Nigel Greensall/John Spiers prendre brièvement l’avantage juste après les arrêts. Lorsque ce dernier a abandonné, le pilote de la Ford Falcon l’a ramené à bon port devant Mike Whitaker Jr qui a mené une course solide au volant de ce qui s’est avéré être la Mustang la plus puissante de l’après-midi.

« C’était vraiment bien, j’ai apprécié », a déclaré M. Tordoff. « En passant directement de la Porsche [997 Cup] à la Falcon, ce sont des voitures totalement différentes, avec une grande différence de vitesse et de maniabilité. Pour être honnête, au début, le Falcon m’a semblé absolument épouvantable – mais c’est parce que je venais de monter dans la Porsche ! Puis j’ai vu les autres gars glisser eux aussi, et j’ai su que j’étais bien. Cela m’a également aidé de changer de pneus pendant mon arrêt – en raison de la pénalité pour les pilotes d’élite, je suis assis à l’arrêt pendant si longtemps que je peux le faire !

« Je me suis retrouvé dans un no man’s land, vraiment », a déclaré Whitaker Jr à propos de sa course effrénée pour ramener les Mustangs à la maison. « Je me suis donc dit qu’il fallait rester ici et voir ce qui se passerait. Après les arrêts, j’ai essayé de suivre Sam, mais il s’éloignait. Je l’ai donc ramené à la maison.

Troisième sur une autre Mustang, Craig Davies a rattrapé de nombreuses places pour monter sur le podium et nier la Mustang de Henry Mann/Steve Soper, malgré les efforts de ce dernier jusqu’à la ligne d’arrivée. Alex Brundle et Abbie Eaton ont pris la cinquième place dans une autre Mustang.

« Oui, j’ai réussi à passer, ce qui était bien pratique », a déclaré Davies, « mais je n’avais tout simplement pas le rythme pour rester avec les gars devant. Vers la fin, tous les cadrans étaient dans le rouge ! »

Dans une course d’usure qui a particulièrement touché les Cortina, Marcus Jewell et Ben Clucas ont dominé pour ramener leur Cortina à la sixième place du classement général et être les vainqueurs de la classe Cortina. Ils ont été suivis par les couples Jon Wood/James Pickford et Peter & Guy Smith.

« Nous nous sommes bien débrouillés, je pense », a déclaré un Jewell heureux de cette journée très fructueuse pour lui et Clucas. « Trois victoires de classe en trois courses, ce n’est pas si mal !

« Oui, je suis très heureux, j’ai vraiment apprécié », a déclaré Clucas.

Pour clôturer un week-end de courses Masters brillamment ensoleillé à Donington Park, les voitures de tourisme Masters Pre-66 se sont rendues sur le terrain pour la finale. Greensall s’élançant au volant de la Mustang de John Spiers, Sam Tordoff, en tête de la course, avait du pain sur la planche dès le départ, Greensall harcelant le Falcon dans les virages. D’autres ‘stangs suivaient, menées par Mike Whitaker Jr qui était suivi par Alex Brundle, Craig Davies et Henry Mann, Marcus Jewell occupant la Cortina de tête en septième position, juste devant l’exemple de Mike Gardiner. La Falcon de Dan Williamson et la Mustang de Dave Coyne complètent le top 10 de ces premières étapes. La Cortina de Mark Shaw et la Mustang de James Davison ont déjà disparu.

Gardiner a rapidement rétrogradé dans l’ordre pour céder la deuxième place parmi les Cortina à Richard Dutton, Justin Law étant désormais troisième de la classe. En 17e position au classement général, Harry Barton a pris la tête de la catégorie 2 litres au volant de sa BMW 1800 tiSA, tandis que Carl Nairn a pris la queue au volant de la seule Mini Cooper S présente à cette occasion.

Au cinquième tour, Craig Davies – qui a toujours été plus un coureur qu’un qualificateur – dépasse Brundle pour prendre la quatrième place, et compte désormais cinq secondes d’avance sur Whitaker Jr. Pendant ce temps, à l’avant, Tordoff a pris trois secondes d’avance sur Greensall. Plus loin, Luke Davenport et le Kiwi Warren Briggs sont entrés dans le top 10 avec leurs Mustangs. Sur la Cortina, cependant, Dutton a également rejoint les abandons pour cause de problèmes de moteur, promouvant Law à la deuxième place de la classe, avec Jon Wood maintenant en troisième position. Wood est poursuivi par la Cortina de Peter & Guy Smith, désormais pédalée par son père Peter, et par Mark Drain qui a repris la Cortina de Mark Martin, mais James Hanson rétrograde rapidement Drain à la sixième place de la classe.

