MAGNY-COURS, France

GRAND PRIX DE FRANCE HISTORIQUE
28 – 30 Juin 2019

Les pilotes Masters sont tous des héros dans la chaleur de Magny-Cours

Martin Stretton, Matteo Ferrer-Aza et les couples Leo Voyazides/Simon Hadfield et Julian Thomas/Calum Lockie sont montés sur la plus haute marche du podium à Magny-Cours pour la deuxième édition du Grand Prix Historique de France, mais chacun des pilotes Masters a été un héros dans la chaleur exceptionnelle, tous ayant dû survivre à des températures ambiantes atteignant 40 degrés – et à des températures de cockpit dépassant largement les 50 degrés !

RAPPORTS DE COURSE

Masters Formula One – Course 1
Stretton convertit la pole en victoire lors de la première course de Formule 1 FIA Masters Historic à Magny-Cours.

Martin Stretton a mené de bout en bout pour remporter sa deuxième victoire FIA Masters Historic Formula One en trois courses. Le pilote Tyrrell 012 a tenu tête au héros local Soheil Ayari dont la Ligier-Matra JS17 a poursuivi le vainqueur tout au long de la course. Matteo Ferrer-Aza a terminé troisième sur sa Ligier JS11/15.

« Soheil m’a fait travailler très dur », a déclaré Stretton. « Sa voiture était la plus rapide, surtout quand l’huile était encore en bas [from an earlier race]. Ensuite, il a eu un peu de malchance en s’arrêtant sur un backmarker. C’est dommage pour la voiture de sécurité, mais j’avais tout sous contrôle ».

« J’ai vraiment apprécié », a déclaré Ayari à propos de ses débuts en FIA Masters Historic Formula One. « Avec le backmarker, il a réussi à se frayer un chemin, et j’ai dû attendre un ou deux virages – et puis il est parti.

« Je me sentais seul », a déclaré Ferrer à propos de la perte de terrain sur ses deux rivaux. « Ce n’était pas mon choix, mais plutôt mon obligation. Les températures du moteur étaient à la limite, et j’ai décidé de préférer la prudence à la bravoure. C’est bien de faire la course, mais ça ne coûte pas un moteur.

Mike Cantillon (Williams FW07D) et Steve Hartley (McLaren MP4/1) se sont battus pour la quatrième place pendant toute la course, Hartley passant devant au 5e tour mais perdant la place au profit de Cantillon peu avant l’appel de la voiture de sécurité au 14e tour. Christophe d’Ansembourg (Williams FW07C) et Jamie Constable (Tyrrell 011) se disputaient la sixième place lorsqu’ils se sont touchés, laissant ce dernier en panne sur le circuit. The race finished under the safety car.

« Steve et moi avons eu une belle bagarre », a déclaré Cantillon. « Il m’a pris avec un beau dépassement à l’intérieur, puis trois tours avant la fin, il s’est mis en travers de la route dans la deuxième épingle, et je suis passé à l’intérieur. C’était très amusant, et j’avais besoin d’un

De même, Henry Fletcher (March 761) a mené la classe pré-78 jusqu’au bout, se classant d’abord sixième au classement général avant de voir D’Ansembourg et Constable le dépasser. Patrick d’Aubréby (March 761) et Jason Wright (Shadow DN8) ont complété le podium avant 78, le Français et l’Américain n’ayant jamais été séparés de plus d’une seconde.

« Je ne peux pas lutter contre ces voitures à effet de sol », a déclaré Fletcher à propos de ses premiers combats avec D’Ansembourg et Constable. « Dans les virages 1, 2 et 3, je suis crucifié ! C’est toujours bien de pouvoir faire la course au début, mais après ça, il n’y avait plus rien à prouver. »

« C’était une bonne course, j’aime beaucoup ce circuit », a déclaré D’Aubréby, « et la chaleur ne m’a pas beaucoup gêné ».

« Pas question », a déclaré Wright lorsqu’on lui a demandé s’il aurait pu dépasser D’Aubréby. « Au début, j’ai fait ce que j’avais fait au Paul Ricard : j’étais trop excité et j’ai raté un rapport. A ce moment-là, ils étaient partis… »

Après un seul tour derrière la voiture de sécurité pour permettre l’enlèvement de la Brabham BT49 d’Antoine d’Ansembourg qui avait calé sur la grille, le peloton est reparti. L’ordre au sommet est resté inchangé, Stretton menant l’ancien champion français de F3 Ayari, Ferrer, Cantillon et Hartley, tandis que Fletcher menait la classe pré-78 en sixième position au classement général. Depuis sa modeste position sur la grille de départ, Jamie Constable a été l’homme de la situation, se hissant à la huitième place au 4e tour.

