Spa Francorchamps, Belgium

SPA SIX HOURS
1 – 3 Octobre 2021

Qu’il pleuve ou qu’il vente, les Spa Six Hours sont toujours au rendez-vous !

Ensoleillé le vendredi, nuageux le samedi et terminé par des pluies torrentielles le dimanche, le temps s’est progressivement dégradé mais, comme toujours, le meeting Spa Six Hours a offert un week-end de course exceptionnel ! Les cinq grilles de Masters ont une fois de plus largement contribué au succès durable de l’événement, qui a su rebondir après son annulation en 2020.

RAPPORTS DE COURSE

Masters Endurance Legends - Course 1
La famille Lynn fait le doublé lors de la première course des Masters Endurance Legends à Spa

Shaun et Max Lynn sont restés dans la famille en ramenant un 1-2 Lynn dans la première course Masters Endurance Legends du week-end des Spa Six Hours. La Peugeot 908 de Lynn a pris la tête de la course après un redémarrage sous voiture de sécurité, dépassant la BR01 de BR Engineering du Portugais Rui Aguas dans la ligne droite de Kemmel, et a maintenu son avance jusqu’à la fin de la course. Pendant ce temps, son fils Max, qui pilotait la deuxième des trois BR01 du peloton, a brillé en gagnant de nombreuses places au cours de son premier relais avant de s’arrêter tôt pour dépasser la plupart de ses rivaux et remporter la classe P2 dans la foulée.

« Oui, j’ai eu Rui à la relance », a déclaré Lynn Sr à propos de son mouvement décisif. « J’ai plus de puissance que moi, et il m’a laissé l’espace, en professionnel qu’il est. C’était une belle course dans des conditions délicates, rendue encore plus spéciale par la deuxième place de Max !

« Oui, c’était très amusant », a déclaré un Lynn Jr exalté. « J’ai eu Kriton au deuxième tour, puis Tandy dans le Bus-Stop, et enfin Christophe dans la ligne droite de Kemmel après le restart. Je suis passé au stand plus tôt pour l’undercut, et ça a marché !

Arrêté plus longtemps aux arrêts en raison de son statut de pilote d’élite, Aguas a été stoppé dans son élan lorsque la course a été interrompue prématurément en raison de l’immobilisation de la Porsche 996 GT3 RSR de Marcus Jewell à La Source, à moins de cinq minutes de l’arrivée. Le pilote portugais s’est ainsi retrouvé dans un train de quatre voitures mené par Jamie Constable, qui a pris la troisième place au classement général sur sa Pescarolo 01, devant la Peugeot 90X de Kriton Lendoudis, Aguas et Antoine d’Ansembourg sur la Dallara-ORECA DO-05. Pendant ce temps, la Lola-Aston Martin DBR1-2 de Christophe d’Ansembourg, en tête de la course, a été battue par Aguas au départ, et a perdu des places au restart avant d’être retardée aux arrêts.

« J’ai pris les deux ou trois premiers tours pour faire monter les pneus en température », a déclaré Constable. « Après la voiture de sécurité, j’ai réussi à passer Christophe, mais après les arrêts, je ne savais plus trop où j’étais ! Les cinq derniers tours étaient très, très glissants mais je me suis accroché… »

Dans la section GT, Nick Padmore a fait la course en tête au volant d’une Ferrari 458 GT2 partagée avec Christopher Stahl, devançant Phil Quaife dans la 458 GT3 partagée avec James Thorpe. Après les arrêts, Marcus Graf von Oeynhausen et Oliver Mathai sont parvenus à signer un doublé allemand au volant de leurs Audi R8 LMS Ultra et Aston Martin Vantage V12 GT3 respectives, tandis que Michael et Sean McInerney ont pris leur Mosler MT900R à bras-le-corps pour décrocher une belle troisième place devant Quaife/Thorpe et Jason Wright au volant d’une autre 458 GT3.

« C’était une très bonne course », a déclaré Mathai, alors que le vainqueur de la course, Graf von Oeynhausen, a dû se précipiter vers sa prochaine course. « C’était extrêmement glissant, je pense que quelqu’un a perdu de l’huile. En fait, j’ai pris mon mal en patience, c’est ma première sortie en voiture, donc pas de risque. Mais c’était quand même très amusant ! »

Sur une piste humide suite aux pluies incessantes de la nuit, la Lola-Aston Martin DBR1-2 de d’Ansembourg a pris la tête dès le départ, suivie par Aguas, Shaun Lynn, la Pescarolo 01 de Constable et la Lola B12/60 de Tandy, mais Aguas l’a dépassée au début du 2e tour. Derrière les cinq premiers, Lendoudis et Max Lynn sont remontés au détriment d’Antoine d’Ansembourg qui a maintenant la Zytek 09S de Keith Frieser en travers de la gorge de la Dallara-ORECA DO-05. Parmi les GT, Quaife avait converti la pole en une avance initiale de quelques ticks, mais Nick Padmore s’en sortait au volant de la 458 GT3 et harcelait rapidement Quaife pour la première place de la catégorie. Dans les stands, pendant ce temps, Mike Furness s’est avéré incapable de faire démarrer sa Courage LC75, et a été le premier à abandonner la course avant qu’elle ne démarre correctement.

En tête, Aguas a emmené la voiture BR Engineering BR01 P2 à des endroits jusqu’alors inconnus, menant maintenant les seniors d’Ansembourg et Lynn de quatre secondes, les deux pères ayant laissé Constable et Tandy derrière eux de huit secondes. Derrière eux, Lynn Jr et Lendoudis s’échangent les places, le Grec s’inclinant devant la deuxième BR01.

Au troisième tour, Lynn Sr prend la deuxième place après que d’Ansembourg ait trébuché pour revenir juste une seconde devant Constable, Tandy ayant perdu une place au profit de Lynn Jr, qui était définitivement l’homme en mouvement dans ces premières étapes. En GT, Padmore mène désormais Quaife de trois secondes, et la Ferrari 458 GT2 doit maintenant se défendre contre l’Audi R8 LMS Ultra de Marcus Graf von Oeynhausen et l’Aston Martin Vantage GT3 d’Oliver Mathai, deux autres voitures GT3 très rapides et très récentes.