Au quart de la distance, l’avance de Tordoff est passée à 5,8 secondes, tandis que Whitaker Jr a distancé le leader Falcon de 16,7 secondes. Davies et Brundle se disputent toujours la quatrième place, tandis que Mann, sixième, est talonné par Jewell dans la Cortina de tête. Dans un long train de voitures, Williamson, Briggs, Davenport (L.), Doyne et Law sont les suivants, avant qu’un écart de huit secondes ne se creuse avec Wood, Hanson, Smith (P.) et Drain. Derrière eux, Stephen Mawhinney, au volant d’une autre Cortina, a surgi de l’arrière pour dépasser Barton et la Falcon de David Smithies/Chris Clarkson qui avait déjà été arrêtée au stand. La Mini des Nairns, elle, était aux stands, point final.

Au 13e tour, Briggs passe devant Williamson alors que Davenport quitte le groupe pour se rendre aux stands et y rester, tandis que deux tours plus tard, Williamson perd encore une place au profit de Coyne. A deux minutes de l’ouverture de la fenêtre des stands, Tordoff a accumulé une avance de 12 secondes sur Greensall qui, à son tour, a porté son avance sur Whitaker Jr à 16 secondes. Davies a laissé Brundle derrière lui avec huit secondes de plus, tandis que Mann se rapproche de la Mustang qui le précède. Derrière Mann, Briggs est l’homme en mouvement et, avec Coyne, le Kiwi dépasse Jewell dans la Cortina de tête. Law, au volant de la seconde Cortina, n’est plus qu’à trois secondes de la tête de la catégorie, et Wood le harcèle, bien que ce dernier écope d’une pénalité de cinq secondes pour avoir dépassé les limites de la piste une fois de trop.

Mann (remplacé par Steve Soper) a été le premier à entrer en jeu, tout comme Law (qui a cédé sa place à Rob Huff), Jewell (remplacé par Ben Clucas) et Jon Wood (qui a cédé sa place à James Pickford). Brundle, quant à lui, a confié les rênes à Abbie Eaton, tandis que Dave Coyne a échangé sa place avec Mark Wright et que Guy Smith a pris la relève de son père Peter. Alors que tous les pilotes vedettes se sont installés dans leur siège de course, il est temps pour les leaders d’entrer en scène. Tordoff et Davies resteront dans la voiture, mais Greensall laissera la place au propriétaire John Spiers, qui était sur la voiture depuis le début du week-end. Mais était-il prêt à affronter tous les pros de la deuxième étape ?

Après tous les arrêts aux stands et les diverses pénalités, Spiers aborde le 25e tour avec sept secondes d’avance sur Tordoff, une de plus sur Whitaker Jr, et Davies n’est pas très loin non plus. Plus loin venaient Soper, Williamson, Wright, Huff et Easton. Clucas, dans la Cortina de tête, était 11e au classement général, avec 13 secondes d’avance sur Guy Smith, et 20 secondes sur Paul Pochciol dans la Cortina démarrée par Hanson. Dans le peloton des voitures allant de la septième à la douzième place, Huff s’est rapidement frayé un chemin vers l’avant.

En tête, Tordoff avait grignoté l’avance de Spiers et n’était plus qu’à trois dixièmes quand soudain le leader a ralenti et a été vu en train de rentrer aux stands. Le défi Spiers/Greensall est terminé, la Mustang est percutée par une Cortina et abandonne avec des dégâts de contact. Tordoff devance donc Whitaker Jr de 8,2 secondes et Davies de 18,4 secondes. Soper se hisse à la quatrième place, à 35 secondes du leader. Cinquième, Williamson a sept secondes d’avance sur Eaton, tandis que Clucas s’est battu pour reprendre la tête de la classe Cortina à Huff. Guy Smith était troisième dans la classe et poursuivait Wright, qui avait été pénalisé pour avoir dépassé les limites de la piste. Plus loin, Barton a fait passer sa BMW en 14e position au classement général, aux dépens de James Hagan dans la Cortina lancée par Mawhinney. Quelques tours plus tard, cependant, la BMW s’arrête sur la piste.

