Silverstone, UK

SILVERSTONE FESTIVAL
25 – 27 Août 2023

Le festival de Silverstone regorge d’actions brillantes dans le cadre des Masters !

Six grilles de départ, des paddocks en pleine effervescence, des démonstrations de Formule 1 et des courses passionnantes les unes après les autres : tels sont les ingrédients qui ont permis à l’édition 2023 du Silverstone Festival de déborder d’action brillante dans le domaine des courses Masters. Dans des conditions mixtes, Ken Tyrrell et Michael Lyons se sont partagé les victoires en Masters Racing Legends 3 litres F1, tandis que Steve Brooks a fait le doublé en Masters Endurance Legends. Gary Pearson et Alex Brundle ont ramené le nom de Ferrari au sommet des courses historiques de voitures de sport, tandis que Sam Tordoff, Craig Wilkins et l’éternel duo Julian Thomas/Calum Lockie sont également montés sur la plus haute marche de nos podiums.

RAPPORTS DE COURSE

Masters Endurance Legends - Course 1
Brooks remporte la première course des Masters Endurance Legends à Silverstone

Steve Brooks, au volant de la Peugeot 90X, a tenu tête à Tim De Silva, au volant de la Pescarolo-Judd 01 lancée par son père Harindra De Silva, pour remporter la première course des Masters Endurance Legends au Silverstone Festival. Les deux voitures de tête ont été menées par Jonathan Kennard pendant leur premier relais, mais l’Acura ARX-01b P2 de Kennard, aux couleurs de Muscle Milk, a succombé avant que Jamie Constable ne puisse la prendre en charge.

Stuart Wiltshire a pris la tête de la deuxième Peugeot 90X pour s’emparer de la troisième place, devant la Zytek 09S de Keith Frieser et la Lola-Aston Martin DBR1-2 de Christophe d’Ansembourg. Après la disparition de Kennard, la lutte dans la classe P2 s’est transformée en un véritable thriller, Bradley Ellis dans la Morgan LMP2 partagée avec Andy Cummings devançant la BR01 de Max Lynn Engineering sur la ligne, avec la HPD-Honda ARX-04 de Nick Tandy et l’autre BR01 de Shaun Lynn tout près derrière.

La P3 a été tout aussi divertissante, avec seulement deux secondes d’écart entre les trois premiers. La Ligier JSP3 de Rob Hall est arrivée en tête, un peu devant la Norma M30 de Bradley Smith et la JSP3 similaire de Jon Minshaw. En revanche, la classe GT a été entièrement dominée par l’Aston Martin Vantage GT3 de Claude Bovet/David McDonald. Wayne Marrs a pris la deuxième place au volant de la Mercedes AMG GT3, tandis que Sean et Michael McInerney ont pris la troisième place au volant de leur Mosler MT900R.

Il était déjà tard dans l’après-midi lorsqu’une imposante grille de 43 voitures s’est alignée pour la première course de 40 minutes des Masters Endurance Legends. Harindra De Silva a d’abord pris la tête au volant de la Pescarolo 01 et, bien que le père du roi de la qualification Tim De Silva ait réussi à s’accrocher pendant un tour complet, il a rapidement dû céder sa place à Steve Brooks qui a pris un départ fulgurant au volant de la Peugeot 90X et à Jonathan Kennard au volant de l’Acura ARX-01b de deuxième catégorie qui, naturellement, menait aussi la classe P2. Au deuxième tour, Christophe d’Ansembourg, au volant de la Lola-Aston Martin DBR1-2, s’intéresse à De Silva, mais c’est d’abord Kennard qui s’empare de la tête.

Andy Cummings (Morgan LMP2) est cinquième dans la deuxième voiture P2, devant Gregor Fisken (Dallara SP1), Stuart Wiltshire (deuxième Peugeot 90X), Keith Frieser (Zytek 09S) et Antoine d’Ansembourg (Dallara-ORECA DO-05). Max Lynn et son père Shaun dans leur paire de BR Engineering BR01 P2 ont terminé neuvième et dixième. En P3, la Norma M30 de Bradley Smith mène la 13e place au classement général tandis que l’Aston Martin Vantage GT3 de Claude Bovet est en tête dans la catégorie GT.

A l’avant, Kennard et Brooks se battent bec et ongles, mais derrière eux, D’Ansembourg Sr et Wiltshire sont en pleine ascension, dépassant tous deux De Silva, qui doit maintenant s’occuper de Frieser. Au cinquième tour, Wiltshire et D’Ansembourg s’échangent les places pour une Peugeot 90X 2-3, mais Wiltshire compte déjà 14 secondes de retard sur Brooks. Dans le même tour, Kennard abaisse la marque du tour le plus rapide à 1.47.482. Plus loin, Steve Tandy est entré dans le top 10 avec sa HPD-Honda ARX-04 P2, poursuivi par Nigel Greensall dans l’une des anciennes voitures de Tandy, la Lola-Mazda B12/60.

Bradley Smith, leader de la classe P3, est désormais 11e au classement général, la Norma devançant largement les hordes de Ligier menées par Jon Minshaw et Rob Hall, 18e et 19e. Bovet continue de mener les GT, 21e au classement général, suivi par Wayne Marrs sur la Mercedes AMG GT3 (25e) et Vasily Vladikin sur l’Audi R8 LMS Ultra (29e).

Au 7ème tour, alors que la fenêtre des stands approche, Frieser dépasse De Silva pour prendre la cinquième place, alors que Kennard s’est éloigné de Brooks qui compte désormais quatre secondes de retard, Wiltshire en comptant 22 de plus. Harindra De Silva est le premier à passer le relais à son rapide fils Tim, mais c’est alors le choc : Kennard gare son Acura et laisse la tête à Brooks qui, au 9ème tour, rentre pour son arrêt obligatoire. Wiltshire prend alors momentanément la tête, alors que Frieser et D’Ansembourg (C.) s’arrêtent également, suivis par Max Lynn, tandis que Greensall cède la Lola-Mazda à Chris Milner. Pendant ce temps, Tim De Silva s’envolait, établissant un nouveau meilleur tour en course tout en se détachant de la Peugeot. Au 11ème tour, Wiltshire est le dernier des leaders à passer au stand.

Après les arrêts aux stands, Brooks est de nouveau en tête, mais De Silva roule trois secondes plus vite que la Peugeot de tête. 23 secondes les séparent encore, alors qu’il reste environ 12 minutes à jouer. Wiltshire reprend la troisième place, quatre secondes devant Frieser et D’Ansembourg Sr, tandis que Max et Shaun Lynn sont maintenant premier et troisième en P2, sixième et huitième au classement général, prenant en sandwich l’Acura de Tandy, le trio ayant devancé la Morgan d’Andy Cummings/Bradley Ellis. Dans la P3, Rob Hall est le nouveau leader, alors qu’il poursuit sa lutte avec Minshaw, la Norma de Smith étant maintenant en troisième position. David McDonald a relevé Bovet dans l’Aston Martin Vantage GT3, leader de la catégorie GT, toujours poursuivie par la Merc de Marrs. La Mosler MT900R de Sean & Michael McInerney est maintenant troisième, juste devant la Ferrari 458 GT3 de Colin Sowter, alors que l’Audi de Vasily Vladikin/Frank Wrathall a été contrainte à l’abandon à cause d’une boîte de vitesses cassée.

Huit minutes plus tard, De Silva a réduit son retard à 16 secondes, mais le trafic ne joue pas en sa faveur, le jeune Américain perdant deux secondes au 16ème tour. Wiltshire est à son tour distancé de 23 secondes mais perd du temps sur les deux voitures qui le précèdent, tandis que Frieser et D’Ansembourg se disputent toujours la quatrième place, le Canadien se maintenant vaillamment devant la Lola-Aston hurlante du Belge. En P2, Max Lynn et Steve Tandy sont à cinq secondes l’un de l’autre, tandis qu’Ellis reprend un point à Shaun Lynn pour remonter à la troisième place de la catégorie. Le P3 n’est pas en reste, puisque Hall et Minshaw ne sont séparés que par 1,3 seconde. L’Aston de Bovet/McDonald continue cependant à dominer la classe GT.