Au début du 4e tour, Aguas devance Lynn Sr de 7 secondes, mais la voiture de sécurité sort bientôt, réduisant à néant tous les écarts existants, alors que la McLaren MP4-12 GT3 de Felix Haas fait une sortie de route – mais lorsque l’Allemand parvient à revenir sur la piste par ses propres moyens, la course sous drapeau vert reprend au 5e tour, juste au moment de l’ouverture de la fenêtre des stands. A la reprise, Lynn a pris le dessus sur Aguas pour prendre le commandement, tandis que Constable, Tandy et Lendoudis ont sauté sur d’Ansembourg Sr aux Combes.

Lors du tour suivant, Lynn Jr et Tandy sont les premiers à effectuer leur arrêt obligatoire, ce qui permet aux d’Ansembourg de se hisser aux cinquième et sixième places. Aguas, Lendoudis, d’Ansembourg (A.) et Frieser ont suivi le même chemin, promouvant Constable et David Brise dans la Lola B09/80 partagée avec Alan Purbrick à une deuxième et une troisième place momentanées. En GT, l’avance de Padmore sur Quaife est passée à 15 secondes, mais le Comte von Oeynhausen est maintenant en deuxième position, à 11 secondes de la Ferrari 458 GT2 de tête. Mathai est toujours quatrième devant Ben Clucas dans la Porsche 996 GT3 RSR partagée avec Marcus Jewell.

Au 8ème tour, Lynn Sr, Constable, Brise et d’Ansembourg (C.) sont les derniers à s’arrêter, Padmore rentrant quelques secondes avant la fermeture de la fenêtre des stands. Aguas étant resté plus longtemps dans les stands en raison de son statut de pilote d’élite, Shaun Lynn mène désormais son fils Max de 22 secondes, avec Constable et Lendoudis à 10 secondes de plus, et dans une lutte qui leur est propre. Tandy est sixième devant le jeune d’Ansembourg, mais le père d’Antoine a été retardé lors des arrêts et se retrouve à la 14ème place. Aguas, septième, mais toujours plus rapide que les autres, laisse Frieser, Purbrick et la Riley & Scott MkIIIC de Xavier Micheron dans son sillage. En fait, le rythme de la star portugaise est tel qu’il remonte à la cinquième place au 11e tour et surveille Lendoudis et Constable juste devant eux.

En GT, les GT3 de Graf von Oeynhausen et Mathai ont permis à la Ferrari 458 GT2 pilotée par Christopher Stahl de prendre la tête de la course. En fait, Stahl s’est également laissé distancer par Sean McInerney dans la Mosler MT900R de son frère Michael. James Thorpe – qui a pris la relève de Quaife – et Marcus Jewell occupent désormais les quatrième et cinquième places de la section GT, devant la 458 GT3 de Jason Wright.

Mais à moins de cinq minutes de la fin, le drapeau rouge est sorti – Jewell s’est arrêté à La Source. Shaun Lynn remporte ainsi la victoire devant Max Lynn qui s’empare alors des honneurs de la classe P2, tout en interrompant la lutte entre Constable, Lendoudis, Aguas et d’Ansembourg Jr. Tandy était septième devant Frieser, Micheron et Purbrick. Marcus Graf von Oeynhausen s’est imposé dans les GT, devançant Mathai, McInerney, Thorpe et Wright.

Masters Endurance Legends - Course 2
Lynn Sr double la mise avec une victoire dominante dans la deuxième course Masters Endurance Legends de Spa

Au volant de sa Peugeot 908 HDi FAP, silencieuse mais puissante, Shaun Lynn a pratiquement mené des feux au drapeau dans la deuxième course des Masters Endurance Legends, faisant face aux défis du pilote d’élite portugais Rui Aguas et de son fils Max, dont les BR01 de BR Engineering ont terminé deuxième et troisième à Spa, sous une pluie battante.

« Les conditions météorologiques étaient épouvantables », a déclaré Lynn Sr. « Il y avait des trombes d’eau, surtout dans les derniers tours. Je n’avais jamais conduit cette voiture dans ces conditions ! C’était une course un peu solitaire, mais je savais que Rui allait venir me chercher… »

Alors que les conditions se dégradaient, Lynn Sr a réussi à maintenir un écart de 30 secondes avec Aguas vers la ligne d’arrivée, alors que le Portugais s’était rapproché de la Peugeot dans la première partie de la course pour prendre momentanément la tête avant les arrêts obligatoires.

« J’ai même demandé l’arrêt de la course », a déclaré Aguas. « J’ai ralenti, mais Shaun ne l’a pas fait – il était en mission !

« J’étais à mi-vitesse dans les derniers tours », a déclaré Max Lynn. « Je n’ai même pas essayé de défendre Rui – les pros dans ces conditions sont tellement plus rapides, et un podium au classement général dans une voiture P2 dans ces conditions est plus que ce que je pouvais demander.

En quatrième position, la Pescarolo 01 de Jamie Constable a survécu à un contact avec la Peugeot 90X de Kriton Lendoudis, le Grec s’en sortant plus mal, tandis que Constable entamait une course de retour à partir d’une position à la limite du top 10.

Marcus Graf von Oeynhausen a fait des miracles en hissant son Audi R8 LMS Ultra GT3 à la cinquième place du classement général, dépassant la Lola B09/80 de David Brise/Alan Purbrick en toute fin de course. Son compatriote Oliver Mathai a terminé septième au classement général au volant de son Aston Martin Vantage V12, complétant ainsi le doublé GT3 allemand. Lorsque la Ferrari 430 GT2 de Phil Quaife/James Thorpe a faibli en fin de course, Michael & Sean McInerney ont pris la troisième place de la section GT avec leur Mosler MT900R.