Stretton, en tête, continue d’être harcelé par Ayari, le Français grignotant des dixièmes de l’avance déjà mince de la Tyrrell, tandis que Ferrer se laisse distancer de 4 secondes au 5ème tour. Dans le même tour, Hartley dépasse Cantillon pour la quatrième place, leur bataille se déroulant avec cinq secondes d’avance sur l’Italien, troisième. Dans les deux tours suivants, Christophe d’Ansembourg et Jamie Constable ont repoussé Fletcher à la huitième place, qui n’avait plus d’espace entre lui et ses rivaux de classe, Patrick d’Aubréby et Jason Wright, qui le devançaient de huit secondes. Fletcher n’est pas inquiété, cependant, et contrôle l’écart assez facilement. Pendant ce temps, la Lotus 87 de Jonathan Holtzman a perdu la huitième place à cause de problèmes de freins.

En tête, Stretton a creusé l’écart avec Ayari, augmentant son avance de neuf dixièmes au huitième tour à deux secondes au dixième tour. L’avance de Stretton sur Ferrer, qui soigne son moteur, est passée à 13 secondes, tandis que Cantillon est revenu devant Hartley. Au tour suivant, cependant, la voiture de sécurité est appelée après que le duo D’Ansembourg et Constable se soient touchés. Le Belge a pu continuer, mais Constable est resté bloqué sur le circuit. Cela a nécessité l’arrivée d’une autre voiture de sécurité, et elle est restée là jusqu’au drapeau à damier.

Avec Ayari dans la classe invitation, Stretton a été rejoint sur le podium par Ferrer et Cantillon, tandis que Fletcher, D’Aubréby et Wright ont formé le podium pré-78. Mark Hazell (Williams FW08) et Georg Hallau (Theodore N183) ont complété le trio de tête dans la classe post-83 pour les voitures à fond plat, avec Stretton comme vainqueur. Une heure après la course, Hartley a été pénalisé pour avoir dépassé sous la voiture de sécurité, ce qui l’a fait rétrograder à la huitième place du classement général. Pour Hartley, cela signifiait la pole position sur la grille de départ inversée des huit premiers pour la deuxième course de dimanche…

Masters Formula One - Course 2
Ferrer-Aza remporte sa troisième victoire de la saison en Formule 1 historique FIA Masters à Magny-Cours.

Matteo Ferrer-Aza a survécu à des premiers tours chaotiques pour mener son ex-Jacques Laffite Ligier JS11/15 à une victoire populaire en FIA Masters Historic Formula One, devant le public de la voiture et en présence de son ancien pilote. Il s’agit de la troisième victoire de la saison pour l’Italien.

J’ai dû prendre plus que des mesures d’évitement », a déclaré Ferrer. J’ai dû prendre plus que des mesures d’évitement », a déclaré Ferrer à propos de tout ce qui s’est passé lors de sa remontée depuis la cinquième place sur la grille de départ. Les premiers tours ont été tumultueux et ont vu Henry Fletcher (March 761) et Soheil Ayari (Ligier JS17) s’affronter à la deuxième épingle et Christophe d’Ansembourg (Williams FW07C) partir en tête-à-queue juste devant lui.

Depuis la pole position, Hartley a pris la tête, mais Ferrer l’a rapidement poursuivie. Mike Cantillon (Williams FW07D) a pris la troisième place tandis que les leaders de la catégorie pré-78, Jason Wright, Andrew Haddon et James Hagan, ont tous progressé dans la mêlée des premiers tours.

« J’avais l’avantage de partir de la pole position », a déclaré Hartley, « je n’ai donc rien remarqué de tout cela !

Après une brève interruption pour cause de voiture de sécurité, le drapeau vert est agité au 6e tour, et au tour suivant, Ferrer s’empare de la tête, tandis que Haddon devance Wright dans la lutte pour la quatrième place dans la catégorie pré-78. Pendant ce temps, l’homme en mouvement était Jonathan Holtzman dans la Lotus 87B, l’Américain se frayant un chemin à partir de sa modeste position sur la grille, dépassant Wright pour la cinquième place au 9e tour, et Haddon dans le tour suivant.

À partir de ce moment, Ferrer a contrôlé une avance de 1,5 seconde pour remporter sa troisième victoire de la saison devant Hartley, Cantillon et Holtzman.

« Il s’est passé beaucoup de choses », a déclaré Cantillon à propos de sa survie au premier tour, « mais j’ai fait une belle course après cela. Je n’ai cependant pas pu rattraper Steve, qui était vraiment bon ».

