Silverstone, UK

THE CLASSIC SILVERSTONE
30 Juillet – 1 Août 2021

Le sport automobile historique est à l’honneur dans la brillante édition du 30e anniversaire de The Classic at Silverstone !

Malgré des conditions légèrement humides, le sport automobile historique s’est imposé lors d’une glorieuse 30e édition de The Classic, avec la participation de Masters Historic Racing à pas moins de neuf courses passionnantes au programme. Michael Lyons a remporté deux fois la Formule 1 historique Masters, tandis qu’Alex Brundle, Julian Thomas et Calum Lockie, Craig Davies, Rob Wheldon, François Perrodo, Bill Sollis et Nathan Heathcote ont tous brandi le trophée géant de Silverstone en tant que vainqueurs d’une course Masters sur les podiums.

RAPPORTS DE COURSE

Masters Endurance Legends - Course 1
Wheldon, qui a battu tous les records, remporte la première course des Masters Endurance Legends à Silverstone.

Rob Wheldon a surmonté une pénalité de temps pour un arrêt au stand pour s’imposer dans la première course des Masters Endurance Legends à Silverstone, sa Lola-Mazda B12/60 réalisant le tour le plus rapide jamais enregistré sur le circuit Classic lors de sa poursuite de la Peugeot 908 de François Perrodo. Le temps de 1.45.277 réalisé par Wheldon au volant de la Lola de Steve Tandy fait partie d’une série de tours rapides qui lui ont permis de franchir le dernier obstacle du puissant prototype à moteur diesel du Français. Pendant ce temps, Jamie Constable s’est battu pour obtenir la troisième place dans la Pescarolo-Judd 01 devant Shaun Lynn dans une autre Peugeot 908.

« J’ai passé un très bon moment », a déclaré Wheldon, ravi. « Merci à Steve Tandy pour l’opportunité qu’il m’a offerte et aux efforts considérables de Pete Chambers et des autres joueurs. Cela a été une sacrée expérience, et repartir avec un trophée pour les récompenser de ce qu’ils ont fait, c’est tout simplement phénoménal. Je me suis régalé à chaque tour de piste ».

« Il était beaucoup trop rapide pour moi », a déclaré un Perrodo magnanime. « J’ai vraiment apprécié, c’est un grand événement. C’était ma première course au volant de la Peugeot, donc je découvre encore la voiture, et je peux dire que c’est le seul diesel qui vaut la peine d’être conduit !

« Je suis simplement heureux que nous ayons réussi à terminer », a déclaré l’agent. « La voiture est à l’atelier depuis six mois, c’est la première fois qu’elle sort, alors je suis vraiment très heureux.

Le Polonais Emmanuel Collard a pris la tête au volant de sa Porsche RS Spyder avant de voir Wheldon le dépasser et de se battre avec Perrodo pour la deuxième place, mais sa pénalité de temps pour pilote d’élite à l’arrêt l’a fait rétrograder à la cinquième place. Le Français s’impose toujours dans la catégorie P2, terminant loin devant les BR01 de Max Lynn et de Jason McInulty/Chris Perkins.

En GT, Marcus Jewell et Ben Clucas se sont imposés au volant de leur Porsche 996 GT3 RSR, mais la Mosler MT900R de Michael McInerney/Aaron Scott s’est battue jusqu’au bout. En troisième position, Olly Bryant est sorti de l’arrière au volant de sa Trans-Am Roush Mustang GT-S1 pour être le plus rapide des pilotes GT1.

Dans la première course véritablement sèche de la journée, le peloton de 30 voitures s’est élancé en file indienne derrière la voiture de sécurité, les pilotes ne connaissant pas encore l’adhérence offerte par une piste sèche après des qualifications très humides. La Porsche RS Spyder d’Emmanuel Collard, en pole position, n’a pas réussi à prendre la tête du peloton, tandis que la Gibson 015S de James Littlejohn est restée en arrière dans la zone de montage. Vers le drapeau vert, cependant, Collard se dépêche de prendre sa position en tête du peloton.

Après deux tours derrière la voiture de sécurité, Collard prend la tête devant Wheldon, Wrigley et Cottingham, avec les deux Peugeot de Shaun Lynn et Perrodo derrière. Brise est sixième devant Max Lynn sur la BR01 et Kriton Lendoudis sur la troisième Peugeot, comme Constable sur la Pescarolo 01. En 17e position au classement général, la Porsche de Marcus Jewell mène les GT devant Michael McInerney au volant de la première Mosler.

Dans le deuxième tour, Wheldon a repéré la Porsche de tête et a dépassé Abbey pour placer la Lola-Mazda en tête, avec Wrigley dans l’ex-Doran Lista Dallara qui regarde maintenant Collard pour la deuxième place. Derrière le trio de tête, Perrodo a éliminé Lynn (S.) et Cottingham pour se hisser à la quatrième place, tandis que Constable s’est occupé de Lendoudis pour prendre la neuvième place avant de soulager Lynn (M.) de la P8.

En signant le nouveau meilleur tour de la course, Wheldon a creusé un écart de 3 secondes sur Collard, qui maintenait Wrigley Jr à distance, mais Perrodo se rapprochait des deux avec le meilleur tour au 5ème tour. Après les dix premières minutes de course, le Français a fait passer sa Peugeot au moteur diesel devant la Dallara plus ancienne de Wrigley. L’ascension de Constable, quant à elle, se poursuit, la Pescarolo se hissant à la septième place au détriment de David Brise sur la Lola B09/80.

En P2, Collard est évidemment en tête, avec la BR01 de Max Lynn en deuxième et David Brise en troisième, tandis qu’en GT, McInerney a devancé Jewell pour prendre la tête de la catégorie, avec Tom Jackson sur la Porsche Grand-Am qui a tenu brièvement la troisième place, mais Olly Bryant sur la Roush Mustang a ensuite devancé Jackson.

Au huitième tour, Perrodo a tenté de dépasser Collard dans Stowe, mais il a dû s’en sortir par une glissade spectaculaire, et il a dû recommencer. Les deux Français sont cependant distancés de dix secondes par Wheldon. Au tour suivant, Perrodo réussit son coup et se retrouve directement en tête alors que Wheldon est le premier à s’arrêter, tout comme McInerney et Jackson, qui cèdent respectivement leur place à Aaron Scott et John Cockerton. Rapidement, la pitlane est occupée par Perrodo, Collard, Wrigley, Max Lynn et Lendoudis qui les rejoignent.

Collard et Wheldon étant des pilotes d’élite contraints à un arrêt plus long, la Porsche RS Spyder et la Lola-Mazda ont laissé la Peugeot de Perrodo mener la danse, alors que Shaun Lynn, qui s’est arrêté tardivement, a également effectué son arrêt obligatoire.

Perrodo mène désormais Wheldon de dix secondes, mais la Lola est en pleine forme – son tour de 1.45.933 est le plus rapide jamais enregistré au Classic. Constable s’est hissé à la troisième place, devançant Lynn Sr de 14 secondes et Collard de 18 ticks supplémentaires, Max Lynn étant sixième en tant que deuxième des coureurs P2, Keith Frieser dans la Zytek 09S s’étant hissé à la septième place, le Canadien étant poursuivi par Lendoudis et Wrigley.

A cinq minutes de la fin, Wheldon a encore abaissé sa marque pour réduire l’écart avec Perrodo à six secondes, tandis qu’en GT, Ben Clucas dans la Porsche démarrée par Jewell menait devant Aaron Scott dans la première des Mosler, avec Bryant en troisième et Olivier Tancogne dans la Saleen S7R en quatrième.

Wheldon n’est pas arrêté, cependant, il améliore son meilleur tour en 1.45.227 et a maintenant la Peugeot bien en vue – et de façon très inhabituelle, il entre dans Becketts. Perrodo a momentanément riposté dans la Hangar Straight, mais Wheldon a réussi à s’extraire une nouvelle fois du Club, après quoi il a disparu.