« Une course fantastique », a déclaré Graf von Oeynhausen, qui ne sait toujours pas où il se trouve au classement général. « Nous l’aimons tellement que les voitures GT3 sont autorisées à participer aux Masters Endurance Legends. J’étais donc cinquième au classement général ? C’est génial ! Et Oliver ? Septième au classement général ? C’est un excellent résultat.

A l’approche de la fin d’un meeting Spa Six Hours très chargé, la deuxième course Masters Endurance Legends a été la dernière des grilles Masters à s’élancer le dimanche. Le drapeau vert est immédiatement déployé, mais Frieser fait un tête-à-queue avec sa Zytek 09S dans le Raidillon, tandis qu’Antoine d’Ansembourg heurte le mur au volant de sa Dallara-ORECA DO-05.

En tête, Shaun Lynn devance son fils Max de sept secondes après un premier tour en trombe. Constable est à quatre secondes, poursuivi par Aguas, Lendoudis, Tandy et d’Ansembourg Sr. En GT, Graf von Oeynhausen devance Quaife et McInerney. Au deuxième tour, l’avance de Lynn Sr est passée à dix secondes, tandis que Lynn Sr doit maintenant se préoccuper de son coéquipier BR01 Rui Aguas, le Portugais ayant dépassé Constable qui, après un contact avec Lendoudis, a été submergé par Tandy, David Brise dans une Lola B09/80 en pleine ascension, et Quaife dans la Ferrari 430 GT2 qui a délogé l’Audi R8 LMS Ultra de Graf von Oeynhausen de la première place de la catégorie GT. La Peugeot 90X de Lendoudis est rapidement entrée dans les stands pour être inspectée. Un autre perdant est d’Ansembourg Sr, la Lola-Aston DBR1-2 ayant fait un tête-à-queue à Stavelot.

Au troisième tour, alors qu’Aguas continue de progresser, maintenant au détriment de Lynn (M.), Tandy s’installe dans une solide quatrième place, avec Brise, l’instructeur de Goodwood, dans une cinquième place tout aussi incontestable, alors que les pilotes par temps de pluie font la preuve de leurs compétences.

Lorsque la fenêtre des stands s’ouvre, Aguas a réduit l’avance de Lynn Sr à 4 secondes, Lynn Jr étant toujours troisième devant Tandy qui est le premier à s’arrêter, suivi de Constable. Brise et Quaife, les plus rapides de leur duo, poursuivent leur route, Graf von Oeynhausen conservant une honorable huitième place au classement général, devant Chris Perkins dans la troisième BR01. Michael McInerney a terminé dixième au classement général et troisième des GT au volant de la Mosler MT900R.

Après huit tours, le rythme d’Aguas était tel que Lynn Sr a été contraint de céder sa place, mais le pilote portugais devait encore faire face à son plus long arrêt au stand pour pilote d’élite, ainsi qu’à une pénalité supplémentaire de 5 secondes pour avoir dépassé les limites de la piste. Dès qu’il a perdu la tête, Shaun Lynn est entré dans les stands pour son arrêt, tout comme son fils, le Comte von Oeynhausen, Brise et Oliver Mathai dans l’Aston Martin Vantage V12 GT3. Perkins (qui cède sa place à Jason McInulty) et Quaife (qui échange sa place avec James Thorpe) ne tardent pas à suivre.

Au 9ème tour, Aguas fait partie des derniers stoppeurs, rejoint par Xavier Micheron sur la Riley & Scott MkIIIC. Le pilote portugais est revenu en troisième position au moment où Steve Tandy a effectué un deuxième arrêt imprévu, des problèmes de boîte de vitesses lui ayant coûté une chance de monter sur le podium. En tête, Lynn Sr mène Lynn Jr de 32 secondes, mais Aguas est beaucoup plus proche qu’il ne l’était dans la course de samedi – à seulement 36 secondes du leader, et à seulement quatre secondes de P2. Ces trois-là étaient dans une classe à part, puisque David Purbrick, dans la Lola démarrée par Brise, avait deux minutes de retard sur Lynn Sr, mais Graf van Oeynhausen se rapprochait rapidement en essayant de maintenir son rythme de vainqueur de la section GT sur Thorpe dans la Ferrari 430 GT2.

Au 11e tour, Aguas s’empare de la deuxième place en passant devant Lynn Jr, tandis que Constable poursuit sa remontée et passe en cinquième position devant les deux voitures GT de Thorpe et Graf von Oeynhausen. Pendant ce temps, en huitième position, Mathai se rapprochait de la deuxième place de Thorpe en GT, tandis que Ron Maydon avait hissé sa Ligier JSP3-15 P3 à la neuvième place du classement général, devant Micheron qui complétait le top 10.

Alors que les dernières minutes s’égrènent, la pluie s’intensifiant à chaque tour, Lynn (S.) semble contrôler la situation en maintenant son avance de 30 secondes sur Aguas pour remporter une victoire confortable, tandis que Lynn (M.) est en sécurité à la troisième place, maintenant de Constable qui a dépassé Purdrick – en fait, ce dernier est sérieusement menacé par les voitures GT les plus rapides, ce qui n’inclut plus la Ferrari de Thorpe, qui est rentrée aux stands à seulement trois minutes de la fin de la course. Dans le dernier tour, Graf von Oeynhausen a souligné la domination de sa performance en classe GT en délogeant Purdrick de la cinquième place au classement général, Mathai prenant la deuxième place dans la section GT. Maydon, Micheron et la BR01 de Perkins/McInulty complètent le top 10, tandis que Michael et Sean McInerney, 11e au classement général, décrochent une nouvelle troisième place en GT au volant de leur Mosler MT900R, après leur podium de samedi.

Masters Gentlemen Drivers
Jordan/Alderslade remportent une victoire éclatante sur les Masters Gentlemen Drivers à Spa

Andrew Jordan et Roy Alderslade ont dominé de bout en bout pour remporter une victoire éclatante dans l’enduro Masters Gentlemen Drivers de 90 minutes au meeting Spa Six Hours. Leur Shelby Cobra Daytona Coupé a pris la tête de la pole position et n’a jamais regardé en arrière une fois que Jordan a relevé le défi de Sam Hancock, ce dernier partageant une Cobra Daytona Coupé similaire avec Nikolaus Ditting.