Il reste encore 15 minutes et Tordoff est toujours l’homme le plus rapide. Whitaker Jr a maintenant un retard de 14 secondes, alors que les cinq premiers sont maintenant bien répartis avec des écarts de 15 secondes entre eux. Au 31ème tour, nous avons perdu une autre Cortina après que Huff ait été contraint d’abandonner à cause d’un problème d’embrayage. Guy Smith était alors fermement installé à la deuxième place de la classe, après avoir repris Pickford qui était toujours sous le coup d’une pénalité pour dépassement de la limite de piste. Mais le désastre frappe également les Smith, qui se voient infliger une pénalité de deux secondes pour s’être arrêtés trop tôt lors de leur arrêt obligatoire au stand…

Au 35e tour, à dix minutes de la fin, l’avance de Tordoff semble désormais assurée, le Falcon menant la Mustang de Whitaker de 19 secondes, mais Davies est menacé par Soper. Septième au classement général, Clucas semblait être une valeur sûre pour la victoire dans la catégorie Cortina, tenant suffisamment à distance Pickford et Smith (G.).

Au fur et à mesure que le temps s’écoule, deux autres pertes sont notées – le Falcon de Williamson et le Mustang de Wright ne parviennent pas à atteindre l’arrivée dans une véritable course d’attrition. Tordoff, cependant, a navigué sans être perturbé pour remporter la victoire avec 28 secondes d’avance sur Whitaker Jr, Davies tenant Soper à distance par quatre ticks pour prendre la troisième place. Eaton s’est hissé à la cinquième place après la disparition de Williamson, tandis que Ben Clucas a terminé une belle journée pour lui et Marcus Jewell en remportant la classe Cortina et en se classant sixième au classement général. Jon Wood et James Pickford ont pris la deuxième place devant Peter et Guy Smith.

Masters Sports Car Legends
Beighton remporte la victoire en Masters Sports Car Legends à Donington

Dans une course ponctuée à deux reprises par de longues périodes de voiture de sécurité, Chris Beighton a conduit sa Lola T70 Mk3B à la plus étroite des victoires lorsque l’enjeu s’est avéré être dans la toute dernière ligne droite de la course Masters Sports Car Legends à Donington Park. Gary Pearson et Alex Brundle semblaient être les vainqueurs probables jusqu’à ce que leur T70 Mk3B tombe en panne à deux tours de l’arrivée. Beighton prend alors la tête, qu’il conserve de justesse sur la ligne d’arrivée, face à Andy Willis sur la Lola T212 de Stephan Joebstl/Andy Willis.

« C’était si serré à la fin », a déclaré Willis. « Un tour de plus ? Non, avec un demi-tour, je l’aurais fait ! »

Cependant, Beighton a déclaré qu’il avait tout sous contrôle. « Je regardais tous les drapeaux jaunes, les voitures s’arrêtant soudainement un peu partout. Je ne voulais pas être un vilain garçon et me faire piquer à cause de cela ».

« Il a failli nous faire faire une dépression nerveuse », a déclaré Simon Hadfield, préparateur de Beighton.

Derrière les deux premiers, Gary Furst, au volant d’une autre T212, est monté sur le podium après la disparition de Brundle, tandis que Nick Pink a pris la quatrième place au volant de sa T210.

« C’était assez physique de faire la course tout seul », a déclaré Furst. « C’était merveilleux de poursuivre les T70, mais elles ont tellement de puissance ! Je pense que j’ai perdu un peu de temps lors des arrêts au stand, car j’ai fait un arrêt juste après la première voiture de sécurité, mais c’est la chance du tirage au sort. J’ai tout de même pris beaucoup de plaisir !

Pour leur retour dans la série, Keith Ahlers et Billy Bellinger et leur Cooper Monaco King Cobra ont remporté la victoire dans la catégorie pré-66 après que la McLaren M1B de John Spiers/Nigel Greensall ait connu une défaillance qui a provoqué la première période de voiture de sécurité peu avant l’ouverture de la fenêtre des stands. La troisième T70 de la course a chuté pour créer la deuxième neutralisation après que Jason Wright a heurté le bac à graviers.