Après 21 tours, Wheldon a remporté la victoire malgré sa pénalité pour arrêt au stand professionnel et a devancé Perrodo, Constable, Lynn Sr et Collard, le vainqueur de la classe P2. Lendoudis et Frieser étaient les suivants, avec Lynn Jr et la deuxième BR01 de Jason McInulty et Chris Perkins en deuxième et troisième position dans la classe P2, alors que Lukas Halusa a pris une surprenante dixième place au classement général dans la Porsche 962 invitative. En GT, Clucas a défendu son avance sur Scott et Bryant tandis que Xavier Tancogne sur la Ferrari 458 GTE a devancé la Saleen d’Olivier Tancogne pour la quatrième place.

Masters Endurance Legends - Course 2
Perrodo s’impose dans la deuxième course des Masters Endurance Legends au Classic

François Perrodo a amélioré sa deuxième place dans la première course en faisant mieux dans la deuxième course des Masters Endurance Legends à Silverstone. Le Français a dépassé la Peugeot 908 similaire de Shaun Lynn pour réaliser un doublé avec un moteur diesel. En troisième position, Jamie Constable a réalisé une formidable remontée après que sa Pescarolo-Judd 01 soit restée bloquée sur la grille de départ et ait été contrainte de repartir de la pitlane.

« Je pensais que j’allais me contenter de la deuxième place parce que Shaun était si rapide que je ne le voyais plus », a déclaré Perrodo. « Et dans le deuxième relais, j’ai réussi à me battre et à obtenir la première place, donc je suis vraiment content !

« Non, j’ai 58 ans, je commence à être un peu vieux, et je dormais un peu dans le deuxième relais… », a déclaré Lynn à propos de son ralentissement dans la deuxième partie de la course. « La voiture était fantastique !

Constable a tenu de justesse Emmanuel Collard dans la Porsche RS Spyder gagnante de la classe P2, la star française – volontairement handicapée par une pénalité de temps pour un arrêt au stand de pilote professionnel – enchaînant les tours les plus rapides de la course pour arriver à 0,157 de Constable à l’arrivée. Le pilote grec de la Peugeot 90X, Kriton Lendoudis, a pris la cinquième place, tandis que Max Lynn sur la BR Engineering-Nissan BR01 a pris la sixième et la deuxième place dans la classe P2, devant James Littlejohn sur la Gibson 015S.

« Je n’étais pas sûr [where Collard was], mais j’allais de toute façon rouler à fond pendant toute la course et voir où je finirais », a déclaré Constable. « J’ai gardé le pied sur l’accélérateur et nous voilà troisièmes !

Sur une piste sèche, Steve Tandy reprend la Lola-Mazda B12/60 qu’il avait confiée à Rob Wheldon la veille – et avec succès, puisque Wheldon gagne, offrant à Tandy la pole position pour la deuxième course. Depuis la troisième place sur la grille, Constable ne parvient pas à quitter la fausse grille, Collard restant bloqué derrière lui. Après avoir fait marche arrière, le Français a réussi à dépasser le Pescarolo pour reprendre sa place dans l’ordre.

Dans un premier temps, Tandy a pris l’avantage sur Perrodo, mais la Peugeot a été dépassée avant Brooklands. Rapidement, Lynn passe en deuxième position pour faire un 1-2 diesel, suivi par Collard au tour suivant. Tandy ayant reculé, Lendoudis, au volant de la troisième Peugeot, s’est hissé à la quatrième place au troisième tour, distançant désormais Perrodo de 16 secondes. Au 4e tour, Lynn prend l’avantage dans la section Village and Loop pour prendre la tête, tandis que Matt Wrigley est contraint de s’arrêter sur la Dallara-ORECA DO-05 de Christophe d’Ansembourg, ex-Didier Theys/Mauro Baldi.

Derrière les cinq voitures de tête, Frieser se maintient en sixième position sur sa nouvelle Zytek 09S, devant la BR01 de Max Lynn et David Brise sur la Lola-Judd B09/80, ces deux-là en deuxième et troisième position dans la classe P2, à la lutte avec la Gibson 015S de James Littlejohn et la Pescarolo de Jamie Constable, en pleine résurrection. Parmi les GT, Olivier Tancogne au volant de la Saleen S7R aux couleurs du Vitaphone a devancé Michael McInerney au volant de la Mosler MT900R, tandis que la Porsche 997 GT3 RSR Grand-Am de Tom Jackson a pris la troisième place.

En tête, Lynn Sr a pris 2 secondes d’avance sur Perrodo, avec Collard à 4 ticks de plus derrière son ami et compatriote, alors que Lendoudis et Tandy continuaient à se disputer la quatrième place, tous deux à 22 secondes. Pendant ce temps, Brise a émergé en sixième position devant Frieser, Littlejohn et Lynn (M.), le Canadien dans la Zytek se battant avec les trois voitures P2, mais au 8e tour, Frieser a quitté le peloton pour abandonner avec des problèmes de boîte de vitesses – et quelques instants plus tard, Tandy a été vu en train de reculer par rapport à Lendoudis pour rentrer en boitant aux stands avec un problème de moteur.

D’autres arrêts au stand ont suivi, y compris celui de Tancogne dans la Saleen de tête en GT, mais Lynn a gardé le contrôle de la situation, menant maintenant avec six secondes d’avance sur Perrodo, avec Collard à six secondes de plus. Au 11e tour, Perrodo est entré, puis Collard et Lendoudis, et enfin, à la dernière occasion, au 13e tour, le leader est finalement entré dans les stands pour son arrêt obligatoire.

Tous les arrêts terminés, Lynn devance toujours Perrodo, avec une marge accrue, tandis que la remontée de Constable porte ses fruits après un arrêt précoce qui lui permet de prendre la troisième place. Lendoudis est quatrième devant Collard, désormais cinquième en raison de son arrêt prolongé en tant que pilote d’élite. Max Lynn et David Brise sont sixième et septième au classement général, ainsi que deuxième et troisième dans la catégorie P2.

En GT, Tancogne est toujours en tête, avec la Ligier-Nissan JSP3-15 de Craig Davies/Ron Maydon entre la Saleen du Français et la Mosler MT900R de Michael McInerney, occupée par Aaron Scott, lui-même poursuivi par la Ferrari 458 GT3 de Colin Sowter. Cependant, Ben Clucas, au volant de la Porsche 996 GT3 RSR de Marcus Jewell, désormais quatrième de la classe, les rattrape tous.

A dix minutes de l’arrivée, Perrodo commence à réduire l’écart avec Lynn, car le leader de la course ne tourne plus à son niveau habituel, et au 17ème tour, à l’entrée de Brooklands, le Français dépasse son compatriote Peugeot en boitant légèrement. Constable, au volant de la Pescarolo, avait bien réussi à remonter en troisième position, mais il avait 40 secondes de retard sur les leaders, tout en conservant 15 secondes d’avance sur Collard, qui avait entre-temps usurpé la quatrième place à Lendoudis. Plus loin derrière, James Cottingham remontait le peloton dans la Dallara SP1 de Max Girardo, et était maintenant en huitième position, mais à distance de Littlejohn en septième et de Max Lynn en sixième. David Brise est resté neuvième, tandis que Mark Higson, au volant de la ORECA-Nissan 03, est entré pour la première fois dans le top 10.

Tancogne continue de mener les GT de loin, devançant Clucas, deuxième, et Sowter, troisième, Scott ayant rétrogradé à la quatrième place.