Alors que les dernières minutes s’égrènent, Brooks semble couvrir De Silva et, en effet, la voiture française franchit la ligne d’arrivée en première position avec cinq secondes d’avance sur la Pescarolo. Wiltshire a placé une autre Peugeot sur le podium général, tandis que Frieser a conservé sa quatrième place devant D’Ansembourg (C.). La lutte dans la catégorie P2 s’est décidée sur la ligne de départ, car Ellis, en pleine forme, a devancé Lynn (M.) pour la victoire de 0,287s, avec Tandy à dix secondes de plus. Lynn (S.) est neuvième, avec un tour de retard, et la Dallara SP1 de Gregor Fisken/Sam Hancock complète le top 10. Une bataille tout aussi passionnante pour la troisième place s’est terminée par une victoire de Rob Hall sur Bradley Smith pour 0,324 seconde, Jon Minshaw se trouvant deux secondes plus loin. Pendant ce temps, l’Aston Martin Vantage GT3 Bovet/McDonald a poursuivi sa domination en GT devant Marrs et les McInerneys.

Masters Endurance Legends - Course 2
Brooks récidive en remportant sa deuxième victoire dans les Masters Endurance Legends à Silverstone

Déjà vainqueur samedi, Steve Brooks a doublé la mise en remportant la deuxième course des Masters Endurance Legends au Silverstone Festival, le pilote de la Peugeot 90X ne cédant son avance que lors des arrêts à mi-course. Stuart Wiltshire, dans l’autre 90X, a lancé un défi féroce dans son premier relais, mais Brooks a pu accroître son avance après les arrêts. Christophe d’Ansembourg (Lola-Aston Martin DBR-1) s’est d’abord battu avec la Zytek 09S de Keith Frieser, mais il a rapidement laissé la Zytek derrière lui pour s’emparer d’une troisième place solitaire, tandis que Frieser a faibli en fin de course pour terminer septième.

« C’était génial ! » a déclaré Brooks. « La piste est tout simplement incroyable dans ces voitures lorsqu’elles commencent à rouler. C’est comme si on était au paradis.

« J’ai fait de mon mieux pour rester avec Steve », a déclaré Wiltshire, « mais il était trop rapide. J’ai fait de mon mieux.

« Très bien », a déclaré D’Ansembourg, qui a malencontreusement percuté la Pescarolo 01 de Harindra & Tim De Silva dans le premier tour. « La course a été difficile, j’ai eu un petit accrochage au début, mais la voiture allait bien. J’ai vraiment dû me battre pour rester troisième, car il y avait beaucoup de monde derrière ».

Quatrième au classement général, Max Lynn a dominé en P2, ramenant sa BR01 de BR Engineering devant la LMP2 Morgan d’Andy Cummings/Bradley Ellis et la BR01 similaire de son père Shaun. Le trio Frieser et la Dallara SP1 de Gregor Fisken/Sam Hancock, avec Jonathan Kennard et Jamie Constable qui se sont élancés depuis l’arrière dans leur Acura ARX-01b pour prendre la quatrième place en P2 et la neuvième au classement général.

Rob Hall a décidé de se battre pour la troisième place, sa Ligier JSP3 repoussant la Norma M30 de Bradley Smith, qui a d’abord mené avant que les deux hommes ne terminent 10e et 11e au classement général. Phil Quaife et James Thorpe ont pris la troisième place. Pendant ce temps, Wayne Marrs a dominé les débats en GT, sa Mercedes AMG GT3 terminant loin devant l’Audi R8 LMS Ultra de Vasily Vladikin/Frank Wrathall et la Ferrari 458 GT3 de Colin Sowter.

La piste était encore un peu humide pour la dernière course Masters du Silverstone Festival, alors que les Masters Endurance Legends se préparaient pour leur deuxième course du week-end. Avec le vainqueur de la veille Steve Brooks en pole et Harindra De Silva dans la Pescarolo 01 à ses côtés, le peloton s’est engouffré dans Abbey pour une course de 30 minutes, mais seulement après que l’Aston Martin de Claude Bovet/David McDonald – le vainqueur GT de la veille – ait été sortie de la trajectoire. La voiture est tombée en panne à Becketts lors du tour de formation.

Brooks n’a pas perdu de temps une fois que la voiture de sécurité a libéré le peloton, car la Peugeot est partie en trombe au loin, mais à la sortie de la boucle, De Silva s’est écarté pour voir Stuart Wiltshire passer dans la deuxième Peugeot, avec Keith Frieser dans la Zytek 09S qui suivait également. Dans la ligne droite de Wellington, cependant, l’Américain en convalescence est percuté par l’arrière par la Lola-Aston Martin DBR1-2 de Christophe d’Ansembourg, avant que le Belge ne dépasse Frieser dans le 2e tour.

Dans la bataille pour la tête de la classe P2, Andy Cummings sur la Morgan 01 a été rapidement submergé par les BR01 de Max et Shaun Lynn, Gregor Fisken sur la Dallara SP1 suivant en huitième position devant deux autres voitures P2 – l’Acura ARX-04 de Steve Tandy et Michael Birch sur la Ligier JSP2. En 11e position, Bradley Smith menait la classe P3 au volant de la seule Norma M30, trois ticks devant les Ligier JSP3 de Rob Hall et Jon Minshaw. Après la disparition prématurée de l’Aston, Wayne Marrs a pris la tête des GT, sa Mercedes AMG GT3 devançant la Ferrari 430 GT3 de son coéquipier Christopher Compton Goddard et l’Audi R8 LMS Ultra de Vasily Vladikin.

Au quatrième tour, Brooks est toujours en tête, mais Wiltshire le traque, signant tour après tour le plus rapide pour ramener l’écart à deux secondes. D’Ansembourg et Frieser ont respectivement 10 et 13 secondes de retard, tandis que Gregor Fisken sépare désormais les BR01, Tandy ayant également réussi à dépasser Cummings dans la Morgan, lorsque la fenêtre des stands s’est ouverte – Brooks profitant de la première opportunité. Plus loin, Tandy dépasse Shaun Lynn pour la septième place, tandis que Mike Newton, au volant de la MG-Lola EX264, commence lui aussi à progresser, dépassant les LMP3 de tête pour entrer dans le top 10.

Au 7ème tour, Wiltshire s’élance en tête mais se retrouve coincé dans le trafic alors que Brooks semble être revenu dans le bon sens. Le leader se présente alors pour son propre arrêt et il est suivi directement par D’Ansembourg, Frieser, Lynn (M.) et Tandy, Lynn (S.) ayant déjà fait son arrêt. Pendant ce temps, les choses se présentaient bien pour Brooks avec le meilleur tour de la course au 8ème tour, mais immédiatement après, la Peugeot a failli sortir de la piste, perdant une grande partie de son temps.

Alors que le peloton de tête revenait dans l’ordre, il s’avérait que Brooks avait encore trouvé quelque huit secondes d’avance sur Wiltshire pour mener de dix secondes. D’Ansembourg reste troisième, avec 28 secondes de retard sur le leader, tandis que Max Lynn, dans la voiture P2 de tête, est maintenant quatrième devant Frieser et son père Shaun. L’aîné des Lynn était cependant menacé, car Bradley Ellis volait dans la Morgan démarrée par Cummings et réduisait rapidement l’écart de 10 secondes. Tandy, quant à lui, a perdu énormément de terrain et se retrouve en 18ème position. En P3, Hall est neuvième au classement général, devant Smith (13e) et le JSP3 de Phil Quaife/James Thorpe (15e). Marrs est toujours en tête des GT, et ce confortablement, mais Frank Wrathall, dans l’Audi démarrée par Vladikin, a réussi à dépasser Goddard pour prendre la deuxième place de la classe.

En tête, Brooks est maintenant assis dans la Peugeot la plus rapide, sa 90X ayant mis trois ticks de plus entre elle et l’exemple de Stuart Wiltshire – mais aucun des deux diesels français n’est la voiture la plus rapide en piste. La Pescarolo 01 de Tim De Silva tente de se remettre de la mésaventure d’Harindra. Elle est alors 14e mais gagne rapidement des places. Au 12e tour, la Pescarolo 01 ralentit soudainement.

Il reste encore deux minutes, et Keith Frieser est le prochain à rencontrer des difficultés avec un tête-à-queue pour la Zytek. Cependant, rien ne pouvait empêcher Steve Brooks de doubler la mise, en menant à la maison Wiltshire et D’Ansembourg. Les Lynn semblaient pouvoir réaliser un doublé en P2, leurs BR01 de BR Engineering étant bien quatrième et cinquième au classement général à un tour de la fin, mais Ellis a battu l’aîné des Lynn à la deuxième place de la classe dans le dernier tour. Frieser et Sam Hancock (dans la Dallara SP1 engagée par Fisken) sont les suivants, devant l’Acura ARX-01b de Jonathan Kennard/Jamie Constable qui arrive du fond de la grille.