Haddon a remporté la victoire dans la catégorie pré-78 devant James Hagan après que Jason Wright et Mark Hazell (Williams FW08) se soient touchés dans le dernier tour. La disparition de Hazell a permis à Georg Hallau (Theodore N183) de remporter les honneurs après 1983, l’Allemand terminant septième au classement général, devant le héros local ‘Mr John of B’ dans une autre Ligier JS11/15. Wright et Hazell sont classés neuvième et dixième, ce qui permet à Wright d’être troisième de sa catégorie.

« J’ai réussi à passer ! dit Haddon. « C’était amusant, cependant, j’ai vraiment apprécié cela ».

« C’était chaud », a déclaré Hagan. « Quand on conduit la voiture, on ne le sent pas, mais quand on s’arrête… »

« Je n’ai pas eu le rythme aujourd’hui », a déclaré Wright. « J’étais vraiment en difficulté. Et puis ce dernier tour – tout ce travail acharné… »

Le vainqueur de la veille, Martin Stretton (Tyrrell 012), et le deuxième de la classe pré-78, Patrick d’Aubréby (March 761), n’ont pas pris le départ.

Masters Gentlemen Drivers
Thomas et Lockie remportent la victoire des Masters Gentlemen Drivers à Magny-Cours.

Julian Thomas et Calum Lockie ont renoué avec la victoire après avoir dominé la course Masters Gentlemen Drivers à Magny-Cours. En tête du début à la fin, à l’exception d’un tour lors de la phase de ravitaillement, leur Shelby Cobra Daytona Coupé était dans une classe à part.

**J’ai en fait mal lu mon tableau des stands », a déclaré Thomas à propos de son rythme époustouflant dans le premier relais. « C’était mon temps au lieu de l’écart, alors j’ai poussé plus fort que je n’aurais dû…**.

**C’est agréable d’être de retour sur la plus haute marche », a déclaré un Lockie satisfait. « Je me suis inquiété de toutes les températures pendant toute la durée de mon relais – moteurs, freins, pneus – et j’ai donc reculé encore plus dans les derniers tours. Mais la voiture était tout simplement incroyable, les gars ont fait un travail superbe pour la réparer après l’incendie de Donington.**

La poursuite est menée par la Lotus d’Andrew Haddon, vainqueur de la classe CLP, et la Daytona Cobra de Leo Voyazides/Simon Hadfield. Lorsque Haddon écope d’une pénalité de 10 secondes pour avoir franchi la ligne blanche à la sortie de la pitlane, Hadfield s’empare de la deuxième place en se rapprochant suffisamment de Haddon. L’avance de Haddon à l’arrivée était de six secondes.

**L’histoire de ma vie », a déclaré Haddon à propos du franchissement de la ligne. « Oui, j’ai roulé à fond, mais ça n’a pas suffi. C’était quand même très amusant !

**J’ai sauvé la voiture », a déclaré Voyazides, « mais il s’est avéré que je l’ai trop sauvée ! Je pensais que les températures étaient trop élevées, mais elle a tenu bon à la fin.

Le Français Didier Gruau a pris la quatrième place au volant de son AC Cobra, après s’être classé troisième au début de la course.

« C’était une course très difficile, très chaude », a déclaré Gruau. « Je surveillais ma pression d’huile en permanence, je suis donc heureux que la voiture ait atteint l’arrivée.

Cinquième, Ron Maydon s’est emparé de la deuxième place dans la catégorie CLP, sa Ginetta G4R luttant avec la Corvette de José & Brady Beltramelli jusqu’à ce que celle-ci abandonne en fin de course. Après un arrêt imprévu aux stands, Mark Martin a complété le podium des moins de 2 litres en décrochant la sixième place au classement général.

**C’était un travail très dur », a déclaré Maydon, « Je n’aurais pas pu rattraper Andrew de toute façon, donc je suis très heureux de ma position. Je crois que j’ai perdu cinq kilos en cours de route !

« L’embrayage s’est cassé », a déclaré Martin à propos de son arrêt supplémentaire. « Je n’avais plus d’embrayage pendant le reste de la course et, de temps en temps, la voiture ne passait pas les vitesses. J’ai de la chance d’être ici.

Avec une incroyable septième place au classement général, la Porsche 904/4 de Michiel van Duijvendijk/Pascal Pandelaar a remporté la classe C1, tandis que Billy Bellinger et Keith Ahlers ont mené leur Morgan Plus 4 Super Sports à la 12e place au classement général et à la victoire dans la classe C2.

Les dix premières minutes ont vu Thomas prendre une avance de 10 secondes sur Andrew Haddon, qui avait dépassé Voyazides pour la deuxième place au 2e tour. Le Français Gruau et Beltramelli Sr dans leurs Cobra et Corvette respectives suivent le Grec de quelques secondes, tandis que Ron Maydon a échangé deux fois sa place avec Laurent Dutoya dans leur lutte intra-Ginetta G4R pour la sixième place. Pendant ce temps, Mark Martin remontait, après avoir perdu des places à la fin, et dépassait l’Elan similaire de Christophe Kjaergaard au deuxième tour pour prendre la huitième place, avec Chris Atkinson dans une autre Elan en dixième position.