Au fur et à mesure que les dernières minutes s’écoulaient, Perrodo a augmenté son avance sur Lynn pour gagner avec 9 secondes d’avance. Constable s’accroche de justesse à la troisième place, malgré les tours rapides de Collard vers la fin de la course. Lendoudis est cinquième, tandis que Max Lynn sur la BR01 prend la deuxième place en P2, devant la Dallara P1 de Girardo/Cottingham, tandis que Brise et Littlejohn se disputent âprement la troisième place en P2, cette dernière l’emportant finalement.

Trophée Murray Walker Memorial - Course 1
Lyons remporte la première course du Murray Walker Memorial Trophy à Silverstone.

Michael Lyons (Ensign N180B) a remporté la première course du Murray Walker Memorial Trophy pour les Masters Historic Formula One au Classic, convertissant sa pole position en une avance de 7,8 secondes sur la Williams FW07C de Mike Cantillon.

« Je ne peux pas me plaindre dans des jours comme ceux-là », a déclaré Lyons. « C’est un témoignage de ce que les gars de l’Université [of Bolton running the Ensign] ont fait parce que le niveau de compétition ici est vraiment très élevé. J’ai été recruté à la dernière minute, mais nous avons réussi à faire fonctionner le système et nous avons eu droit à un peu de gloire !

Dans les premières étapes de la course de 20 minutes autour de Silverstone, Cantillon était sous la menace de la McLaren MP4/1 de Steve Hartley, mais Hartley l’a perdue sur la poussière de ciment qui recouvrait encore l’entrée d’Abbey après un déversement d’huile lors de la course précédente au Classic. Cela a permis à la Tyrrell 011 de Jamie Constable de prendre la troisième place.

« Félicitations à Michael », a déclaré Cantillon. « C’était une conduite incroyable. J’ai fait quelques-uns des tours les plus rapides que j’ai jamais faits ici, mais je n’ai pas pu le rattraper. C’est donc tout à son honneur.

Hartley, après avoir remonté la Lotus 91 de Steve Brooks, était prêt à bondir sur Constable lorsque ce dernier est parti en tête-à-queue dans le complexe de Maggotts et Becketts, et a dû tout recommencer. Alors qu’il se rétablit, Hartley heurte par inadvertance Brooks sur l’une des roues de la Lotus 91. Il semble que tous deux s’en sortent indemnes, mais la Lotus perd de l’importance dans les derniers tours. Après une course mouvementée, Hartley est remonté à la quatrième place derrière Constable.

« Je n’ai pas vu Steve tourner dans mes rétroviseurs », a déclaré l’agent. « Mais quand je suis arrivé sur la ligne droite, je m’attendais à le voir et il n’était pas là… »

Lukas Halusa a dominé l’avant-78, l’Autrichien menant sa McLaren M23 à la cinquième place du classement général, loin devant Jonathan Holtzman sur la Tyrrell P34 et Michel Baudoin sur la Hesketh 308E. La lutte pour la gloire dans la catégorie post-82 n’a pas été récompensée, Mark Hazell (Williams FW08) et Ian Simmonds (Tyrrell 012) ayant tous deux abandonné.

Sur une piste suffisamment sèche après toutes les précipitations, mais toujours avec deux tours derrière la voiture de sécurité pour permettre aux pilotes de se familiariser avec la surface, Lyons a pris le meilleur départ, devançant Cantillon, Hartley, Constable et Halusa dans le groupe de tête pre-78 à l’entrée du complexe de l’Arena. A Brooklands, cependant, Brooks a progressé au détriment de l’Autrichien.

Alors que Lyons fait un break, Cantilon subit une pression accrue de la part de Hartley, mais dans Abbey – avec une précédente fuite d’huile encore recouverte de poussière de ciment – « The Jam Baron » perd sa McLaren, et quelques instants plus tard, Ken Tyrrell fait également un tête-à-queue sur l’huile et la poussière qui ont été projetées dans un énorme nuage par Lyons en train de passer au travers. Pendant ce temps, Hazell est au stand, sa Williams FW08 ayant subi une perte de pression d’huile.

Les dommages causés aux chances de Hartley se sont avérés limités, car la McLaren s’était déjà frayé un chemin au-delà de Halusa et était revenue en cinquième position, maintenant à la poursuite de Brooks dans la Lotus 91, avec la Tyrrell 011 de Constable un peu plus loin sur la route.

Après trois tours, Lyons devance Cantillon de 4,6 secondes, et Constable de quatre secondes. Hartley et Brooks se sont alors engagés dans une lutte acharnée à The Loop – le premier effort de Hartley a échoué, mais il a ensuite réussi à pénétrer dans Maggotts et Becketts pour prendre la quatrième place.

Halusa conserve une avance monumentale dans la classe pré-78, Jonathan Holtzman sur la Tyrrell P34 à six roues étant désormais deuxième de la classe et 11e au classement général, alors que l’Américain poursuit son compatriote Ken Tyrrell sur la deuxième Tyrrell 011 du plateau. Hazell ayant abandonné, l’après-82 semblait être l’apanage de Ian Simmonds, mais sa Tyrrell 012 a abandonné au tour suivant, ayant succombé à des problèmes de boîte de vitesses.

À la mi-course, Lyons maintient son écart de 5 secondes avec Cantillon, mais la lutte est engagée pour la troisième place, Hartley s’étant rapproché de Constable pour harceler la Tyrrell à livrée Denim – mais la McLaren part alors en tête-à-queue dans Becketts, perdant de l’appui derrière la Tyrrell, et lorsque Hartley repart, il heurte par inadvertance la Lotus de Brooks qui contourne la McLaren en fibre de carbone, mais apparemment sans conséquence pour l’un comme pour l’autre. Revenu à la cinquième place, Hartley doit tout recommencer.

Derrière Brooks et Halusa, Warren Briggs, au volant de la McLaren M29, se hisse à la sixième place, suivi de Mark Harrison, au volant de la Shadow DN9, en septième position. Ken Tyrrell est remonté à la huitième place, tandis que Neil Glover (Arrows A5) et Paul Tattersall (Ensign N179) ont également devancé Holtzman dans le six-roues.

Alors que les minutes s’égrènent, Lyons signe un nouveau tour rapide de la course, tandis que Cantillon s’accroche à son retard de 5 secondes. Constable est maintenant à 16 secondes du leader, mais Brooks ralentit – non seulement Hartley, mais aussi Halusa, et les autres suivent. Lyons a franchi la ligne d’arrivée avec 7,8 secondes d’avance sur Cantillon, Constable étant troisième et Hartley quatrième. Halusa a remporté la victoire dans la catégorie pré-78, Briggs, Harrison, Glover et Tyrrell le séparant de ses rivaux Holtzman et Baudoin.

Trophée Murray Walker Memorial - Course 1
Lyons remporte la première course du Murray Walker Memorial Trophy à Silverstone.

Michael Lyons (Ensign N180B) a remporté la première course du Murray Walker Memorial Trophy pour les Masters Historic Formula One au Classic, convertissant sa pole position en une avance de 7,8 secondes sur la Williams FW07C de Mike Cantillon.

« Je ne peux pas me plaindre dans des jours comme ceux-là », a déclaré Lyons. « C’est un témoignage de ce que les gars de l’Université [of Bolton running the Ensign] ont fait parce que le niveau de compétition ici est vraiment très élevé. J’ai été recruté à la dernière minute, mais nous avons réussi à faire fonctionner le système et nous avons eu droit à un peu de gloire !

Dans les premières étapes de la course de 20 minutes autour de Silverstone, Cantillon était sous la menace de la McLaren MP4/1 de Steve Hartley, mais Hartley l’a perdue sur la poussière de ciment qui recouvrait encore l’entrée d’Abbey après un déversement d’huile lors de la course précédente au Classic. Cela a permis à la Tyrrell 011 de Jamie Constable de prendre la troisième place.

« Félicitations à Michael », a déclaré Cantillon. « C’était une conduite incroyable. J’ai fait quelques-uns des tours les plus rapides que j’ai jamais faits ici, mais je n’ai pas pu le rattraper. C’est donc tout à son honneur.