Rob Hall a remporté la victoire dans la catégorie P3 en 10e position au classement général, en repoussant la Norma de Smith et la Ligier de Quaife/Thorpe, tandis que Marrs a remporté la victoire en GT devant Vladikin/Wrathall et la Ferrari 458 GT3 de Colin Sowter, cette dernière ayant réussi à dépasser la 430 GT3 de Goddard vers la fin de la course.

Trophée international des voitures GT classiques (Masters Gentlemen Drivers)
Thomas/Lockie remportent le Masters Gent Drivers à Silverstone

Julian Thomas et Calum Lockie ont remporté une nouvelle victoire des Masters Gentlemen Drivers en triomphant dans l’International Trophy for Classic GT Cars au Silverstone Festival. Thomas s’est battu avec Nigel Greensall dans la TVR Griffith de John Spiers, et bien qu’il ait finalement succombé, Lockie a rapidement obtenu leur Shelby Cobra Daytona Coupé et a rapidement devancé Spiers avant que la course ne soit signalée par un drapeau rouge à huit minutes de la fin du temps réglementaire.

« Je suis épuisé, c’était fantastique », a déclaré un Thomas ravi, avant que Lockie ne prononce quelques mots supplémentaires. « Julian a réalisé un premier relais extraordinaire », a déclaré Lockie. « Pour être honnête, je devais juste la ramener à la maison, et le drapeau rouge est malheureusement sorti.

« Nigel a fait tout le travail ! », a déclaré Spiers avant de passer le relais à son coéquipier. « C’était un véritable suspense », a déclaré Greensall. « Mais c’est la raison d’être de la course, de découper et de courir à fond. C’est le but de la course que de se donner à fond !

« Je me sens fatigué… », a déclaré un Whitaker souriant. « C’est un long chemin pour un vieil homme. Et mon fils est plus rapide que moi, alors je ne le laisse pas entrer ! Et maman ne le laisse pas entrer non plus… »

Dan Eagling a complètement écrasé l’opposition de la classe CLP en terminant quatrième au classement général dans sa Ginetta G4R, devant la Type E de Graeme & James Dodd et la Cobra Daytona de David & Olivier Hart qui a battu de justesse la Cobra d’Andy Priaulx/Miles Griffiths. La Type E de Phil Keen/Jon Minshaw a pris la huitième place devant la TVR Griffith de Harry Barton, tandis que John Davison, monté de la même manière, a complété le top 10 après avoir perdu la cinquième place à la suite d’un gros tête-à-queue en fin de course.

« Je me sens un peu chaud, en fait », a déclaré Eagling, « J’ai dû donner tout ce que j’avais – au début, il est difficile de courir dans les voitures de classe inférieure contre les grands garçons. Finalement, quand j’en ai dépassé quelques-uns, j’ai pris un peu de distance, j’ai fait des chronos réguliers et j’ai creusé un gros écart. L’arrêt au stand s’est bien passé et évidemment, lorsque la voiture de sécurité est sortie, j’étais un peu inquiet avec toutes les grosses voitures qui arrivaient derrière, mais c’est dommage qu’elle soit passée au rouge. Cela aurait été bien de voir si je pouvais jouer un peu avec Mike Whitaker, mais oui, c’était vraiment bien.

« Cet homme, j’essayais de le poursuivre », a déclaré Dawson en désignant Eagling. « Le temps n’était pas le problème, mais la nappe d’huile l’était. Je l’ai vue, je suis resté à l’écart, mais d’autres se sont fait surprendre. Mon équipe, mon père, ont assemblé la voiture et c’était absolument phénoménal – mais nous reviendrons pour battre cet homme l’année prochaine !

« C’est formidable d’être ici », a déclaré Ashton, « avec 60 voitures, monter sur le podium est tout simplement génial. C’est vraiment spécial. »

« La course est folle », a déclaré M. Balfe, « avec toutes les vitesses et les lignes différentes – ce sont des coureurs fous !

La Lotus Elan de Giles Dawson était la plus proche rivale d’Eagling en CLP, devant l’Elan similaire de Shaun Balfe/Thomas Ashton. Un trio d’Austin Healey 3000 a pris la tête de la classe C2, Joseph Willmott l’emportant devant Michael Russell et Nils-Fredrik Nyblaeus/Jeremy Welch. Pendant ce temps, les Turner 1650 de Luke Wos et Nikolaj Mortensen ont monopolisé les premières places en C1.

Le soleil venait tout juste de réapparaître lorsque les 61 voitures inscrites au Masters Gentlemen Drivers se sont alignées pour les 50 minutes du Trophée International des GT Cars Classiques et ont entamé le premier virage à cinq ! A la fin de la course, John Davison avait réalisé un départ canon au volant de sa TVR Griffith pour devancer Julian Thomas et David Hart dans les Cobra Daytonas, mais Thomas est revenu à la charge à la sortie de Copse. Derrière eux, Mike Whitaker et Nigel Greensall – qui s’élancent dans la Griffith, car John Spiers vient tout juste de terminer sa course de Formule 1 pré-66 – sont également en mouvement, Greensall prenant la tête au 2e tour.

Thomas continue de mener, mais Greensall devance Davison pour la deuxième place à Copse dans des premiers tours très mouvementés. Derrière Whitaker, Phil Keen – un autre pilote d’élite inattendu – avait placé la Jaguar E-type de Jon Minshaw en cinquième position devant Hart Sr, tandis qu’Andy Priaulx faisait de même dans la Cobra qu’il partageait avec Miles Griffiths. Poursuivant son excellente qualification, Dan Eagling a terminé huitième au classement général de la Ginetta G4R, leader de la catégorie CLP, devant la Type E de Graeme Dodd et Jason Minshaw sur la Type E de Martin Melling. Giles Dawson était deuxième dans la classe CLP avec sa Lotus Elan qui était maintenant à la 11ème place devant l’AC Cobra de Peter Thompson et John Pearson dans la Pearsons E-type. En 17e position au classement général, Horatio Fitz-Simon, star de la Formule Junior, s’est classé troisième dans la classe CLP au volant d’une autre Elan.

En C2, Joseph Willmott fait les premiers tours de roue au volant de son Austin Healey 3000, suivi par les voitures similaires de Michael Russell et Nils-Fredrik Nyblaeus, mais le Suédois cède sa place à Jeremy Welch par la suite. En C1, Nikolaj Mortensen a, pour l’instant, volé la vedette à son collègue Luke Wos, pilote de la Turner 1650, tandis que Neil Fisher occupe une solide troisième place dans la classe au volant de sa MGB.

En tête, après cinq tours, le gentleman driver Thomas a héroïquement maintenu son rival professionnel Greensall à 1,4 seconde, les deux hommes réalisant des temps au tour similaires. Whitaker est troisième, avec près de dix secondes de retard sur le leader, tandis que Keen talonne le second Griffith. Davison conserve la cinquième place, mais Eagling est désormais étonnamment sixième au classement général, après avoir dépassé Priaulx, tandis que Dodd, Thompson et Pearson complètent le top 10, Pearson dépassant David Hart pour la dixième place au 6e tour.

Mais bientôt, les choses s’accélèrent en tête, Greensall se rapprochant de plus en plus, et tenant le Griffith en grandes glissades dans le complexe, il finit par dépasser Thomas – qui savait que Calum Lockie attendait toujours de bondir lors de leur deuxième relais. Malgré cela, Thomas n’abandonne pas et prend trop de plaisir à se battre avec Greensall.

Deux tours plus tard, la fenêtre des stands s’ouvre et Keen et Eagling sont parmi les premiers à rentrer, suivis par Harry Barton dans une autre Griffith. Thomas revient ensuite au 10ème tour pour passer le relais à Lockie. Au tour suivant, Greensall échange sa place avec John Spiers, Whitaker étant la dernière des voitures de tête à rentrer. Pendant ce temps, le tour démoniaque de Lockie l’avait déjà distancé de Spiers, les deux hommes étant désormais séparés par quelques secondes.

La fenêtre des stands maintenant fermée, Lockie mène Spiers, avec Whitaker en troisième, mais la TVR bleu clair est poursuivie par le remarquable Dan Eagling dont la Ginetta G4R est maintenant en quatrième position. Davison est cinquième mais poursuivi par James Dodd dans la première des E-types. Miles Griffiths et Olivier Hart sont les suivants, devant Jon Minshaw et Harry Barton. Quatorzième au classement général, Dawson conserve la deuxième place dans la classe CLP, tandis que Thomas Ashton (dans l’Elan démarrée par Shaun Balfe) se bat avec Fitz-Simon pour la troisième place, mais Sam Tordoff, dans l’Elan démarrée par son père John, se rapproche rapidement.