Gary Pearson a pris la tête des autres T70 Mk3B de Chris Beighton et Jason Wright, tandis que Gary Furst s’est classé quatrième dans la première des voitures de sport décapotables de 2 litres, sa Lola T212, devant John Spiers dans la McLaren M1B et Stephan Joebstl dans la seconde T212. Pink dans la T210, Sheldon dans la Chevron B16 et Billy Bellinger dans la Cooper Monaco King Cobra étaient les suivants, tandis que la T212 de Paul Allen était le premier abandon de la course. John Davison, malheureusement, n’a pas pu démarrer avec sa Chevron B6.

Après cinq tours, Pearson devance Beighton de quatre secondes, tandis que Wright est à 11 secondes. L’Américain a Furst à ses trousses et Spiers est également très proche de lui. Quatre tours plus tard, Beighton ne lâche pas prise. En fait, l’écart n’était plus que de 3,7 secondes, car derrière les deux leaders, Wright s’était lentement éloigné pour distancer la T70 de tête de 23 secondes, alors qu’il continuait d’être harcelé par Furst dans la T212 aux couleurs de Gunston.

15 minutes après le début de la course, la voiture de sécurité a été appelée pour annuler tous les écarts accumulés. John Spiers est parti, laissant la tête de la classe pré-66 à Bellinger sur la Cooper Monaco King Cobra. Le peloton étant maintenant bien groupé et la fenêtre des stands approchant à grands pas, le peloton reçoit le drapeau vert alors qu’il ne reste plus que cinq secondes avant l’ouverture de la fenêtre !

Alors que tout se joue à nouveau, Beighton prend la tête lorsque Pearson s’arrête pour laisser la place à Alex Brundle, tandis que Wright saisit également la première opportunité au 19e tour. Un tour plus tard, Joebstl rentre pour laisser la T212 à Andy Willis, tandis que Nick Pink rentre également pour effectuer son arrêt obligatoire. Pendant ce temps, Beighton donne tout ce qu’il a en lui en enregistrant les tours les plus rapides de la course, avant que Brundle ne les éclipse lors de son deuxième tour. Sa pénalité de temps de pilote d’élite ayant été effectuée aux arrêts, l’ancien pilote du WEC et de l’ELMS avait du retard à rattraper, au moment où Beighton et Sheldon choisissaient de s’arrêter au 23e tour, laissant Bellinger le dernier à sortir avant de céder sa place à Keith Ahlers.

Le rattrapage se fait cependant assez rapidement, puisque Brundle passe en tête dès le 25e tour. Beighton laissait soudain six secondes par tour sur la table, ce qui signifiait que Willis le rattrapait également à un rythme rapide. Cependant, l’action est à nouveau suspendue car Wright se retrouve dans les graviers.

Au 29e tour, le drapeau vert est agité pour 17 minutes de course supplémentaires. Brundle enfonce immédiatement le clou en réalisant le tour le plus rapide de la course en 1.08.7, creusant un écart de deux secondes entre lui et Beighton, avec Willis, Furst et Pink à ses trousses, ce dernier dépassant Sheldon dans le 31e tour. S’efforçant de terminer la course après sa longue absence, Ahlers s’est classé septième au classement général et a remporté la victoire dans sa catégorie.

A dix minutes de la fin, l’avance de Brundle est passée à sept secondes, Willis étant à la même distance de Beighton et devant Furst. Pink a distancé les deux T212 d’une demi-minute, mais avait environ huit points d’avance sur Sheldon.

Vers le drapeau à damier, Brundle a maintenu un rythme sûr jusqu’à la fin pour conserver une avance de dix secondes jusqu’au drapeau. Mais le coup d’arrêt est venu de la queue, car la Lola de tête a été soudainement ralentie ! Au 43e tour, Beighton, Willis et Furst passent tous en trombe avant que la T70 ne s’arrête, tandis que la Chevron B16 de John Sheldon s’incline à son tour. Et ce n’est pas fini, car Willis se concentre maintenant sur le leader ! Au moment de franchir la ligne d’arrivée, Beighton n’a gardé que quatre dixièmes d’avance pour sauver la victoire. Furst hérite de la troisième place, Pink de la quatrième et la Cooper Monaco King Cobra de Bellinger/Ahlers de la cinquième.