Hartley, après avoir remonté la Lotus 91 de Steve Brooks, était prêt à bondir sur Constable lorsque ce dernier est parti en tête-à-queue dans le complexe de Maggotts et Becketts, et a dû tout recommencer. Alors qu’il se rétablit, Hartley heurte par inadvertance Brooks sur l’une des roues de la Lotus 91. Il semble que tous deux s’en sortent indemnes, mais la Lotus perd de l’importance dans les derniers tours. Après une course mouvementée, Hartley est remonté à la quatrième place derrière Constable.

« Je n’ai pas vu Steve tourner dans mes rétroviseurs », a déclaré l’agent. « Mais quand je suis arrivé sur la ligne droite, je m’attendais à le voir et il n’était pas là… »

Lukas Halusa a dominé l’avant-78, l’Autrichien menant sa McLaren M23 à la cinquième place du classement général, loin devant Jonathan Holtzman sur la Tyrrell P34 et Michel Baudoin sur la Hesketh 308E. La lutte pour la gloire dans la catégorie post-82 n’a pas été récompensée, Mark Hazell (Williams FW08) et Ian Simmonds (Tyrrell 012) ayant tous deux abandonné.

Sur une piste suffisamment sèche après toutes les précipitations, mais toujours avec deux tours derrière la voiture de sécurité pour permettre aux pilotes de se familiariser avec la surface, Lyons a pris le meilleur départ, devançant Cantillon, Hartley, Constable et Halusa dans le groupe de tête pre-78 à l’entrée du complexe de l’Arena. A Brooklands, cependant, Brooks a progressé au détriment de l’Autrichien.

Alors que Lyons fait un break, Cantilon subit une pression accrue de la part de Hartley, mais dans Abbey – avec une précédente fuite d’huile encore recouverte de poussière de ciment – « The Jam Baron » perd sa McLaren, et quelques instants plus tard, Ken Tyrrell fait également un tête-à-queue sur l’huile et la poussière qui ont été projetées dans un énorme nuage par Lyons en train de passer au travers. Pendant ce temps, Hazell est au stand, sa Williams FW08 ayant subi une perte de pression d’huile.

Les dommages causés aux chances de Hartley se sont avérés limités, car la McLaren s’était déjà frayé un chemin au-delà de Halusa et était revenue en cinquième position, maintenant à la poursuite de Brooks dans la Lotus 91, avec la Tyrrell 011 de Constable un peu plus loin sur la route.

Après trois tours, Lyons devance Cantillon de 4,6 secondes, et Constable de quatre secondes. Hartley et Brooks se sont alors engagés dans une lutte acharnée à The Loop – le premier effort de Hartley a échoué, mais il a ensuite réussi à pénétrer dans Maggotts et Becketts pour prendre la quatrième place.

Halusa conserve une avance monumentale dans la classe pré-78, Jonathan Holtzman sur la Tyrrell P34 à six roues étant désormais deuxième de la classe et 11e au classement général, alors que l’Américain poursuit son compatriote Ken Tyrrell sur la deuxième Tyrrell 011 du plateau. Hazell ayant abandonné, l’après-82 semblait être l’apanage de Ian Simmonds, mais sa Tyrrell 012 a abandonné au tour suivant, ayant succombé à des problèmes de boîte de vitesses.

À la mi-course, Lyons maintient son écart de 5 secondes avec Cantillon, mais la lutte est engagée pour la troisième place, Hartley s’étant rapproché de Constable pour harceler la Tyrrell à livrée Denim – mais la McLaren part alors en tête-à-queue dans Becketts, perdant de l’appui derrière la Tyrrell, et lorsque Hartley repart, il heurte par inadvertance la Lotus de Brooks qui contourne la McLaren en fibre de carbone, mais apparemment sans conséquence pour l’un comme pour l’autre. Revenu à la cinquième place, Hartley doit tout recommencer.

Derrière Brooks et Halusa, Warren Briggs, au volant de la McLaren M29, se hisse à la sixième place, suivi de Mark Harrison, au volant de la Shadow DN9, en septième position. Ken Tyrrell est remonté à la huitième place, tandis que Neil Glover (Arrows A5) et Paul Tattersall (Ensign N179) ont également devancé Holtzman dans le six-roues.

Alors que les minutes s’égrènent, Lyons signe un nouveau tour rapide de la course, tandis que Cantillon s’accroche à son retard de 5 secondes. Constable est maintenant à 16 secondes du leader, mais Brooks ralentit – non seulement Hartley, mais aussi Halusa, et les autres suivent. Lyons a franchi la ligne d’arrivée avec 7,8 secondes d’avance sur Cantillon, Constable étant troisième et Hartley quatrième. Halusa a remporté la victoire dans la catégorie pré-78, Briggs, Harrison, Glover et Tyrrell le séparant de ses rivaux Holtzman et Baudoin.

Classic Mini Challenge - Course 1
Lyons double la mise lors de la deuxième édition du Murray Walker Memorial Trophy à Silverstone, qui s’est déroulée dans la pluie

Bill Sollis a résisté à la pression de Nathan Heathcote, Chris Middlehurst et Endaf Owens pendant toute la course pour remporter la première course du Classic Mini Challenge au Classic. Sur un circuit de Silverstone très humide, Sollis a mené de la lumière au drapeau, et a un moment donné pris une avance de 1,6 seconde, mais juste à la fin, ses trois principaux rivaux se sont rapprochés, ce qui a donné lieu à une fin de course très excitante.

« Ce n’était pas facile, mais pour être honnête, la voiture était facile à conduire, vraiment », a déclaré Sollis. « Bien que la piste soit mouillée, il y avait beaucoup d’adhérence, car j’ai eu le luxe de pouvoir regarder la piste et d’étudier l’adhérence. De toute évidence, il y avait toute une série de défis derrière moi, mais ils ont tous joué le jeu, et c’est génial, c’était juste une course jusqu’au bout. Je pensais qu’il restait encore un tour à faire, alors je ne peux pas vous dire à quel point j’étais heureux !

« Oui, c’était très amusant », a déclaré Heathcote. « J’ai reculé de quelques places au départ et je me suis dit qu’il fallait que je baisse la tête et que j’essaie de rattraper Bill. Je l’ai rattrapé vers la fin, mais j’ai commis une erreur. Mais j’aime tellement conduire ces Minis, c’est méga !

« Le premier virage a été un véritable chaos », a déclaré Middlehurst. « Il y avait des Minis qui volaient partout ! Mais j’ai continué, j’ai passé Nathan et j’ai rattrapé Bill, mais je n’arrivais pas à le rattraper. J’ai ensuite raté une vitesse à la sortie du troisième virage et Nathan m’a dépassé. J’ai essayé de le rattraper, mais c’est tellement difficile… »

Sur une piste détrempée, mais avec le soleil qui commence à percer les nuages, les voitures entrent dans Abbey avec sept voitures de large, Heathcote prenant la ligne extérieure et la tête devant Sollis. Derrière eux, Curley et Cullen se sont touchés et ont tourné, et dans la mêlée, Chris Morgan et David Ogden ont pris la troisième et la quatrième place, suivis par Middlehurst, Jeff Smith, Endaf Owens et Aaron Smith.

À la fin du tour, Curley est entré dans les stands pour vérifier les dommages, mais il est rapidement ressorti. Toujours sur un circuit de Silverstone très humide, Sollis a devancé Heathcote, mais Middlehurst a pris la troisième place, tandis qu’Owens s’est hissé à la cinquième place derrière Morgan. Entre-temps, les Smiths Jeff et Aaron ont rétrogradé Ogden à la huitième place.