En C2, Michael Russell mène désormais le peloton devant Willmott et Welch, tandis que Wos a pris le dessus sur Mortensen en C1 et que Fisher, au volant d’une MGB défavorisée, conserve la troisième place devant l’Ogle SX1000 de Mark Burnett/Scott Kendall et la TVR Grantura de Malcolm Paul/Will Nuthall.

Au 13ème tour, la voiture de sécurité est sortie avec de l’huile à Aintree et Davison a fait un tête-à-queue qui a rétrogradé le pilote Griffith à la dixième place. Pendant ce temps, la Jaguar E-type de William & Martin Addison a chuté, et lorsqu’il s’est avéré qu’il faudrait trop de temps pour la récupérer, le drapeau rouge a été agité et le résultat a été déclaré après 15 tours. Thomas et Lockie ont remporté une nouvelle victoire, tandis que Greensall/Spiers ont pris la deuxième place et Whitaker la troisième. Dan Eagling a dominé en CLP pour remporter la classe devant Dawson et Balfe/Ashton. Russell, Willmott et Nyblaeus/Welch ont transformé la C2 en Austin Healey 3000, tandis que Wos et Mortensen ont réalisé un doublé Turner en C1. Cependant, la victoire de Russell a été annulée par une pénalité de 10 secondes pour être passé au stand avant l’ouverture de la fenêtre des stands.

Masters GT Trophy
Wilkins remporte une nouvelle victoire au Masters GT Trophy à Silverstone

Craig Wilkins a mené une Lamborghini Huracán Super Trofeo Evo 1-2-3 lors des arrêts obligatoires. Le leader de la série, Craig Wilkins, a remporté une victoire convaincante dans la course Masters GT Trophy à Silverstone Classic. Sa Lamborghini Huracán Super Trofeo Evo est rapidement remontée de la troisième place sur la grille pour gagner avec 35 secondes d’avance et consolider sa position en tête du classement.

La lutte entre l’Aston Martin Vantage GT2 de Paul Whight / Alistair MacKinnon et Jason McInulty dans un autre Super Trofeo Evo a été très animée, McInulty s’inclinant dans le dernier tour et cédant la deuxième place à l’Aston. Derrière eux, Michael Lyons s’est hissé à la quatrième place dans la Lambo de Neil Glover, devant la Super Trofeo non-Evo de Keith Frieser.

Sixième au classement général au volant de sa Porsche 991.1, Miles Griffiths a dominé la classe Cup devant la 991.2 Cup de Dallas Carroll, la 991.1 Cup de Nathan Luckey/David Harrison prenant la troisième place de la classe. Au volant de son Aston Martin Vantage GT4, Dave Albutt a mené la classe GT4 du début à la fin, tandis que Martin Addison a failli réaliser un doublé Aston avant que la BMW M3 GT4 de George Haynes/Adam Sharpe ne le dépasse en fin de course.

Deuxième course de l’après-midi du samedi, les 30 voitures du Masters GT Trophy se sont tirées d’affaire sans trop d’encombres. Chris Milner est parti en tête depuis la pole position, mais il a rapidement été dépassé par Craig Wilkins, le leader de la série, et Jason McInulty a également pris de l’avance avant la fin du 2e tour. Craig Davies est quatrième, avant que Miles Griffiths, au volant de sa Porsche 991.1, ne brise la série de Lamborghini Huracán Super Trofeo Evo en tête.

Davies devance Milner dans le troisième tour, tandis que Paul Whight, au volant de l’Aston Martin Vantage GT2, remonte à la sixième place, au détriment de la Super Trofeo Evo de Neil Glover. Dallas Carroll était le suivant dans la deuxième Porsche, devançant Keith Frieser dans une autre Super Trofeo. En dixième position, la Ferrari 430 de John Pearson a été rapidement dépassée par Wayne Marrs dans la Mercedes Ferrari 488 Challenge – enfin quelque chose d’autre qu’une Lambo dans la classe Corse.

En 15e position, la 991.1 GT3 Cup de Nathan Luckey est troisième de la catégorie Cup, tandis que Dale Albutt mène la catégorie GT4 en 19e position, avec son Aston Martin Vantage GT4, devant Peter Reynolds sur la Ginetta G55, George Haynes (BMW M3 GT4) et Martin Addison (Aston Martin Vantage GT4) étant les suivants.

A l’avant, Wilkins continue d’avancer, avec huit secondes d’avance sur McInulty et huit autres sur Davies. Griffiths se maintient en quatrième position, talonnant Davies, mais Whight est en train de faire des progrès considérables, dépassant Griffiths et Davies au 6ème tour. Frieser est lui aussi sur la brèche, le Canadien ravissant la sixième place à Neil Glover, avant que Marrs ne prenne le relais, suivi de Rob Fenn sur l’Elise de Motosport. En GT4, Addison s’est avéré être l’homme de la situation, l’Aston se hissant à la deuxième place de la catégorie, ce qui a permis à la Vantage de réaliser un doublé dans la catégorie pour le moment. A l’avant, cependant, Milner est en difficulté, ce qui empêche Nigel Greensall d’effectuer son relais.

La fenêtre des stands s’ouvre au 8e tour, et McInulty est le premier à s’ouvrir, avec Whight et Carroll. Pendant ce temps, Nathan Luckey passait le relais à David Harrison, tandis que Griffiths était également dans le coup, tout comme le leader, mais Davies restait encore un peu à l’écart, mais il est finalement revenu pour passer le relais à Ron Maydon. Avec Frieser, Fenn est l’un des derniers à s’arrêter, mais le trio de tête du GT4 reste à l’arrêt jusqu’au 10e tour, alors qu’il reste deux minutes dans la fenêtre de ravitaillement. Pendant ce temps, Michael Lyons, qui a pris la relève de Neil Glover, réalise le meilleur tour de la course en 14e position, mais malgré sa pénalité de 15 secondes infligée au pilote d’élite, il ne tarde pas à remonter dans le classement.

A l’issue de tous les arrêts, Wilkins devance McInulty de 25 secondes, Alistair MacKinnon dans l’Aston GT2 pilotée par Whight est troisième, Maydon quatrième et Griffiths cinquième. Frieser est le suivant, mais Lyons est sur le point de prendre la place du Canadien. Marrs, Fenn et Carroll complètent le top 10 pour l’instant. Plus loin, Reynolds (Ginetta G55) part en tête-à-queue et cède sa troisième place à Adam Sharpe, qui a pris la place de George Haynes sur la BMW M3 GT4. Pendant ce temps, Tim Mogridge sur la deuxième M3 GT4 et Tim Kuijl sur une E46 320i se disputaient la cinquième place de la catégorie, avec Michiel Campagne plus loin dans la Ford Mustang FR500C que le Néerlandais a également pilotée en période.

A cinq minutes de la fin, Wilkins a augmenté son avance sur McInulty d’une demi-minute, qui est poursuivi par MacKinnon, tandis que Lyons se hisse à la quatrième place et à la troisième place effective de la classe Corse. Derrière Lyons, Griffiths a maintenu sa domination sur la classe Cup en poursuivant Ron Maydon pour la quatrième place, avec Frieser, Marrs, Fenn et Carroll qui ont tous poursuivi Maydon et Griffiths de près. En GT4, Albutt et Addison poursuivent leur doublé Aston mais Sharpe réduit l’écart. Richard Dougal, dans la Maserati Gran Turismo GT4 pilotée par Vance Kearney, a désormais un rythme similaire à celui de Sharpe et réduit également l’écart avec la paire d’Aston de tête.

Au fur et à mesure que le temps s’égrène, Wilkins remporte une belle victoire et augmente ses chances de remporter le titre, tandis que McInulty cède finalement la deuxième place à MacKinnon après une lutte très divertissante jusqu’à la ligne d’arrivée. Lyons est quatrième, à seulement quatre secondes de la bataille pour la deuxième place et à 36 secondes de Frieser, Miles Griffiths remportant une victoire dominante dans la catégorie Cup devant Dallas Carroll en sixième et septième position. Un raté en fin de course a eu raison de la Lambo de Maydon, si bien que Fenn, Marrs et la Ferrari 430 GT3 de Christopher Goddard ont complété le top 10. En GT4, Dave Albutt s’est accroché pour gagner, mais Sharpe a rétrogradé Addison à la troisième place grâce à un effort de dernière minute.