Dans la dernière demi-heure, la Lotus Elan d’Andrew Haddon a dépassé Ditting et semblait bien partie pour une étonnante deuxième place au classement général, mais dans la seconde partie de la course, Phil Keen a pris d’assaut le peloton au volant de la Jaguar E-type lancée par Lee Mowle pour non seulement voler la troisième place au classement général à Ditting dans l’avant-dernier tour, mais aussi la deuxième place à Haddon dans le dernier tour. Haddon a tout de même remporté une victoire tout aussi éclatante dans la catégorie CLP, loin devant les Elan de Graham Wilson/David Pittard, neuvième au classement général, et de Sander van Gils, douzième au classement général.

Malgré quelques pénalités pour dépassement des limites de la piste, Manfredo Rossi a brillé en décrochant une exceptionnelle cinquième place au classement général au volant de sa Porsche 911, la voiture victorieuse de la classe C1 s’étant révélée parfaitement adaptée aux conditions glissantes du circuit. L’Italien est resté dans le tour de tête pour s’imposer face à la TVR Grantura de Sean McInerney/Phil Quaife qui s’est glissée devant la 911 de Mark & James Bates dans le dernier tour.

Chris Clarkson et David Smithies ont mené la classe C2 jusqu’au drapeau à damier, battant leurs rivaux de l’Austin Healey 3000, Mark Pangborn et Harvey Woods.

Comme lors de la course Masters Pre-66 Touring Car disputée l’heure précédente, les concurrents ont quitté la grille de départ sous safety-car, en raison de la surface glissante du circuit de Spa-Francorchamps, mais la pluie ayant augmenté en intensité, ils ont eu droit cette fois à deux tours complets pour se familiariser avec les conditions difficiles.

Au troisième tour, Andrew Jordan, qui effectue le premier relais au volant de la Cobra Daytona Coupé de Roy Alderslade, auteur de la pole position, prend une avance de six secondes sur la voiture similaire de Sam Hancock, dont le copilote Nikolaus Ditting a également opté pour le deuxième relais. Nigel Greensall, troisième, suivait un plan similaire avec John Spiers dans la TVR Griffith, tandis que les voitures légères d’Andrew Haddon (Lotus Elan) et d’Andrew Smith (partageant une Porsche 904 avec Olly Bryant) s’avéraient idéales pour les conditions.

Les E-types de Lee Mowle et Laurent Jaspers étaient les suivants, Chris Clarkson montrant ses compétences par temps de pluie avec une neuvième place au classement général dans son Austin Healey 3000 de classe C2. Sander van Gils, sur une autre Elan, se battait avec la Ginetta G4R de Ron Maydon pour la neuvième place – jusqu’à ce que la Ginetta rentre aux stands et rétrograde à la vingtième place du classement général. Profitant d’un poids plus léger, le trio de tête de la classe C1 composé de Mark Bates (Porsche 911), Sean McInerney (TVR Grantura) et Manfredo Rossi (dans une autre 911) a devancé l’Alfa Romeo TZ2 d’Alex Furiani, qui avait été invitée. Entre-temps, deux Elan ont disparu de l’arrière : celles du Belge Luc De Cock et du duo allemand Christian & Alexis Graf von Wedel.

En tête, sept secondes séparent Jordan et Hancock à la fin du quatrième tour, alors que le leader s’est calmé après sa première explosion. Les deux hommes ont distancé Greensall de 20 secondes, et la TVR tombe rapidement dans les griffes de Haddon. Au huitième tour, la Lotus Elan de tête passe en troisième position.

La machine de Haddon n’était pas la seule à profiter des circonstances. Glissant et dérivant tout en tirant le meilleur parti de la traction supérieure de sa Porsche 911, Mark Bates s’est hissé à une étonnante cinquième place au classement général, tout en suivant ses rivaux de classe McInerney et Rossi. Cela rétrograde Mowle et Jaspers aux huitième et neuvième places respectivement, toujours poursuivis par la Healey de Clarkson. En 11e position au classement général, Van Gils était régulièrement deuxième dans la classe CLP, la Porsche 904 de Smith ayant été abandonnée. La TZ2 de Furiani est 12ème devant Mark Pangborn dans la seconde Big Healey.

À la 30e minute, alors qu’il reste une heure à courir, Jordan a pris 10 secondes d’avance sur Hancock, tandis que Haddon et Greensall le poursuivent à 45 secondes. Bates, McInerney et Rossi forment toujours un train de trois voitures de classe C1 qui a laissé les types E de Mowle et Jaspers à quelque 25 secondes.

Cependant, l’excitation de la course a été mise à mal lorsqu’une pénalité de 23,2 secondes a été infligée à Hancock, le pilote classé deuxième, l’une des six voitures qui avaient été prises en flagrant délit de dépassement pendant les premiers tours de la voiture de sécurité. Les autres pénalisés sont Jaspers, son compatriote Guy Mortreu dans une autre E-type, la Porsche 911 de Dean DeSantis en 14ème position au classement général et Stuart Tizzard dans l’Elan en 18ème position au classement général. La sixième voiture punie était la Healey de Clarkson, ce qui a permis à Pangborn de revenir dans la course, car sa Healey suivait l’exemple de Clarkson d’exactement 23 secondes !

Lorsque la fenêtre des stands s’ouvre, Hancock est le premier à entrer pour un changement de pilote, suivi par Haddon, Mortreu (qui cède sa place à Didier Forrier) et Graham Wilson, qui laisse la place à David Pittard. Viennent ensuite McInerney, qui laisse la place à Phil Quaife, Jaspers (qui roule en solo) et Mowle, qui cède sa place à Phil Keen. Au 12e tour, Greensall échange avec Spiers, et Rossi rejoint la TVR aux stands. Pendant ce temps, Guy Peeters, dans l’unique Lotus XI de classe A, passe le relais à Guillaume Peeters. Un tour plus tard, Jordan profite de la dernière occasion pour échanger avec Alderslade. Van Gils, Clarkson (qui cède sa place à David Smithies) et DeSantis (qui cède sa place à David Hinton) entrent également dans la course au 13e tour. A l’avant, cependant, il semble que Mark Bates ait raté la fenêtre – ou pas ? Quoi qu’il en soit, il s’en est fallu de peu !