En tête, Middlehurst n’est pas au bout de ses peines, puisqu’il dépasse Heathcote pour se lancer à la poursuite de Sollis, tandis qu’Owens dépasse Morgan pour prendre la quatrième place et, au début du troisième tour, change de place avec Heathcote, qui a réalisé le tour le plus rapide de la course au deuxième tour.

Sollis mène toujours Middlehurst de six dixièmes, une seconde les séparant de la lutte entre Owens et Heathcote, ce dernier se battant pour remonter à la troisième place. Morgan s’est accroché à la cinquième place devant les deux Smith, Ogden, Ollie Streek et William Dyrdal complétant le top 10.

Avec le soleil, Heathcote a pris son rythme et, après avoir perdu le meilleur tour, Owens s’est rapproché de Middlehurst, dépassant son rival à Brooklands pour prendre la deuxième place. Le combat a laissé à Sollis une avance de 1,6 seconde. Plus loin, Aaron Smith prend la sixième place à Jeff Smith, tandis que Streek et Dyrdal repoussent Ogden à la dixième place.

Cinq tours après le début de la course, le rythme de Heathcote est tel qu’il réduit l’avance de Sollis de huit dixièmes, mais Middlehurst ne perd pas du tout de terrain, les deux jeunes gens continuant à se battre roue contre roue. Owens, quatrième, a tout fait pour garder le contact avec le trio de tête, sortant de plusieurs virages dans ses efforts. A la limite du top 10, Dyrdal a reculé pour permettre au Suédois Hans Beckert de prendre la dixième place.

Au septième tour, Heathcote rattrape Sollis, les trois premiers étant désormais très proches, mais Sollis conserve l’avantage à l’approche du huitième et dernier tour. Malgré les efforts de Heathcote et Middlehurst, et alors qu’Owens se rapproche également, Sollis s’accroche et monte sur la première marche du podium, devant Heathcote, Middlehurst et Owens. Morgan est cinquième, suivi par Smith (A.), Smith (J.), Ogden, Streek et Dan Wheeler qui s’empare de la dernière place du top 10 dans le dernier tour, devant Jonathon Page et Michael Cullen, l’Irlandais se remettant de son malheureux incident avec Curley au début de la course.

Classic Mini Challenge - Course 2
Heathcote remporte une victoire éclatante lors de la deuxième course du Classic Mini Challenge à Silverstone

Nathan Heathcote a battu Endaf Owens et Bill Sollis lors de la dernière course du 2021 Classic, améliorant ainsi sa deuxième place dans la première course du Classic Mini Challenge du week-end. Heathcote a affirmé sa position en tête dès le deuxième tour, après quoi Owens a également dépassé Sollis, auteur de la pole position. Owens s’est rapproché de Heathcote aux trois quarts de la course, mais la star du rallycross a repris suffisamment de marge vers la fin pour s’imposer avec sept dixièmes d’avance, Sollis terminant troisième, à quatre secondes.

Dans leur danse à trois roues sur le circuit de Silverstone, les Smiths Jeff et Aaron ainsi que Chris Middlehurst ont à un moment donné mis Sollis sous pression pour la troisième place avant que Sollis ne les laisse se battre seuls. Jeff Smith s’est imposé dans cette bataille la plus intense de la course, devançant Aaron Smith et Middlehurst sur la ligne d’arrivée.

Dix secondes plus tard, William Dyrdal s’est imposé dans une lutte tout aussi disputée pour la septième place, Dyrdal devançant Phil Bullen-Brown, Nick Paddy, Michael Cullen et Jonathon Page.

Dans la course qui allait tirer les rideaux sur la 2021 Classic, la piste était dans sa meilleure forme de tout le week-end, avec le soleil et encore beaucoup de fans autour. L’un des pilotes qui n’a pas pris le départ de la course est Chris Morgan, dont la roue avant gauche s’est détachée de sa Mini lors du tour de chauffe.

Après le départ, Bill Sollis et Nathan Heathcote étaient côte à côte jusqu’à la Boucle avant que Sollis ne cède, mais vers Brooklands, Sollis s’est glissé dans le sillage de Nathan Heathcote. Derrière eux, Endaf Owens, Aaron Smith et Chris Middlehurst faisaient trembler les filets, mais alors que Sollis semblait contrôler la situation, il s’écartait du club, permettant à Heathcote de reprendre l’avantage.

Au début du deuxième tour, Heathcote a réussi à prendre le dessus sur Sollis, tandis qu’Owens perdait légèrement du terrain. Entre-temps, Jeff Smith s’est joint à la fête en tête pour ravir la cinquième place à Middlehurst, tandis que Dan Wheeler s’est accroché à la septième place. Derrière Wheeler, un écart de trois secondes s’est creusé avec le groupe suivant mené par Nick Paddy, Michael Cullen et William Dyrdal.

Au troisième tour, Owens dépasse Sollis pour entrer dans Abbey, tandis que les deux Smiths mettent à leur tour la pression sur l’ancien leader. Entre-temps, Heathcote avait ouvert la voie à Owens, qui avait lui-même mis un peu d’espace entre lui et Sollis, toujours poursuivi par Aaron et Jeff Smiths, tandis que Middlehurst et Wheeler tentaient de s’accrocher.

La plupart des regards se tournent alors vers les deux Smith, qui déploient un effort concerté côte à côte pour dépasser Sollis avant que Jeff ne passe devant Aaron, Middlehurst revenant à la sixième place quelques instants plus tard. A l’avant, Owens se rapproche petit à petit du leader, réalisant au passage le tour le plus rapide de la course. Dans le deuxième groupe, Dyrdal a pris la tête devant Cullen, Paddy, Phil Bullen-Brown et Jonathon Page. Dix secondes derrière Page, un troisième groupe s’est formé dans lequel Ollie Streek, David Ogden, Jo Polley, Hans Beckert, Roy Alderslade, Matthew Page et la Mini Countryman de Mark Burnett se disputent la 12ème place.

A huit minutes de la fin, Heathcote n’a plus que trois dixièmes d’avance sur Owens, tandis que Sollis s’est éloigné des deux premiers, ses rétroviseurs étant toujours remplis des trois Minis pédalées par les Smith, avec Middlehurst entre les deux. Un tour plus tard, Owens semble avoir repris du poil de la bête et laisse les quatre autres concurrents à trois secondes. Au 7e tour, cependant, Heathcote a repris une seconde d’avance sur Owens, alors que Sollis s’est éloigné de Jeff Smith et Aaron Smith, ce dernier ayant rétrogradé Middlehurst à la 6e place.

Maintenant en position de force, Heathcote a fait ce qu’il fallait pour remporter la victoire devant Owens et Sollis, Jeff Smith récupérant la quatrième place devant Aaron Smith et Chris Middlehurst. Dyrdal a remporté la course du deuxième groupe, battant Bullen-Brown, Paddy, Cullen et Page (J.). Ogden a franchi la ligne d’arrivée en tête du troisième groupe, devançant Streek, Polley et Alderslade.

International Trophy for Classic GT Cars
Thomas/Lockie remportent les honneurs du Trophée international grâce à une victoire à l’arraché des Masters Gentlemen Drivers à Silverstone

Julian Thomas et Calum Lockie ont remporté le trophée international tant convoité en triomphant dans la course Masters Gentlemen Drivers de 80 minutes pour les voitures GT d’avant 66 au Classic. Leur Shelby Cobra Daytona Coupé s’est imposée avec 4,3 secondes d’avance sur l’AC Cobra d’Olly Bryant, qui l’a défiée pendant toute la durée de la course.

« Oui, c’était absolument génial », a déclaré Lockie à propos de certains des mouvements décisifs qu’il a effectués sur Bryant. « Lorsque j’ai franchi Farm, Olly sortait des stands et nous sommes entrés ensemble dans le virage du Village, nous avons eu un petit dé, puis il a pris de l’avance et je l’ai repassé – c’était une belle course propre, exactement comme il se doit, à quelques centimètres près mais sans se toucher, c’était vraiment très amusant de faire la course avec lui ».