Juste en dehors du top 10, Manfredo Rossi (Shelby Mustang GT350) et David Smithies (Shelby Cobra Daytona Coupé) se sont battus pour la 11e place, tandis que Michiel van Duijvendijk et Billy Bellinger – en tête de leurs catégories C1 et C2 respectivement – se sont échangé les 13e et 14e places, alors qu’ils devançaient facilement leurs rivaux de classe Peter Tognola (Porsche 911) et Caroline Rossi (Austin Healey 3000). Malheureusement, la classe C2 manquait à l’appel avec la Healey de Nils-Fredrik Nyblaeus/Jeremy Welch, le camion de Welch ayant eu un accident sur le chemin de Magny-Cours.

Dix minutes plus tard, l’avance de Thomas sur Haddon est passée à 18 secondes, avec Voyazides à 12 ticks derrière et en train de repousser les attentions de Gruau – au 10ème tour, le Français a trouvé le moyen de le dépasser. Dix secondes plus tard, Maydon a laissé Dutoya derrière lui et harcèle Beltramelli pour la cinquième place. Mark Martin, quant à lui, a abandonné la poursuite de la classe CLP, passant au stand au 8e tour et reprenant la 14e place. Atkinson, qui a dépassé Kjaergaard et s’est hissé à la huitième place, a pris le relais.

Progressant régulièrement dans la voiture la plus rapide en piste, Thomas a 26 secondes d’avance sur Haddon à un tiers de la distance. Gruau est désormais à 51 secondes, tandis que Leo Voyazides, le véritable rival de Thomas, accuse un retard de plus d’une minute, avec José Beltramelli et Ron Maydon dans le dos du Grec. Pendant ce temps, Christoph Kjaergaard rentre au stand, sa Lotus Elan est le premier abandon de la course, arbre de transmission cassé, et le jeune et rapide Nicolai Kjaergaard est privé de course. Manfredo Rossi et David Smithies entrent ainsi dans le top 10, tandis qu’à quelques secondes de là, Van Duijvendijk et Bellinger sont toujours à la manœuvre, respectivement 11e et 12e, tout en conservant la tête de leur catégorie.

Alors que la fenêtre des stands se rapproche, Thomas ne montre aucun signe de relâchement, améliorant son tour le plus rapide de la course en 2.06.641. Son avance sur Voyazides est désormais de 1 minute et 18 secondes, les deux Daytona Cobra étant toujours en sandwich avec Haddon (39 secondes de retard sur Thomas) et Gruau (1 minute et 11 secondes de retard). Au 19e tour, Gruau et Voyazides saisissent la première opportunité de ravitaillement, ce dernier cédant le volant à Simon Hadfield. Roger Barton les rejoint à partir de la 15e place et cède son Elan à Richard Bateman. Maydon, Tognola et l’Elan de Philippe Achard suivaient, la voiture française étant 17ème et confiée à Jean-Michel Piat.

Au 21e tour, précisément à la moitié du parcours, Thomas est venu céder sa place à Calum Lockie, tandis que Beltramelli Sr (relevé par Brady Beltramelli), Martin, Smithies (cédant sa place à Chris Clarkson) et Caroline Rossi le rejoignaient dans le même tour. Haddon reste donc en tête, mais l’Elan, leader de la catégorie, arrive au tour suivant, tout comme Van Duijvendijk, qui cède la Porsche 904/4 à Pascal Pandelaar, Keith Ahlers prenant la place de Bellinger. Dutoya et Manfredo Rossi sont les derniers à passer aux stands.

La fenêtre des stands maintenant fermée, Calum Lockie reprend la tête, de retour dans la voiture qui avait pris feu lors de la précédente manche des Masters Gentlemen Drivers à Donington Park, mais qui avait été garée de manière experte à côté du camion de pompiers dans la pitlane par un Lockie qui pensait rapidement à ce qu’il faisait. Les voitures légères devant s’arrêter moins longtemps, Haddon est désormais distancé par Lockie de 28 secondes, Hadfield devant accuser un retard de 81 secondes. À ce moment-là, l’écart ne fait qu’augmenter, car Lockie enchaîne les tours les plus rapides de la course, faisant passer son avance sur Haddon à 37 secondes en l’espace de quatre tours.