Au 14ème tour, à 36 minutes de la fin, tout le monde a fait son arrêt, et Alderslade mène maintenant Ditting de 38 secondes, la seconde Cobra Daytona Coupé ayant purgé sa pénalité aux arrêts. Haddon est toujours troisième, avec une minute de retard, mais il tourne plus vite. Spiers était quatrième, à 45 secondes de l’Elan, tandis que Rossi avait devancé les Bateses aux arrêts – mais l’Italien a ensuite reçu une pénalité de 10 secondes pour avoir dépassé les limites de la piste une fois de trop. L’Italien a donc du pain sur la planche puisqu’il possède 7 secondes d’avance sur James Bates. Phil Keen est septième et vole, après avoir dépassé Phil Quaife dans la Grantura qui est maintenant troisième dans la classe C1. Furiani et Jaspers suivaient, devant Van Gils qui contrôlait pour l’instant la deuxième place de la classe CLP mais devait craindre l’arrivée de David Pittard qui, à son tour, était sur le point d’interrompre la lutte en classe C2 entre Smithies (toujours en tête) et Harvey Woods (qui avait pris la place de Pangborn).

A une heure, Alderslade se détache de Ditting, qu’il devance désormais de 48 secondes, tandis que l’Allemand est de plus en plus menacé par Haddon, qui n’est plus qu’à dix secondes. Rossi a fait sauter Spiers, qui doit maintenant se défendre contre Bates (J.), mais Keen ne tarde pas à les rattraper et à les dépasser tous les deux. Quaife, Furiani et Jaspers sont derrière eux, mais Van Gils est sur le point de devenir la proie de Pittard. En C2, Smithies a prouvé qu’il avait les jambes de Woods, puisqu’il a renforcé sa position de leader dans la catégorie tout en restant 13ème au classement général. Le fait que la pénalité de Clarkson et Smithies pour la voiture de sécurité ait été annulée a certainement aidé. En fait, la Healey de Pangborn/Woods était l’une des quatre voitures faisant l’objet d’une enquête pour avoir manqué la fenêtre des stands, avec la Porsche de Bates/Bates, l’Elan de Tizzard/McCarthy (qui en était à sa deuxième pénalité !) et Hans-Georg Haussener dans la seule Alfa Romeo Giulietta SV de la classe B1.

Au 16ème tour, le duo Cobra Daytona Coupé n’existe plus, Haddon devançant Ditting, tous deux à plus d’une minute du serpent Jordan/Alderslade. Le mercurien Keen s’est frayé un chemin parmi les leaders de la classe C1 pour prendre la quatrième place, avec une minute de retard sur Ditting. Rossi, Spiers et Bates (J.) sont donc désormais cinquième, sixième et septième. Plus loin, Pittard a en effet dépassé Van Gils pour prendre la deuxième place de la classe CLP.

Avec Alderslade toujours confortablement plus rapide que Haddon, rien ne semble s’opposer à une victoire éclatante du duo Shelby Cobra Daytona Coupé. Alors que les dernières minutes s’égrènent, Alderslade enchaîne les tours pour s’imposer avec plus d’une minute et demie d’avance – mais pas sur Haddon ! En fin de course, non seulement Ditting mais aussi Haddon ont été contraints de succomber à la charge tardive de Keen, ce qui a permis au duo Mowle/Keen de prendre la deuxième place du classement général.

Cinquième au classement général, Rossi a survécu à la peur d’une nouvelle pénalité pour avoir dépassé les limites de la piste et a remporté la victoire dans la catégorie C1. La TVR Greensall/Spiers est sixième, précédant la Grantura McInerney/Quaife qui a devancé la 911 Bates/Bates à la dernière minute, ces deux dernières voitures occupant les autres premières places de la C1. En neuvième position, le Graham Wilson/David Pittard a pris une lointaine deuxième place dans la classe CLP, devant Sander van Gils qui a terminé 12e au classement général. Chris Clarkson et David Smithies ont remporté la victoire dans la catégorie C2 avec leur Austin Healey 3000, en battant le duo Mark Pangborn/Harvey Woods, équipé de la même manière.

Masters Racing Legends - Course 1
Constable gagne alors que les deux Williams échouent dans la première course Masters Historic Formula One à Spa

Jamie Constable a remporté la première course Masters Historic Formula One aux Spa Six Hours, en profitant de l’abandon de ses deux rivaux Williams, d’abord Christophe d’Ansembourg, puis la FW07C de Mike Cantillon, qui s’est immobilisée pour laisser la victoire à la Tyrrell 011 de Constable.

« J’ai eu de la chance, n’est-ce pas ? dit l’agent. « Je n’ai dépassé qu’une seule voiture, et le reste m’a été donné !

Pendant presque toute la course, Constable a été harcelé par Steve Brooks dans la Lotus 91, mais après avoir réalisé le meilleur tour de la course, Brooks a fait un tête-à-queue à deux tours de la fin pour laisser la deuxième place au classement général à Nick Padmore, le vainqueur de la classe pré-78 dans la Lotus 77. Malgré une pénalité de temps pour avoir dépassé les limites de la piste, Brooks a réussi à se hisser à la troisième place devant Mark Hazell, qui a remporté les honneurs de la catégorie post-82 au volant de sa Williams FW08.

« J’ai fait la course la plus rapide, alors oui, c’était bien ! », a déclaré Brooks. « Mais j’ai fait un tête-à-queue à la fin, à La Source. Je savais que j’avais une pénalité de cinq secondes, mais j’essayais toujours d’attaquer Jamie… Mais c’est super d’être à nouveau ici !