Trophée Adrian Flux pour les voitures de tourisme transatlantiques Pre 66
Tordoff l’emporte dans une course passionnante de Masters Pre-66 Touring Car à Silverstone

La puissante Ford Falcon Sprint de Sam Tordoff a remporté une nouvelle victoire dans les Masters Pre-66 Touring Cars. Sa Ford Falcon Sprint s’est imposée dans un Trophée transatlantique très divertissant au Silverstone Festival. Aux prises avec Nigel Greensall dans la Mustang Spiers/Greensall au début de la course, Tordoff a poussé dans son deuxième relais pour annuler sa pénalité d’arrêt aux stands pour pilote d’élite en rattrapant et en dépassant John Spiers. Le jeune Mike Whitaker Jr, qui menait le duo avec trois secondes d’avance, espérait garder Tordoff derrière lui dans les dernières minutes avant que le diff de sa Mustang n’explose de façon spectaculaire. La traînée d’huile ainsi produite a été suffisante pour que la course se termine sous le régime de la voiture de sécurité.

« J’ai apprécié la voiture de sécurité dans les derniers tours », a déclaré Tordoff. « C’était difficile, je n’avais pas la voiture comme je le voulais, et Mike a fait un excellent travail pour prendre la tête, donc j’étais déçu pour lui que la voiture se casse à trois tours de l’arrivée. Ça allait être savoureux ! Nous sommes venus ici pour gagner, et c’est ce que nous avons fait, donc nous sommes très heureux.

« C’est pour cela que nous vivons », a déclaré Mme Greensall. « La course a été fantastique, j’adore quand les conditions sont mixtes, Sam et moi nous sommes beaucoup amusés au début de la course, j’ai adoré !

« Un peu plus court que je ne l’aurais souhaité », a déclaré Spiers. « Comme d’habitude, c’est Nigel qui a fait le gros du travail, mais c’est une voiture tellement agréable à conduire, tellement amusante.

Les Mustangs de Steve Soper/Henry Mann (Soper conduisant finalement en solo) et d’Andy Priaulx/Alex Taylor étaient également dans le coup tout au long de la course, et tandis que Soper prenait la troisième place, Taylor était rattrapé pour la quatrième place par la Ford Falcon de Julian Thomas/Calum Lockie qui arrivait de l’arrière.

« Oui, c’était bien ! » a déclaré Soper. « Je voulais monter sur le podium, car nous avons eu quelques pannes, donc c’est super. Quand je suis arrivé et que j’ai vu la position, Henry m’a dit de rester dedans !

Deux autres Mustang avec Craig Davies et Tom Sharp au volant ont terminé sixième et septième devant la Lotus Cortina de Mike Gardiner/Phil Keen, qui a remporté la victoire THC après que la Cortina d’Andy Wolfe/Ben Tinkler ait connu des problèmes à la fin de la course. La classe était initialement menée par l’Alfa Romeo Giulia GTA de David et Olivier Hart, mais l’Alfa s’est retirée aux arrêts. Les Cortina de Henry Neal/Gordon Shedden et de Shaun Balfe/Thomas Ashton ont ainsi pu monter sur les deux dernières marches du podium de la catégorie.

Dans la catégorie Mini, Phil Bullen-Brown, Ian Curley et Tom Bell dans la Mini partagée avec Joe Ferguson se sont battus très tôt avant que Bullen-Brown ne disparaisse au loin pour une victoire dominante sur Aaron Smith, qui a dépassé Ferguson et a ensuite profité d’une erreur de Curley sur la traînée d’huile de Whitaker.

Avec une pluie intermittente toute la journée du dernier dimanche du festival de Silverstone, il était difficile de savoir quelles conditions attendraient les concurrents du Masters Pre-66 Touring Car pour leur course de 45 minutes dans le cadre du Trophée transatlantique. En fin de compte, l’humidité est la meilleure description du morceau. La Mustang de Nigel Greensall a d’abord pris l’initiative, mais Sam Tordoff a rapidement pris la tête, Andy Priaulx se hissant également à la troisième place, suivi par Alex Brundle, James Thorpe, Mike Whitaker Jr et David Hart, devant Steve Soper et Richard Dutton dans la Lotus Cortina de tête.

Après deux tours, la Falcon de Tordoff et la Mustang de Greensall formaient un duo de tête, avec la ‘Brustang’ en troisième position dans une lutte acharnée avec Priaulx, un autre couple s’éloignant des poursuivants composés des Mustangs de Whitaker, Soper et Thorpe, tandis que Dutton devançait l’Alfa Romeo Giulia GTA de Hart pour prendre la tête de la classe THC. Derrière eux, la Mustang de Davies était dixième devant Julian Thomas dans la seconde Falcon, la Mustang de Tom Sharp et Henry Neal dans la seconde Cortina juste devant Andy Wolfe dans une autre Cortina. Pendant ce temps, dans la catégorie Mini, Phil Bullen-Brown a devancé Tom Bell et Ian Curley, le trio roulant nez à nez entre la 27e et la 29e place.

Dans le troisième tour, cependant, Dutton a perdu son avance dans la catégorie THC pour redonner l’initiative à l’Alfa hollandaise, alors que Hart était poursuivi par Soper qui, dans le tour, a été dépassé par un Thomas déchaîné. En tête, Tordoff réalise un nouveau tour rapide de la course, mais Greensall ne perd pas de vue la Falcon Sprint et maintient l’écart à une seconde. Les deux hommes devancent Brundle de sept secondes, le pilote/commentateur ayant laissé Priaulx à trois secondes. En fait, l’ancien multiple champion du monde des voitures de tourisme a vu Whitaker Jr s’approcher de plus en plus près, tandis que David Hart, dans l’Alfa leader de la classe THC, devait maintenant s’inquiéter de voir le grand Falcon de Thomas encore plus grand dans ses rétroviseurs.

Au 6e tour, la fenêtre des stands est ouverte et Tordoff est le premier à entrer pour purger sa pénalité de pilote d’élite en même temps que son arrêt obligatoire, tandis que le jeune Whitaker a chassé et dépassé Priaulx pour la quatrième place, puis s’est débarrassé de Brundle pour être troisième. David Hart est lui aussi rentré prématurément, cédant sa place à son fils Olivier, mais sans que le jeune Néerlandais ne réapparaisse. Andy Wolfe prend alors la tête de la classe, suivi de près par Henry Neal. Dans la catégorie Mini, Bullen-Brown a creusé l’écart avec Curley qui, à son tour, a laissé Bell derrière lui.

Alors que les arrêts sont en cours, Thomas poursuit sa course en dépassant Soper et Priaulx, mais les deux anciennes stars du WTCC reviennent à la charge au tour suivant, tandis que Whitaker Jr s’arrête et que Henry Neal cède sa place à Gordon Shedden. Désormais en tête, Greensall continue d’enchaîner les tours rapides pour devancer Brundle de 24 secondes, mais le « Brustang » est bientôt submergé par le train de Soper, Priaulx et Thomas, qui s’approche à grands pas, tout comme Brundle, et qui doit s’arrêter, Thomas étant remplacé par Calum Lockie.

A 18 minutes de la fin, Greensall vient remettre la Mustang bleu vif à John Spiers, mais Priaulx et Soper continuent pour un tour de plus, alors qu’ils remettent finalement leurs ‘stangs à Alex Taylor et Henry Mann, respectivement – mais finalement Mann décide de laisser Soper dans la voiture. Après tous les arrêts, Spiers mène au 12e tour, mais Whitaker Jr est à quatre secondes et se rapproche, tout comme Tordoff en troisième position, quatre ticks plus loin. Soper et Taylor étaient quatrième et cinquième, mais Lockie était en pleine charge, et le Falcon passait bientôt Taylor pour la cinquième place et se lançait à la poursuite de Mann. Craig Davies est septième après une course tranquille mais solide, suivi de Tom Sharp. Ben Tinkler dans la Cortina démarrée par Wolfe menait la classe THC – qui avec la disparition des Harts est redevenue la classe Cortina – tandis que Chris Hoy dans la ‘Brustang’ complétait le top 10. Parmi les Minis, Bullen-Brown est maintenant loin de Curley, Aaron Smith ayant rétrogradé Joe Ferguson dans la Mini partagée avec Tom Bell à la quatrième place de la catégorie.

Le changement de tête s’opère alors que Whitaker s’élance à l’avant, tandis que Spiers voit Tordoff le dépasser dans la Hangar Straight – et le Falcon Sprint roule quelques dixièmes plus vite que le leader. Puis, au 14e tour, le différentiel de Whitaker lâche de façon importante, ce qui facilite grandement le travail de Tordoff. Spiers reprend donc la deuxième place, Soper la troisième devant Lockie, Taylor, Davies et Sharp, alors que la voiture de sécurité sort en raison de la traînée d’huile que Whitaker a laissée derrière lui – surtout après qu’elle ait conduit Ian Curley à glisser dans sa Mini. Heureusement, la voiture légère est sortie sans encombre du bac à gravier, mais elle a manqué la Mustang de Whitaker de quelques centimètres.