Derrière Hadfield, Maydon a devancé Gruau aux arrêts et occupe une belle quatrième place au classement général à une heure de l’arrivée. Beltramelli Jr est sixième, mais il risque une pénalité pour s’être arrêté trop tôt. Steve Jones est septième dans l’Elan de Chris Atkinson. En huitième position, Rossi avait laissé la Shelby Cobra Daytona Coupé de Smithies/Clarkson derrière lui, l’écart étant comblé par Mark Martin dans la remontée, un Pandelaar très rapide et Laurent Dutoya dans l’autre Ginetta du peloton. En C2, Ahlers avait un tour d’avance sur Caroline Rossi.

Dans la dernière demi-heure, les trois premiers se sont mis en mode préservation, leurs temps au tour chutant de quelques secondes. La Corvette des Beltramellis a chuté beaucoup plus, cependant, car leur pénalité pour stop-and-go s’est transformée en abandon instantané en raison d’une perte de pression d’huile – c’était seulement le deuxième abandon de la course, et ce au moment le plus chaud de la journée, les températures ayant atteint 39 degrés. La chute de la Corvette permet à Steve Jones de se hisser à la sixième place, mais Mark Martin, au volant de son Elan, rattrape rapidement Jones. Plus haut sur la route, Gruau a dépassé Maydon pour prendre la quatrième place.

Pour conforter l’avance confortable de Lockie, Haddon a dû accepter une pénalité de 10 secondes pour avoir franchi la ligne blanche à la sortie de la pitlane. Avec 16 minutes au compteur, Martin a devancé Jones pour prendre la troisième place dans la classe CLP, mais il devait tenir compte d’une pénalité de temps similaire. Cependant, quelques minutes plus tard, Jones commençait à perdre du temps à un rythme inquiétant, avec Rossi et Pandelaar qui passaient également à côté. Le Néerlandais enchaîne les tours à une telle vitesse que Rossi est lui aussi victime de la Porsche, qui occupe désormais une remarquable septième place au classement général.

Au terme des 42 tours de course, Lockie remporte une victoire écrasante pour Thomas et lui-même. Avec 40 secondes de retard, Haddon n’a pas réussi à compenser sa pénalité de 10 secondes, ses efforts courageux lui permettant de devancer Hadfield de seulement six secondes. Voyazides et Hadfield se retrouvent ainsi en deuxième position, mais Haddon remporte toujours la classe CLP devant Maydon et Martin. Gruau complète le podium des plus de 2 litres.

Masters Pre-66 Touring Cars
Voyazides/Hadfield remportent la course Masters Pre-66 Touring Car à Magny-Cours.

Leo Voyazides et Simon Hadfield ont remporté la victoire dans une course Masters Pre-66 Touring Car très tendue à Magny-Cours, après une lutte de longue haleine avec l’autre Ford Falcon de Julian Thomas et Calum Lockie.

« C’était beaucoup mieux qu’hier », a déclaré Hadfield, faisant référence à leur victoire sur Thomas et Lockie, qui les avaient battus à plate couture la veille dans la course Masters Gentlemen Drivers. « Le relais de Leo a été le meilleur de la semaine et m’a permis d’être dans le coup. Calum n’arrêtait pas de bloquer ses freins, je savais que je le tenais… »

Voyazides a en effet réalisé un excellent premier relais, gardant Thomas derrière lui pendant 23 minutes de course avant de finalement succomber à la pression de son rival. Hadfield se retrouve donc avec un retard de 4,7 secondes sur Lockie, et grâce à une série de tours rapides, il réduit l’écart. Une première tentative échoue lorsque Lockie bloque et touche Hadfield, mais deux tours plus tard, un autre blocage de Lockie permet à Hadfield de prendre la ligne intérieure dans l’épingle d’Adélaïde et de passer.

« C’était absolument fantastique », a déclaré Thomas à propos de son combat contre Voyazides. « Leo m’a laissé un centimètre d’espace quand je l’ai dépassé… »

Mark Martin a surmonté ses problèmes de boîte de vitesses pour hisser sa Cortina à la troisième place du classement général, après avoir rétrogradé à la sixième place. Tom Bell a remporté une étonnante quatrième place au classement général, ce qui lui a permis de remporter quatre victoires sur quatre dans la catégorie Mini et de poursuivre sa saison exceptionnelle.

« C’est le week-end de la boîte de vitesses », a déclaré Martin en souriant, après avoir également connu des problèmes de boîte de vitesses dans la course Masters Gentlemen Drivers. « Dans l’épingle à cheveux, il faut passer la première vitesse, mais elle ne voulait pas s’enclencher – et puis elle ne voulait pas non plus passer la deuxième ! J’ai donc contourné le problème et j’ai fini par arriver… »

« Dans la première partie de la course, j’ai essayé de gérer la situation », a déclaré Bell à propos de son plan de course. « Ensuite, après les arrêts, j’ai fait quelques tours plus rapides, et à partir de là, je suis rentré à la maison.