« Nous avons eu un week-end assez difficile jusqu’à présent », a déclaré Thomas, « nous avons tous les deux eu nos propres incidents à l’avant du peloton, alors la course d’aujourd’hui a été une bonne récompense pour nos efforts acharnés ».

« C’était très amusant », a déclaré Bryant. « La Daytona sur un circuit à grande vitesse est sans aucun doute l’équipement le plus performant, mais c’était super de se mêler à eux, et c’était bien de se battre avec Julian qui conduit de façon fantastique en ce moment – il donne du fil à retordre à Calum, je parie ! C’était une belle course, et c’est bien d’avoir une course sur le sec pour changer !

La Cobra Daytona Coupé de Roy Alderslade et Andrew Jordan, en pole position, a surmonté les difficultés initiales pour prendre la troisième place devant la TVR Griffith de Mike Whitaker et la Cobra de James Cottingham. John et Gary Pearson ont terminé loin derrière, à la sixième place, avec leur Jaguar E-type, tandis que la Cobra Daytona Coupé d’Olivier Tancogne, septième, a résisté à une attaque tardive de la machine similaire de Michael Cullen et Paddy Shovlin.

« C’est formidable de monter sur le podium », a déclaré Jordan. « J’aurais aimé me battre pour la victoire, mais il y avait du trafic et la voiture était assez difficile à piloter, alors… Je me sens mal pour Roy qui l’a jeté dans le grand bain avec des plaques humides partout, mais je suis content d’avoir obtenu le premier podium de la voiture ici au Classic ».

« J’ai sans doute été trop prudent au départ et je me suis inquiété des conditions humides », a déclaré M. Alderslade. « Et quand j’ai essayé de monter dessus, j’ai eu un petit tête-à-queue à l’arrière, mais comme Andrew vient de le dire, cela fait partie de l’apprentissage, et je suis très satisfait d’être ici !

Dans la deuxième course relativement sèche du week-end, l’ordre a été modifié très rapidement, Michael Cullen prenant la tête depuis la troisième ligne pour devancer Thomas, Bryant, Cottingham et un autre départ rapide sous la forme de Mike Whitaker, Alderslade, auteur de la pole position, se retrouvant en sixième position. Rapidement, Thomas et Bryant repoussent Cullen à la troisième place, tandis que l’Elan de Steve Jones subit un gros choc au milieu du terrain lorsqu’elle est rattrapée par la Porsche de Mark Bates après un tête-à-queue – et avec la piste de Copse jonchée de débris, la voiture de sécurité est déclenchée.

La Shelby Cobra Daytona Coupé de Thomas devance donc l’AC Cobra de Bryant, la TVR Griffith de Whitaker étant désormais troisième devant la Daytona Coupé de Cullen, la Cobra de Cottingham, et James Hanson et Olivier Tancogne dans deux autres Cobra Daytona Coupé. Huitième au classement général, Mike Wilds mène la classe CLP au volant de la Ginetta G4R de Ron Maydon. La Type E de John Pearson et la Cobra Daytona Coupé d’Alderslade complètent le top 10 pendant cette période de safety-car. En 12e position, l’Elan d’Andy Willis était deuxième dans la classe CLP, l’Elan d’Andrew Haddon terminant en 20e position pour être troisième de la classe.

En C2, l’Austin Healey 3000 de Mark Holme a fait la course en tête devant Keith Ahlers dans la Morgan SLR, tandis qu’en C1 – les favoris Mark & James Bates étant désormais absents – James Thorpe dans la TVR Grantura a devancé la Porsche 911 d’Oli Webb. Pendant ce temps, un autre abandon concernait la Type E de Costas Michael/Chris Ward qui manquait de pression d’huile, tandis que Nick Pink était au stand avec son équipe pour essayer de débloquer le câble d’accélérateur de son Elan.

La voiture de sécurité a été laissée sur la piste alors qu’il restait 32 minutes de course, mais il n’a fallu que quelques secondes pour que la Type E de Mike et Matt Wrigley et celle de Rob Fenn/James Barclay soient aperçues sur le bord de la piste – la Type E à l’intérieur de Stowe, privant ainsi les leaders d’une opportunité de dépassement. Avec un écart de 2,5 secondes entre les six premiers, les opportunités se sont multipliées.

La fenêtre des stands maintenant ouverte, les premières voitures affluent, mais les leaders ne lâchent rien pour le moment, car Thomas, Bryant et Whitaker semblent avoir fait une percée, Cullen étant venu passer la main à Paddy Shovlin, tandis que Hanson a dépassé Cottingham pour la quatrième place. Dans la classe CLP, Wilds est toujours en tête, mais Haddon s’est rapproché en se plaçant en 14e position au classement général, Willis ayant déjà effectué son arrêt obligatoire. En C2, Holme reste en tête, mais ses coéquipiers de Big Healey, Crispin Harris et Doug Muirhead, ont pris les deuxième et troisième places, tandis que Keith Ahlers a échangé sa place avec Billy Bellinger dans la Morgan SLR. Avec les TVR Granturas de James Thorpe/Phil Quaife et Malcolm Paul/Rick Bourne qui ont changé de pilote, la Porsche d’Oli Webb/Guy Ziser s’est hissée en tête.

Juste avant que Thomas ne passe le volant à Calum Lockie, Bryant avait pris la tête, et Whitaker s’étant également arrêté, les deux hommes se retrouvaient temporairement 11e et 12e, et la TVR passait lorsque Lockie sortait de Copse. Tout ceci joue en faveur de Bryant, qui mène désormais John Pearson de 20 secondes et Wilds de 21 secondes, avant de rentrer lui-même aux stands, suivi par Pearson et Wilds.

Mais la fois suivante, Lockie reprend le dessus et repasse devant Whitaker, signant au passage le meilleur tour de la course – et lorsque Bryant sort des stands, les deux se retrouvent côte à côte au moment de freiner pour Village. Lorsque Lockie sort de son frein à main, Bryant prend la tête, mais la Cobra Daytona Coupé repasse devant avant Copse. Whitaker a distancé le duo de tête de trois secondes, Andrew Jordan, sur la Daytona Coupé de Roy Alderslade, faisant du foin pour dépasser James Cottingham et prendre la quatrième place. Gary Pearson, au volant de la Jag de Pearsons, était sixième, devant Ron Maydon, au volant de la Ginetta leader de la classe CLP. La Cobra de Tagcogne et la Type E de Jonathan Mitchell séparent encore Maydon de son principal rival, Andrew Haddon, en 12e position.

En C2, Holme maintient son avance mais Bellinger sur la SLR tourne une seconde plus vite, tandis que Jeremy Welch sur la Healey démarrée par Muirhead est troisième, réalisant des temps similaires à ceux de Holme. Phil Quaife était de nouveau en tête en C1 dans la Grantura partagée avec Thorpe, Rick Bourne faisant un 1-2 TVR avec une dizaine de minutes restantes au compteur.

Plus haut sur la route, Lockie a creusé un écart de 2,5 secondes sur Bryant – dont la botte est maintenant ouverte, pour l’effet DRS ? – tandis que Jordan avait maintenant usurpé la troisième place à Whitaker. Cottingham et Gary Pearson se retrouvent en quatrième et cinquième positions, tandis que Tagcogne mène un autre groupe composé de Maydon, Mitchell, Shovlin et Haddon, qui ne compte plus que sept secondes – et trois voitures – d’écart entre l’Elan et la Ginetta en tête de la classe CLP. Et puis, choc, juste derrière eux, Andy Willis a fait rouler son Elan hors de Becketts – un spectacle horrible, mais l’arceau de sécurité de la voiture a tenu, et Willis s’en est sorti.