A trois minutes de la fin, c’est ce qui s’est passé. Tordoff a remporté une nouvelle victoire dans les Masters Pre-66 Touring Car, avec Greensall/Spiers en deuxième et Soper en troisième. Les trois premiers ont été suivis par le Falcon Thomas/Lockie, la Mustang Priaulx/Taylor, et deux autres Mustangs avec Davies et Sharpe au volant. Andy Wolfe et Ben Tinkler semblaient avoir remporté la classe Cortina, mais leur voiture est tombée en panne en fin de course, laissant la victoire à la Cortina de Mike Gardiner/Phil Keen, huitième au classement général. En 13e position, Henry Neal et Gordon Shedden ont pris la deuxième place dans la classe, tandis que Shaun Balfe et Thomas Ashton ont pris la troisième place dans la classe et la 15e place au classement général. Phil Bullen-Brown a dominé la catégorie Mini en s’imposant face à Aaron Smith, tandis que Curley s’est assuré la troisième place de la catégorie.

Masters Racing Legends pour les voitures de F1 66/85 - Race 1
Tyrrell hérite de la victoire dans la première course des Masters Racing Legends à Silverstone, Cantillon étant disqualifié.

En passant de la quatrième à la première place en un seul tour après un redémarrage de la voiture de sécurité à la mi-course, l’Irlandais semblait avoir fait le nécessaire pour remporter la première course des Masters Racing Legends au Silverstone Festival, mais la disqualification de l’Irlandais après la course a permis à Ken Tyrrell de remporter la victoire. La Tyrrell 011 de Tyrrell était partie en tête depuis la pole position, suivie par Steve Hartley (McLaren MP4/1), tandis que Cantillon perdait initialement la troisième place au profit de la Tyrrell 012 de Martin Stretton. Cependant, un tour absolument brillant juste après la première période de voiture de sécurité a permis au pilote Williams FW07C de passer de la quatrième à la première place en l’espace d’un seul tour du circuit de Silverstone. Derrière l’Irlandais déchaîné, Tyrrell et Hartley complètent le podium.

Plus tard dans la journée, cependant, Cantillon a été exclu des résultats pour une infraction technique. Tyrrell remporte ainsi sa troisième victoire consécutive en Masters Racing Legends.

« Je suis très reconnaissant pour la voiture de sécurité, en fait », a déclaré un Cantillon jubilant avant d’être informé de son exclusion. « J’ai commis quelques erreurs dans la première moitié de la course, mais la voiture de sécurité m’a permis de prendre de l’avance sur les autres pilotes. Je suis descendu à l’intérieur de Steve, et Dieu le bénisse, il ne m’a pas percuté, et c’est la même chose pour Ken, donc une conduite fantastique de la part de mes concurrents et une merveilleuse victoire. C’était pour mon père.

« C’était fantastique », a déclaré Tyrrell en montant sur le podium. « Presque parfait, mais je prendrai une deuxième place. S’il y a un concurrent ici dont j’aimerais terminer deuxième, c’est bien Mike.

« Je n’ai pas eu de bons résultats récemment, donc la troisième place est une bonne chose », a déclaré Hartley avant d’être promu à la deuxième place. « Voyons ce que nous pouvons faire demain… »

La course s’est terminée derrière une autre voiture de sécurité, mais pas après que Nick Padmore ait répliqué à Matt Wrigley, dont la Penske PC3 avait battu la Lotus 77 de Padmore lors des qualifications. Padmore remporte ainsi la victoire dans la classe pré-78 devant Wrigley, tandis que Max Werner (Hesketh 308C) prend la troisième place de la classe tout en terminant 11e au classement général.

Quatrième au classement général, devenu troisième après la disqualification de Cantillon, Stretton a remporté les honneurs de la classe post-82, avec Michael Lyons deuxième de la classe, sa Lotus 91 terminant septième au classement général derrière la Tyrrell 011 de Jamie Constable. Ian Simmonds (Tyrrell 012) s’est emparé de la troisième place dans sa catégorie et de la 13e au classement général. Ewen Sergison (Surtees TS9B) a remporté la classe pré-72 en seizième position au classement général.

Les pluies diluviennes du matin ont laissé une partie de la piste de Silverstone légèrement humide lorsque les voitures Masters Racing Legends se sont alignées pour leur première course de 20 minutes du week-end. Avec Ken Tyrrell en pole position après ses deux victoires consécutives lors de la manche précédente à Zandvoort, le peloton de 27 voitures s’est engouffré dans Abbey pour la première fois. La Tyrrell 011 de Tyrrell a pris la tête, suivie par la McLaren MP4/1 de Steve Hartley, la Williams FW07C de Mike Cantillon, Martin Stretton dans la Tyrrell 012 et les deux autres Tyrrell 011 de Jamie Constable et Kyle Tilley. En tête de la classe pré-78, la Penske PC3 de Matt Wrigley est poursuivie par son rival Nick Padmore dans la Lotus 77, alors que le soleil commence à percer les nuages.

Mais dès le premier tour, la Tyrrell de Tilley disparaît, tout comme la McLaren MP4/1B de Mark Higson et Miles Griffiths dans la RAM March 01, le moteur de cette dernière ayant rendu l’âme. Entre-temps, dans le deuxième tour, Stretton a réussi à dépasser Cantillon pour prendre la troisième place, tandis que Werner d’Ansembourg a été une autre victime, sa Williams FW07C abandonnant la dixième place à la Boucle, avec Warren Briggs également dans les guerres dans la McLaren M29, après un possible contretemps avec le jeune Belge – ce qui a conduit à la sortie de la voiture de sécurité. Derrière Wrigley et Padmore, Michael Lyons s’est hissé à la huitième place sur la Lotus 91, suivi de la Williams FW07B de Mark Hazell et de Charlie Kennedy qui s’est hissé à la troisième place dans la classe pré-78 sur sa Surtees TS16. En 18ème position, Ewen Sergison a mené la classe pré-72 dans son Surtees TS9B.

La récupération des deux voitures a pris du temps et le drapeau vert a été agité à moins de huit minutes de la fin de la course. Cantillon a immédiatement répliqué à Stretton pour reprendre la troisième place, puis s’est emparé de la deuxième place en usurpant la place de Hartley. Vers la fin du 6e tour, Cantillon fait alors une manœuvre audacieuse pour prendre la tête, qu’il réussit. Le tour de l’Irlandais a été brillant. Derrière eux, Padmore avait le mors entre les dents pour dépasser Wrigley et prendre la tête du pré-78, tandis que Lyons rétrogradait Constable à la huitième place.

À cinq minutes de la fin de la course, Cantillon réalise deux tours rapides pour reprendre 1,4 seconde à Tyrrell, avec Hartley et Stretton toujours à proximité, mais la voiture de sécurité sort à nouveau. Cette fois, Kennedy est en difficulté, tandis que la Tyrrell 011 rejointe par Kyle Tilley s’arrête dans la ligne droite de départ et d’arrivée. Cantillon remporte une brillante victoire devant Tyrrell, Hartley et Stretton, tandis que Padmore bat Wrigley pour la victoire dans la catégorie pré-78. Constable était le suivant, devant Lyons qui a pris la deuxième place à Stretton dans la classe post-82. La Brabham BT49 de Hazell et Christophe d’Ansembourg complète le top 10, tandis que la Hesketh 308C de Max Werner prend la troisième place dans la catégorie pré-78 (12e). La Tyrrell 012 de Ian Simmonds complète le top 3 post-82 (14e). Sergison a remporté la victoire dans la catégorie pré-72 en 17e position au classement général.

Cependant, plus tard dans la journée, Cantillon n’a rien pu faire lorsque les commissaires ont exclu sa Williams FW07C des résultats pour une infraction au niveau de l’aile arrière. Tyrrell remporte ainsi sa troisième victoire consécutive en Masters Racing Legends, tandis que tous les autres concurrents gagnent une place au classement.

Masters Racing Legends pour les F1 66/85 - Course 2
Le pari de Lyons s’avère payant : les Masters Racing Legends s’imposent à Silverstone.

Michael Lyons était le seul pilote à oser partir en pneus slicks, mais son pari s’est avéré payant puisque le pilote de la Lotus 91 a dansé au loin sur un circuit de Silverstone humide pour remporter la victoire lors de la deuxième course des Masters Racing Legends du week-end du Silverstone Festival. Derrière Lyons, les positions changent à chaque tour dans une course extrêmement passionnante et divertissante, Martin Stretton s’imposant finalement comme le meilleur des poursuivants de Lyons. Lyons et Stretton ont également remporté les deux premières places dans la catégorie post-82.