Geoff Letts a fini par prendre la deuxième place dans la catégorie Cortina et a terminé troisième derrière Voyazides et Thomas dans la première moitié de la course, mais son frère Alan n’a pas été en mesure de suivre Martin et Bell.

« Mon frère a fait une bonne première mi-temps, il était là », a déclaré Alan Letts. « Je n’ai pas pu suivre le rythme de Mark dans la deuxième partie. Il était tout simplement plus rapide.

Sur une piste plus fraîche, couverte par des nuages apparus pendant la nuit, les Faucons de Voyazides et Thomas se sont éloignés du front. Le Grec a fait ramper son rival derrière lui tour après tour, tandis que Geoff Letts gardait un œil attentif sur le duo de tête, deux secondes plus tard. Quatrième à partir du troisième tour, la Mini de Tom Bell comptait 20 secondes de retard à 12 minutes de la fin de la course. La Falcon de Chris Clarkson est passée de la septième à la cinquième place sur la grille de départ, tandis que Mark Martin a fait le chemin inverse avec sa Cortina, passant de la quatrième à la sixième place, mais poursuivant Bell et Clarkson avec acharnement. Au 6e tour, cependant, Martin revient en quatrième position.

A une demi-minute des leaders, Ron Maydon a placé sa Mini devant l’exemplaire de Steve Jones, tandis que la Mustang du Français Jean-Baptiste Audoin accuse un retard de trois secondes. Aux portes du top 10, James Hagan fait une course solitaire au volant de sa Mini, l’Irlandais devançant largement deux autres Mini pilotées par Richard Longdon et Billy Nairn.

En tête, Voyazides voit momentanément le Falcon dans ses rétroviseurs diminuer de taille alors qu’il signe le meilleur tour au 7e tour. Au tour suivant, cependant, Thomas bat ce temps pour se retrouver plus près de la botte du Grec qu’il ne l’avait été depuis le début de la course, à deux dixièmes près. Voyazides s’accroche vaillamment pendant trois tours supplémentaires, mais deux minutes avant l’ouverture de la fenêtre des stands, Thomas s’empare de la tête de l’autre Falcon. Geoff Letts est maintenant à dix secondes, Martin à 23 secondes, après avoir creusé un écart de 8 secondes sur Bell, qui à son tour a distancé Clarkson de cinq secondes.

Au 12e tour, Clarkson est le premier à rentrer, cédant le Falcon à David Smithies, tandis que le reste du peloton continue pour un autre tour. Cependant, le temps passé par Smithies dans la voiture a été de courte durée puisqu’il est rentré aux stands avec un joint de culasse explosé… La voiture suivante était une autre Falcon – Voyazides étant remplacé par Hadfield juste au moment où Thomas, à l’avant, réalisait un nouveau tour le plus rapide de la course. Pendant ce temps, Alan Letts avait pris le relais de son frère Geoff dans la Cortina classée troisième, Maydon, Jones et Audoin étant tous passés au stand dans le même tour, tout comme Stephen Upsdell en 12e position, qui a cédé la Cortina à Richard Bateman.

Avec 15 secondes d’avance dans la fenêtre des stands, Thomas a laissé son arrêt au plus tard, mais il est rentré juste au moment où Tom Bell et Billy Nairn avaient fait leur arrêt, ce dernier cédant sa place à Carl Nairn. Tous les arrêts effectués, Lockie, dans le Falcon de tête, devance Hadfield de 4,7 secondes. En troisième position, Alan Letts est distancé de 42 secondes, devançant de dix secondes son rival de la Cortina, Mark Martin, qui se rapproche cependant rapidement. Tom Bell est toujours cinquième, avec une demi-minute d’avance sur les autres Minis de Maydon et Jones.

A l’avant, nous avions une course entre les mains, car Hadfield était sur la brèche depuis le moment où il est entré, effectuant une série de tours les plus rapides de la course pour réduire l’avance de Lockie de 2,3 secondes en trois tours. Une cinquantaine de secondes plus tard, une autre bataille commence à se développer, car Martin a réduit l’écart avec Letts et se trouve maintenant juste derrière son collègue de la Cortina.

Tout se joue au 21e tour, lorsque Lockie et Hadfield se touchent alors qu’ils se disputent la tête, Lockie restant en tête et Hadfield perdant du terrain, mais Martin trouve un chemin propre pour dépasser Letts et prendre la troisième place. Après avoir pris quelques tours pour reprendre son souffle, Hadfield signe un nouveau tour rapide au 23ème tour et se rapproche à nouveau de Lockie. Au freinage de l’épingle d’Adélaïde, Lockie est victime d’un énorme blocage et sort large, ce qui permet à Hadfield de passer à l’intérieur, alors qu’il ne reste plus que cinq minutes au chrono. Plus loin, Tom Bell a rattrapé et dépassé Alan Letts pour une formidable quatrième place au classement général.