Warren Briggs (McLaren M29) et Ken Tyrrell (Tyrrell 011) se disputent la cinquième place pour le Kiwi et la sixième pour l’Américain. Georg Hallau (Theodore N183) devance Felix Haas (Lotus 92) à la deuxième place dans la catégorie post-82.

Pour la sixième course d’un samedi de Spa Six Hours très chargé, la piste avait complètement séché après que la surface se soit révélée humide le matin, suite aux pluies de la nuit. Sur la grille de départ, Lukas Halusa, au volant de la McLaren M23, manquait à l’appel en raison d’un problème de moteur, ce qui est dommage après une brillante performance en qualification qui lui aurait permis de s’aligner en troisième position. L’Alfa Romeo 182 de Thomas Steinke, qui avait déjà abandonné avant les qualifications, n’a pas non plus démarré.

Au départ, Cantillon a d’abord conservé son avance, mais l’Irlandais a rapidement été détrôné par son coéquipier d’Ansembourg, Constable étant troisième, tandis que Padmore – désormais dans la seule voiture pré-78 du peloton – a vu Brooks lui passer devant pour se hisser à la quatrième place. Werner était sixième devant Hazell dans la Williams FW08, leader de la classe après 1982, tandis que la Tyrrell 011 de Ken Tyrrell et la McLaren M29 de Warren Briggs séparaient Hazell de son plus proche poursuivant dans la classe, Georg Hallau dans la Theodore N183.

Après trois tours, l’avance de d’Ansembourg sur Cantillon est passée à deux secondes, mais un tour plus tard, le Belge n’est plus là, sa Williams rentrant aux stands en boitant, bloquée sur une vitesse. Cantillon reprend donc la tête, avec une seconde d’avance sur Constable qui, à son tour, fait craquer la boîte de vitesses de la Tyrrell par Brooks, tandis que Padmore garde un œil attentif trois secondes plus loin. Hazell est cinquième, alors que Marco Werner a rétrogradé à la septième place, avant que l’Allemand ne se rende lui aussi aux stands, l’allumage de sa Lotus 91 ayant fait des siennes. Avec une dizaine de secondes de retard sur Hazell, Tyrrell et Briggs se livrent une bataille privée pour la cinquième place.

Au 7e tour, alors qu’il enregistre le meilleur tour de la course jusqu’à présent, Cantillon porte son avance sur Constable à deux secondes, Brooks se voyant infliger une pénalité de 5 secondes pour avoir dépassé les limites de la piste une fois de trop. Pour l’instant, Padmore est virtuellement promu à la troisième place du classement général.

Au tour suivant, cependant, Cantillon disparaît du classement, juste au moment où Steve Brooks bat le tour le plus rapide de l’Irlandais dans la course – et sur cette lancée, Brooks le perd à La Source pour laisser la deuxième place à Padmore. Il apparaît rapidement que Cantillon s’est arrêté aux Combes, permettant à Constable de prendre 5 secondes d’avance sur Padmore, Brooks étant maintenant à 8 secondes de la troisième place, sa pénalité de temps n’ayant pas encore été appliquée.

Alors que Constable filait vers la victoire, avec six secondes d’avance sur Padmore, Brooks avait plus qu’assez d’avance sur Hazell pour conserver sa place sur le podium, tandis que Briggs mettait fin à la lutte avec Tyrrell en sa faveur pour s’emparer de la cinquième place. Hallau a pris la deuxième place dans la classe pré-82, devant Felix Haas dans la Lotus 92, Paul Tattersall dans l’Ensign N179 terminant neuvième.

Masters Racing Legends - Course 2
Cantillon prend les devants et remporte la deuxième course Masters Historic Formula One à Spa

Mike Cantillon est parti du fond de la grille pour remporter la deuxième course Masters Historic Formula One du meeting Spa Six Hours. L’Irlandais a fait un tête-à-queue et a continué à gagner, mais il a été poursuivi par Lukas Halusa, le vainqueur de la catégorie pré-78, dont la McLaren M23 est également partie de l’arrière.

« C’était très mouvementé du début à la fin », a déclaré un Cantillon jubilant. « Et puis à la fin, j’ai touché l’huile dans la chicane du Bus-Stop, mais j’avais déjà une avance confortable. Je suis heureux que nous ayons terminé !

« C’était un jeu d’usure », a déclaré Halusa. « J’ai eu la chance de participer à la course précédente, je savais donc où se trouvait le grip et j’ai été l’un des rares à ne pas faire de tête-à-queue.

En troisième position, Steve Brooks (Lotus 91) a survécu à la pagaille des premiers tours pour devancer Christophe d’Ansembourg (Williams FW07C) à la troisième place en fin de course. Ken Tyrrell dans la Tyrrell 011 a survécu pour prendre la cinquième place devant Mark Hazell qui a remporté la classe post-82 dans sa Williams FW08.

« Deux voitures sont parties en tête-à-queue devant moi, puis une autre ! », a déclaré Brooks à propos des premières étapes mouvementées. « Les conditions étaient très difficiles, il y avait des voitures partout !

Nick Padmore a pris la tête au début de la course mais a été contraint à l’abandon en raison d’une rupture de l’accélérateur de sa Lotus 77, tandis que le vainqueur du samedi, Jamie Constable (Tyrrell 011), a été victime d’une roue endommagée et n’a pu terminer qu’en septième position.

Au moment du départ, une bruine constante a rendu les conditions de piste encore plus dangereuses, car la pluie s’est mélangée à toute l’huile laissée par la course d’endurance des Spa Six Hours de samedi soir. La Williams FW08 de Mark Hazell a pris la tête de la grille de départ inversée pour les quatre premiers du samedi, suivie par Steve Brooks dans la Lotus 91, Nick Padmore dans la Lotus 77 et le vainqueur du samedi Jamie Constable dans la Tyrrell 011. Pendant ce temps, la McLaren M23 de Lukas Halusa, qui a manqué la première course, a repris la course depuis le fond de la grille, après avoir remplacé son moteur pendant la nuit.