« J’avais le sourire dans le premier tour, mais quand il a commencé à pleuvoir dans le tour suivant, j’avais vraiment le sourire », a déclaré Lyons, ravi. « J’ai travaillé dur au début, j’ai mis du temps à chausser les pneus parce que c’était mouillé ici, mais c’était tellement mieux là-bas. Je savais que ça allait venir à moi et je regardais les nuages quand j’étais de ce côté, et je me disais ‘Reste encore un peu à l’écart, encore un peu…’, mais ça a été. »

« Nous avons pris le mauvais pari, mais je suis heureux de cette deuxième place », a déclaré Stretton. « Nous avons eu quelques moments d’incertitude, mais nous sommes heureux d’avoir terminé, et c’est formidable d’être de retour dans la voiture – elle vient d’être reconstruite.

Depuis la neuvième place sur la grille, Ken Tyrrell (Tyrrell 011) a ajouté un podium à sa victoire dans la course 1, l’Américain se battant pour la troisième place devant Steve Hartley dont la McLaren MP4/1 a survécu à un gros tête-à-queue à Stowe pour se classer quatrième, à la lutte avec Jamie Constable dans l’autre Tyrrell 011, et Mike Cantillon (Williams FW07C) qui a conclu une course absolument époustouflante depuis le fond de la grille.

« Il a toujours été en colère », a déclaré Tyrrell. « Mais je peux vous dire que je suis ravi de monter sur ce podium avec ces deux-là, ce sont des compétiteurs fantastiques. C’était très amusant.

En se battant aux avant-postes, Nick Padmore (Lotus 77) a tout de même sauvé la victoire dans la catégorie pré-78 en septième position au classement général, alors que son principal rival Matt Wrigley a chuté encore plus bas pour terminer à une lointaine dixième place, tandis que Max Werner (Hesketh 308C) a obtenu une nouvelle troisième place dans la catégorie en treizième position au classement général. Le RAM March 01 de Miles Griffiths, quant à lui, a pris la troisième place dans la classe post-82, tandis qu’Ewen Sergison a réalisé le doublé dans la classe pré-72 avec son Surtees TS9B.

Il avait plu par intermittence tout au long de la matinée et la piste était encore humide lorsque les Masters Racing Legends sont entrés en piste pour leur deuxième course du week-end du Silverstone Festival. Avec la Brabham BT49 de Christophe d’Ansembourg en pole sur la grille inversée pour les neuf premiers, et la Williams FW07B de Mark Hazell assise à côté, le peloton s’élance vers Abbey, comme Michael Lyons (Lotus 91), Jamie Constable (Tyrrell 011), Matt Wrigley (Penske PC3), Nick Padmore (Lotus 77), Martin Stretton (Tyrrell 012), Steve Hartley (McLaren MP4/1) et le vainqueur du samedi, Ken Tyrrell (Tyrrell 011). La Williams FW07C de Mike Cantillon se trouvait juste derrière, après que l’Irlandais ait perdu sa victoire dans la première course. A l’avant comme à l’arrière, tout le monde est en pneus pluie, mais Lyons est le seul à miser sur les slicks.

Dans la ligne droite de Wellington, l’ordre a rapidement changé, Lyons prenant la tête à Woodcote, avec D’Ansembourg en deuxième position, Stretton en troisième et Wrigley en quatrième. La ligne droite du Hangar était encore humide, mais Lyons a réussi à traverser Stowe sans encombre. Mais Constable commence à pousser, et dépasse plusieurs voitures pour prendre la tête au deuxième tour, mais la Tyrrell part en tête-à-queue dans le Loop ! Lyons reprend donc la tête avec son coéquipier Padmore qui le suit désormais. Wrigley est troisième mais il est bousculé par Hartley, et Constable se hisse à la cinquième place après avoir dépassé Stretton.

Padmore est déjà à la recherche de zones humides, Lyons continuant à mener la danse, Padmore glissant déjà derrière lui dans les virages plus lents et plus secs. Hartley, quant à lui, est remonté en troisième position et c’est au tour de Wrigley de dégringoler dans l’ordre, Constable revenant à la charge, tout comme Stretton. Avec 11 secondes de retard, Tyrrell est septième devant Cantillon qui a secrètement fait une course d’orage dans le peloton, avec Max Werner dans la Hesketh 308C de nouveau troisième dans la classe, avec Kyle Tilley en dixième position.

Au 4e tour, Charlie Kennedy perd une roue de sa Surtees TS16, mais il la gare dans un endroit sûr, ce qui permet d’éviter la voiture de sécurité. En tête, Lyons a porté son avance à sept secondes sur Padmore, mais Hartley est à l’affût et dépasse la Lotus pour la deuxième place. Constable et Stretton ont poursuivi leur route en quatrième et cinquième positions, tous deux toujours en contact avec Hartley et Padmore. Quatre secondes plus tard, Tyrrell a pris la sixième place à Wrigley, alors que Cantillon pousse la Penske pour la dépasser.

Alors que Lyons continuait à s’échapper tout en réalisant les meilleurs tours, Hartley subissait la pression de Stretton dans la dernière voiture à s’animer, tandis que Padmore commençait à reculer, perdant également des places au profit de Constable et Tyrrell, ce dernier s’étant rapproché du groupe qui poursuivait le leader. Mais Hartley est parti à Stowe et a cédé plusieurs positions à Constable et Tyrrell, les deux 011 s’échangeant les places lorsque l’Américain a réussi une courageuse manœuvre extérieure sur l’autre Tyrrell.

Hartley a rétrogradé à la sixième place et Cantillon est maintenant à ses trousses, tandis qu’à l’arrière, Paul Grant a été contraint d’abandonner sa March 761 à cause d’une jante cassée. Lyons, quant à lui, n’est pas perturbé en tête, car le leader de la classe post-82 a maintenant l’autre voiture rapide post-82 comme rival le plus proche, à 15 secondes. Derrière Stretton et Tyrrell, Constable se retrouve dans le no man’s land, alors que Hartley dépasse Padmore qui, au 7ème tour, est également contraint de voir Cantillon le dépasser.

Wrigley, le rival de Padmore dans sa catégorie, est maintenant loin derrière, à 51 secondes, mais toujours en huitième position et avec cinq secondes d’avance sur le père et le fils Christophe et Werner d’Ansembourg dans leurs Brabham BT49 et Williams FW07C, le jeune Werner d’A comme Cantillon a réalisé un coup d’éclat en venant de l’avant-dernière ligne de la grille de départ pour dépasser son père au 8ème tour. Derrière eux, Miles Griffiths s’est classé troisième dans la classe post-82 dans le RAM March 01.

Alors que les dernières secondes s’égrènent, le pari de Lyons est pleinement réussi, la Lotus 91 remportant une victoire dominante. Stretton a terminé deuxième, à la fois au classement général et dans la catégorie post-82, et Tyrrell est monté pour la deuxième fois sur le podium ce week-end. Hartley a pris la quatrième place devant Constable et Cantillon, qui a terminé son parcours en trombe à la cinquième place. Padmore a remporté sa deuxième victoire dans la classe pré-78 en septième position devant les D’Ansembourg – Junior devant Senior – avec Wrigley complétant le top 10 tout en prenant une nouvelle deuxième place dans la classe pré-78. Griffiths et Max Werner, respectivement 11e et 13e, ont décroché leur troisième place dans les catégories post-82 et pré-78. Le vainqueur de la classe pré-72, Ewen Sergison (Surtees TS9B), a terminé 20e au classement général.

Masters Sports Car Legends
Pearson/Brundle remportent la célèbre victoire de la Ferrari dans la course Masters Sports Car Legends à Silverstone

Gary Pearson et Alex Brundle ont ramené la Ferrari 512M au sommet des courses historiques de voitures de sport, Brundle ayant résisté à la Lola T70 Mk3B d’Olly Bryant pour remporter une célèbre victoire dans le Yokohama Trophy for Masters Sports Car Legends à Silvestone. Dans une dernière course très excitante du Silverstone Festival, les dix premières voitures se sont battues pour les premières places, la Lola T296 de James Claridge/Gonçalo Gomes, en pole position, terminant finalement troisième devant la Lola T292 de Diogo Ferrão/Martin Stretton et la Taydec Mk3 de Tim De Silva.

« C’était génial », a déclaré Brundle. « Cette Ferrari 512 est une machine incroyable. Je n’arrêtais pas de regarder dans le rétroviseur et de voir une voiture en forme d’Olly Bryant, et je souhaitais qu’il me laisse tranquille ! Mais nous avons fait une course fantastique et c’est un privilège de pouvoir piloter une telle voiture.