Hadfield a pris 3,6 secondes d’avance sur Lockie au moment du drapeau à damier, Martin prenant la troisième place, à une minute et demie. Toujours dans le tour de tête, Bell et les frères Letts s’adjugent respectivement la quatrième et la cinquième place. Steve Jones est le premier des retardataires en sixième position, après avoir devancé Maydon en fin de course. Le Français Jean-Baptiste Audoin a complété le podium des plus de 2 litres au volant de sa Mustang.

Masters Sports Car Legends
Voyazides et Hadfield doublent la mise dans la course FIA Masters Historic Sports Car à Magny-Cours.

Leo Voyazides et Simon Hadfield ont remporté deux victoires en une matinée en s’adjugeant les honneurs du FIA Masters Sports Car à Magny-Cours, après avoir déjà remporté la course d’ouverture Masters Pre-66 Touring Car de dimanche. Dans son premier relais, Voyazides a gardé le pied sur terre pour donner à Hadfield une mince avance sur la Lola T70 Mk3B de Jason Wright/Andy Wolfe et la Chevron B26 de Henry Fletcher/Martin O’Connell, après quoi Hadfield a contrôlé l’écart jusqu’au drapeau à damier – malgré une pénalité de 5 secondes pour excès de vitesse dans la pitlane et un moteur fonctionnant sur sept cylindres vers la fin de la course.

« Nous avons eu de la chance », a admis Hadfield. « J’ai été distrait par Martin O’Connell qui arrivait en même temps que moi, et le moteur a perdu un cylindre à deux tours de la fin. Mais le plus important, c’est que le patron a encore fait un excellent relais !

« Cela fait du bien », a déclaré une Voyazides pleine d’entrain. « J’aime le circuit – et si j’aime le circuit, je vais bien.

Malheureusement, la Lola de Wright/Wolfe a abandonné dans le dernier tour, laissant la deuxième place à Fletcher et O’Connell, Manfredo Rossi héritant de la troisième place dans la PA1 d’Osella-Abarth. Wright et Wolfe sont toujours classés quatrième, devant la Chevron B19 de Matt et Mike Wrigley.

« C’était assez frustrant, en fait », a déclaré Fletcher à propos de la lutte contre les Lola à gros moteurs de Voyazides et Wright dans la première moitié de la course. « Sur un tour, j’étais plus rapide, mais les dépasser est tellement difficile ! J’ai essayé tout ce que je pouvais, mais ils se tiennent à cinq ou six longueurs de voiture… Si seulement les lignes droites étaient un peu plus courtes ici !

« C’est le podium le plus chanceux de tous les temps », a déclaré Rossi en souriant, « mais je le prends !

Deux pirouettes de Chris Jolly dans la Cooper Monaco T61M partagée avec Steve Farthing ont permis à Keith Ahlers et Billy Bellinger d’absorber une pénalité pour avoir manqué la fenêtre des stands dans leur Cooper Monaco King Cobra, le couple remportant une nouvelle victoire dans la classe pré-66 Hulme.

« J’ai été surexcité », a déclaré Jolly à propos de sa sortie de route au premier tour. « Et après la relance par voiture de sécurité, j’ai encore fait un tête-à-queue en essayant d’éviter deux autres voitures.

« Cela nous a donné trop de travail », a déclaré Farthing avec regret.

« Chris est sorti deux fois, ce qui nous a facilité la tâche », a déclaré Ahlers. « Cela nous a donné 40 secondes d’avance, donc la pénalité pour le stop-and-go n’a jamais été un problème. Quant à notre arrêt prématuré, je regardais le tableau de chronométrage sur le portique de la ligne droite principale et je pensais que je venais de le réussir… »

Après dix minutes de course dans des conditions beaucoup plus fraîches que celles de la veille, les cinq premiers sont encore séparés par seulement trois secondes. Voyazides a dépassé Wright, le poleman, dans le premier tour, et Fletcher a suivi le Grec dans le deuxième tour avant de coller aux basques de la Lola T70 Mk3B de tête avec moins d’un dixième d’avance. Rossi était quatrième dans son Osella, mais il risquait une pénalité de 10 secondes pour avoir sauté le départ, tandis que Matt Wrigley était cinquième dans la Chevron B19.