Le drapeau vert a été agité après un seul tour derrière la voiture de sécurité, et presque immédiatement Felix Haas dans la Lotus 92 a été la première victime de la course. En tête, Padmore s’est rapidement adapté aux conditions pour dépasser Hazell, l’ancien multiple champion de Formule 1 FIA Masters Historic établissant des secteurs violets pour mener avec 9 secondes d’avance sur Jamie Constable qui, dans la seconde partie du tour, avait également dépassé Hazell. Toujours depuis le fond de la grille, Cantillon, au volant de la Williams FW07C, s’est déjà hissé à la quatrième place, suivi par Halusa, tandis que d’Ansembourg, au volant de la deuxième FW07C qui a abandonné la course de samedi, s’est lancé à la poursuite de la 011 de Ken Tyrrell pour le gain de la sixième place.

Au troisième tour, cependant, tout change : Cantillon prend la tête, alors que la première course de Padmore s’est arrêtée à cause d’un câble d’accélérateur cassé. Pendant ce temps, la course de Constable semblait terminée, une roue avant endommagée mettant la Tyrrell 011 hors course. Et ce n’est pas tout, puisque Warren Briggs a également disparu, sa McLaren M29 s’étant arrêtée au Rivage. En conséquence, Halusa est soudainement passé en deuxième position, à 8 secondes, avec d’Ansembourg en troisième position – ainsi, après quatre tours, les trois qui étaient partis du fond de la grille étaient les trois premiers ! Brooks est quatrième, Ken Tyrrell tient tête à Hazell en cinquième et sixième, le Theodore N183 de Georg Hallau est désormais septième et l’Ensign N179 de Paul Tattersall est huitième.

Au 6e tour, Cantillon a augmenté son avance sur Halusa à 11 secondes, avec d’Ansembourg maintenant 42 secondes derrière, neuf devant Brooks, mais la Lotus 91 se rapproche rapidement du Belge. Puis, alors que le temps s’égrène, Cantillon survit à un dernier tête-à-queue et bat Halusa de quatre secondes, l’Autrichien remportant également les honneurs de la catégorie pré-78. Dans une lutte serrée pour la troisième place, Brooks a devancé d’Ansembourg en toute fin de course, Ken Tyrrell prenant la cinquième place devant Hazell, le vainqueur de la catégorie post-82. Constable, qui s’est remis en route après sa mésaventure, a sauvé sa septième place devant Tattersall, tandis que Hallau n’a pas réussi à boucler le dernier tour.

Pre-66 Touring Cars
Dutton s’impose dans une lutte à quatre pour la victoire des Masters Pre-66 Touring Car à Spa

Richard Dutton est sorti vainqueur d’une bataille à quatre pour la tête qui a duré les 60 minutes de la course Masters Pre-66 Touring Car au meeting Spa Six Hours. Aux prises avec deux autres Lotus Cortina occupées par Marcus Jewell/Ben Clucas et David Dickenson, ainsi qu’avec l’Alfa Romeo Giulia GTA du leader de longue date Alex Furiani, Dutton a tenu tête à Clucas par la plus petite des marges, Furiani terminant en troisième position.

« C’était fantastique », a déclaré Dutton. « C’était l’une des meilleures courses de tous les temps ! Une très belle bataille avec les deux Cortina et l’Alfa, tout simplement géniale ! »

« Oui, c’était une course très amusante », a déclaré un Clucas tout aussi enthousiaste. « C’était une belle bagarre entre nous quatre. J’ai mené pendant un demi-tour, puis Richard est revenu… »

L’Allemand a mené jusqu’aux trois quarts de la course, mais a finalement dû succomber aux deux Cortina. Clucas a pris les devants dans l’avant-dernier tour, mais Dutton est revenu en trombe pour remporter la victoire. Roy Alderslade a été impliqué dans la lutte pour la première place, mais sa Cortina a régulièrement reculé dans la seconde partie de la course jusqu’à ce qu’elle soit dépassée par la Cortina de Graham Wilson/David Pittard.

« C’est une nouvelle voiture, avec une nouvelle configuration ! Furiani a expliqué. « Je n’avais jamais roulé sur le mouillé auparavant et je n’étais pas très à l’aise avec l’adhérence à la fin.

La GTA de Rory & Roderick Jack a pris la septième place après que Tim Meinrenken ait été pénalisé pour avoir manqué la fenêtre des stands avec sa Cortina. Retardé dans sa GTA, Niko Ditting est neuvième devant la Ford Falcon de Richard McAlpine et Chris Keen, qui, dans des conditions difficiles, s’est avérée assez difficile à manœuvrer.

Un départ avec voiture de sécurité a permis de libérer le peloton à 52 minutes de la fin de la course. Alors qu’Alex Furiani, au volant de l’Alfa Romeo Giulia GTA, prend les commandes, une légion de Cortina se lance à la poursuite de l’Allemand, Dutton dépassant Jewell pour la deuxième place, David Dickenson étant quatrième devant Roy Alderslade et Graham Wilson, ce dernier adoptant une approche prudente à partir de sa position de départ en pole. En fait, Dutton est passé en tête à la fin du deuxième tour, mais Furiani ne s’est pas laissé faire et a repris la première place dans la ligne droite.

Derrière Wilson, les Allemands Niko Ditting sur une autre GTA et Timm Meinrenken sur une autre Cortina suivaient, tandis qu’en neuvième et onzième positions respectivement, les gros V8 américains de James Thorpe et Richard McAlpine luttaient contre les conditions traîtresses tout en se battant avec la GTA de Roderick Jack et l’unique BMW 1800 ti de la classe THB d’Eric Douart.

Après quatre tours, Furiani s’est détaché de Dutton, menant le plus rapide des Cortina avec trois secondes d’avance. Pendant ce temps, Dickenson et Alderslade ont dépassé Jewell, qui se trouve maintenant à l’arrière du train de la Cortina, avec une bonne vingtaine de secondes d’avance sur Ditting dans la deuxième GTA allemande.