« Ah, j’ai adoré », a déclaré Pearson. « Honnêtement, après les arrêts, j’ai pu regarder la course à la télévision, et ces voitures sont les plus cool, et je pense que si nous avons un bon groupe de ces grosses voitures en course, il n’y a rien de tel. C’est la meilleure course historique au monde ».

« C’était génial, c’était fantastique », a déclaré Bryant. « C’était très amusant depuis le début, je me suis battu avec Gary et à la fin avec Alex, et ce n’est même pas qu’une Chevrolet n’a pas assez de puissance pour rester devant… mais c’était fantastique de piloter cette Ferrari, et c’est super de la voir sortir. Cela a été un gros effort pour amener la voiture ici, car nous n’avons reçu le nouveau moteur que mercredi – alors merci à Masters pour cette inscription de dernière minute.

« Quand vous avez une grille de ces voitures, avec une telle variété, elles sont fantastiques », a déclaré Claridge.

La deuxième Ferrari 512M du peloton, partagée par le père et le fils néerlandais David & Olivier Hart, était également dans le coup, mais Hart Sr a perdu son avance initiale tandis que Hart Jr a été pénalisé pour une infraction à la voiture de sécurité, ce qui a entraîné une pénalité de 10 secondes pour le stop-and-go. Cela a permis à la Lola T70 Mk3B de Chris Beighton/Simon Hadfield de terminer également devant le duo néerlandais. Initialement, Martin O’Connell était également bien placé, mais la T70 prise en charge par Steve Brooks aux arrêts a abandonné dans le dernier tour, passant de la sixième à la dixième place.

John Spiers et Nigel Greensall ont mené une McLaren M1B 1-2-3 dans la classe Hulme, Andrew Haddon perdant la deuxième place au profit de Richard McAlpine dans le dernier tour. Dans la classe Bonnier, Dominik et Simon Jackson ont vaincu l’omniprésente Chevron B8 en conduisant leur Lenham P70 à une victoire de classe unique devant Stephen Nuttall et Charles Allison/Peter Thompson.

En lever de rideau d’un brillant samedi du festival de Silverstone, quelque 30 voitures Masters Sports Car Legends se sont élancées sur la grille de départ pour une course de 50 minutes. Au premier virage de la course, deux Ferrari étaient en tête, Pearson de David Hart, mais le Néerlandais a rapidement pris l’avantage, Diogo Ferrão se hissant à la troisième place sur la Lola T292, le pilote portugais dépassant James Claridge sur la T296. Olly Bryant, au volant de la première Lola T70 Mk3B, s’est hissé à la quatrième place avant la fin du premier tour, suivi par Martin O’Connell au volant d’une autre T70. Au deuxième tour, Henry Fletcher s’est hissé à la septième place dans la Chevron B26, devant Tim De Silva dans la Taydec Mk3.

En tête, Hart prend 1,4 seconde d’avance sur Pearson, tandis que les T70 de Bryant et O’Connell se hissent aux troisième et quatrième places, rétrogradant Ferrão, qui doit désormais composer avec Fletcher. Dans la classe Bonnier, Stephen Nuttall a mené la bataille de la Chevron B8 devant Julian Thomas et Christian Pittard, tandis que dans la classe Hulme, John Spiers et Andrew Haddon dans leur McLaren M1B ont devancé Billy Bellinger dans la Cooper Monaco King Cobra.

Alors que Hart Sr réalise le meilleur tour de la course, Pearson subit la pression d’O’Connell qui a détrôné Bryant en tant que meilleur pilote de la T70. Derrière eux, dans le quatrième tour, Ferrão, Fletcher et De Silva ont fait en sorte que les sept premiers se tiennent en moins de neuf secondes ! Claridge était dans le no man’s land à la huitième place, Chris Beighton le talonnant dans le troisième T70, avec Jason Wright à six secondes dans un autre T70.

Au 6e tour, cependant, tout a changé, lorsque David Hart a fait un tête-à-queue sur sa Ferrari 512M et a cédé la tête à Pearson, qui était toujours sous la pression massive de O’Connell, Bryant et Ferrão, dans une lutte palpitante qui mettait maintenant la tête en jeu. Derrière Fletcher et De Silva, Hart reprend la septième place, avant qu’au septième tour, Pearson ne succombe à la pression à la fin de la ligne droite de Wellington, alors qu’O’Connell et Bryant devancent la Ferrari jaune.

Dans la classe Bonnier, Thomas a dépassé Nuttall pour prendre la tête tandis qu’ils se battaient avec Greensall, le leader de la classe Hulme, dans la McLaren. Haddon, quant à lui, a dû travailler dur pour défendre sa deuxième place de classe face à l’attention soutenue de Bellinger. La troisième place dans la classe Bonnier a été prise par Simon Jackson dans la Lenham P70, car la Chevron B8 de Christian Pittard/Darren Burke a connu une défaillance au 6e tour et a dû être récupérée.

En conséquence, au 8e tour, la voiture de sécurité coïncide avec l’ouverture de la fenêtre des stands – et au 9e tour, tout le peloton entre d’un seul coup dans les stands ! La « course » dans les stands a été remportée par la Chevron B8 de Thomas/Lockie (bien que l’on ait eu le sentiment que quelque chose n’allait pas) et Olly Bryant, Steve Brooks étant le suivant dans la Lola démarrée par O’Connell, Fletcher et De Silva étant les deux autres à avoir gagné des places. Alex Brundle dans la Ferrari Pearsons était quatrième, avec un couple de pilotes préparateurs juste derrière lui – Martin Stretton dans la T292 de Ferrão, et Simon Hadfield dans la T70 de Beighton.

Au redémarrage, la petite Chevron est rapidement usurpée par Bryant qui prend la tête, suivi par les Ferrari de Brundle et d’Olivier Hart. De Silva prend la quatrième place à Brooks, suivi par Stretton, Fletcher et Hadfield, tandis que Gonçalo Gomes est également en train de monter en puissance sur la T296. Le temps passé par Bryant en tête s’avère toutefois de courte durée, Brundle le dépassant au 14e tour, tandis que Hart Jr continue de harceler Bryant pour la deuxième place. Malheureusement, le jeune Néerlandais a écopé d’un stop-and-go de dix secondes pour un faux départ au restart, ce qui a permis à la Ferrari 512M rouge de s’imposer et à De Silva, sur la Taydec, de se hisser à la troisième place.

Il reste dix minutes à jouer, et tout est encore possible. Brundle devance Bryant de 2,4 secondes, tandis que six secondes plus loin, De Silva fait tout pour garder l’avantage sur Stretton, mais l’Américain doit céder au 17e tour, alors que Gomes se rapproche rapidement des deux, la Lola T296 dépassant la Taydec au tour suivant. Quelques instants plus tard, Fletcher dépasse Brooks pour la sixième place, tandis que Hadfield cherche également à s’emparer de la position de Brooks. Avec sept points de retard sur Hadfield, la T70 de Stephan Joebstl/Andy Willis s’est également rapprochée du peloton.

John Spiers continue de dominer la classe Hulme en dixième position au classement général, Haddon est très loin de la deuxième position en 19ème position au classement général, tandis que Richard McAlpine fait un 1-2-3 McLaren alors que la Cooper Monaco King Cobra de Keith Ahlers/Billy Bellinger est contrainte de jeter l’éponge au 17ème tour. Dans la classe Bonnier, la Lenham P70 de Simon Jackson a volé la tête à la Chevron B8 de Stephen Nuttall, car la B8 de Thomas/Lockie a été pénalisée d’un tour complet pour être passée trop tôt au stand de ravitaillement dans des conditions de sécurité.

Dans les dernières minutes, Brundle a tenu bon pour gagner avec 2,9 secondes d’avance sur Bryant, la Lola T296 de James Claridge/Gonçalo Gomes se hissant à la troisième place devant la T292 de Ferrão/Stretton. Ils sont suivis par De Silva, Fletcher, la T70 de Beighton/Hadfield, la Ferrari 512M de David & Olivier Hart et la T70 de Joebstl/Willis, alors que la T70 de O’Connell/Brooks abandonne dans le dernier tour mais reste classée dixième. En 11e position au classement général, Spiers et Greensall ont mené deux autres McLaren M1B, mais c’est McAlpine au lieu de Haddon qui a pris la deuxième place de la catégorie, Haddon ayant encore abandonné dans le dernier tour. La Lenham P70 de Dominik & Simon Jackson a brisé l’emprise de la Chevron B8 sur la classe Bonnier en battant Nuttall et le combo Charles Allison/Peter Thompson pour la victoire.