Dans les dernières minutes, Lockie a assuré la victoire en menant Bryant à la ligne d’arrivée avec 4,3 secondes d’avance. Jordan est troisième, à 14 secondes, juste devant Whitaker et Cottingham. Pearson est distancé de 36 secondes tandis que Tancogne et Shovlin se disputent âprement la septième place jusqu’aux derniers mètres, le Français tenant tête à l’Irlandais. La TVR Griffith de John Davison s’est faufilée dans le top 10 en terminant neuvième devant la Ginetta de Mike Wilds/Ron Maydon, vainqueur de la classe CLP, qui, à la fin, a maintenu la E-type de Mitchell entre elle et l’Elan de Haddon. Dix-septième au classement général, l’Elan de James Claridge/Gonçalo Gomes s’est hissée à la troisième place de sa catégorie.

En C2, Mark Holme a remporté la victoire aux feux devant la SLR d’Ahlers/Bellinger et la Healey de Muirhead/Welch, tandis qu’en C1, les Grantura de Thorpe/Quaife et de Paul/Bourne ont battu les Porsche en menant la 911 de Sebastian Perez/George Gamble à la fin de la course.

Transatlantic Trophy for Pre-66 Touring Cars
Davies remporte le Trophée transatlantique des voitures de tourisme pré-soixante-huitard à Silverstone.

Craig Davies est sorti vainqueur d’une course extrêmement passionnante pour le Trophée transatlantique des voitures de tourisme Pre-66. La Ford Mustang de Davies a devancé de peu la Lotus Cortina de Marcus Jewell/Ben Clucas et la Mustang de Henry Mann/Steve Soper, les deux voitures s’étant frayé un chemin à travers le peloton à partir de leurs positions de départ modestes.

« C’était un grand événement des Masters », a déclaré Davies. « C’était très glissant, un peu comme si on dansait sur de la glace, mais c’était une bonne course, propre, et j’ai vraiment pris du plaisir.

« Une victoire aurait été encore mieux », a déclaré un Soper toujours compétitif. « La voiture de sécurité m’a aidé, mais les drapeaux jaunes à la fin m’ont handicapé.

« Marcus a fait un excellent travail dans le premier relais », a déclaré Clucas, « et après cela, ce n’était jamais fini jusqu’au dernier virage !

Depuis la pole, Dave Coyne a tenu le haut du pavé pendant la majeure partie de la course, et vers la fin de son premier relais, Sam Tordoff s’est hissé en tête avant que la Falcon de Tordoff ne soit retirée pendant les arrêts aux stands à la mi-course. Le Falcon Julian Thomas/Calum Lockie était également dans le coup, mais à deux tours de la fin, Lockie s’est fait doubler et a glissé dans le bac à graviers de Copse. Richard Dutton était un autre pilote de Cortina en lice pour les trois premières places, mais le patron de Fortec Motorsport a finalement terminé à la quatrième place.

La lutte à deux pour la victoire dans la catégorie Mini s’est avérée tout aussi passionnante, et leur rythme était tel qu’Aaron Smith et Endaf Owens ont terminé sixième et septième au classement général, devant la Cortina de Neil Brown et la Mustang sinistrée de Dave Coyne, victime innocente lorsque la Falcon de Lockie s’est retournée sur sa trajectoire dans l’avant-dernier tour.

Alors que le peloton de 50 voitures s’élance vers Abbey, Coyne conserve la tête, tandis que Dutton, qui a démarré rapidement, se hisse à la deuxième place devant Davies. Derrière eux, Greensall est parti en tête-à-queue dans The Loop et a été touché. Dans le complexe de Brooklands, Dutton s’est emparé de la tête, mais la Mustang de Coyne est revenue aux avant-postes à la sortie de Copse.

Vers la fin du premier tour, Julian Thomas gagne des places et, en accrochant son gros Falcon au trio de tête, il dépasse rapidement Dutton et se jette sur Davies. Sur une piste glissante, il y a eu des hauts et des bas dans tout le peloton, la Mini de Curley s’est hissée à la cinquième place, mais a rapidement dû céder la place à Sam Tordoff qui a fait du foin dans la Falcon Sprint de Richard Woolmer, avec la Giulia GTA d’Andrew Banks qui l’a suivi.

Deux tours très excitants plus tard, avec le soleil et toutes les voitures créant une ligne sèche, Coyne mène toujours Thomas et Davies, avec Tordoff en quatrième position, suivi par Dutton, Banks et la puissante Studebaker pilotée par Adrian Willmott. Marcus Jewell, au volant de la Cortina partagée avec Ben Clucas, s’est également hissé dans le top 10 depuis sa modeste position de départ. Il chasse Endaf Owens, qui est désormais en tête de la Mini, devant Curley et Aaron Smith.

Dix minutes après le début de la course, Coyne, Thomas, Davies et Tordoff formaient un groupe de tête de quatre personnes, ayant creusé un écart de cinq secondes sur Dutton, cinquième, qui subissait la pression de Banks, poursuivi par Willmott et Jewell, tandis que Smith avait devancé Curley et Owens dans une étonnante bataille pour la tête de la catégorie Mini.

Au 4e tour, Tordoff dépasse Davies, les Mustangs de Coyne et Davies étant désormais en sandwich avec les Falcons de Thomas et Tordoff. Plus loin, Neil Brown, le coéquipier de Dutton, et Andy Priaulx, au volant de la Mustang d’Alex Taylor, se rapprochaient rapidement des dix premiers, tandis que la Mustang de Henry Mann/Steve Soper – Mann au volant – gagnait également des places pour se remettre de sa déception des qualifications.

Au 6e tour, Tordoff et Thomas s’échangent les places, et bientôt l’ancien pilote BTCC se lance à la poursuite de Coyne pour prendre la tête. Alors que le groupe de quatre dépasse l’Alfa d’Olivier Tancogne en passant par Becketts, ils sont presque côte à côte mais parviennent à sortir indemnes de la ligne droite du hangar. A la fin de la course, Coyne s’est fait dépasser et a cédé la tête à Tordoff. Coyne, qui souffre manifestement de problèmes de freinage, bouscule la Falcon de Thomas qui tente de déloger la Mustang blanche de la deuxième place. Le contretemps a permis à Tordoff de se détacher de Coyne et Davies, alors que Thomas a été rétrogradé à la huitième place derrière Willmott et Banks, tous deux ayant dépassé Dutton, alors que Priaulx était maintenant entré dans le top 10, et a rapidement dépassé Aaron Smith dans la tête de la Mini.

La fenêtre de la fosse s’étant ouverte, Mann, puis Davies, Thomas et Smith ont été parmi les premiers à entrer. Au tour suivant, Tordoff prend la tête, cédant la première place à Coyne, qui est maintenant poursuivi par Willmott, Andrew Banks n’étant qu’un peu plus loin. Coyne et Banks étaient les suivants, ce qui permettait à Willmott de prendre momentanément l’avantage. Dans les stands, Tordoff attend toujours d’être libéré, et en fait, le capot de la Falcon est ouvert, et tandis que Coyne repart, Tordoff ne sera plus un facteur dans cette course.

Seuls Willmott et Tom Sharp, sur la BMW 1800 tiSA, ne sont pas encore passés aux stands. Coyne et Davies, troisième et quatrième, sont donc les leaders virtuels, et se battent toujours comme ils le faisaient avant les arrêts. La Cortina de Dutton est troisième et regarde les ‘stangs se battre devant lui. Mark Farmer, désormais dans le Studemaker, rejoint la quatrième place devant Ben Clucas dans la Cortina de Marcus Jewell – trois secondes séparent les cinq premiers ! Calum Lockie est sixième dans la Falcon de Julian Thomas, devançant Max Banks dans la GTA et Andy Taylor qui a pris le relais de Priaulx. Aaron Smith mène toujours les Minis, mais Owens est proche, tandis que Steve Soper signe le meilleur tour en 12e position, après avoir pris le relais de Mann.