Alors que Furiani, Dutton et Dickenson s’échangent les temps du secteur violet, ils commencent à se détacher d’Alderslade et de Jewell, le premier ayant perdu dix secondes sur Dickenson. Plus loin, la GTA de Jack est passée devant la Mustang de Thorpe, tandis que toutes deux ont dépassé la Cortina de Wilson. Douart se rapproche de Wilson tout en laissant derrière lui le Falcon de McAlpine, la grosse voiture s’avérant assez difficile à manœuvrer sur ce revêtement. La Mustang de James Thorpe/Phil Quaife n’est pas en reste, car son rival dans la catégorie Falcon s’est arrêté au bout de cinq tours.

A l’ouverture de la fenêtre des stands, Furiani, Dutton et Dickenson n’ont plus que deux secondes d’avance, Alderslade et Jewell étant respectivement à 16 et 21 secondes du leader. Certains des pilotes les plus rapides pourraient-ils renverser le classement statique ? Jewell est le premier à jouer sa carte d’as, puisqu’il passe le relais à Ben Clucas, et peu de temps après, Wilson fait de même pour son jeune équipier David Pittard, qui se voit confier une Cortina accusant un retard d’une minute et 15 secondes sur le leader. McAlpine est également entré en jeu et a cédé sa place à Chris Keen.

Lors de la tournée suivante, Furiani et Dickenson sont arrivés pour leur arrêt obligatoire, laissant Dutton en tête pour le moment. Ils sont rejoints dans les stands par Ditting, Rory Jack (qui passe le relais à Roderick) et Douart. Dutton s’est ensuite arrêté à la veille de la fermeture de la fenêtre des stands, tandis que Meinrenken a semblé la rater, l’Allemand s’arrêtant alors qu’il occupait désormais la troisième place.

Après les arrêts, Furiani est toujours en tête, avec 1,7 seconde d’avance sur Dutton, mais Clucas se rapproche rapidement, Dickenson et Alderslade ayant déjà succombé à ses attaques. Pendant ce temps, Pittard avait dépassé Ditting, Meinrenken et Jack, mais devait maintenant relever le défi de combler un écart de 30 secondes avec Alderslade. Un peu plus loin, Douart rentre aux stands, le Français abandonnant sa BMW en dixième position en raison d’une panne d’alternateur.

A un quart d’heure de la fin, la lutte à quatre en tête du peloton devient encore plus intense, Furiani devant résister à une triple attaque de Cortina. En cinquième position, Alderslade a été distancé de 20 secondes mais possède encore 23 points d’avance sur Pittard. Derrière eux, Meinrenken fait l’objet d’une enquête pour son infraction à l’arrêt au stand (et se voit infliger une pénalité de 23,2 secondes), tandis que la GTA de Ditting entre et sort des stands pour la deuxième fois, cédant du même coup une place à Roderick Jack. Dixième, Keen s’accroche vaillamment au Falcon.

Au 12e tour, Furiani semble toujours aux commandes, mais au tour suivant, Dutton prend la tête, mais ce n’est que momentané, car l’Allemand reprend la première place dans la ligne droite de Kemmel. Clucas et Dickenson ne sont pas loin non plus, les deux étant maintenant à distance de frappe des deux leaders en guerre, alors que les quatre voitures de tête sont maintenant nez à nez. En fait, au 14ème tour, c’est Dutton qui est en tête, mais avec Clucas à ses trousses, alors que Furiani est rétrogradé à la troisième place !

A moins de cinq minutes de l’arrivée, Pittard a désormais détrôné Alderslade, mais un retard de 37 secondes sur les quatre leaders est trop important pour lui. La bataille en tête fait toujours rage, mais Clucas passe en tête, les quatre premiers étant désormais séparés par moins d’une seconde et demie.

Tout se joue dans le dernier tour, alors que Dutton est revenu en tête. Finalement, il s’est accroché pour remporter la victoire à trois dixièmes de Clucas, tandis que le leader de longue date, Furiani, était à quatre secondes. Dickenson a écopé d’une pénalité de cinq secondes pour avoir dépassé les limites de la piste, mais il est toujours quatrième, 21 secondes devant la Cortina de Wilson/Pittard. Alderslade, Meinrenken et les GTA de Rory & Roderick Jack et Nikolaus Ditting étaient les suivants, mais lorsque la pénalité de temps de Meinrenken a été appliquée, ses positions d’arrivée et celles des Jacks ont été inversées. Le Falcon McAlpine/Keen complète le top 10.

Masters Sports Car Legends
Rossi hérite de la victoire sur fond de drame Bradshaw dans la course Masters Historic Sports Car à Spa

Manfredo Rossi a hérité de la victoire dans la course Masters Historic Sports Car d’une heure à Spa lorsque Tom Bradshaw a vu son avance impériale disparaître lorsque le moteur de sa Chevron B19 a commencé à s’éteindre à deux tours de la fin, laissant l’Abarth Osella PA1 de l’Italien l’emporter dans le dernier virage.

Bradshaw semblait prêt à remporter une nouvelle victoire impressionnante, après avoir pris le contrôle de la Lola T70 Mk3B d’Oliver Bryant, en pole position, au 5e tour. Sur un circuit ardennais traîtreusement glissant, Rossi a également usurpé la place de Bryant ainsi que celle de la T70 Mk3B similaire d’Olivier Hart, avant que les deux prototypes à toit fermé ne soient contraints à l’abandon. Michael Gans monte donc sur la dernière marche du podium au volant de sa Lola T290. La T70 Mk3B de Robert Beebee/Steve Brooks, la T70 Mk3 de Robin Ward et la Chevron B19 d’Alex Furiani ont suivi.

En 11e position, la Chevron B8 de David Forsbrey a remporté la classe Bonnier face à la machine similaire d’Andrew et Mark Owen, tandis qu’en 14e position, Kurt Ecke et Klaus Horn ont remporté les honneurs de la classe Pescarolo au volant de leur Porsche 911 RSR. Dans la classe Hulme, la Cooper Monaco T61M de Chris Jolly/Steve Farthing est restée hors de portée de la McLaren M1B de Richard McAlpine/Chris Keen.