Plus loin derrière, « Mr John of B » a distancé le groupe de tête de 25 secondes dans sa Ligier JS3 à moteur Cosworth, suivi par les leaders des classes Bonnier et Siffert, Mark Owen (Chevron B8) et John Sheldon (Chevron B16). La Crosslé 9S de Laurent Fort a été poursuivie par Keith Ahlers dans la Cooper Monaco King Cobra – qui a hérité de la tête de la classe Hulme pré-66 lorsque Chris Jolly, au début du deuxième tour, a fait un tête-à-queue avec sa Cooper Monaco T61M dans le premier virage. Jolly récupère la voiture dans le bac à gravier, mais accuse désormais un retard de 12 secondes sur Ahlers.

Parmi les cinq premiers, Wright a trouvé son rythme pour signer le meilleur tour de la course tout en reprenant la deuxième place à la Chevron B26 de Fletcher au 7e tour. Un tour plus tard, Rossi purge sa pénalité, ce qui le fait reculer de plus d’une demi-minute – et au même moment, Wright disparaît également de la lutte pour la tête, l’abandonnant au 8e tour et se retrouvant avec 20 secondes à récupérer une fois qu’il est reparti. Pendant ce temps, Fletcher revient sur les talons de Voyazides, mais le Grec tient bon. 20 minutes plus tard, Wrigley Jr a maintenant 6 secondes de retard sur le leader.

Au cours de quelques tours mouvementés, Mark Owen a perdu sa septième place lors d’un arrêt imprévu, mais il s’est arrêté sur le circuit lors de son retour, si bien que trois minutes avant la fenêtre des stands, la voiture de sécurité a été appelée, ce qui a permis à Wright et Rossi de revenir dans la course.

Quelques secondes avant l’ouverture de la fenêtre des stands, le drapeau vert est agité, et Keith Ahlers est trop rapide pour passer le relais à Billy Bellinger. C’est ensuite au tour de « Mr John of B » d’entrer en scène et de remettre la Ligier à Soheil Ayari. Au tour suivant, Voyazides, Fletcher, Wright et Jolly rentrent au stand et changent de pilote, Simon Hadfield, Martin O’Connell, Andy Wolfe et Steve Farthing prenant la relève. Un tour plus tard, Wrigley et Rossi ont suivi, le premier passant le relais à son père Mike, alors que leur Chevron B19 s’éloignait derrière Ayari, en plein vol.

En tête, Hadfield réalise le meilleur tour et maintient O’Connell à 4 secondes. En battant le record de Hadfield au tour suivant, Wolfe est troisième, à 7 secondes du leader, tandis que Rossi, quatrième, s’éloigne lentement du trio de tête. Derrière Ayari et Wrigley, John Sheldon fait une bonne septième place devant Billy Bellinger dans la King Cobra démarrée par Ahlers. Philippe Scemama était neuvième dans le Crosslé partagé avec Laurent Fort, tandis que la Chevron B8 de Frazer Gibney, dixième au classement général, avait repris le flambeau de Mark Owen en tant que leader de la classe Bonnier.

Alors que Hadfield s’éloigne de ses poursuivants, Wolfe a maintenant O’Connell en ligne de mire – et au 19e tour, la Lola dépasse la Chevron. A 15 minutes de la fin, Hadfield devance Wolfe de 10 secondes et O’Connell de deux ticks supplémentaires. Rossi est quatrième, à 28 secondes, tandis qu’Ayari, cinquième, accuse un retard de 51 secondes sur le leader. Au 25e tour, cependant, l’ancien pilote de F3000 est passé par les stands, abandonnant la Ligier en raison d’un problème de boîte de vitesses. Un tour plus tôt, les Français avaient déjà perdu leur autre contribution locale à la course, Scemama succombant lui aussi à des problèmes de boîte de vitesses sur le Crosslé.

Vers le drapeau, Hadfield contrôlait ses 10 secondes d’avance sur Wolfe – et c’était assez sage car juste à la fin, il a été pénalisé de 5 secondes pour excès de vitesse dans la pitlane ! En fin de compte, il n’en a pas eu besoin, car la Lola de Wolfe n’a pas réussi à boucler le dernier tour…

Derrière eux, O’Connell a reculé de plus en plus, mais la malchance de Wolfe lui a permis de prendre la deuxième place, à 34 secondes, tandis que Rossi a hérité de la troisième, à une minute de plus. Wright et Wolfe sont toujours classés en quatrième position. Wrigley et Sheldon se sont contentés des cinquième et sixième places, tandis que Bellinger s’est assuré la victoire dans la catégorie pré-66 en gardant l’avantage sur Farthing malgré une pénalité pour changement de pilote prématuré avec Ahlers. Sheldon a remporté la classe Siffert tandis que Frazer Gibney a remporté les honneurs de la classe Bonnier.