En tête, Davies prend le contrôle de Coyne, mais Dutton et Clucas restent proches, tandis que Lockie se rapproche de la cinquième place. Farmer, quant à lui, a rétrogradé pour laisser la sixième place à Banks, tandis que Soper était en pleine forme, réalisant des temps au tour trois secondes plus rapides que les leaders, et bien sûr, ‘Soperman’ s’est hissé à la septième place en l’espace d’un tour, puis a bénéficié d’une aide supplémentaire lorsque la voiture de sécurité est sortie avec la Mini de Billy Nairn dans le bac à graviers, dans une position dangereuse. Les dix premiers étaient déjà séparés par moins de 25 secondes, mais avec la voiture de sécurité, les écarts allaient encore se réduire – et comme il n’y avait pas de voitures plus lentes parmi eux, ce serait une lutte directe une fois le peloton libéré.

Lorsque le drapeau vert est agité, il reste un peu plus de cinq minutes de course et Davies mène Coyne, Dutton, Clucas, Lockie, Max Banks, Soper, Taylor, Smith et Owens. Cet ordre s’est avéré de courte durée, cependant, puisque Dutton et Clucas ont écrasé Coyne en Abbey, tandis que Soper est passé en sixième position devant Banks, qui a rétrogradé à la 11e place. En tête, Davies avait fait une percée, mais c’était presque cinq voitures qui se retrouvaient côte à côte dans Maggotts, et tout a mal tourné dans la ligne droite du Hangar, quand Lockie a été serré et tapé par Soper, sa Falcon étant ensuite percutée par Coyne et finissant dans le bac à graviers à Copse. Devant eux, Clucas a dépassé Dutton pour prendre la deuxième place, et Soper l’a dépassé dans la foulée.

Davies a converti la victoire, une victoire bien méritée après son grand geste sportif de 2019, poursuivi par Clucas et Soper, ce dernier ne pouvant pas dépasser Clucas en raison des drapeaux jaunes flottant pour le Falcon en panne de Lockie. Dutton a terminé quatrième devant la Mustang Priaulx/Taylor, et Aaron Smith a remporté une étonnante sixième place au classement général pour une victoire en catégorie Mini, avec seulement deux dixièmes d’avance sur Endaf Owens. Neil Brown est entré dans le top 10 dans les deux derniers tours pour prendre la huitième place, tandis que la Mustang de Dave Coyne, en proie à des difficultés, a rétrogradé à la neuvième place et que la Mustang de Beighton/Greensall a pris la dixième place tout aussi tardivement. Vingtième au classement général, Ian Curley s’est redressé pour prendre la troisième place dans la catégorie Mini.

Yokohama Trophy for Masters Historic Sports Cars
Brundle s’élance sous la pluie pour remporter la course du Trophée Yokohama pour les Masters Historic Sports Cars au Classic

Alex Brundle a remporté la course du Trophée Yokohama pour les Masters Historic Sports Cars, interrompue par la pluie. La star du WEC et de l’ELMS a utilisé la Lola-Chevrolet T70 Mk3B de Gary Pearson à bon escient, en devançant la machine similaire d’Olly Bryant. Simon Hadfield, dans le T70 de Chris Beighton, a devancé de peu Tom Bradshaw, dont la Chevron B19 a été retardée par un tête-à-queue en début de course.

Avec des nuages menaçants au-dessus de la tête, Brundle a pris la tête, suivi par Bryant, mais à Brooklands, Bradshaw a perdu la troisième place au profit de la T70 Mk3B de Beighton. Avec Culver et Haddon en tête, c’est un T70 1-2-3-4-5 qui se présente à l’avant. Chris Fox sur la Lola T280 a brisé la chaîne en sixième position, devant une autre T70 pilotée par Robert Beebee, tandis que Martin O’Connell a brillé pour être huitième dans la plus rapide des Chevron B8. La B8 s’est bien qualifiée avec Darren Burke, mais Christian Pittard l’a démarrée. Cependant, elle a commencé à redescendre et s’est retrouvée en P18 après deux tours.

Les tours rapides de Brundle lui ont permis de prendre 8 secondes d’avance sur Bryant, alors que les premières gouttes de pluie commençaient à tomber. Dans ces conditions délicates, la star du WEC et de l’ELMS s’est montrée la mieux adaptée, tout comme Tom Bradshaw qui est remonté en 12ème position après sa malheureuse sortie temporaire.

Quelques instants plus tard, cependant, il pleut à verse dans la section Stowe-to-Arena, et Fox est le premier à faire un tête-à-queue, puis Nicholas Chester se retrouve dans les graviers au volant de sa T70 Mk3. Peu de temps après, même Brundle est parti dans une énorme glissade d’aquaplaning, mais il s’en est remis. À Vale, cependant, des voitures sont tombées à gauche, à droite et au centre, et la voiture de sécurité a été déployée – et seulement quelques secondes plus tard, le drapeau rouge a été déployé. Curieusement, il faisait encore très sec à Copse, mais à l’autre bout, c’était l’apocalypse…

Le couvre-feu de Silverstone approchant, il a été décidé de raccourcir la course à 15 ou 20 minutes, les seconds pilotes faisant le reste de la course après un redémarrage de la voiture de sécurité en file indienne, sans plus d’arrêts obligatoires aux stands. Dans certains cas, cependant, les premiers pilotes sont restés dans la voiture – par exemple, Gary Pearson a permis à Brundle de terminer la voiture. Alors que le chronomètre commence à tourner, trois tours sont bouclés derrière la voiture de sécurité, alors qu’il reste une dizaine de minutes de course.

Dans le premier tour à vive allure, Bryant ne lâche pas Brundle, les deux laissant derrière eux Hadfield dans le T70 démarré par Beighton. Lynn (dans la T70 partagée avec Haddon) était le suivant, suivi par Pink (dans la T280 lancée par Fox), John Emberson dans la Chevron B19, Tim de Silva dans la Taydec Mk3 – mais Tom Bradshaw les éliminait l’un après l’autre, et à six minutes de la fin de la course, il était en quatrième position. Gonçalo Gomes dans la B23 et Calum Lockie dans la B8, désormais en tête, se sont également illustrés en entrant dans le top 10.

Au 5e tour, Brundle signe le meilleur tour et creuse un écart de deux secondes sur Bryant, Hadfield étant désormais distancé de 11 secondes et Bradshaw de 20 secondes sur le leader. Lynn, De Silva, Pink, Gomes, Emberson et Lockie suivent, mais ce dernier se retrouve poursuivi par Darren Burke, qui a pris le relais de Christian Pittard, Burke visant la victoire dans la catégorie Bonnier au volant d’une voiture qu’il a qualifiée à une étonnante cinquième place. Dans la classe Hulme pré-66, Needell a couvert la compétition avec la GT40 de Birch/Newall et la Cooper Monaco T61M de Jolly/Farthing loin derrière.

En tête, Brundle a enchaîné les derniers tours pour conserver une avance de trois secondes sur Bryant et remporter la victoire, Bradshaw poursuivant Hadfield pour la troisième place, mais la Lola s’est accrochée pour repousser la Chevron. De Silva a pris la cinquième place à Gomes, avant que Pink et Emberson ne prennent le relais. Burke et Lockie se sont affrontés jusqu’à l’arrivée, Burke remportant la classe Bonnier. En 14e position au classement général, la Lenham P70 de Simon et Dominik a brisé la suprématie de la Chevron B8 en prenant la troisième place de sa catégorie. Plus loin, John Spiers et Tiff Needell ont remporté la victoire dans la catégorie pré-66 Hulme avec leur McLaren M1B, devant la Ford GT40 de Michael Birch/Andy Newall et la Cooper Monaco T61M de Chris Jolly/Steve Farthing.